Christ-3.jpg

A qui sera-t-il donné de bien comprendre les causes qui, à ce dernier moment, rendirent si ardente la Soif de notre aimable Sauveur ? Elle est collée au palais, cette Langue qui opéra tant de merveilles. L'excès et l'âpreté de la douleur ont desséché ces Lèvres, organe de la plus pure Charité. Jésus est épuisé de Sang et de Sueur ; les ardeurs d'une Soif brûlante ajoutent à son Supplice un tourment qui ne le cède à aucun autre. En cet état, d'une voix douloureuse et tendre, Il s'écrie : « Sitio » : J'ai soif.


La Prière du R. P. Bedoya sur la Cinquième Parole du Christ sur la Croix « Ô mon Jésus qui avez été altéré, je Vous donne mon cœur » :

« Quelle est donc, ô mon Jésus, quelle est cette soif qui Vous tourmente ainsi ? Ah ! Quelle est-elle ? Soif de souffrances nouvelles pour notre salut, et qu'aucun tourment ne saurait apaiser ; soif ardente ; soif d’âmes et de larmes. Pleurez-donc, ô vous, qui aimez Jésus ; pleurez, Jésus agonisant est altéré, brûlé par la soif. Fontaines, ruisseaux, et vous fleuves, donnez de l'eau à mes yeux. Ô Seigneur, qui portera donc quelque soulagement à votre Soif ? Ne sera-ce pas celui qui renoncera à quelqu’habitude criminelle ? La Soif qui Vous tourmente le plus, n'est-ce pas celle du renoncement au péché ? « Sitio » : ô mon Jésus, qui Vous donnera quelque soulagement ? Ne sera-ce pas celui qui Vous ramènera quelques brebis égarées ? Car la Soif qui Vous dévore est encore celle du gain des âmes. Ah ! C'est moi, Seigneur, c'est moi qui irai Vous chercher, Vous gagner des âmes. J'enseignerai Vos voies aux ignorants et aux enfants ; je Les montrerai aux pécheurs par mes paroles, tout à la fois, et par mes exemples, et ils se convertiront. « Sitio », j'ai soif. Eh ! De quoi donc, ô mon Jésus, êtes-Vous altéré ? D'amour et d'un amour plus ardent. Considérez donc, Seigneur, ces innombrables légions de vierges, de martyrs, de confesseurs, dont l'amour va Vous faire autant de victimes. Un transport indicible d'amour terminera le cours de la vie de Marie, votre Mère. L'amour le plus ardent consumera votre chère Magdeleine, consumera vos épouses Catherine, Lutgarde, Thérèse, et une infinité d'autres. Consolez-Vous donc, ô mon Dieu ; vos Apôtres, vos Disciples Vous conquerront des royaumes entiers, Vous convertiront des millions d’âmes. Mourons donc, Chrétiens, mourons ; que notre cœur fonde en larmes de tendresse, de repentir et de douleur ; elles apaiseront la Soif de Jésus. Ô mon Jésus ! Jésus qui avez été altéré, je Vous donne mon cœur ».

Ainsi soit-il.


Père Alphonse Messia Bedoya (1655-1732) - « Les Trois Heures d’Agonie de Notre Seigneur Jésus-Christ sur la Croix : la Cinquième Parole », p. 32-36, chez François Boutevillain Grandpré (1805)


Voir également du R. P. Alphonso Messia Bedoya :
- La Prière du R. Père Messia Bedoya « Ô Père Éternel, que ces Trois Heures d’Agonie de votre Fils adorable nous obtiennent tout ce qu’Il Vous a demandé pour nous »
- La Prière du R. Père Alonso Messia Bedoya « Seigneur, pardonnez à un aveugle qui ne savait ce qu'il faisait en Vous offensant »
- La Prière du Révérend Père Messia Bedoya « Seigneur, rappelez-Vous de nous dans votre Royaume »
- La Prière du R. P. Alonso Messia Bedoya pour le Vendredi saint « Ô Mère de douleur, Jésus recommande tous les pécheurs à votre Tendresse maternelle »
- La Prière du R. P. Alonso Messia Bedoya sur la quatrième Parole de N-S-J-C sur la Croix « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'avez-Vous abandonné ? »
- La Prière du R. P. Alonso Messia Bedoya pour le Vendredi Saint « Ô Vendredi, ô Jour trois fois Saint ! »
- Les Prières d’adoration des 5 Plaies sacrées de Jésus-Christ notre Seigneur « Je Vous adore, ô Plaies sacrées, et je Vous en rends grâces, ô Seigneur » du Révérend Père Alonso Messia Bedoya
- La Prière du R. P. Bedoya sur la Cinquième Parole du Christ sur la Croix « Ô mon Jésus qui avez été altéré, je Vous donne mon cœur »