Croix-de-Los-Caidos.JPG

La Prière pour la Fête de l’Exaltation de la Sainte Croix « Ô Seigneur Jésus, comme il est juste dans ce Jour de Vous offrir l'expression de mon ardent amour ! » d’Adolphe Baudon de Mony :

« Ô Seigneur Jésus, comme il est juste dans ce Jour de Vous offrir l'expression de mon ardent amour ! L'Église célèbre le Sacrifice auguste et par Lequel Vous avez déchiré le décret de notre condamnation et l'avez cloué sur votre Croix. Elle célèbre la Victoire que Vous avez remportée au prix de votre Sang, et dans Laquelle Vous nous avez associés à Votre triomphe. Vous êtes le serpent d'airain qui guérissait dans le désert les morsures des serpents de feu. Vous êtes le Signe qu'il faut regarder pour vivre de la Vie éternelle, et votre Croix est votre Trône du haut duquel Vous attirez tout l'univers à Vous. Ô mon âme, peux-tu mesurer, peux-tu comprendre un semblable Amour ? Un Dieu s'est fait homme, Il a pris toutes nos faiblesses, toutes nos misères à l'exception du péché ; ressuscité Glorieux et monté dans le Ciel, Il en descend chaque jour à la voix du Prêtre pour habiter sur nos Autels et dans nos faibles poitrines. Tout cela cependant est réel, véritable, et s'accomplit à la lettre. Ce n'est pas une invention des hommes ; on n'invente pas de pareils Prodiges, on ne renverse pas à ce point la nature ; on ne lutte pas ainsi avec les sens, avec les apparences, avec la raison. Un Dieu Seul peut accomplir de tels Prodiges, et l'imagination humaine ne saurait jamais s'y élever, s'ils ne nous étaient divinement révélés et s'ils n'étaient divinement réalisés. Ame nourrie du Sang d'un Dieu, résous-toi donc désormais à ne plus vivre que d'amour pour Lui ! Que tous tes élans ne soient plus jamais que pour Lui ! Tu as assez aimé le monde, malgré ses faiblesses ; aime désormais le Dieu de la Croix et de l'Eucharistie. L'Étendard royal est aujourd'hui déployé, et le Mystère de la Croix paraît dans Son éclat. Le Crucifié du Calvaire a montré qu'Il était Dieu. Ses gardiens ont fui ou se sont convertis, et Il est sorti Brillant de la Nuit du Tombeau. Après trois siècles de persécution, le monde a cru au Nazaréen, et les rois L'ont adoré. Chrétiens, associons-nous à ces Triomphes, et ne soyons pas indifférents aux progrès de l'Eglise notre Mère. Nous qu'Elle nourrit du lait si pur de Sa doctrine ; nous à qui Elle donne le Sang si précieux de Notre-Seigneur Jésus-Christ, ne passons pas sans attention devant ces Conquêtes, et si des épreuves Lui sont encore ménagées, sachons que c'est pour augmenter le Mérite de Ses élus et affermir leur Foi. Vivons de la Vie de l'Église ; au lieu d'une piété froide, égoïste, qui se replie sur elle-même, ayons une Piété large, grande comme l'Église notre Mère. Là où Elle triomphe, réjouissons-nous ; là où Elle succombe momentanément, affligeons-nous et pleurons ; mais ne nous troublons jamais de Ses défaites partielles. Car si Jésus veut être exalté sur la terre, Il veut toujours que ce soit par la Croix, et il fait marcher son Église avec Lui sur ce chemin vraiment Royal. Mon Dieu, que Votre règne arrive, que votre Église triomphe, que les méchants se convertissent et que les bons se Sanctifient encore. C'est la prière que Vous placez Vous-même sur mon cœur et sur mes lèvres. Mais, Seigneur, un Chrétien fervent doit être un Disciple de la Croix. Loin de nous cette religion molle et inconnue aux premiers Chrétiens, qui s'allie trop souvent de nos jours avec la lâcheté, avec le respect humain, avec le goût des jouissances. Si les Chrétiens ramènent à eux si peu d'âmes, c'est qu'ils rougissent trop souvent de se montrer tels ; c'est qu'ils se font les esclaves d'une fausse prudence ou plutôt d'une coupable lâcheté ; c'est qu'au lieu de professer librement et hautement leurs doctrines, ils les cachent, comme s'ils avaient à avoir honte du Bien. Seigneur, Vous savez que trop de fois j'ai cédé à ce vil respect humain. Sans doute, Vous voulez que je sois mesuré, et que je ne me laisse pas aller à une présomption qui deviendrait dangereuse ; mais Vous voulez aussi que dans mes discours, dans mes actes, je ne dissimule pas la Foi que j'ai le bonheur de posséder. On me blâmera peut-être ; tant mieux, cela m'humiliera et m'habituera à rompre mon orgueil. Quelques-uns même me persécuteront ; tant mieux encore, je n'en serai que plus semblable au Dieu Crucifié. Mais du moins j'aurai accompli ce que je dois ; je n'aurai pas manqué à la vérité et à l'honneur, et peut-être ma franchise, ma liberté Chrétiennes ramèneront-elles à Dieu des âmes qui n'ignorent Dieu que parce que personne ne leur en parle, et qu'au lieu d'aller au-devant d'elles on attend éternellement qu'elles viennent à une Vérité qu'elles ne connaissent pas. Mon Dieu, bénissez ces résolutions ; je voudrais qu'elles fussent le fruit de la Sainte Communion que je viens de faire. En souvenir de la Croix, je m’imposerai dans ce jour une pénitence ou privation et jem’efforcerai de me montrer toujours franchement Chrétien ».

