Creche-de-Bethleem.JPG

La Prière pour la Vigile de Noël « Faites-moi bien comprendre, ô Jésus, à la Veille de votre Fête de Noël, ce doux sentiment de l'abandon et de la confiance » d’Adolphe Baudon de Mony :

« Ô mon âme, bannis loin de toi toutes les pensées futiles ; chasse toutes les distractions pour être tout entière au Dieu qui vient te combler de ses Faveurs. Entre dans l'allégresse, lorsque le Fils Unique du Très-Haut vient te racheter, et ne dissipe pas avec légèreté le temps d'une Visite si précieuse et malheureusement si courte. Car ce Dieu qui règne et qui vit dans tous les siècles des siècles, apparaitra un Jour pour te Juger. Il te demandera compte de ton Baptême, de toutes les Grâces que tu as reçues dans tout le cours de ta vie, des Sacrements qui t'ont été prodigués, de cette Communion que tu fais. Sois donc bien à Lui par l'amour et la prière, par l'adoration du cœur et le silence des passions, afin de pouvoir Le contempler plus tard avec assurance, lorsqu'Il se manifestera dans sa Gloire et dans l'appareil de sa Justice. Voici l'aurore du grand Jour qui a commencé le Salut du monde. Le Seigneur va descendre, Il va nous régénérer : demain, dès le matin, nous verrons sa Gloire. Proclamons donc avec l'Église que la terre ainsi que tout ce qu'elle renferme appartient au Seigneur, que l'univers et tous ceux qui l'habitent sont Ses serviteurs ; et mettons-nous avec empressement sous Son joug si doux et si léger. Seigneur Jésus, Vous avez l'habitude d'éprouver l'âme fidèle, Vous châtiez ceux que Vous aimez, et les tourments que Vous avez envoyés au Bienheureux Saint Joseph en sont la preuve. Vous lui aviez caché le Mystère Glorieux de l'Incarnation, et son âme à ce sujet était percée d'un glaive douloureux. Marie, Votre Sainte Mère, a été appelée par l'Église la Mère des douleurs, la Reine des martyrs, et depuis dix-huit siècles vos Saints passent par les tristesses et les angoisses. Moi aussi, Seigneur, je connais souvent cette loi dure de l'épreuve. Tantôt mon âme est en proie à une sécheresse désolante, qui lui fait tourner en dégoût les choses du Ciel ; tantôt elle est tourmentée par le doute, et elle se prend à trembler pour sa Foi ; tantôt enfin, Seigneur, Vous me frappez par les coups redoublés de Votre main, en m'arrachant ceux qui me sont chers, en brisant mes espérances et mes projets, en m'enlevant ces biens passagers, auxquels je tiens tant. Seigneur Jésus, donnez-moi la Sainte Vertu de la résignation chrétienne et de l'abandon confiant entre Vos mains. Vous êtes mon Père ; si Vous me sevrez de Vos caresses, c'est pour mon bien ; si Vous me frappez, c'est pour me rendre plus digne de Vous ; si Vous brisez mes liens avec tout ce qui n'est cher, c'est que Vous voulez rompre les attaches que j'ai à ce monde. Donnez-moi donc de Vous Bénir dans l'adversité comme dans la joie, et de répéter partout ces Paroles : « Que Votre Volonté soit faite, ô mon Dieu, et non la mienne ». « Vous me L'aviez donné, Vous me L’avez ôté, que Votre Saint Nom soit Béni ! » Si j'ai bien cet abandon entre Vos mains, Seigneur, combien ma confiance sera grande en Vous ! Car si je renonce à moi-même et à ma volonté, ce sera pour me jeter en Vous. Oh ! Faites-moi bien comprendre dans la Sainte Communion, à la Veille de votre Fête de Noël, ce doux sentiment de l'abandon et de la confiance. Je suis Votre fils, et Vous êtes plus tendre pour moi que la plus affectueuse des mères. Entre Vos mains, je ne saurais donc périr, et les souffrances ne seront que des châtiments charitables pour m'éviter le péché et les peines horribles qu'il doit subir soit dans l'enfer, soit même dans le purgatoire. Petit Enfant, qui allez naître, et que je porte en ce moment dans ma poitrine, je me penche sur le berceau que Vous Vous êtes préparé dans mon cœur ; je me prosterne dans cette crèche de mon âme que Vous daignez habiter et qui est mille fois plus misérable que l'étable où Vous avez pris naissance. Soyez-moi propice, et tendez-moi Vos bras enfantins, mais Tout-Puissants, afin de me consoler dans mes misères, de me fortifier dans mes langueurs. Enseignez-moi à être docile comme Vous et à respecter l'autorité de tous ceux à qui Vous avez donné le droit de me commander. Enseignez-moi à être humble à votre Exemple, Chaste comme Vous et comme Votre Sainte Mère. Faites que je renaisse à la vie spirituelle, et que je sorte de cette Communion, retrempé du Sang de l'Agneau dans la Foi, l'Espérance et la Charité ! J’accomplirai avec joie le jeûne de ce Jour, et je ne ferai pas comme les Chrétiens pusillanimes qui ont horreur de la Pénitence ».

Ainsi soit-il.


