Le Cœur et le Côté de Jésus-Christ transpercé : « La partie de l’homme la plus déréglée, c’est le cœur : c’est pourquoi il convenait, pour le purifier, que la Poitrine de Jésus-Christ fût transpercée d’une lance, dont la pointe perçât le Cœur même de Jésus-Christ, qui brûlait d’Amour pour Dieu et pour les hommes » (R. P. Eusèbe Nieremberg)

Christ-Sacre-Coeur-vitrail.jpg

La Prière du R. P. Juan Eusebio Nieremberg « Ô mon Sauveur, votre Cœur était déjà blessé des traits de l’Amour » :

« Ô mon Sauveur, votre Cœur était déjà blessé des traits de l’Amour, qu’était-il nécessaire qu’Il repût une seconde blessure ? Ô Charité infinie de Jésus-Christ à laquelle la Vie n’a pas suffi mais qu’Il a voulu déclaré après la mort, en nous ouvrant son Cœur... Ah ! Mon âme, puisque la porte est ouverte, entre avec empressement dans ce secret Cabinet de l’Amour. »

Ainsi soit-il.

« Le Disciple bien-aimé a dit que « Jésus nous a aimés jusqu’à la fin » (Jn. 13, 1) : Il l’a fait même après la fin, en nous donnant son Cœur après la mort même... Voilà la Poitrine de Jésus-Christ ouverte ; voilà son Cœur divisé, et nous voulons encore conserver notre volonté entière ! » (R. P. Eusèbe Nieremberg)

R. P. Juan Eusebio Nieremberg (1595-1658) – « De l'excellence de la dévotion au Cœur adorable de Jésus-Christ » du R. P. Joseph de Galliffet, pages 193-194, chez Seguin Aîné, 1832

Juan-Eusebio-Nieremberg.jpg

Voir également du R. P. Juan Eusebio Nieremberg :
La Prière du R. P. Jean Eusèbe de Nieremberg « Ô Cœur Sacré de la Mère de Jésus tout brûlant d’Amour pour nous »
La Prière du R. P. Juan Eusebio Nieremberg « Ô ma très adorable Princesse, que je sois par Votre moyen le frère de Jésus, le fils de Dieu et le Votre »
La Prière du R. P. Juan Eusebio Nieremberg « Ô mon Sauveur, votre Cœur était déjà blessé des traits de l’Amour »