extreme-onction.jpg

La Prière du Bienheureux Julien Maunoir pour une bonne mort « Ô mon Jésus, je Vous demande la Grâce d’une bonne mort en votre Amour » :

« Ô mon Jésus, je Vous demande très humblement et très instamment la Grâce des Grâces, La plus importante de toutes les Grâces, pour Votre gloire, et pour mon salut, la Grâce finale, la persévérance en la Grâce, une bonne mort. C'est une Grâce que nous ne pouvons mériter par tous les services imaginables, mais que Vous nous avez méritée aussi bien que toutes les autres. Cette Grâce est de mourir en Votre grâce et en Votre amour, c'est-à-dire de mourir ayant votre Grâce et votre Amour habituel, en l'âme, comme meurent tous les gens de bien ; ayant cet Amour, quand tout le reste manquerait, bon jugement, Prêtre, Sacrement, en quelque temps, et en quelque lieu que ce soit, j'aurai tout ce qu'il me faut, pour avoir entrée dans l'Eternité bienheureuse. Ô mon Jésus, que je meure de cette mort des Justes ! Mais, si c'était Votre bon plaisir, ô mon Jésus, je voudrais mourir, non seulement en votre Amour, et avec votre Amour habituel ; mais encore en votre Amour et avec votre Amour actuel ; je voudrais qu'en même temps que je pousserais les derniers soupirs de ma poitrine, je poussasse aussi des actes d'amour de mon cœur, et que je fusse tout ensemble, et mourant, et Vous aimant. C'est ainsi que mourut le Glorieux Saint Joseph qui, en mourant, Vous avait d'un côté, la Sainte Vierge de l'autre, et se trouva en même temps, et Vous aimant, et expirant. C'est ainsi que mourut le grand Saint Ambroise qui, après avoir communié avec tout l'amour qu'il pouvait, incontinent rendit l'âme, et venant de Vous recevoir, fut aussitôt reçu de Vous et mis là-haut dans le Ciel, pour y continuer à Vous aimer durant toute l'Eternité. C'est ainsi que mourut Saint Ignace, qui dit d'une voix toujours baissante jusqu'à la mort, Jésus, Jésus, Jésus, Jésus. C'est ainsi que sont morts plusieurs autres qui ont eu le jugement très-libre jusqu'à la fin, et qui n'ont cessé en ce monde de Vous aimer que lorsqu'ils ont cessé de vivre. Ah ! Je Vous prie, mon Seigneur, par les mérites et par les prières de ces grands Saints, de m'accorder une semblable mort, afin que les derniers moments de ma vie soient tous occupés à Vous aimer. Mais, mon Jésus, puisque j'ai commencé à Vous prier, je continuerai, s'il Vous plaît, et je prends la liberté de dire à Votre bonté que je voudrais encore mourir d'une autre sorte de mort : c'est de mourir, non seulement en votre Amour et avec votre Amour, mais de plus, pour votre Amour. C'est mourir pour votre Amour, que mourir pour quelque vertu chrétienne, pour la Foi, pour la Chasteté, pour la Charité, comme sont morts les martyrs. Voilà, mon Jésus, le souhait de mon cœur, et c'est par votre Grâce la disposition où je suis de demeurer ferme et constant à Votre service, et de souffrir plutôt la mort que de perdre une seule fois votre Grâce et votre Amour par aucun péché mortel. Ô mon Jésus, la prière que je Vous fais pour moi, je Vous la fais du même cœur pour tous les autres ! Je désire qu'il n'y ait plus de mauvaise mort ; hélas ! Il y en a déjà tant eu de mauvaises, il y en a si peu de bonnes. Que les mauvaises cessent et que les bonnes succèdent. Et comme c'est là la Grâce des Grâces, la Grâce d'où dépend notre bienheureuse, ou malheureuse Eternité, d'être à jamais avec Vous, ou à jamais séparé de Vous, je Vous la demande, ô mon Jésus, pour tous tant que nous sommes, par des motifs les plus capables de fléchir votre Bonté, par la Gloire de votre Père, par