« Prières et Citations » du Père Henri Caffarel :


« Le foyer chrétien est une prédication sans paroles mais étonnamment persuasive ». Père Henri Caffarel


« Dans cet autre monde, le monde de l’amour, le monde de la personne, du mystère de la personne, celle-ci n’est pas une chose dont on s’empare mais une liberté qui se donne. Et ce don d'amour est une manière de miracle, imprévisible, gratuit toujours ». Père Henri Caffarel


« Un vrai foyer chrétien, c’est une grande œuvre de Dieu, l’éclat du Sacrement de Mariage est le reflet de l’immense tendresse qui unit le Christ à l’Eglise ». Père Henri Caffarel


« A titre personnel, comme foyer, dans votre amour et dans votre mission : soyez exigeants, vous ne décevrez jamais ! ». Père Henri Caffarel


« Combien souvent l’amour des époux, l’affection entre parents périclitent, précisément parce qu’on néglige de les entretenir et approfondir. Nos amours humaines exigent des rencontres, des échanges, des moments de cœur à cœur. C’est vital. De même pour l’amour de Dieu, Il dépérit dans l’âme du chrétien qui ne se ménage pas chaque jour des moments de rencontre avec son Seigneur, moments d’échanges, d’intimité, c’est-à-dire de prière. C’est non moins vital. Et qui me rétorque : « Mais où voulez-vous que je trouve le temps de prier ? » me laisse rêveur… Toute la question est de savoir si c’est vital de manger, toute la question est de savoir si c’est vital de prier ». Père Henri Caffarel


« Votre foyer rendra témoignage à Dieu de façon plus explicite encore s’il est l’union de deux « chercheurs de Dieu » selon l’admirable expression des psaumes. Deux chercheurs dont l’intelligence et le cœur sont avides de connaître, de rencontrer Dieu. Des passionnés de Dieu impatients de lui être unis, pour qui Dieu est la grande réalité et que Dieu intéresse plus que tout. Dans un tel foyer, tout est vu et conçu en fonction de Dieu. Et je ne parle pas en théorie. Combien j’en connais, parmi vous, de ces vrais chercheurs de Dieu en qui vibre une corde secrète quand, devant eux, le nom de Dieu est évoqué. Un tel foyer est un lieu de culte : mari et femme y sont ces « adorateurs en esprit et en vérité », tel que les veut le Père (Jn. 4, 23) ». Père Henri Caffarel


« C’est pour la vie ! » Voilà aussi le fondement du Mariage : « Pour la vie », la foi en un amour éternel. L’amour se veut absolu. Rien ne peut être comparé à cet amour-là ». Père Henri Caffarel


« Dans le mariage, l’un est donné à l’autre pour qu’ils soient ensemble source d’ardeur pour Dieu. L’un est donné à l’autre pour s’entraîner à découvrir Dieu et aller vers Lui. Ne soyons pas naïf, me dira-t-on. Le conjoint peut devenir source de tiédeur, de ralentissement sur une route que l’on avait pourtant prise avec enthousiasme. Il arrive que certains quittent tout à cause de l’autre. Oui, c’est vrai. Pourtant, Dieu trouve sa joie dans l’amour que l’un donne à l’autre dans le Sacrement de Mariage. Dieu vient habiter l’amour réciproque des époux. Dieu vient épanouir avec infini respect cet amour de l’un pour l’autre. Davantage, parce qu’il fait habiter son amour dans l’amour humain, Il y trouve comme le vis-à-vis de son Amour, l’épanouissement de sa création. « Dieu créa l’homme à son image, à l’image de Dieu il le créa, homme et femme il les créa » (Gn 1, 27). Voilà la grandeur du Sacrement de Mariage ». Père Henri Caffarel


« Le Christ nous aime tel que nous sommes, avec notre bien et notre mal, avec nos misères et nos vertus. Nous sommes regardés de ce regard d’amour dont parle l’évangile. C’est une grande vérité à dire et à répéter : les hommes ont faim et soif. Ils ont besoin de découvrir qu’ils sont aimés parce que cet amour découvre en eux quelque chose d’aimable. Ne s’entendent-ils pas dire qu’il n’y a rien d’aimable en eux ? Même eux ne s’aiment pas eux-mêmes ; la grande découverte, c’est cela ». Père Henri Caffarel


« Dieu n’est pas jaloux de l’amour humain qu’il a créé mais il en est le complice ». Père Henri Caffarel


« Simple, vrai, joyeux et amoureux doit être le foyer chrétien qui veut porter témoignage auprès de ses hôtes ». Père Henri Caffarel


« C’est à Marie, pleine de grâces, qu’il faut demander la grâce de l’innocence de l’œil. Elle ne peut rien refuser à notre confiance d’enfant, car elle nous aime tendrement, apercevant en chacun de nous, fussions-nous le pire des pécheurs une beauté dont peut-être nous avons perdu jusqu’au souvenir : cette image de Dieu, indélébile, mais plus ou moins enfouie et qu’il faut une grande pureté du regard pour découvrir ». Père Henri Caffarel


« Si vous pratiquez le devoir de s’asseoir, ne manquez pas de vous interroger sur la pratique du devoir de bonne humeur ». Père Henri Caffarel


« Grâce aux dons du Saint-Esprit, nous deviendrons, peu à peu, plus aptes à discerner ce qui plaît à Dieu ». Père Henri Caffarel


