Rois-Mages.jpg

La Prière pour la Fête de l’Épiphanie du Seigneur « Ô mon Jésus, je ferai en ce Jour une triple offrande de Charité, de Prière et de Pénitence en souvenir de celles des Mages » d’Adolphe Baudon de Mony :

« Souverain Dominateur des âmes, Vous êtes descendu dans la mienne, Vous y êtes plein de puissance et d’empire. Je reconnais avec joie Votre venue et j'adore Votre infinie Majesté. Je viens comme les Mages déposer à vos pieds l'or de la Charité, l'encens de la Prière, la myrrhe de la Pénitence, et Vous reconnaître véritablement Roi, véritablement Dieu, et véritablement homme. Ô combien sont malheureuses les âmes qui ne Vous adorent pas ! Combien ils sont à plaindre ces aveugles spirituels qui ne voient pas aujourd'hui Votre glorieuse Manifestation, qui ferment les yeux à votre Épiphanie, et qui, comme Hérode, ne pensent qu'aux futilités de la vie mondaine ! Mon Dieu, j'ai partagé trop longtemps les erreurs de ces âmes ; si je ne Vous ai pas blasphémé, trop de fois je me suis lassé de Vous adorer, et je ne me suis approché de vos Autels qu'avec tiédeur et dégoût. Maintenant que Votre étoile m'est apparue, que j'ai trouvé dans la Sainte Communion le Dieu de Bonté et de Miséricorde, je ne veux plus détacher de Vous mes regards, je veux vivre avec Vous de votre Vie, je veux me nourrir de Vos inspirations, je veux Vous adorer sans cesse, au pied de vos Autels, ou, si je ne le peux toujours, je veux le faire, du moins dans le sanctuaire de mon cœur. Ô Jésus, recevez mes résolutions ; ô Marie, si joyeuse en ce Jour, aidez-moi à les exécuter, et priez pour moi. L'Épiphanie est la Fête de la Foi ; c'est le Jour où le Désiré des nations est apparu aux Gentils et s'est manifesté comme le Sauveur et le Père de toute l'humanité. Aussi, mon Dieu, ma pensée la plus chère en m'adressant à Vous est de Vous demander de confirmer ma Foi, et de La rendre inébranlable. Seigneur, la Foi est diminuée de nos jours : combien y sont rares ces Chrétiens généreux pour qui l'Évangile est la seule règle de conduite, qui ne vivent que de la Vie surnaturelle, que pour Vous aimer, Vous connaître, Vous servir, et pour arriver par-là à l'Éternité Bienheureuse ! Hélas, chez un grand nombre, la Religion est devenue une conception humaine et non plus une doctrine descendue du Ciel ! Jésus, divin Enfant, dissipez en moi par les Grâces de Votre sainte Présence une erreur aussi dangereuse. Illuminez-moi des splendeurs de votre Foi, afin que ce soit sur Elle que je règle toute ma conduite, afin que je réprouve tout ce qu'Elle condamne, et que j'embrasse tout ce qu'Elle approuve et commande. Chassez loin de mon cœur les doutes, les hésitations, et ces déplorables capitulations de conscience que l'on se permet si facilement de nos jours. Faites que je voie toujours en Vous, non pas un sage, mais un Dieu, non pas un législateur humain, mais un Rédempteur. Faites que j'aie une Foi inébranlable dans Votre venue sur la terre, dans Votre incarnation, dans Votre présence au milieu de nous. C'est le fruit que je dois attendre de cette Communion, et j'espère, ô Dieu de Bonté, que Vous me donnerez d'en jouir. Mais, ô mon Dieu, il ne suffit pas à ma reconnaissance de Vous saluer comme mon Maitre et mon Créateur ; il faut encore que je Vous offre, à l'exemple des Mages, les présents que Vous attendez de moi. Et d'abord, Vous me demandez l'or de la Charité, l'emploi généreux pour Votre service de cette fortune, de cette intelligence, de tous ces dons temporels que Vous m'avez départis. Seigneur, je n’entendrai pas en vain Votre appel, et, suivant les ressources que Vous m'avez données, je serai désormais généreux pour mes frères, pour les œuvres chrétiennes et pour votre Église. Vous attendez encore de moi, ô divin Enfant, l'encens de la prière. Vous daignez Vous réjouir lorsque nous conversons avec Vous, que nous Vous ouvrons notre cœur et que nous Vous exposons nos besoins. Oh ! Je ne Vous refuserai pas une semblable demande, et je prierai, je prierai souvent : j'élèverai sans cesse ma pensée vers Vous, mon regard vers le Ciel pour me purifier et retremper mon courage à ce grand Spectacle. Enfin, Vous voulez la myrrhe de la mortification. Vous nous dites et par les pleurs de Votre berceau, et par les fatigues de Votre fuite en Égypte, et par les Plaies cruelles de votre Passion, Vous nous dites que l'Évangile est la Voie étroite, la Voie des austérités et de la pénitence. Mon Dieu, je sais que cette Parole est dure au premier abord, mais si j'ai le courage de La suivre, vous La rendrez douce à mon cœur, et, comme les Saints, je jouirai plus, au milieu des privations, que ne font les mondains au milieu de leurs délices. Daignez, Seigneur, accepter ces offrandes, et donnez-moi la force de ne pas violer la promesse que je fais à Vos pieds. Je ferai en ce Jour une triple offrande de Charité, de Prière et de Pénitence en souvenir de celles des Mages ».

