Communion-des-Saints.jpg

La Prière pour la Fête de la Toussaint d’Adolphe Baudon de Mony « Seigneur Jésus, Vous m'entrouvrez doublement le Ciel en ce Jour » :

« Mon Dieu, Vous êtes riche en Miséricorde ; Vous aimez votre Peuple avec un excès d'Amour ; Vous le rappelez à la Vie ; Vous le faites asseoir à un Banquet Céleste qui n'est autre que Vous-même, pour montrer les Richesses abondantes de votre Grâce. Vous appelez à Vous des millions de Saints ; Vous les tirez de toutes les conditions de l'humanité, de la richesse et de la misère, des savants et des ignorants. Soyez-en Béni et Loué dans tous les siècles. Et pour moi, qui me suis approché de la Cité du Dieu vivant, de la Jérusalem Céleste, moi qui nourri de la Chair adorable de Jésus, suis maintenant entouré de milliers d'anges, comment pourrai-je assez chanter Vos grandeurs ? Comment dans ma faiblesse pourrai-je exalter votre Force, et dans mon péché comment célébrerai-je votre Sainteté ? J'en suis incapable, ô Père Tout-Puissant. Aussi j’unis mes faibles hommages à Ceux que Vous rend Votre Divin Fils d'une manière qui Vous est infiniment agréable : aussi, je joins mes prières si légères devant Vous à celles si précieuses de Vos anges et de la multitude de vos Saints. Qu'il doit être beau d'entendre aujourd'hui dans la Jérusalem Céleste la légion des Élus répéter dans des Hymnes sans fin et toujours nouveaux, que Vous êtes seul Saint, seul Grand, seul Très-Haut avec votre Fils adorable, et le Saint-Esprit ! Quelle Fête admirable, quel Concert, quelle Allégresse ! Sur la terre, nous ne pouvons nous en former une idée. Aussi, je m'arrête, et j'adore silencieusement, espérant que Vous Vous contenterez de mes désirs quelque languissants qu'ils soient, et que Vous suppléerez par Vous-même à tout ce qui me manque. Seigneur, la Fête de Tous les Saints est la Fête de la Confiance. Que d’Élus sont entrés dans le Ciel ! Que de Bienheureux qui ont vécu dans des positions aussi difficiles que moi, qui ont eu les mêmes passions et les mêmes faiblesses, qui même ont eu à remonter de plus bas pour arriver jusqu'à Vous ! Aussi, je dois espérer, surtout après le Don inestimable que Vous n'avez accordé, en m’admettant aujourd'hui à votre Table Sainte. Je dois aussi venir à Vous comme un fils auprès de son tendre Père, pour Vous exposer mes misères et mes besoins. Seigneur, Vous savez que je suis malade. La Prière, qui serait pour moi le plus puissant de tous les remèdes me pèse et me répugne ; c'est avec peine que je la commence, et pendant que je m’y livre je ne suis que distractions ; je la termine le plus tôt possible, et aussitôt après, j'absorbe mon cœur dans les choses de la terre ; aussi je n'en tire aucun fruit. Et la Communion, Seigneur, quel est le fruit que j'en recueille ? Vous m'y demandez des sacrifices. Est-ce que je Vous les accorde ? Vous m'y donnez des Conseils, est-ce que je me préoccupe de les mettre en pratique ? Je prends des résolutions. Y-suis-je fidèle ? Vous connaissez ces plaies, Seigneur; Vous en connaissez bien d'autres en moi qui ne m'apparaissent pas, tant je me fais d'illusion sur moi-même. Et cependant j'ai confiance dans Votre Miséricorde, j'espère que Vous me changerez, que Vous me convertirez un jour d'une manière définitive, et que Vous me rendrez assidu à la Prière, fervent dans la Communion ; Vous avez fait de tant de pécheurs des Saints admirables, que Vous aurez pitié de ma faiblesse, parce que mon repentir est profond et que ma demande est sincère. Dieu des pénitents, Médecin charitable des malades, ayez compassion de moi ; écoutez les prières de l'Église Triomphante, et brisez à tout jamais les chaînes de ma mollesse et de mon indifférence. Seigneur Jésus, Vous m'entrouvrez doublement le Ciel en ce Jour : d'abord, par la Communion, par Votre adorable Présence et par la participation que Vous m'accordez à Votre Nature Divine ; puis par la lecture de Vos Saintes Écritures, qui m'élèvent jusque dans les Secrets de l'éternité pour me faire le dénombrement de vos Élus et me Les représentent comme une Foule innombrable au pied de votre Trône, chantant en Présence de l'Agneau les louanges du Dieu Trois Fois Saint. Oh ! Comment cette vue ne me ravirait-elle pas ! Comment pourrais-je en retirer mes regards, et ne pas chercher, malgré la faiblesse de mes sens, à plonger mes yeux dans cet Abîme infini de Majesté, de Gloire, de Félicité sans fin ? Ce n'est pas possible, ô mon Dieu. Donnez-moi donc un cœur Pur, pour Vous voir, comme Vous me l'avez promis. Une fois que je Vous aurai contemplé dans la vivacité de ma Foi, je ne pourrai plus pécher, ni Vous offenser. Oui ! Le Ciel, mon Dieu, c'est ma Patrie et je veux y arriver. Il faut pour y parvenir avoir l’esprit de Pauvreté ; aussi, je renonce à l'amour des richesses. Il faut être miséricordieux pour obtenir Miséricorde ; aussi, je pardonne à tous ceux qui m'ont offensé. Il faut lutter pour la Vérité et souffrir au besoin la persécution pour Elle ; aussi, je triompherai désormais de mon respect humain. Voilà de grandes, de belles résolutions ; bénissez les, Seigneur, en considération de Vos Mérites et de ceux de Tous Vos Saints ».

