Jeanne-d-Arc.jpg

Le Chant à Sainte Jeanne d’Arc du Père Ferdinand Berger « Jeanne d’Arc, ô Vierge bénie, garde la France ! » :

Le refrain : « Jeanne d’Arc, ô Vierge bénie par qui la France à l’agonie fut arrachée à l’oppresseur, ne laisse pas dans la tempête, périr le fruit de ta conquête ; garde la France, (ter) ô noble sœur ! »

1. Pour le salut de la Patrie, prions, Français, d’un même cœur ; quand un pays espère et prie, c’est le réveil de sa grandeur.

2. Un jour, hélas ! Au cœur frappé, la belle France allait mourir sur les débris de son épée ; mais le ciel vint la secourir.

3. Des voix d’en haut, Jeanne inspirée quitte sa mère et son troupeau, et la victoire inespérée suit désormais son blanc drapeau.

4. Tout se relève en la patrie, comme la fleur au beau soleil, et Jeanne alors, l’âme attendrie, rend gloire à Dieu de ce réveil.

5. Pour couronner sa foi sublime, la France, hélas, avait trop peu : sur le bûcher, pure victime, Jeanne rendra son âme à Dieu.

6. Lorsque le Christ, aux Francs qu’il aime a prodigué tant de faveurs, le désespoir est un blasphème : non, non, Français en haut les cœurs !

7. Autour de nous si tout chancelle, gardons encore le souvenir ; sous l’étendard de la Pucelle est abrité notre avenir.

Ainsi soit-il.


Chanoine Ferdinand Berger (1872-1940)

Le Chanoine Berger, herboriste diplômé de la Faculté de Médecine et de Pharmacie de Bordeaux, Curé de Rouvres-les-Bois de 1925 à 1940, a soigné dans sa cure, ensuite dans sa villa nommée villa Sainte Léonide des milliers de malades venus de toute la France et même par cars entiers venus de Belgique et de Hollande. En 1954, une stèle a été édifiée en la mémoire du Chanoine Berger, en face de l'église de Rouvres-les-Bois.