Ainsi soit-il.


Adolphe Baudon de Mony (1819-1888) - « Pensées pieuses après la Sainte Communion pour les Dimanches et les principales Fêtes de l'année », Fête de l’Épiphanie du Seigneur, pages 35-38, chez Charles Douniol (1859)

Adolphe-Baudon-de-Mony.jpg

Voir également d’Adolphe Baudon de Mony :
- La Prière pour le Premier Dimanche de l'Avent d’Adolphe Baudon de Mony « Mon Sauveur Jésus, le monde entier est dans l'attente de Votre venue »
- La Prière pour le Deuxième Dimanche de l'Avent d’Adolphe Baudon de Mony « Le Temps où nous sommes, Seigneur Jésus, est consacré par votre Église à l'attente de votre Venue »
- La Prière pour le Troisième Dimanche de l'Avent de Gaudete « Entre dans cette Joie, ô mon âme, et prépare-toi ainsi d'avance à célébrer la Fête de Noël » d’Adolphe Baudon de Mony
- La Prière pour le Quatrième Dimanche de l'Avent « Seigneur Jésus, faites de moi un Chrétien qui attend avec foi et confiance votre Venue » d’Adolphe Baudon de Mony
- La Prière pour la Vigile de Noël « Faites-moi bien comprendre, ô Jésus, à la Veille de votre Fête de Noël, ce doux sentiment de l'abandon et de la confiance » d’Adolphe Baudon de Mony
- La Prière pour le Saint Jour de Noël « Ô Jésus, qui ne descend dans la crèche que pour verser bientôt son Sang sur la Croix » d’Adolphe Baudon de Mony
- La Prière pour le Dimanche dans l'Octave de Noël « Ô mon Jésus, donnez-moi le mépris des richesses, l'esprit de détachement, l'esprit de pauvreté » d’Adolphe Baudon de Mony
- La Prière pour la Fête de l’Épiphanie du Seigneur « Ô mon Jésus, je ferai en ce Jour une triple offrande de Charité, de Prière et de Pénitence en souvenir de celles des Mages » d’Adolphe Baudon de Mony
- La Prière pour nous réconcilier avec nos frères d’Adolphe Baudon de Mony « Ô mon Sauveur Jésus, rendez-moi humble, doux, prompt à pardonner à mes frères »
- La Prière d’Adolphe Baudon de Mony sur le Miracle de la Multiplication des pains « Ô Dieu, qui Vous multipliez ainsi chaque jour sur chacun de vos Autels »
- La Prière sur le Sermon sur la Montagne (Mt 7, 15-21) d’Adolphe Baudon de Mony « Seigneur Jésus, Vous êtes seul l'Arbre de Vérité et de Vie qui porte les fruits du Salut »
- La Prière sur la Parabole de l'intendant infidèle (Luc 16, 1-9) d’Adolphe Baudon de Mony « Ô Mon Sauveur, Vous me retracez le tableau du Jugement que j'aurai à subir après ma mort »
- La Prière lorsque Jésus pleure sur Jérusalem (Luc 19, 41-47) d’Adolphe Baudon de Mony « Ô Seigneur Jésus, faites-nous comprendre que si nous avons été pécheurs, il faut maintenant être pénitents »
- La Prière pour l’Assomption d’Adolphe Baudon de Mony « Ô Reine des anges et du Ciel, maintenant que Vous êtes dans la Gloire, priez pour moi, afin qu'à Votre exemple je sois humble »
