Purgatoire-Jugement-Dernier.jpg

La Prière pour le Jour de la Commémoration des Morts d’Adolphe Baudon de Mony « Ô Seigneur Jésus, parmi les morts dont la pensée est devant moi, combien jouissent du Repos Éternel ? » :

« Mon Dieu, comme ce Jour est Solennel ! Il est une sorte d'avant-coureur de ce Jour de Justice et de Vengeance annoncé par David comme par la Sibylle, où Vous réduirez le monde en poudre, et où Vous paraîtrez comme un Juge souverain avec le Livre fatal où sont écrits les péchés du monde entier ! Mon Dieu, comme ce Jour est triste pour la faiblesse humaine ! Comme il lui rappelle ses infirmités et, la plus inévitable de toutes, la nécessité de la mort ! Notre pensée ne trouve autour d'elle que sépulcres et que cadavres ; et si elle se reporte à quelques années en arrière seulement, quelle longue suite de parents, d'amis, qui ont disparu de la terre pour être en proie à la pourriture ! Oui, mon cœur se trouble, lorsqu'il se place face à face avec ces idées lugubres, entre l'horreur du tombeau et la terreur du Jugement. Mais Vous, ô mon Jésus, Vous venez comme le Consolateur pour rassurer mon âme. Vous venez me dire que celui qui mange votre Chair et qui boit votre Sang, a la Vie éternelle, et que Vous le Ressusciterez au Dernier Jour. Vous venez me dire de ne point craindre la mort, puisque Vous, la Source de la Vie, êtes avec moi, et que Vous ne m'abandonnerez pas au milieu de mon tombeau. Vous me rappelez de ne point craindre le Jugement, puisque, dans ce Jour de Sévérités, il n'y aura pas d'autre Juge que Vous, et que dans l’Eucharistie, Vous m'apportez le Pardon et le gage du Salut. Seigneur, que Vous êtes Bon de me fortifier ainsi dans mes craintes et mes angoisses ! Comme Vous aimez à consoler Votre indigne créature ! Faites donc que je m'attache à Vous du plus profond de mon être, et que je Vous aime dès cette vie, comme je veux Vous aimer dans l'Éternité. Ô mon âme, comme il est bon de rentrer en toi-même, en face de la pensée de la mort et aux pieds de ton Dieu. Lorsque tu es lancée dans le tourbillon de la vie, tu oublies que ton corps doit mourir et que tu dois paraître alors devant Dieu ; enivrée de ces illusions vaines, tu te laisses aller au péché, à l'indifférence, à la mollesse. Ce Jour est pour toi le jour des réflexions salutaires. Car, ô mort, que ton jugement est bon ! Ame pécheresse, place donc ta vie en face de la mort ! Considère tes actions, celles de tous les jours d'abord, depuis le matin jusqu'à la fin de la journée. Vois si elles sont telles qu'elles puissent te justifier auprès de Dieu ; si elles te Sanctifient, t'épurent, ou bien, au contraire, si elles ne te condamnent pas. Puis, vois tes démarches plus importantes, les décisions graves que tu prends : sont-elles pour Dieu, sont-elles pour le monde ? S'il fallait mourir au moment où tu viens de les prendre, ces décisions seraient-elles les mêmes, et n'aurais-tu rien à y changer ? Ame négligente, comment pries-tu le Bon Dieu, comment te prépares-tu à la Confession, à la Communion ? Comment t'acquittes-tu de tes devoirs, et accomplis-tu la tâche que la divine Providence t'a donnée sur la terre ? Est-ce ainsi que tu agirais si l'Ange du Seigneur t'apparaissait pour te dire comme à tant d'autres : « Aujourd'hui Dieu te demandera ton âme ! » Mon Dieu, ce rapide examen suffit pour me glacer de terreur. Que serait-ce s'il fallait subir le Jugement de Votre inflexible Justice, s'il me fallait voir devant moi tant de Grâces méprisées, tant de bonnes Inspirations rejetées, tant de péchés commis et jamais expiés ? Tout cela est cependant au Livre de Vie ! Aussi je gémis comme un coupable ; ma face rougit à l'aspect de mon iniquité. Je Vous en supplie, ô mon Dieu, épargnez-moi. Mon Dieu, je sens naître en moi le vrai repentir ; je sens le désir de réparer ma vie passée, de m’immoler pour Vous. Fortifiez ces sentiments et Bénissez-les : je Vous le demande par la Grâce de la Communion que Vous venez de m'accorder. Ô Seigneur Jésus, parmi les morts dont la pensée est devant moi, combien jouissent du Repos Éternel ? Vous seul le savez : je ne Vous parlerai point de ceux que Vous avez maudits, car leur sort est fixé. Puissé-je n'être jamais parmi eux, et diminuer le nombre de ces infortunés ! Mais combien nombreux sont ceux qui expient encore dans les flammes salutaires du Purgatoire les restes de leurs péchés ! Parmi ces âmes souffrantes j'ai certainement des amis, des parents, mais en tous cas j'ai des frères en Jésus-Christ. Aussi, je prie pour tous, et je viens Vous demander d'abréger leurs souffrances et de les admettre dans le Lieu du Rafraichissement, de la Lumière et de la Paix. Ces âmes Vous ont offensé, mais elles Vous sont chères, ô mon Dieu ! Mais l'Église universelle offre pour elles aujourd'hui la Victime Sainte, la Victime sans tache, et Elle prie chaque jour à leur intention. Écoutez la Voix du Calvaire, écoutez la Prière de votre Fils ! Écoutez aussi, quoique cela soit d'un mérite infiniment moindre, écoutez les prières de vos Saints, les souffrances de vos Martyrs, les macérations de vos Pénitents, les jeûnes de vos Anachorètes ; Miséricorde, mon Dieu ! Miséricorde pour ces âmes. Je Vous en supplie par le bon Jésus caché dans mon cœur : et s'il faut des satisfactions à votre Justice, je Lui offre celles de la Crèche, du Prétoire et du Golgotha ! J’offrirai pour les âmes du Purgatoire les Indulgences que L'on peut gagner dans l'Octave. »

