Christ-en-Croix.jpg

La Prière du R. P. François Jard « Seigneur, je renonce à l’esprit du monde condamné par le Mystère de votre Croix » :

« Seigneur, je viens renouveler à Vos pieds le jurement solennel que je fis à la face de votre Eglise au moment où Elle me reçut dans son sein. Oui, mon Dieu, je renonce à jamais au monde, et à celui qui a mérité par son apostasie d'en être le chef, puisqu'il est déjà jugé et condamné par le Mystère de votre Croix. Je renonce à son esprit, puisqu'il est incompatible avec le Vôtre ; à son orgueil et à ses pompes, puisque l'humilité de votre Evangile les réprouve ; à ses maximes, puisque nul tempérament et nulle mitigation ne les ramèneront jamais à Celles de votre Vérité ; à ses œuvres, puisqu'elles ne sont que des fruits de mort et de péché que votre Grâce ne produit pas. Mais rendez Vous-même, ô mon Dieu, notre promesse aussi efficace pour l'avenir, qu'elle est sincère dans ce moment, et parce que tant d'infidélités passées doivent nous faire craindre de devenir encore parjures à Vos yeux, aidez notre faiblesse, et employez sans ménagement tout ce qui peut la soutenir. Oui, et nous Vous le demandons dans la plénitude de notre cœur, si ce monde avec toutes ces misères ne peut pas encore nous déplaire assez, rendez-le-nous si plein d'amertumes que nous ne puissions jamais l'aimer. Faites nous éprouver la fragilité à nos propres dépens, et d'une manière si sensible, qu'elle nous oblige à nous en détacher. Convainquez-nous, surtout, ouvrez sans cesse nos yeux sur sa corruption et ses dangers, de telle sorte que nous soyons déterminés à le haïr, et à regarder comme un véritable honneur d'en être nous-mêmes haïs et désavoués. Car nous savons, ô mon Dieu, et votre Parole « Le monde ne saurait vous haïr, mais pour moi il me hait parce que je rends contre lui ce témoignage, que ses œuvres sont mauvaises » (Jean 7, 7) vient de nous l'apprendre, que le monde n'ayant rien de réel que sa vanité, ses vices et ses erreurs, c'est par le mépris, le détachement et la haine du monde qu'on devient digne d'un Bien qui mérite seul notre estime, nos soins et notre amour parce qu'Il est seul solide, seul aimable et seul éternel ».

Ainsi soit-il.


R. P. François Jard (1675-1768) – « Sermon pour le Mardi de la Semaine de la Passion sur le monde » dans la Collection intégrale et universelle des Orateurs sacrés de Jacques-Paul Migne, volume 53, pages 1614-1615, à l'imprimerie Catholique du Petit-Montrouge, 1854


Voir également du Révérend Père François Jard :
- La Prière du R. P. François Jard « Seigneur, je renonce à l’esprit du monde condamné par le Mystère de votre Croix »
- La Prière du R. Père François Jard « Seigneur, devant tant de crimes, j'ai besoin d'une grande Miséricorde »