Communion-en-rose-laetare-gaudate.jpg

La Prière pour le Troisième Dimanche de l'Avent de Gaudete « Entre dans cette Joie, ô mon âme, et prépare-toi ainsi d'avance à célébrer la Fête de Noël » d’Adolphe Baudon de Mony :

« Mon Sauveur Jésus, je Vous adore et je Vous remercie. Vous êtes en ce moment au milieu de mon cœur ; Vous y êtes plein de Puissance et de Majesté, Vous y êtes tout brûlant d'Amour pour Votre faible créature. Recevez-y mes hommages. Quelle douce joie, en effet, ne m'inonde pas au milieu des tendres embrassements auxquels Vous m’admettez ! Quelle félicité plus grande sur la terre que celle de Vous porter dans sa poitrine, de Vous presser contre son cœur, et de Vous parler dans la familiarité intime de la Communion ! Mon Dieu, je ne raisonne plus, je ne médite plus ; j'aime et je me réjouis en Vous. Oh ! Pourquoi n'ai-je pas connu plus tôt cette joie ? Pourquoi l'ai-je dédaignée et lui ai-je préféré les joies futiles du monde ? Insensé ! J’ai pris le poison pour la nourriture, la mort pour la vie ; mais je suis maintenant désabusé, et je comprends combien il est doux de vivre avec Vous, de se sacrifier pour Vous, de pratiquer votre Loi sainte, de vivre au pied de vos saints Autels. Que je voudrais pouvoir le redire à tous les Chrétiens qui l'oublient, à tous les fidèles qui n'aiment plus, qui ne communient plus ! Je sais que je suis indigne de cette Grâce ; mais envoyez-nous, Seigneur, des apôtres qui le leur disent avec l'autorité du saint Ministère, et qui rappellent au banquet de vie cette foule qui court à la mort. Votre apôtre nous dit, Seigneur, de nous réjouir ; mais quel doit être le sujet de notre joie, et quelle doit être cette joie pour demeurer Pure et Chrétienne ? Et d'abord, ô mon âme, tu dois te réjouir d'avoir été admise au banquet des anges ; il y a là de quoi te ravir et t'absorber si tu contemples le Libérateur qui est venu à toi, et la dette énorme dont Il t'a rachetée. Et encore, tu dois te réjouir de ce que ton Bien Aimé est Grand et Magnifique, de ce qu'Il règne dans le Ciel, sur la terre et dans les enfers, de ce que les Saints L'honorent ici-bas, et que les impies seront forcés de s'humilier par la pénitence, ou de s'abaisser devant Lui par la terreur du Jugement. Tu dois te réjouir de ce que, malgré les épreuves et les contradictions, l'Église, la Sainte Épouse du Christ, marche à la conquête des âmes, de ce que les conversions s'opèrent, les vocations se multiplient, et de ce que l'Évangile est porté par des Apôtres intrépides à des nations nouvelles. Oh ! Si tu vis de la vie de l'Église, quels magnifiques sujets de joie et d'allégresse à chacun de Ses triomphes, à chacune de Ses conquêtes ! Mais cette joie, pour être Pure et Chrétienne, ne doit pas être bruyante et tumultueuse comme la joie du monde ; elle doit être Douce et Paisible, elle doit se manifester par la prière et par les bonnes œuvres, elle doit s'unir à la pénitence, à la mortification. Au milieu des austérités, les Saints étaient joyeux, ils se réjouissaient de ce qu'ils travaillaient pour le Ciel, et achetaient des Récompenses nouvelles par quelques souffrances passagères. Entre dans cette Joie, ô mon âme, et prépare-toi ainsi d'avance à célébrer la Fête de Noël. Mon Dieu, Vous allez venir dans peu de jours ; mais quelles sont les fleurs que je pourrai déposer autour de Votre berceau, aux pieds de Votre Mère chérie ? Vous me dites de rendre droites les Voies du Seigneur : ai-je pratiqué ce Commandement ? Ai-je rompu avec les cupidités du siècle, avec les attaches de la vanité, les retours de l'amour-propre ? Ma modestie est-elle connue de tous les hommes, ou plutôt ne suis-je pas toujours occupé de moi-même, plein d'une estime mensongère pour moi, prompt à blâmer les autres et à me préférer à eux ? Ô Jésus, la Couronne que Vous désirez le plus que nous mettions sur Votre tête au beau Jour de votre Naissance, est la Couronne de notre humilité. Enseignez-nous à Vous la tresser chaque jour par nos bonnes œuvres modestes, par le mépris de nous-mêmes, par l'acceptation des confusions, par le support des défauts d'autrui. Dieu Humble, je veux être Votre disciple, mais l'orgueil m'attaque et m'envahit sans relâche. Fortifiez-moi contre moi-même. C'est le fruit que je Vous demande de cette Communion. Je ferai une pénitence pour entrer dans l'esprit de l'Église, qui nous parle d'expiation durant tout l'Avent ; mais je ferai cette pénitence avec humilité et avec joie, dans la vue de la Récompense qui me sera donnée dans la Vie Éternelle, si je la fais dans ces sentiments ».

Ainsi soit-il.


