La Prière de Monsieur l’Abbé André Coindre « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi ai-je été abandonné ? » :

« Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi ai-je été abandonné ? On dirait que la joie et le bonheur, ce n’est pas fait pour moi. À longueur de jour, j’appelle à l’aide mais personne ne répond. Suis-je condamné à demeurer un de ces « enfants sans ressources, exposés à errer, sans éducation et sans principes, sur les quais et les places publiques, et à être témoins de tous les scandales » ? Pourtant, Seigneur, on m’a dit que Tu es Saint, que Tu prends soin même des moineaux, que ceux et celles qui crient vers Toi, Tu les écoutes, Tu le secoures. Moi, à certains moments, j’ai l’impression de n’être pas même un humain. Ceux de mon âge me taxent, les adultes se méfient et me regardent de travers, les maisons honnêtes ne veulent point me recevoir. Je n’ai pas demandé à naître, ma mère et les miens m’ont rejeté dès ma naissance. Je vais d’un foyer d’accueil à un autre quand je ne couche pas carrément dans la rue. Je n’ai personne pour m’aider mais Toi, mon ami, reste près de moi. J’ai le sentiment de vivre dans une jungle hostile, je me sens comme la gazelle que cernent des chiens... Je T’ai appelé, Tu m’as répondu, Seigneur. Je ne peux le clamer dans la rue, on me prendrait pour un idiot. Pourtant, je suis sûr que Tu m’écoutes même quand ta Réponse se fait attendre. Tu ne me juges pas, Tu sais, Toi, qu’à mon âge, on est plus léger que méchant et qu’il ne faut point désespérer de mon changement. La seule consolation qui me reste, Seigneur, c’est la certitude que Tu m’aimes malgré ce que je suis, malgré ce qu’on dit que je suis, malgré ce qui m’arrive. Cela me réconforte de pouvoir Te le dire. Gloire au Père, au Fils et au Saint-Esprit, pour les siècles des siècles. Ainsi soit-il. »

Père André Coindre (1789-1826)

Andre-Coindre.jpg

Voir également du Père André Coindre :
La Prière de l’Abbé André Coindre « Ô mon Dieu, unique objet de mon amour, je Vous aime »
La Prière du Père André Coindre « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi ai-je été abandonné ? »