Ainsi soit-il.


Adolphe Baudon de Mony (1819-1888) - « Pensées pieuses après la Sainte Communion pour les Dimanches et les principales Fêtes de l'année », Fête de Tous les Saints, le 1er novembre, pages 426-429, chez Charles Douniol (1859)

Adolphe-Baudon-de-Mony.jpg

Voir également d’Adolphe Baudon de Mony :
- La Prière pour nous réconcilier avec nos frères d’Adolphe Baudon de Mony « Ô mon Sauveur Jésus, rendez-moi humble, doux, prompt à pardonner à mes frères »
- La Prière d’Adolphe Baudon de Mony sur le Miracle de la Multiplication des pains « Ô Dieu, qui Vous multipliez ainsi chaque jour sur chacun de vos Autels »
- La Prière sur le Sermon sur la Montagne (Mt 7, 15-21) d’Adolphe Baudon de Mony « Seigneur Jésus, Vous êtes seul l'Arbre de Vérité et de Vie qui porte les fruits du Salut »
- La Prière sur la Parabole de l'intendant infidèle (Luc 16, 1-9) d’Adolphe Baudon de Mony « Ô Mon Sauveur, Vous me retracez le tableau du Jugement que j'aurai à subir après ma mort »
- La Prière lorsque Jésus pleure sur Jérusalem (Luc 19, 41-47) d’Adolphe Baudon de Mony « Ô Seigneur Jésus, faites-nous comprendre que si nous avons été pécheurs, il faut maintenant être pénitents »
- La Prière pour l’Assomption d’Adolphe Baudon de Mony « Ô Reine des anges et du Ciel, maintenant que Vous êtes dans la Gloire, priez pour moi, afin qu'à Votre exemple je sois humble »
- La Prière sur la Guérison du Sourd-Muet (Marc 7, 31-37) d’Adolphe Baudon de Mony « Seigneur Jésus, qui avez ouvert les oreilles du sourd-muet et délié sa langue »
- La Prière sur le Bon Samaritain (Luc 10, 23-37) d’Adolphe Baudon de Mony « Seigneur Jésus, enseignez-nous jusqu'où doit aller notre Charité pour nos frères »
- La Prière sur la Guérison des dix lépreux (Luc 17, 11-19) d’Adolphe Baudon de Mony « Seigneur Jésus, qui avez tant de fois guéri mon âme de la lèpre du péché »
- La Prière sur l’Évangile des deux Maîtres (Mt 6, 24-33) « Seigneur Jésus, je ne veux plus servir deux Maîtres, je suis désormais à Vous sans partage » d’Adolphe Baudon de Mony
- La Prière pour la Fête de l’Exaltation de la Sainte Croix « Ô Seigneur Jésus, comme il est juste dans ce Jour de Vous offrir l'expression de mon ardent amour ! » d’Adolphe Baudon de Mony
- La Prière sur l’Évangile de la Veuve de Naïm (Luc 7, 11-16) d’Adolphe Baudon de Mony « Ô mon Dieu, mon âme était atteinte du péché et Vous l'avez guérie »
- La Prière d’après la Parabole du Festin (Luc 14, 1-11) d’Adolphe Baudon de Mony « Dieu Humble, je veux être Humble comme Vous »
- La Prière pour aimer Dieu et notre prochain (Matthieu 22, 34-46) d’Adolphe Baudon de Mony « Seigneur Jésus, Vous venez aujourd'hui de prendre possession de mon cœur »
- La Prière sur la Guérison du Paralytique (Matthieu 9, 1-8) d’Adolphe Baudon de Mony « Ô mon bon Jésus, j'étais le paralytique dont parle votre Évangile »
- La Prière sur le Festin des Noces du Fils d'un Roi (Matthieu 22, 1-14) d’Adolphe Baudon de Mony « Ô Roi de mon cœur, Vous m'avez admis à Votre Festin »
- La Prière sur la Guérison du Fils de l’Officier du Roi à Capharnaüm (Jean 4, 46-53) d’Adolphe Baudon de Mony « Ô Jésus, fortifiez ma Foi comme Celle du Centurion »
- La Prière pour la Fête de la Toussaint d’Adolphe Baudon de Mony « Seigneur Jésus, Vous m'entrouvrez doublement le Ciel en ce Jour »