Adolphe Baudon de Mony (1819-1888) - « Pensées pieuses après la Sainte Communion pour les Dimanches et les principales Fêtes de l'année », Vigile de Noël, pages 17-21, chez Charles Douniol (1859)

Adolphe-Baudon-de-Mony.jpg

Voir également d’Adolphe Baudon de Mony :
- La Prière pour le Premier Dimanche de l'Avent d’Adolphe Baudon de Mony « Mon Sauveur Jésus, le monde entier est dans l'attente de Votre venue »
- La Prière pour le Deuxième Dimanche de l'Avent d’Adolphe Baudon de Mony « Le Temps où nous sommes, Seigneur Jésus, est consacré par votre Église à l'attente de votre Venue »
- La Prière pour le Troisième Dimanche de l'Avent de Gaudete « Entre dans cette Joie, ô mon âme, et prépare-toi ainsi d'avance à célébrer la Fête de Noël » d’Adolphe Baudon de Mony
- La Prière pour le Quatrième Dimanche de l'Avent « Seigneur Jésus, faites de moi un Chrétien qui attend avec foi et confiance votre Venue » d’Adolphe Baudon de Mony
- La Prière pour la Vigile de Noël « Faites-moi bien comprendre, ô Jésus, à la Veille de votre Fête de Noël, ce doux sentiment de l'abandon et de la confiance » d’Adolphe Baudon de Mony
- La Prière pour nous réconcilier avec nos frères d’Adolphe Baudon de Mony « Ô mon Sauveur Jésus, rendez-moi humble, doux, prompt à pardonner à mes frères »
- La Prière d’Adolphe Baudon de Mony sur le Miracle de la Multiplication des pains « Ô Dieu, qui Vous multipliez ainsi chaque jour sur chacun de vos Autels »
- La Prière sur le Sermon sur la Montagne (Mt 7, 15-21) d’Adolphe Baudon de Mony « Seigneur Jésus, Vous êtes seul l'Arbre de Vérité et de Vie qui porte les fruits du Salut »
- La Prière sur la Parabole de l'intendant infidèle (Luc 16, 1-9) d’Adolphe Baudon de Mony « Ô Mon Sauveur, Vous me retracez le tableau du Jugement que j'aurai à subir après ma mort »
- La Prière lorsque Jésus pleure sur Jérusalem (Luc 19, 41-47) d’Adolphe Baudon de Mony « Ô Seigneur Jésus, faites-nous comprendre que si nous avons été pécheurs, il faut maintenant être pénitents »
- La Prière pour l’Assomption d’Adolphe Baudon de Mony « Ô Reine des anges et du Ciel, maintenant que Vous êtes dans la Gloire, priez pour moi, afin qu'à Votre exemple je sois humble »
- La Prière sur la Guérison du Sourd-Muet (Marc 7, 31-37) d’Adolphe Baudon de Mony « Seigneur Jésus, qui avez ouvert les oreilles du sourd-muet et délié sa langue »
- La Prière sur le Bon Samaritain (Luc 10, 23-37) d’Adolphe Baudon de Mony « Seigneur Jésus, enseignez-nous jusqu'où doit aller notre Charité pour nos frères »
- La Prière sur la Guérison des dix lépreux (Luc 17, 11-19) d’Adolphe Baudon de Mony « Seigneur Jésus, qui avez tant de fois guéri mon âme de la lèpre du péché »
- La Prière sur l’Évangile des deux Maîtres (Mt 6, 24-33) « Seigneur Jésus, je ne veux plus servir deux Maîtres, je suis désormais à Vous sans partage » d’Adolphe Baudon de Mony
- La Prière pour la Fête de l’Exaltation de la Sainte Croix « Ô Seigneur Jésus, comme il est juste dans ce Jour de Vous offrir l'expression de mon ardent amour ! » d’Adolphe Baudon de Mony
- La Prière sur l’Évangile de la Veuve de Naïm (Luc 7, 11-16) d’Adolphe Baudon de Mony « Ô mon Dieu, mon âme était atteinte du péché et Vous l'avez guérie »
- La Prière d’après la Parabole du Festin (Luc 14, 1-11) d’Adolphe Baudon de Mony « Dieu Humble, je veux être Humble comme Vous »
- La Prière pour aimer Dieu et notre prochain (Matthieu 22, 34-46) d’Adolphe Baudon de Mony « Seigneur Jésus, Vous venez aujourd'hui de prendre possession de mon cœur »
- La Prière sur la Guérison du Paralytique (Matthieu 9, 1-8) d’Adolphe Baudon de Mony « Ô mon bon Jésus, j'étais le paralytique dont parle votre Évangile »
- La Prière sur le Festin des Noces du Fils d'un Roi (Matthieu 22, 1-14) d’Adolphe Baudon de Mony « Ô Roi de mon cœur, Vous m'avez admis à Votre Festin »
- La Prière sur la Guérison du Fils de l’Officier du Roi à Capharnaüm (Jean 4, 46-53) d’Adolphe Baudon de Mony « Ô Jésus, fortifiez ma Foi comme Celle du Centurion »
- La Prière pour la Fête de la Toussaint d’Adolphe Baudon de Mony « Seigneur Jésus, Vous m'entrouvrez doublement le Ciel en ce Jour »
- La Prière pour le Jour de la Commémoration des Morts d’Adolphe Baudon de Mony « Ô Seigneur Jésus, parmi les morts dont la pensée est devant moi, combien jouissent du Repos Éternel ? »
- La Prière sur la Primauté de Dieu (Matthieu 22, 15-21) d’Adolphe Baudon de Mony « Ô Jésus, confirmez-moi dans l'obéissance à votre Loi Sainte et aux Préceptes de votre Église »
- La Prière sur la Résurrection de la fille du chef de synagogue (Matthieu 9, 18-26) d’Adolphe Baudon de Mony « Seigneur Jésus, Vous avez su rappeler du tombeau cette jeune fille déjà plongée dans la mort »
- La Prière sur le Jugement Dernier (Matthieu 24, 15-35) d’Adolphe Baudon de Mony « Seigneur Jésus, inspirez-moi la terreur de vos Jugements »