La Prière du bienheureux Guerric d'Igny « Seigneur, enseigne-moi le chemin de tes volontés et je le chercherai toujours » :

« Le chemin du Seigneur, frères, qu'il nous est demandé de préparer se prépare en marchant. On y marche dans la mesure où on le prépare. Même si vous vous êtes beaucoup avancés sur ce chemin, il vous reste toujours à le préparer, afin que, du point où vous êtes parvenus, vous soyez toujours tendus au-delà. Voilà comment, à chaque pas que vous faites, le Seigneur à qui vous préparez les voies vient au-devant de vous, toujours nouveau, toujours plus grand. Aussi est-ce avec raison que le juste prie ainsi : « Enseigne-moi le chemin de tes volontés et je le chercherai toujours ». On donne à ce chemin le nom de vie éternelle, peut-être parce que bien que la providence ait examiné le chemin de chacun et lui ait fixé un terme jusqu'où il puisse aller, cependant la bonté de celui vers lequel vous vous avancez n'a pas de terme. C'est pourquoi le voyageur sage et décidé pensera commencer lorsqu'il arrivera. Il oubliera alors ce qui est derrière lui pour se dire chaque jour : « Maintenant, je commence ». Mais nous qui parlons d'avancée dans ce chemin, plût au ciel que nous nous soyons mis en route ! A mon sens, quiconque s'est mis en route est déjà sur la bonne voie : il faut toutefois qu'il ait vraiment commencé, qu'il ait trouvé le chemin de la ville habitée, comme dit le psaume. Qu’ils sont peu nombreux ceux qui la trouvent, dit la Vérité. Qu'ils sont nombreux ceux qui errent dans les solitudes... Et toi Seigneur, tu nous as préparé un chemin, si seulement nous consentons à nous y engager. Tu nous as enseigné le chemin de tes volontés en disant : Voici le chemin, suivez-le sans vous égarer à droite ou à gauche. C'est le chemin que le Prophète avait promis : « Il y aura une route droite et les insensés ne s'y égareront pas ». J'ai été jeune, maintenant je suis vieux et, si j'ai bonne mémoire, je n'ai jamais vu d'insensés sur ton chemin, Seigneur, c'est tout juste si j'ai vu quelques sages qui aient pu le suivre tout au long. Malheur à vous qui êtes sages à vos yeux et qui vous dites prudents, votre sagesse vous a éloignés du chemin du salut et ne vous a pas permis de suivre la folie du Sauveur. Si tu es déjà sur le chemin, ne perds pas ta route ; tu offenserais le Seigneur qui lui-même t'a conduit. Alors il te laisserait errer dans les voies de ton cœur. Si ce chemin te paraît dur, regarde le terme auquel il te conduit. Si tu vois ainsi le bout de toute perfection, tu diras : « Comme ils sont larges tes ordres ». Si ton regard ne va pas jusque-là, crois au moins Isaïe le Voyant qui est l'œil de ton corps. Il voyait bien ce terme lorsqu'il disait : « Ils marcheront par ce chemin, ceux qui ont été libérés et rachetés par le Seigneur, et ils viendront dans Sion avec des cris de joie. Un bonheur éternel transfigurera leur visage, allégresse et joie les accompagneront, douleur et plainte auront pris fin ». Celui qui pense à ce terme, non seulement trouve le chemin court, mais encore a des ailes, de sorte qu'il ne marche plus, il vole vers le but. Que par-là vous conduise et vous accompagne celui qui est le chemin de ceux qui courent et la récompense de ceux qui arrivent au but : Jésus-Christ. Ainsi soit-il. »

Bienheureux Guerric d'Igny (vers 1087-1157)

Guerric-d-Igny.jpg

Voir également du bienheureux Guerric d'Igny :
La Prière du bienheureux Abbé Guerric d'Igny « Cela me suffit, si Jésus est vivant ! »
La Prière du bienheureux Guerric d'Igny « Seigneur, enseigne-moi le chemin de tes volontés et je le chercherai toujours »
La Prière du bienheureux Guerric d'Igny « Seigneur, montre-nous Ta miséricorde »
La Prière du bienheureux Abbé Guerric d'Igny « Va de l'avant, Marie, va ! »
La Prière du Bienheureux Guerric d'Igny « La vraie Lumière, c'est de Te connaître »
La Prière du Bienheureux Abbé Guerric d'Igny « Sainte Mère de Dieu, notre demeure est en Toi »
La Prière du Bienheureux Guerric d'Igny « Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez »
La Prière du Bienheureux Abbé Guerric d'Igny « Ô Seigneur Jésus, véritable Jardinier, opérez en nous ce que Vous exigez de nous »