- La Prière sur la Guérison du Sourd-Muet (Marc 7, 31-37) d’Adolphe Baudon de Mony « Seigneur Jésus, qui avez ouvert les oreilles du sourd-muet et délié sa langue »
- La Prière sur le Bon Samaritain (Luc 10, 23-37) d’Adolphe Baudon de Mony « Seigneur Jésus, enseignez-nous jusqu'où doit aller notre Charité pour nos frères »
- La Prière sur la Guérison des dix lépreux (Luc 17, 11-19) d’Adolphe Baudon de Mony « Seigneur Jésus, qui avez tant de fois guéri mon âme de la lèpre du péché »
- La Prière sur l’Évangile des deux Maîtres (Mt 6, 24-33) « Seigneur Jésus, je ne veux plus servir deux Maîtres, je suis désormais à Vous sans partage » d’Adolphe Baudon de Mony
- La Prière pour la Fête de l’Exaltation de la Sainte Croix « Ô Seigneur Jésus, comme il est juste dans ce Jour de Vous offrir l'expression de mon ardent amour ! » d’Adolphe Baudon de Mony
- La Prière sur l’Évangile de la Veuve de Naïm (Luc 7, 11-16) d’Adolphe Baudon de Mony « Ô mon Dieu, mon âme était atteinte du péché et Vous l'avez guérie »
- La Prière d’après la Parabole du Festin (Luc 14, 1-11) d’Adolphe Baudon de Mony « Dieu Humble, je veux être Humble comme Vous »
- La Prière pour aimer Dieu et notre prochain (Matthieu 22, 34-46) d’Adolphe Baudon de Mony « Seigneur Jésus, Vous venez aujourd'hui de prendre possession de mon cœur »
- La Prière sur la Guérison du Paralytique (Matthieu 9, 1-8) d’Adolphe Baudon de Mony « Ô mon bon Jésus, j'étais le paralytique dont parle votre Évangile »
- La Prière sur le Festin des Noces du Fils d'un Roi (Matthieu 22, 1-14) d’Adolphe Baudon de Mony « Ô Roi de mon cœur, Vous m'avez admis à Votre Festin »
- La Prière sur la Guérison du Fils de l’Officier du Roi à Capharnaüm (Jean 4, 46-53) d’Adolphe Baudon de Mony « Ô Jésus, fortifiez ma Foi comme Celle du Centurion »
- La Prière pour la Fête de la Toussaint d’Adolphe Baudon de Mony « Seigneur Jésus, Vous m'entrouvrez doublement le Ciel en ce Jour »
- La Prière pour le Jour de la Commémoration des Morts d’Adolphe Baudon de Mony « Ô Seigneur Jésus, parmi les morts dont la pensée est devant moi, combien jouissent du Repos Éternel ? »
- La Prière sur la Primauté de Dieu (Matthieu 22, 15-21) d’Adolphe Baudon de Mony « Ô Jésus, confirmez-moi dans l'obéissance à votre Loi Sainte et aux Préceptes de votre Église »
- La Prière sur la Résurrection de la fille du chef de synagogue (Matthieu 9, 18-26) d’Adolphe Baudon de Mony « Seigneur Jésus, Vous avez su rappeler du tombeau cette jeune fille déjà plongée dans la mort »
- La Prière sur le Jugement Dernier (Matthieu 24, 15-35) d’Adolphe Baudon de Mony « Seigneur Jésus, inspirez-moi la terreur de vos Jugements »