la grandeur de Vos mérites, par l'excès de votre Amour, par l'intercession des personnes les plus puissantes auprès de Vous, de Votre sainte Mère, de tous les Anges et de tous les Saints, et je désire de Vous la demander avec toutes les dispositions de foi, d'humilité, de confiance et de toutes les autres vertus, afin qu'ayant fait de mon côté, selon mon petit pouvoir, Vous fassiez du Vôtre selon Votre bonté et Votre puissance infinie. Ah ! Mon Seigneur, qu'il Vous plaise par les mérites de ces grands Saints, qui non seulement ont eu la résolution, mais qui en sont venus à l'effet, donnant leur sang et leur vie plutôt que de consentir à un seul péché, qu'il Vous plaise me faire le même bonheur et la même grâce, afin que je puisse Vous témoigner ma fidélité par l'effusion entière de mon sang et par la perte de ma vie, s'il est nécessaire. Je Vous dirai, mon Jésus, que je vois encore une mort au-delà de toutes les précédentes, qui me charme et après laquelle je soupire : c'est, mon Jésus, de mourir, non seulement en votre Amour et pour votre Amour, mais de plus de mourir par votre Amour, et que ce soit la force de votre Amour qui me tire l'âme du corps, pour la transporter à Vous. Ô bonne mort ! Ô précieuse mort ! Ô mort d'amour ! C'est ainsi que mourut le grand Saint François, et comme dit de lui un autre Saint François (c'est Saint François de Sales), il ne pouvait manquer de mourir de cette mort, car il aimait trop Dieu pendant sa vie, pour ne pas mourir d'amour, pour Lui. C'est ainsi qu'est morte Sainte Thérèse laquelle après sa mort révéla qu'elle était morte d'une impétuosité d'amour. C'est ainsi que mourut un dévot pèlerin sur la montagne du Calvaire, qui après avoir bien considéré que c'était là où son Sauveur était mort pour Lui, et avoir baisé et plusieurs fois baisé le trou où l'on avait mis la Croix, le cœur pressé d'un amour de tendresse et de compassion pour son cher Maître, rendit l'âme sur la place. Ce fut encore ainsi qu'un autre pèlerin, ayant visité les saints Lieux et médité sur les Mystères qui s'y étaient accomplis, étant enfin sur le Mont des Olives, où l'on voit encore la marque de Vos pieds imprimée sur une pierre, après avoir baisé et arrosé cette pierre de ses larmes, élevant les yeux au Ciel, comme s'il eût vu Notre Seigneur, fut transporté d'un désir si violent d'aller à Lui qu'il mourut sur le lieu, et lorsqu'on eut ouvert son corps, pour reconnaître la cause de sa mort, on trouva dans son cœur, comme dans celui de Saint Ignace, martyr, ces mots : Jésus, mon Amour. Et comme votre bras n'est point raccourci, ô mon Sauveur, votre bonté diminuée, c'est encore ainsi qu'est mort de nos jours un bon Prêtre en Provence qui, mourant de la violence de votre Amour, disait : Ô Amour ! Ô Amour, Tu m'as gagné ! Ô Amour, Tu m'as vaincu ! Son corps après sa mort demeura si ardent que l'on n'y pouvait toucher sans se brûler, et un prêtre de mauvaise vie s'approchant de lui à l'heure même, ses feux se redoublèrent de telle sorte que ce pauvre prêtre en fut échauffé, et a toujours aimé depuis véritablement Dieu. Mais, outre ces exemples d'une si belle mort, c'est ainsi que mourut Votre très digne Mère ; Elle devait mourir dès le second moment de sa Conception, parce que dès le premier, Elle reçut un si grand Amour, qui dès lors surpassait celui de tous les Saints qui sont morts d'amour, que son petit corps ne l'eût pu supporter, si Vous ne l'eussiez soutenue miraculeusement tout le temps qu’Elle a vécu en ce monde, jusqu'à ce qu'enfin, souhaitant de Vous aller voir dans l'éclat de