Confession-Pardon.jpg

La Prière du soir d’un enfant de la Comtesse Louise-Mathilde de Flavigny « Quel bonheur si chaque soir je pouvais me dire, en achevant la journée : Dieu est content de moi » :

« Voici ma journée finie, Seigneur. Avant de prendre mon repos, je veux examiner devant Vous si j'ai fait un bon usage de cette journée que Vous m'avez seulement accordée pour l'employer à Vous servir. Éclairez ma conscience sur les fautes que j'ai eu le malheur de commettre, et inspirez m’en tant de regret, ô mon Dieu, qu'il ne m'arrive plus d'y retomber à l'avenir. Il me semble, ô mon Dieu, qu'aujourd'hui je n'ai pas à me reprocher de nombreuses fautes. Pourrais-je donc en avoir de l'orgueil ? Non, sans doute, car si j'ai été meilleur qu'à l'ordinaire, c'est à Vous seul que je le dois, ô mon Dieu ! Je Vous remercie de l'Assistance que Vous avez bien voulu me donner, et des Grâces que Vous ne cessez de répandre sur moi ; je Vous remercie encore de la satisfaction que je trouve dans le bon témoignage de ma conscience. Quel bonheur si chaque soir je pouvais me dire, en achevant la journée : Dieu est content de moi. Hélas ! Mon Dieu, il ne me faut pas de longues réflexions pour sentir que j'ai mal passé ce jour. Ma conscience m'a déjà reproché mes fautes, et je n'avais pas le cœur content, ce soir, en embrassant ma mère. Je suis aussi bien honteux devant Vous, ô mon Dieu, à qui j'avais fait ce matin de si bonnes promesses. Que pensez-Vous de moi, de ce pauvre enfant qui ne sait pas résister à la moindre tentation, et qui oublie si facilement vos Bienfaits ! Ne vous lassez pas cependant de m’aimer, ô Seigneur. Plus je suis faible, plus j’ai besoin de votre Miséricorde ; je suis tout repentant de mes torts. Agréez, ô mon Dieu, la peine et le tourment qu'ils me causent, comme un commencement de pénitence et d’expiation. Pardonnez-moi cette fois encore : je prends la résolution de réparer au plus tôt la mauvaise conduite de ce jour. Mon Dieu, daignez accorder toutes sortes de Bénédictions à mon père, à ma mère, à mes grands-parents, à mes frères et sœurs, à toute ma famille, à mes amis et aux personnes qui ont soin de moi. Je Vous demande aussi de soulager ceux qui souffrent, de pardonner aux pécheurs et de donner aux morts le Repos éternel ».

Ainsi soit-il.


Comtesse Louise-Mathilde de Flavigny (1811-1883) – « Le Livre de l'enfance Chrétienne » : instructions religieuses d'une mère à ses enfants, pages 3-6, Ad Mame et Cie, 1843


Voir également de la Comtesse de Flavigny :
- La Prière d’un enfant sur sa Première Communion de la Ctesse de Flavigny « Je n'entrevois encore que de loin, ô mon Dieu, l'heureux Jour de ma Première Communion »
- La Prière du matin d’un enfant de la Comtesse de Flavigny « Mon Dieu, je suis bien jeune mais mon cœur sait déjà Vous aimer »
- La Prière du soir d’un enfant de la Comtesse Louise-Mathilde de Flavigny « Quel bonheur si chaque soir je pouvais me dire, en achevant la journée : Dieu est content de moi »