La Prière pour le salut des âmes « Sacré Cœur de Jésus, pitié pour ces cœurs qui s'égarent ! » :

« Sacré Cœur de Jésus, victime d'amour immolée depuis le commencement du monde pour la gloire de Dieu et le salut des hommes, nous Vous bénissons pour Vos miséricordes infinies envers nous, et nous nous consacrons sans réserve à Votre service. Ô Cœur du Sauveur, Cœur si bon et pourtant si méconnu, Cœur si aimable et pourtant si peu aimé, Cœur d'où ne s'écoulent sur la terre que bienfaits, amour, miséricorde, et vers qui ne revient qu'ingratitude, mépris, tiédeur, oubli : recevez du moins, comme compensation à tant d'outrages, l'offrande complète de tout nous-mêmes, que nous Vous faisons du fond de notre cœur avec toutes ses affections et tous ses désirs, notre corps avec toutes ses forces ; recevez tout ce que nous avons et tout ce que nous sommes. Mais, comme de nous-mêmes nous ne sommes que pauvreté, misère et péché, unissez notre faible offrande à Vos mérites infinis, pour qu'elle puisse Vous plaire et Vous consoler des amertumes dont Vous êtes abreuvé. Que ne nous est-il donné, ô Seigneur Jésus, de nous associer véritablement par Vos souffrances au martyre de votre divin Cœur, et d'anéantir, au prix même de tout notre sang, ces mille et mille péchés qui s'élèvent de la surface de la terre, et rouvrent continuellement Vos plaies ! Faites du moins que nous ne Vous contristions jamais en rien, mais qu'au contraire, toutes les affections, tous les désirs, toutes les actions de notre vie, ne respirent que Votre amour, ne tendent qu'à Vous imiter ; que nos voix s'unissent sans cesse à la voix de votre divin Cœur, pour crier pardon et miséricorde ; que nos souffrances et nos travaux se mêlent à Votre sang et aux Sueurs de Votre vie, pour apaiser la justice de votre Père, suspendue sur la tête des pécheurs. Nous Vous en supplions, ô Seigneur, par les mérites infinis de votre Cœur, par ces angoisses au jardin des Oliviers, par le sang qui en sortit sous le coup de la lance des Juifs, par Votre agonie mortelle : Pitié pour ces cœurs qui s'égarent : éclairez ces âmes assises dans les ombres de la Mort, faites-leur sentir combien il est dur et amer de s'éloigner de leur Dieu ; faites-leur goûter la douceur de Votre amour, et sentir le bienfait de Votre lumière. Ô Dieu saint, Père des miséricordes, entendez la prière et les supplications que Vous adresse sans cesse la divine Victime, votre Fils unique, l'objet de vos complaisances, voyez son sang et ses plaies, entendez la voix de Votre fille bien-aimée la Reine des martyrs, la glorieuse vierge Marie, dont le cœur fut percé de douleur pour notre salut, écoutez les prières de l'Eglise du ciel et de l'Eglise de la terre, auxquelles se mêlent nos voix faibles et indignes : calmez Votre juste colère, désarmez Votre vengeance pour faire place à Votre miséricorde, et que le règne de Votre amour s'étende désormais dans tous les cœurs. Ainsi soit-il. »

Les Religieuses de la Purification de Notre-Dame