La Prière du Pape Urbain VIII sur l’Annonciation « Ô Vierge Royale, Tu te confesses l'humble servante du Seigneur » :

« Placée devant le Trône éclatant du Roi céleste, ayant mis à Ses pieds la balance, montrant un visage enflammé de zèle, brandissant un glaive d'un air courroucé, et faisant entendre une voix terrible comme celle du tonnerre, la Justice demandait une signalée vengeance de la faute que transmit jadis à ses enfants le premier père, abusé par le serpent. L'humble Clémence ne cessait de s'interposer entre le ciel et les hommes, lorsqu'enfin le Seigneur, promenant ses Regards majestueux, mais remplit de sérénité, révéla ce qu'il y avait de sublimes desseins dans Son éternelle Sagesse. Un messager immortel, rapide comme la foudre, fendit aussitôt les airs avec son vol éclatant. Il traverse les régions Nabathéennes, dépasse les champs Iduméens, et, dans la rapidité de son vol ne s'arrête pas qu'il ne soit arrivé à la cité de Nazareth. Là, fléchissant le genou, il s'incline humblement, et, en peu de Paroles, dévoile à la Vierge, qui va devenir Reine du Ciel, le grand Secret du Très-Haut. Tu acquiesces à la mystérieuse Nouvelle, ô Vierge Royale, et Tu te confesses l'humble servante du Seigneur. Tel fut le lien conjugal qui Te fit l'épouse chérie de Dieu ; alors, à la candeur d'une vierge tendre s'unit en Toi la fécondité d'une mère ».

Ainsi soit-il.


Pape Urbain VIII (1568-1644)

Urbain-VIII.jpg

Voir également du Pape Urbain VIII :
La Prière d’Urbain VIII « Ô Mère de Dieu, qui par Ta souveraine Puissance, guéris toute maladie »
La Prière du Pape Urbain VIII à Marie « Essuie Tes pleurs, ô Vierge, le Ciel n'est pas toujours obscurci »
La Prière du Pape Urbain VIII « Ô ma Reine, je Te conjure d'enlever de mon cœur toute affection terrestre »
La Prière du Pape Urbain VIII sur l’Annonciation « Ô Vierge Royale, Tu te confesses l'humble servante du Seigneur »