Notre-Dame-de-Paris.jpg

La Prière du Cardinal Bona à la Bienheureuse Vierge Marie « Protégez-moi, Vierge Marie, Mère de mon Dieu » :

« Protégez-moi, Vierge Marie, Mère de mon Dieu, mettez-moi à couvert sous l’ombre de Vos ailes et faites que Votre aimable Nom soit toujours dans ma bouche et dans mon cœur. Ne Vous éloignez jamais de moi, puissante Mère de mon Dieu, parce que je suis environné d’ennemis qui ne cherchent qu’à me surprendre. Que puis-je sans votre Secours, Bienheureuse Vierge ? Et que deviendrai-je, si Vous détourniez Vos regards favorables de dessus moi ? Quand viendrez-Vous me secourir, aimable Vierge ? Quand Vous montrerez-Vous à votre serviteur tout indigne qu’il est de Vos bontés ? Votre esprit, Vierge Sainte surpasse toutes les douceurs imaginables et la possession de votre Amour vaut mieux que tous les trésors, que l’or et que les pierres les plus précieuses. Faites que mon âme sente la douceur de votre Amour et qu’elle soit toujours occupée à chanter Vos louanges, parce qu’après Dieu Vous êtes ma Consolation. Ayez compassion de ma très honoré Dame, de mon âme qui soupire après Vous et jetez sur moi des regards favorables et hâtez-Vous de me secourir. Faites-moi part de vos Grâces, afin que je me réjouisse toujours en Vous et qu’après l’exil de cette vie, je puisse espérer de Vous voir dans votre Gloire. Mon âme Vous désire avec la même ardeur qu’un enfant qui veut toujours être dans le sein de sa mère ; ayez pitié de moi et ne m’abandonnez pas, Mère de Miséricorde. Vous savez, aimable Vierge, combien je désire de Vous voir, attirez moi bientôt à Vous et contentez les désirs de mon âme. Qui ne Vous aimerait pas, Reine de nos cœurs et Mère du Saint Amour, qui ne Vous aimerait pas ? Plût à Dieu que toutes les créatures fussent attachées à Votre service, qu’elles vécussent et qu’elles mourussent dans votre Amour. Recevez mon cœur, ma très aimable Mère ; que Vos pures mains le présentent à votre Fils très pur afin que je puisse Lui devenir agréable. Je me réjouis, Bienheureuse Vierge de savoir que Dieu Vous aime plus que tous Ses autres ouvrages ; je m’en réjouis par-dessus toutes choses, et j’aimerais mieux souffrir toutes les peines qu’on se peut figurer, que de voir diminuer pendant un seul moment quelque chose de votre Gloire et de vos Grandeurs. Que ceux qui connaissent votre Nom, glorieuse Vierge, espère en Vous parce que vous n’abandonnez jamais ceux qui mettent leur confiance en Vos bontés. Que j’ai le bonheur de voir votre Visage plein de gloire dans les derniers moments de ma vie, Vierge très Douce, et que mon âme en sortant de mon corps, ai la joie de recevoir Vos saintes Consolations ».

Ainsi soit-il.


Cardinal Jean Bona (1607-1674) – « Ferventes aspirations à Dieu » (Via compendii ad Deum per ignitas aspirationes), pages 138-142, Chez Charles Huart (1729)

Cardinal-Giovanni-Bona.jpg

Voir également du Cardinal Giovanni Bona :
La Prière du Cardinal Jean Bona à Saint Bernard de Clairvaux « Ô grand Saint Bernard, je vous ai suivi par-dessus tous comme mon maître »
La Prière du Cardinal Giovanni Bona avant de s’endormir « Faites-moi reposer, Très Doux Jésus, sur votre Cœur »
La Prière du Cardinal Bona « Recevez-moi, Seigneur, entre Vos bras que Vous étendîtes pour moi sur la Croix »
La Prière du Cardinal G. Bona avant le repas « Faites-moi la Grâce Seigneur de donner à mon âme une nourriture céleste comme Vous en donnez une terrestre à mon corps »
La Prière du Cardinal Jean Bona après le repas « Je Vous remercie, Seigneur, de m’avoir donné les viandes et les breuvages nécessaires pour soutenir mon corps »
La Prière du Cardinal Bona à la Bienheureuse Vierge Marie « Protégez-moi, Vierge Marie, Mère de mon Dieu »