Votre gloire, Elle Vous en fit sa prière, qui fut aussitôt exaucée, et l'amour tirant son âme incomparable de son saint Corps, L'éleva dans le Ciel, où Elle alla prendre place auprès de Vous sur un trône magnifique, au-dessus de tous les Bienheureux. Ah ! Mon Jésus, si ce n'est point trop de présomption, si ce désir et cette prière ne Vous offensent point, je Vous demande la Grâce, par les prières de ces saintes âmes, à qui Vous avez accordé une si grande faveur, et particulièrement par les prières de Votre sainte Mère, de mourir d'amour pour Vous : que ce soit votre Amour qui mette fin à ma vie ; que votre Amour augmente et croisse si fort en moi, qu'il arrache mon âme du sujet qu'elle anime, c'est-à-dire de mon corps, pour la porter à l'objet qu'elle aime, qui est Vous-même, mon aimable, mon adorable et mon admirable Jésus. Après tout, mon Jésus, pour ramasser tous mes désirs touchant ma mort, c'est que je désire mourir pour Vous, comme Vous êtes mort pour moi ; Vous êtes mort avec l'amour, pour l'amour et par l'amour que Vous aviez pour moi ; je désire de même de mourir avec l'amour, pour l'amour et par l'amour que j'aurai pour Vous. Si je ne suis pas martyr d'effet, je le serai par votre Grâce, de désir et de volonté ; et si je ne meurs pas par la violence des tourments, comme les Martyrs, j'accepte de mourir par la violence de la maladie ; si c'est être martyr que de mourir pour la foi, pour la charité, pour la chasteté, ne sera-ce pas aussi l'être de mourir pour la justice ? Je veux donc mourir, ô mon Jésus, pour satisfaire à Votre justice, qui veut que je subisse la mort que j'ai méritée. Oui, mon Jésus, il est juste que je meure, j'adore votre Arrêt, je m'y soumets, et j'accepte ma mort de Votre main, comme Saint François reçut les stigmates du Séraphin, qui les lui vint imprimer de Votre part ; oui, je reçois ma mort, non pas du cours de la nature, mais de Vos divines mains, comme Vous-même reçûtes la Vôtre, non pas des mains des Juifs, ni des bourreaux, mais de Celles de votre Père. Enfin, mon Jésus, je Vous fais la même prière que Vous faisait Votre admirable serviteur Saint François. Mon Jésus, Vous êtes mort de l'amour de mon amour; faites, s'il Vous plaît, que je meure aussi de l'amour de Votre amour. Ô Amour ! Amour sacré ! Amour de mon Jésus ! Que ce soit Vous qui me donniez l'heureux coup qui me tirera de ce pays infortuné, où l'on Vous aime si peu, et où l'on Vous offense tant, et m'emportez au paradis, où l'on ne Vous offensera jamais, où l'on Vous aimera parfaitement durant toute l'éternité ».

Ainsi soit-il.


Bienheureux R. P. Julien Maunoir (1606-1683) - « Comment Jésus-Christ doit être aimé et pourquoi ? », pages 143-149, Obertmur (1875)

Julien-Maunoir.jpg

Voir également du Bienheureux R. P. Julien Maunoir :
- La Prière pour un Amour Universel de Dieu « Ô mon Dieu, qu'il Vous plaise de nous donner à tous Votre Saint Amour » du R. P. Julien Maunoir
- La Prière à Dieu qui m'aime d'un Amour Infini « Ô Dieu d’Amour, Vous êtes Infini et moi je suis fort petit et fort borné » du Bienheureux Julien Maunoir
- La Prière pour chercher, trouver et aimer Notre Dieu « C'est Vous, mon Dieu, c'est Vous-même que je cherche » du Bienheureux Julien Maunoir
- La Prière pour aimer Dieu toujours davantage « Ô Dieu d’Amour, je veux mourir en Vous aimant et Vous aimer en mourant » du Bienheureux Julien Maunoir
- La Prière à Notre Très-Aimable Seigneur Jésus-Christ « Ô mon Jésus, que Vous êtes infiniment Aimable ! » du Bienheureux Julien Maunoir