« Il suffit d’avoir pratiqué tant soit peu la prière conjugale pour pouvoir dire que grâce à elle, souvent après de nombreuses années de mariage, on découvre l’âme de son conjoint, ainsi que les mouvements et les aspirations de sa vie intérieure. On mesure tout le prix de cette découverte lorsqu’on admet que la connaissance profonde d’un être est la condition première de l’estime et de l’amour vrai ». Père Henri Caffarel


« L’amour va beaucoup plus loin qu’on ne pensait. Il s’agit de bien autre chose que de conjuguer le verbe aimer, que d’échanger émotions, sentiments, pensées faciles ; c’est son être profond, son moi intime qu’il faut livrer, et pour cela, le découvrir tel qu’il est, avec ses richesses et ses misères. Et ce n’est pas seulement non plus aux heures où il est délicieux de recevoir, mais à chaque instant, qu’il faut se faire accueillant à la présence, aux paroles, au don d'un autre ». Père Henri Caffarel


« Restaurer la législation du mariage ne suffit pas ; car si l’amour, le mariage, le couple, ne sont pas guéris et transformés, la nature humaine laissée à elle-même retombera de tout son poids dans ses erreurs, en dépit de toute réforme législative ». Père Henri Caffarel


« Ouvrier d’unité, l’Esprit Saint l’est aussi entre parents et enfants. Et c’est de lui encore qu’il faut attendre compréhension, entente et amour mutuel entre les enfants ». Père Henri Caffarel


« Pour faire croître comme pour faire naître, il faut être deux, unis dans l’amour. C’est le grand secret de l’éducation. L’intime collaboration du père et de la mère est la condition de son succès ; leur amour mutuel est le pain quotidien de l’enfant ». Père Henri Caffarel


« Quand le Christ unit par son Sacrement un homme et une femme, c’est pour fonder un sanctuaire, ce sanctuaire qu’est un foyer chrétien, où Lui, le Christ, pourra célébrer, avec ce couple, par ce couple, le grand culte filial de louange, d’adoration et d’intercession qu’il est venu instaurer sur terre ». Père Henri Caffarel


« La prière conjugale est le grand stimulant de la vie chrétienne personnelle au foyer ». Père Henri Caffarel


« Il ne suffit pas d’exister, il faut encore se nourrir pour vivre et pour grandir ». Père Henri Caffarel


« Si tous les foyers chrétiens étaient convaincus de l’importance de la prière conjugale ; si, dans tous ces foyers, la prière conjugale était vivante, il y aurait dans le monde un prodigieux accroissement de joie, d’amour et de grâce ». Père Henri Caffarel


« Une famille en prière est une parcelle de ce levain qui fait lever toute la pâte, une étincelle de ce feu que le Christ est venu allumer sur la terre. Elle porte en elle la vie et l'espoir de notre humanité ». Père Henri Caffarel


« Se donner à son conjoint — pour des époux chrétiens — c’est se donner à Dieu et c’est en même temps transmettre à celui qu’on aime les grâces qu’on a reçues de Dieu pour lui ; s’ouvrir à la présence de l’autre, c’est accueillir en soi la vie divine dont il est porteur et qu’il nous offre ». Père Henri Caffarel


« S’engager dans une vie où les dons, les renoncements, les dépassements se multiplieront, en réponse aux exigences répétées de l’amour ». Père Henri Caffarel


« Qui pourrait dire le nombre de foyers qui doivent leur équilibre humain et spirituel à la pratique du Devoir de s’asseoir ? » Père Henri Caffarel


« Autorité et amour sont une même chose. Le père n’est auteur que parce qu’il aime, l’autorité n’est que l’amour en acte ». Père Henri Caffarel


« La prière engendre l'amour, et l'amour, le sacrifice — « Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu'on aime ». Allez-vous jusqu'à ce plus grand amour, pour faire croître dans la grâce ceux que vous avez engendrés à la vie ? » Père Henri Caffarel


« Il n’est pas de plus haut modèle, pour les époux qui aspirent à la sainteté, que le mariage de Joseph et de Marie ». Père Henri Caffarel


« La seule attitude religieuse authentique consiste à venir à l’oraison parce que Dieu nous y appelle… cette pensée d’être à l’oraison parce que Dieu vous y appelle, et en réponse à cet appel, éliminera la tension, l’inquiétude, la présomption, le contentement de vous-même et vous établira dans une humilité, une sécurité, une confiance très paisibles ». Père Henri Caffarel


« L'oraison est une nécessité vitale. Et nous l’avons vu, ceux qui en ont fait l’expérience ne peuvent plus s’en passer. Mais en fait, la plupart des chrétiens ne s’en doutent pas. Personne ne le leur a dit ». Père Henri Caffarel


Père Henri Caffarel (1897-1975)

Caffarel.jpg

Voir d’autres Prières du Père Henri Caffarel :
La Prière du Père Henri Caffarel « Ô Toi qui es chez Toi dans le fond de mon cœur »
La Prière du Père Henri Caffarel « Père d'infinie tendresse, saisis-moi de Tes deux mains : Ton Fils et Ton Saint-Esprit »
La Prière du Père Henri Caffarel « Dieu dit : couple chrétien, tu es ma fierté et mon espoir »
La Prière du Père Henri Caffarel « Gloire à Dieu au plus haut des cieux ! »
Les « Prières et Citations » du Père Henri Caffarel
La « Prière Conjugale » selon le Père Henri Caffarel
Lettre à tous les « Foyers désunis » du Père Henri Caffarel
La Lettre du Père Henri Caffarel à une femme séparée qui lui pose la question « Fais-je tout ce que je dois faire si je me contente de prier pour lui ? »