Christ-couronne-d-epines.jpg

La Prière du R. P. Joseph Reyre « Ô mon divin Sauveur, je connais trop bien l'outrage que je Vous ai fait » :

« Vous me vîtes donc alors moi-même, ô mon Dieu, parmi le grand nombre de coupables qui causèrent la profonde tristesse où Vous fûtes plongé. Vous vîtes qu'au lieu de Vous rendre amour pour Amour, je n'aurais pour Vous que de la froideur et de l'indifférence. Vous vîtes que je porterais même la malice et l'ingratitude, jusqu'à ne payer Vos bienfaits que par des offenses ; et ce fut la vue de mes péchés, qui causa peut-être alors Votre plus cruel tourment. Mais c'en est fait, ô mon divin Sauveur, je connais trop bien l'outrage que je Vous ai fait, pour vouloir encore le renouveler ; et si je pense désormais à ce funeste péché, qui a été la seule cause de votre Mort, ce ne sera que pour le détester, pour le pleurer, et pour m’en préserver.

Ainsi soit-il.


R. P. Joseph Reyre (1735-1812) - « Sermon sur la Passion de Notre-Seigneur Jésus-Christ » dans la Collection intégrale et universelle des Orateurs sacrés de Jacques-Paul Migne, tome 99, pages 511, 531, aux Ateliers Catholiques, 1866

Joseph-Reyre.jpg

Voir également de M. l’abbé Joseph Reyre :
- La Prière du R. P. Joseph Reyre « Ô mon divin Sauveur, je connais trop bien l'outrage que je Vous ai fait »
- La Prière d’une mère pour son enfant de M. l’abbé Joseph Reyre « C'est de Vous, ô mon Dieu, que je tiens cet enfant »