- La Prière à Notre-Seigneur Jésus-Christ pour Lui demander son Amour « Ô mon Jésus, Vous aimer est aussi ce que je Vous demande » du Bienheureux Père Maunoir
- La Prière pour avoir davantage d’Amour pour Jésus « Ô Amour de Jésus si peu cultivé, si peu pratiqué sur la terre, que Tu es estimé, que Tu es regretté, que Tu es souhaité dans les Enfers ! » du Bienheureux Julien Maunoir
- La Prière devant le Très Saint Sacrement « Ô mon Jésus, je Vous adore dans ce Sacrement d'Amour » du Bienheureux R. P. Julien Maunoir
- La Prière au Saint-Esprit pour demander le Divin Amour « Venez donc, Divin Amour, remplissez nos cœurs qui soupirent après Vous » du R. P. Julien Maunoir
- La Prière pour la Pentecôte « Ô Jésus, daignez me laisser votre Esprit pour me consoler, m’éclairer et me conduire » du Bienheureux R. P. Julien Maunoir
- La Prière pour le renouvellement des Promesses du Baptême « Dieu de Bonté, Père, Fils et Saint-Esprit, je Vous renouvelle de tout mon cœur les Promesses que je Vous ai faites dans mon Baptême » du Révérend Père Julien Maunoir
- Les « Dix Commandements de la Croix du Christ » selon le Bienheureux Julien Maunoir
- La Prière sur l'opposition de la Vie de Jésus-Christ à la nôtre « Si je continue ainsi à Lui être contraire durant ma vie, que dois-je attendre de Lui à la mort ? » du Bienheureux Julien Maunoir
- La Prière aux Cinq Plaies de Jésus Crucifié pour nous « Ô Bon et Très-Doux Jésus, je me prosterne à genoux en votre Présence » du Bienheureux Julien Maunoir
- La Prière de Dévotion du pécheur envers le Crucifix « Ô mon Jésus, c'est donc Vous que je vois mort et étendu sur cette Croix ! » du Bienheureux Julien Maunoir
- L’Exercice pendant la Sainte Messe de « l’Horloge de la Passion de Jésus-Christ » du Bienheureux Julien Maunoir
- La Prière d'Union avec Jésus-Christ par la Sainte Communion « Jésus et moi, moi et Jésus, ne sommes qu'Un, qu’Une même Hostie, qu’Une même Victime » du Bienheureux Julien Maunoir
- La Prière à Marie, Mère de la Pureté et de la Chasteté, « Ô ma Bonne Mère, gardez-moi, défendez-moi comme Votre bien et Votre propriété » du Révérend Père Julien Maunoir
- La Prière de Mortification pour s'exciter à la haine de soi-même « Ô cœur, si Aimé de Jésus et qui aime si peu Jésus ! » du Bienheureux Julien Maunoir
- La Prière pour s'exciter à la Contrition de nos péchés « Ô mon Sauveur, il est bien juste que mon cœur se fende de regret, que ma poitrine éclate en soupirs et que mes yeux fondent en larmes pour Vous avoir si maltraité » du Bienheureux Julien Maunoir
- La Prière à Jésus Crucifié pour demander la Contrition « Ô Contrition du Cœur de Jésus, faîtes couler dans mon cœur cette Sainte Contrition » du Bienheureux Julien Maunoir
- La Prière de Conversion pour demander le changement de notre cœur « Faites, ô Cœur de Jésus, que mon cœur soit semblable au Vôtre » du Bienheureux Julien Maunoir
- La Prière pour une Bonne Mort « Ô mon Jésus, je Vous demande la Grâce d’une Bonne Mort en votre Amour » du Bienheureux R. P. Julien Maunoir
- La Prière pour une Personne Agonisante « Partez de ce monde, âme chrétienne » du Bienheureux R. P. Julien Maunoir
- La Prière à une Personne Mourante « Je vous recommande à Dieu Tout-Puissant, mon très-cher frère » du Bienheureux R. P. Julien Maunoir
- La Prière au Dernier Soupir d’un Agonisant « Nous Vous recommandons, Seigneur, l'âme de votre serviteur » du Bienheureux R. P. Julien Maunoir
- La Prière Universelle pour tout ce qui regarde le Salut « Ô mon Dieu, faîtes que je craigne votre Jugement, que j'évite l'Enfer et que j'obtienne enfin le Paradis » du Révérend Père Julien Maunoir