Vierge-Marie-Sacra-di-San-Michele.jpg

La Prière du Comte L. M. T. de Marcellus « Ô Marie, priez pour nous ! » :

« Priez pour nous, ô Vous que le monde révère,
Vous dont le pied vainqueur écrasa le Serpent.
Vierge sainte qu'un Dieu voulut nommer sa Mère,
Vous pouvez tout pour nous : Jésus fut votre Enfant.

Priez pour nous, ô Mère aussi tendre que pure,
Que la Grâce d'un Dieu pare de tous ses Dons.
Cette Grâce par Vous a vaincu la nature ;
Par Vous elle triomphe et nous la possédons.

Priez pour nous, ô Vous qu'on chérit, qu'on admire,
Vierge, fille d'Adam, Mère du Créateur ;
Merveille du Très-Haut, Vous dont l'aimable empire
Est cher à l'univers qui Vous doit son Sauveur.

Priez pour nous, ô Vous, grand et parfait Modèle
De justice, de foi, d'espérance et d'amour ;
Vous qui nous retracez, comme un miroir fidèle,
Les vertus qui du Ciel peuplent l'heureux séjour.

Priez pour nous, ô Vous dont la tendre clémence
Rassure des pécheurs les cœurs humiliés.
Peut-on assez louer Votre douce puissance,
Puisqu'un Dieu né de Vous mit le monde à Vos pieds ?

Priez pour nous, ô Vous, Trône de la sagesse,
Qui semblait se jouer en créant l'univers ;
Source pour les Chrétiens d'une sainte allégresse,
Que de captifs, par Vous, ont vu briser leurs fers !

Priez pour nous, Marie, auguste Tabernacle,
Vaisseau d'élection, séjour du Saint des saints ;
Arche de l'alliance où réside l'oracle
Qui promet le salut aux malheureux humains.

Priez pour nous, ô Vous, Rose mystérieuse,
Dont l'éclat embellit le printemps éternel !
Noble Tour de David, Temple d'or, Porte heureuse,
Qui nous ferma l'abîme et nous ouvrit le Ciel.

Priez pour nous, ô Vous que le malade implore ;
Qui visitez le pauvre en son triste séjour ;
Refuge des pécheurs, resplendissante aurore,
Étoile du matin qui promet un beau jour.

Priez pour nous, ô Vous, Mur d'airain, Tour d'ivoire,
Des peuples et des rois invincible soutien ;
Vous dont le Nom puissant assure la victoire,
Terrasse l'infidèle et sauve le Chrétien.

Priez pour nous, Marie, ô Vous dont les louanges
Epuiseront toujours les transports des élus.
Les vierges, les martyrs, les apôtres, les anges,
Vous proclament leur Reine et chantent Vos vertus.

Priez pour nous, ô Vous dont le lys est l'emblème,
Dont le Nom retentit en tout temps, en tout lieu.
Le Ciel dans sa splendeur ne voit qu'un diadème
Plus brillant que le Vôtre, et c'est celui d'un Dieu. »

Ainsi soit-il.


Comte Lodoïs de Martin du Tyrac de Marcellus (1795-1861) - « Douze cantiques à Marie », pages 95-98, chez Périsse, 1838

Comte-Lodois-de-Martin-du-Tyrac-de-Marcellus.jpg