Ainsi soit-il.


Adolphe Baudon de Mony (1819-1888) - « Pensées pieuses après la Sainte Communion pour les Dimanches et les principales Fêtes de l'année », Jour de la Commémoration des Morts le 2 novembre, pages 430-433, chez Charles Douniol (1859)

Mois de Novembre : des Indulgences Plénières à gagner !

Du 1er au 8 novembre, vous pouvez gagner chaque jour une Indulgence Plénière applicable aux âmes du Purgatoire. Une Indulgence Plénière est la rémission totale des peines dues au péché, peines qui précisément retiennent nombre d’âmes au Purgatoire. Par le mérite de vos bonnes œuvres et la Miséricorde de l’Église, vous pouvez obtenir à huit âmes (une par jour) la rémission de ces peines, et donc l’accès immédiat à la Béatitude Éternelle ! Pour cela, il vous faut :
1. Aller visiter un cimetière en y priant ne serait-ce que mentalement pour les défunts (le 2 novembre, la visite d’une église suffit en y récitant un Pater et un Credo).
2. Communier à chaque fois que vous essayez de gagner une Indulgence ; il faut donc Communier chaque jour si l’on veut gagner chaque jour une Indulgence.
3. Vous Confesser dans les huit jours qui précèdent ou qui suivent.
4. Prier aux Intentions du Souverain Pontife. Ce qu’on appelle « Intentions du Souverain Pontife » recouvre en fait cinq Intentions :
- L’exaltation de l’Église,
- La propagation de la Foi,
- L’extirpation des hérésies,
- La Conversion des pécheurs,
- La Concorde entre les princes Chrétiens.

Les âmes du Purgatoire attendent de nous leur soulagement ; sachons le leur donner, ce seront autant d’âmes qui nous accueilleront au Ciel !


