Famille-Sainte.jpg

La Prière du Cardinal Hans Urs von Balthasar à Saint Joseph « Après Jésus, je veux aimer Marie et toi Joseph, mon plus cher Protecteur » :

« Je veux t'aimer comme t'aima Marie,
Je veux t'aimer avec l'Enfant Jésus !
Dans ton amour je veux passer ma vie,
Fais que je t'aime au milieu des élus.
A te chérir, j'inviterai les anges ;
Tous les mortels, jusqu'aux plus grands pécheurs
Que tous ensemble exaltent tes louanges,
Que leurs accents répètent tes grandeurs !

Et toi, Joseph, par ta tendre clémence,
Attire à Dieu tous les cœurs endurcis,
Ouvre leur âme à la sainte Espérance
De te bénir un jour en paradis.
Ce doux penser soutiendra leur courage,
Contre les traits du démon acharné,
Qui, mais en vain, redoublera de rage,
Les excitant sans relâche au péché.

Tendre Joseph, ô mon bien-aimé Père,
Embrase-moi de tes saintes ardeurs,
Oh comme toi, je voudrais sur la terre,
N'être qu'à Dieu, contempler Ses grandeurs;
Mais quel mortel pourrait en cette vie,
Aimable Saint, t'égaler en vertus ?
Toi, digne Epoux de la Vierge Marie,
Heureux tuteur du saint Enfant Jésus.

Ah ! Que du moins une douce étincelle
Vienne échauffer mon cœur trop languissant;
Si je pouvais comme la tourterelle
Offrir sans cesse un amour gémissant.
Oui, vers mon Dieu, que mon âme s'élance,
Oui, qu'elle éclate en soupirs amoureux;
Et que Jésus soit sa seule espérance,
Qu'Il soit toujours l'objet de tous ses vœux.

Après Jésus, je veux aimer Marie
Et toi Joseph, mon plus cher Protecteur ;
Ô saint amour, ô charme de ma vie,
Viens t'emparer pour toujours de mon cœur !
Jésus, Marie et Joseph, sur la terre
Feront ma joie, Ils la feront au Ciel :
Là, pour toujours, je Les verrai, j'espère,
Ô l'heureux sort, ô bonheur éternel ! »

Ainsi soit-il.


Cardinal Hans Urs von Balthasar (1905-1988)

Cardinal-Hans-Urs-von-Balthasar.jpg

Voir également du Cardinal Hans Urs von Balthasar :
La Prière du Cardinal Balthasar « Ô bienheureuse jungle de Ton amour ! »
La Prière du Cardinal Hans Urs von Balthasar à Saint Joseph « Après Jésus, je veux aimer Marie et toi Joseph, mon plus cher Protecteur »