La Prière pour se détacher des biens de ce monde « Seigneur Jésus, accorde-moi un détachement spirituel des biens matériels » :

« Seigneur Jésus, je crois en Toi parce que Tu sais ce qui est le mieux pour moi et ce que je dois faire pour atteindre le Ciel. J’espère en Toi parce que Tu m’as appelé à me détacher des biens matériels afin de Te posséder, Toi. Je T’aime parce que Tu es plus grand que toutes les choses créées. Seigneur Jésus, accorde-moi un détachement spirituel des biens matériels. Seigneur Jésus, aide-moi à T’aimer pardessus toutes choses. Je me rends compte que je suis attaché à des choses qui font que parfois je T’oublie. Mais, j’entends au plus profond de mon âme Tes paroles : « Aucun homme ne peut servir deux maîtres » (Mat 6,24). Aide-moi à comprendre qu’il n’est pas intéressant d’avoir beaucoup de choses, si je ne T’ai pas, Toi. Seigneur Jésus, aide-moi à voir quels commandements je ne vis pas entièrement et détache-moi d’une chose concrète qui m’en éloigne. Ainsi soit-il. »



L’Évangile de Jésus Christ selon Saint Matthieu 19, 16-22 :

« Un jeune homme s’approcha de Jésus et lui dit : « Maître, que dois-je faire de bon pour avoir la vie éternelle ? » Jésus lui dit : « Pourquoi m’interroges-tu sur ce qui est bon ? Il n’y a qu’un seul être qui soit bon ! Si tu veux entrer dans la vie, observe les commandements. -Lesquels ? » lui dit-il. Jésus reprit : « Tu ne commettras pas de meurtre. Tu ne commettras pas d’adultère. Tu ne commettras pas de vol. Tu ne porteras pas de faux témoignage. Honore ton père et ta mère. Et aussi : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. » Le jeune homme lui dit : « Tout cela, je l’ai observé : que me manque-t-il encore ? » Jésus lui répondit : « Si tu veux être parfait, va, vends ce que tu possèdes, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans les cieux. Puis viens, suis-moi. » A ces mots, le jeune homme s’en alla tout triste, car il avait de grands biens ».



3 Points de méditations sur cette parabole du « Jeune homme riche » selon Saint Matthieu 19, 16-22 :

1. En sommes-nous sûrs ?
Parfois nous demandons ou nous désirons quelque chose sans vraiment tenir compte des conditions nécessaires pour l’obtenir. Nous avons appris que la plupart des choses ne sont pas gratuites ; néanmoins, dans la vie spirituelle nous l’oublions facilement. Ce que le jeune homme riche demande est l’aboutissement le plus valable, le plus grand possible d’une vie humaine, mais il pense que ce sera facile de l’obtenir. Peut-être a-t-il été habitué à acheter tout ce qu’il voulait avec de l’argent. Il n’a probablement même pas pensé que le Christ lui demanderait de se détacher de ses biens. Si nous désirions une chose, mais nous ne voulons pas faire le nécessaire pour l’obtenir, interrogeons-nous : la voulons-nous vraiment ?

2. Un premier pas vers l’éternité :
Jésus prend la question du jeune homme au sérieux. Il ne tourne pas autour du pot. Il ne va pas laisser le jeune homme penser que les choses sont plus faciles qu’elles ne le sont réellement. Malheureusement, dans la société d’aujourd’hui nous nous sommes habitués à chercher ce qui est le plus facile, ce qui est le plus confortable, ce qui exige le moins d’effort. Ce n’est pas le chemin d’un chrétien convaincu. Pour arriver au Ciel - et tout le monde devrait vraiment le vouloir - une chose est certainement nécessaire : « observer les commandements ». Cela signifie éviter le péché. Les commandements ne sont pas simplement un ensemble de règles que Dieu a placées en notre nature humaine et nous a révélé dans la Bible sans raison. L’amour de Dieu pour nous précède les commandements. Quand tu aimes quelqu’un, tu ne traites pas cette personne n’importe comment, mais plutôt d’une manière qui reflète l’amour que tu as pour cette personne. Ainsi, nous gardons les commandements non pas pour suivre un code moral, mais pour montrer d’une manière spécifique notre amour pour Dieu. Cette étape est très importante, mais c’est seulement un premier pas vers le Ciel.

3. Pas si sûr !
Le jeune homme riche n’avait pas de difficultés à observer les commandements. Se sentant confiant, il demande davantage, et le Christ lui demande de vendre tout ce qu’il possède. Il ne s’attendait pas à cela. Il est reparti triste, parce qu’il avait beaucoup de biens. Le problème n’est pas le fait d’avoir des biens, mais c’est que le fait d’avoir beaucoup de possessions nous rend plus préoccupés par les choses matérielles que par les « choses d’en haut », comme le dit saint Paul (Col 3,1). Dans l’Évangile, Jésus dit aussi : « là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur ».(Mat 6,21).



« Le riche qui prend la suite du Christ » de François-René de Chateaubriand :

« Le riche doit tenir pour certain que la foi augmentera ses plaisirs en y mêlant une tendresse ineffable. Son cœur ne s'endurcira point, ne sera point rassasié par la jouissance, grand écueil des longues prospérités. La religion possède une huile sainte qui prévient la sécheresse de l'âme; et c'est avec cette huile qu'elle consacre les rois, la jeunesse et la mort, pour les empêcher d'être stériles. Enfin, il viendra le jour des chagrins, le jour inévitable à l'homme, il viendra ! Un souffle d'en haut fera disparaître les palais et les trésors; et le maître de tant de granges comblées sera pour toujours relégué parmi ceux qui n'ont pas un épi de froment. Le riche tombé, mais religieux quittera sans peine le manteau de pourpre pour vêtir la serge grossière. Ses pieds, que couvrait la soie et que protégeaient les cuirs moelleux, ne seront point blessés par l'inflexible chaussure de chêne, ou par la pierre qu'ils fouleront à nu. Que lui importera la solitude ? Il n'avait point compté sur les hommes; il savait depuis longtemps qu'ils détourneraient leur face quand le jour serait venu. Si la couche de duvet lui manque, il sait dormir sur la paille; si le coussin d'édredon ne soutient plus sa tête, une bonne conscience est un oreiller fort doux. Il n'a plus ces habitations pompeuses, ces longues salles où retentissait la voix des flatteurs et des faux amis; mais il a la maison de Dieu, les églises où les anges ne lui donnent que des louanges sincères, et où Jésus Christ dit à son cœur les mots de la véritable amitié ».

Français-René de Chateaubriand (1768-1848) – « le Génie du christianisme »



Prions : Aux appels de ton peuple en prière, réponds, Seigneur, en Ta bonté : donne à chacun la claire vision de ce qu'il doit faire et la force de l'accomplir pour pouvoir Te servir par une vie qui Te plaise. Par Jésus Christ, ton Fils, notre Seigneur. Amen.