Voir pour la Commémoraison de Tous les Fidèles Défunts du 2 novembre :
- Les TROIS « Saintes Messes de la Commémoraison de Tous les Fidèles Défunts » (In Commemoratione Omnium Fidelium Defunctorum) du 2 novembre
- Les « Litanies pour les Âmes souffrantes du Purgatoire »
- Toutes les « Prières pour Tous les Défunts »
- Toutes les « Prières pour les Âmes du Purgatoire »


Adolphe-Baudon-de-Mony.jpg

Voir également d’Adolphe Baudon de Mony :
- La Prière pour nous réconcilier avec nos frères d’Adolphe Baudon de Mony « Ô mon Sauveur Jésus, rendez-moi humble, doux, prompt à pardonner à mes frères »
- La Prière d’Adolphe Baudon de Mony sur le Miracle de la Multiplication des pains « Ô Dieu, qui Vous multipliez ainsi chaque jour sur chacun de vos Autels »
- La Prière sur le Sermon sur la Montagne (Mt 7, 15-21) d’Adolphe Baudon de Mony « Seigneur Jésus, Vous êtes seul l'Arbre de Vérité et de Vie qui porte les fruits du Salut »
- La Prière sur la Parabole de l'intendant infidèle (Luc 16, 1-9) d’Adolphe Baudon de Mony « Ô Mon Sauveur, Vous me retracez le tableau du Jugement que j'aurai à subir après ma mort »
- La Prière lorsque Jésus pleure sur Jérusalem (Luc 19, 41-47) d’Adolphe Baudon de Mony « Ô Seigneur Jésus, faites-nous comprendre que si nous avons été pécheurs, il faut maintenant être pénitents »
- La Prière pour l’Assomption d’Adolphe Baudon de Mony « Ô Reine des anges et du Ciel, maintenant que Vous êtes dans la Gloire, priez pour moi, afin qu'à Votre exemple je sois humble »
- La Prière sur la Guérison du Sourd-Muet (Marc 7, 31-37) d’Adolphe Baudon de Mony « Seigneur Jésus, qui avez ouvert les oreilles du sourd-muet et délié sa langue »
- La Prière sur le Bon Samaritain (Luc 10, 23-37) d’Adolphe Baudon de Mony « Seigneur Jésus, enseignez-nous jusqu'où doit aller notre Charité pour nos frères »
- La Prière sur la Guérison des dix lépreux (Luc 17, 11-19) d’Adolphe Baudon de Mony « Seigneur Jésus, qui avez tant de fois guéri mon âme de la lèpre du péché »
- La Prière sur l’Évangile des deux Maîtres (Mt 6, 24-33) « Seigneur Jésus, je ne veux plus servir deux Maîtres, je suis désormais à Vous sans partage » d’Adolphe Baudon de Mony
- La Prière pour la Fête de l’Exaltation de la Sainte Croix « Ô Seigneur Jésus, comme il est juste dans ce Jour de Vous offrir l'expression de mon ardent amour ! » d’Adolphe Baudon de Mony
- La Prière sur l’Évangile de la Veuve de Naïm (Luc 7, 11-16) d’Adolphe Baudon de Mony « Ô mon Dieu, mon âme était atteinte du péché et Vous l'avez guérie »
- La Prière d’après la Parabole du Festin (Luc 14, 1-11) d’Adolphe Baudon de Mony « Dieu Humble, je veux être Humble comme Vous »
- La Prière pour aimer Dieu et notre prochain (Matthieu 22, 34-46) d’Adolphe Baudon de Mony « Seigneur Jésus, Vous venez aujourd'hui de prendre possession de mon cœur »
- La Prière sur la Guérison du Paralytique (Matthieu 9, 1-8) d’Adolphe Baudon de Mony « Ô mon bon Jésus, j'étais le paralytique dont parle votre Évangile »
- La Prière sur le Festin des Noces du Fils d'un Roi (Matthieu 22, 1-14) d’Adolphe Baudon de Mony « Ô Roi de mon cœur, Vous m'avez admis à Votre Festin »
- La Prière sur la Guérison du Fils de l’Officier du Roi à Capharnaüm (Jean 4, 46-53) d’Adolphe Baudon de Mony « Ô Jésus, fortifiez ma Foi comme Celle du Centurion »
- La Prière pour la Fête de la Toussaint d’Adolphe Baudon de Mony « Seigneur Jésus, Vous m'entrouvrez doublement le Ciel en ce Jour »
- La Prière pour le Jour de la Commémoration des Morts d’Adolphe Baudon de Mony « Ô Seigneur Jésus, parmi les morts dont la pensée est devant moi, combien jouissent du Repos Éternel ? »