Dieu-Amour.jpg

La Prière du Père Bourdaloue pour le Jour de la Commémoration des Morts « Ô mon Dieu, mon âme languit d'attente au dedans de moi » :

« Ô mon Dieu, que notre mémoire ne périsse pas comme celle de l'impie, mais qu'elle soit selon la Parole du Saint-Esprit même, dans une éternelle Bénédiction, puisque jusqu’à la fin des siècles on se souviendra de nous dans les Mystères divins. Voilà, mon Dieu, ce que j'espère et ce que j'attends ; et voilà ce qui me soutient et ce qui me fortifie. Sans cette espérance, je tomberais dans l'abattement ; et vos Jugements déjà pour moi trop redevables, achèveraient sans ressource de me consterner. Quelque témoignage que je pusse me rendre de m'être justifié auprès de Vous, et d'avoir recouvré par vos Sacrements la Grâce que j'avais perdue, les dettes de mes péchés multipliées à l'infini, me rempliraient de terreur car je sais, ô mon Dieu, que rien de souillé ne sera reçu dans votre Royaume ; je sais qu'on ne sortira point des mains de votre Justice, sans qu'on n'ait payé jusqu’à la dernière obole ; je sais que par cette règle, la plus exacte Sainteté ne doit point faire de rond sur elle-même, et c'est ce qui me jetterait dans un secret désespoir. Mais quand je fais réflexion, Seigneur, aux Miséricordes que la foi me découvre en Vous ; quand je viens à considérer que je suis assez heureux pour mourir dans votre Grâce, quelque redevable que je sois à votre Justice, j'aurai de quoi m'acquitter ; que toute votre Église, par ses prières, viendra à mon secours ; que le Trésor des satisfactions de votre Fils me sera ouvert ; que les Mérites de sa Passion et de sa Mort me suivront même après le trépas, et que je pourrai encore alors puiser avec joie dans les précieuses Sources de mon Sauveur : ah, Seigneur, si je ne cesse pas absolument de craindre, au moins je commence à espérer. Cette espérance me console, elle me rassure, elle me ranime ; ne la séparant point d'une sincère et véritable pénitence, j'y trouve un ferme et solide appui ; et voilà pourquoi, à l'exemple de votre serviteur Job, je conserve chèrement cette espérance dans mon cœur : « Reposita est hæc ipes mea in finu meo » (Mon âme languit d'attente au dedans de moi) (Job 19, 27b).

Ainsi soit-il.


Révérend Père Louis Bourdaloue (1632-1704) - « Sermons du Père Bourdaloue sur les Mystères », Volume 2, « au Jour de la Commémoration des Morts », pages 508-509, chez Rigaud, 1726

Louis-Bourdaloue.jpg

Voir également du Révérend Père Louis Bourdaloue :
- La Prière du R. Père Bourdaloue « Mon Dieu, ne permettez pas que jamais je vienne à perdre cet esprit de soumission et de docilité envers l'Église Catholique »
- La Prière du R. Père Louis Bourdaloue à Saint Louis, Roy de France « Ô Saint Monarque, regardez d'un œil favorable ce royaume que vous avez si sagement gouverné »
- La Prière du R. P. Bourdaloue « Oui, Seigneur Vous savez que je Vous aime »
- La Prière du R. P. Louis Bourdaloue « Ô mon Dieu, Vous nous présentez la pénitence comme un bouclier »
- La Prière du R. P. Bourdaloue pour les Âmes Religieuses « Vous Seul, ô mon Dieu, êtes digne que nous quittions tout pour Vous »
- La Prière du R. P. Bourdaloue pour renoncer au monde et consentir à en être oubliée « Je quitte tout, Seigneur, et pour cela j'oublie père et mère, frères et sœurs »
- La Prière de demande du R. P. Bourdaloue « Seigneur, accordez à tous l'entière rémission de leurs péchés »
- La Prière du Père Bourdaloue pour un père ou un ami au Purgatoire « Priez et Dieu mettra fin aux peines de vos défunts »
- La Prière du Révérend Père Bourdaloue « Ô Glorieuse Mère de Dieu, j’ai recours à Vous avec confiance »
- La Prière du Père Bourdaloue sur la Purification de la Vierge « Divin Esprit, Vous qui sanctifiâtes Marie par la pratique et l'observation de la Loi »
- La Prière du Père Bourdaloue pour le Jour de la Commémoration des Morts « Ô mon Dieu, mon âme languit d'attente au dedans de moi »