Ainsi soit-il.


Adolphe Baudon de Mony (1819-1888) - « Pensées pieuses après la Sainte Communion pour les Dimanches et les principales Fêtes de l'année », Fête de l’Exaltation de la Sainte Croix, le 14 septembre, pages 385-388, chez Charles Douniol (1859)

Adolphe-Baudon-de-Mony.jpg


Voir pour la Fête de l’Exaltation de la Sainte Croix :
- La retransmission vidéo de la « Sainte Messe de l’Exaltation de la Sainte Croix » (In Exaltatióne Sanctæ Crucis) célébrée le 14 septembre par Monsieur l’Abbé Guillaume Scarcella de la Fraternité Saint-Pie X (FSSPX)
- L'Hymne pour l’exaltation de la Sainte Croix du 14 septembre ou pour la Célébration de la Passion du Vendredi Saint « Arbre de vie, Croix de Jésus, nous T’acclamons ! » de Sœur Anne Lécu
- L'Homélie sur la « Croix Glorieuse » du Pape François
- La Prière de Mère Thérèse de Saint-Augustin « Ô Croix de mon Jésus, protégez-moi contre tous les ennemis de mon Salut »
- La Prière « Faites-moi la Grâce, Seigneur, de vénérer avec amour Votre Sainte Croix » de Monsieur l’Abbé de Brandt
- La Prière « Ô Seigneur Jésus, comme il est juste dans ce Jour de Vous offrir l'expression de mon ardent amour ! » d’Adolphe Baudon de Mony


Voir également d’Adolphe Baudon de Mony :
- La Prière pour nous réconcilier avec nos frères d’Adolphe Baudon de Mony « Ô mon Sauveur Jésus, rendez-moi humble, doux, prompt à pardonner à mes frères »
- La Prière d’Adolphe Baudon de Mony sur le Miracle de la Multiplication des pains « Ô Dieu, qui Vous multipliez ainsi chaque jour sur chacun de vos Autels »
- La Prière sur le Sermon sur la Montagne (Mt 7, 15-21) d’Adolphe Baudon de Mony « Seigneur Jésus, Vous êtes seul l'Arbre de Vérité et de Vie qui porte les fruits du Salut »
- La Prière sur la Parabole de l'intendant infidèle (Luc 16, 1-9) d’Adolphe Baudon de Mony « Ô Mon Sauveur, Vous me retracez le tableau du Jugement que j'aurai à subir après ma mort »
- La Prière lorsque Jésus pleure sur Jérusalem (Luc 19, 41-47) d’Adolphe Baudon de Mony « Ô Seigneur Jésus, faites-nous comprendre que si nous avons été pécheurs, il faut maintenant être pénitents »
- La Prière pour l’Assomption d’Adolphe Baudon de Mony « Ô Reine des anges et du Ciel, maintenant que Vous êtes dans la Gloire, priez pour moi, afin qu'à Votre exemple je sois humble »
- La Prière sur la Guérison du Sourd-Muet (Marc 7, 31-37) d’Adolphe Baudon de Mony « Seigneur Jésus, qui avez ouvert les oreilles du sourd-muet et délié sa langue »
- La Prière sur le Bon Samaritain (Luc 10, 23-37) d’Adolphe Baudon de Mony « Seigneur Jésus, enseignez-nous jusqu'où doit aller notre Charité pour nos frères »
- La Prière sur la Guérison des dix lépreux (Luc 17, 11-19) d’Adolphe Baudon de Mony « Seigneur Jésus, qui avez tant de fois guéri mon âme de la lèpre du péché »
- La Prière sur l’Évangile des deux Maîtres (Mt 6, 24-33) « Seigneur Jésus, je ne veux plus servir deux Maîtres, je suis désormais à Vous sans partage » d’Adolphe Baudon de Mony
- La Prière pour la Fête de l’Exaltation de la Sainte Croix « Ô Seigneur Jésus, comme il est juste dans ce Jour de Vous offrir l'expression de mon ardent amour ! » d’Adolphe Baudon de Mony