Adolphe Baudon de Mony (1819-1888) - « Pensées pieuses après la Sainte Communion pour les Dimanches et les principales Fêtes de l'année », Troisième Dimanche de l'Avent, pages 7-10, chez Charles Douniol (1859)

Adolphe-Baudon-de-Mony.jpg

Voir également d’Adolphe Baudon de Mony :
- La Prière pour le Premier Dimanche de l'Avent d’Adolphe Baudon de Mony « Mon Sauveur Jésus, le monde entier est dans l'attente de Votre venue »
- La Prière pour le Deuxième Dimanche de l'Avent d’Adolphe Baudon de Mony « Le Temps où nous sommes, Seigneur Jésus, est consacré par votre Église à l'attente de votre Venue »
- La Prière pour le Troisième Dimanche de l'Avent de Gaudete « Entre dans cette Joie, ô mon âme, et prépare-toi ainsi d'avance à célébrer la Fête de Noël » d’Adolphe Baudon de Mony
- La Prière pour nous réconcilier avec nos frères d’Adolphe Baudon de Mony « Ô mon Sauveur Jésus, rendez-moi humble, doux, prompt à pardonner à mes frères »
- La Prière d’Adolphe Baudon de Mony sur le Miracle de la Multiplication des pains « Ô Dieu, qui Vous multipliez ainsi chaque jour sur chacun de vos Autels »
- La Prière sur le Sermon sur la Montagne (Mt 7, 15-21) d’Adolphe Baudon de Mony « Seigneur Jésus, Vous êtes seul l'Arbre de Vérité et de Vie qui porte les fruits du Salut »
- La Prière sur la Parabole de l'intendant infidèle (Luc 16, 1-9) d’Adolphe Baudon de Mony « Ô Mon Sauveur, Vous me retracez le tableau du Jugement que j'aurai à subir après ma mort »
- La Prière lorsque Jésus pleure sur Jérusalem (Luc 19, 41-47) d’Adolphe Baudon de Mony « Ô Seigneur Jésus, faites-nous comprendre que si nous avons été pécheurs, il faut maintenant être pénitents »
- La Prière pour l’Assomption d’Adolphe Baudon de Mony « Ô Reine des anges et du Ciel, maintenant que Vous êtes dans la Gloire, priez pour moi, afin qu'à Votre exemple je sois humble »
- La Prière sur la Guérison du Sourd-Muet (Marc 7, 31-37) d’Adolphe Baudon de Mony « Seigneur Jésus, qui avez ouvert les oreilles du sourd-muet et délié sa langue »
- La Prière sur le Bon Samaritain (Luc 10, 23-37) d’Adolphe Baudon de Mony « Seigneur Jésus, enseignez-nous jusqu'où doit aller notre Charité pour nos frères »
- La Prière sur la Guérison des dix lépreux (Luc 17, 11-19) d’Adolphe Baudon de Mony « Seigneur Jésus, qui avez tant de fois guéri mon âme de la lèpre du péché »
- La Prière sur l’Évangile des deux Maîtres (Mt 6, 24-33) « Seigneur Jésus, je ne veux plus servir deux Maîtres, je suis désormais à Vous sans partage » d’Adolphe Baudon de Mony
- La Prière pour la Fête de l’Exaltation de la Sainte Croix « Ô Seigneur Jésus, comme il est juste dans ce Jour de Vous offrir l'expression de mon ardent amour ! » d’Adolphe Baudon de Mony
- La Prière sur l’Évangile de la Veuve de Naïm (Luc 7, 11-16) d’Adolphe Baudon de Mony « Ô mon Dieu, mon âme était atteinte du péché et Vous l'avez guérie »
- La Prière d’après la Parabole du Festin (Luc 14, 1-11) d’Adolphe Baudon de Mony « Dieu Humble, je veux être Humble comme Vous »
- La Prière pour aimer Dieu et notre prochain (Matthieu 22, 34-46) d’Adolphe Baudon de Mony « Seigneur Jésus, Vous venez aujourd'hui de prendre possession de mon cœur »
- La Prière sur la Guérison du Paralytique (Matthieu 9, 1-8) d’Adolphe Baudon de Mony « Ô mon bon Jésus, j'étais le paralytique dont parle votre Évangile »
- La Prière sur le Festin des Noces du Fils d'un Roi (Matthieu 22, 1-14) d’Adolphe Baudon de Mony « Ô Roi de mon cœur, Vous m'avez admis à Votre Festin »
- La Prière sur la Guérison du Fils de l’Officier du Roi à Capharnaüm (Jean 4, 46-53) d’Adolphe Baudon de Mony « Ô Jésus, fortifiez ma Foi comme Celle du Centurion »
- La Prière pour la Fête de la Toussaint d’Adolphe Baudon de Mony « Seigneur Jésus, Vous m'entrouvrez doublement le Ciel en ce Jour »
- La Prière pour le Jour de la Commémoration des Morts d’Adolphe Baudon de Mony « Ô Seigneur Jésus, parmi les morts dont la pensée est devant moi, combien jouissent du Repos Éternel ? »
- La Prière sur la Primauté de Dieu (Matthieu 22, 15-21) d’Adolphe Baudon de Mony « Ô Jésus, confirmez-moi dans l'obéissance à votre Loi Sainte et aux Préceptes de votre Église »
- La Prière sur la Résurrection de la fille du chef de synagogue (Matthieu 9, 18-26) d’Adolphe Baudon de Mony « Seigneur Jésus, Vous avez su rappeler du tombeau cette jeune fille déjà plongée dans la mort »
- La Prière sur le Jugement Dernier (Matthieu 24, 15-35) d’Adolphe Baudon de Mony « Seigneur Jésus, inspirez-moi la terreur de vos Jugements »