Christ-3.jpg

La Prière de Max Jacob sur la Passion de N-S-J-C « Ô Pieds soyeux, vénérables Mains blanches » :

« Fils de Marie, mené dans ce faubourg,
Crois de chanter que je n’ai point l’envie,
Mais de laisser mes yeux brûler de pleurs
À ce dédain qu’ils avaient de ta Vie,
Le Tribunal et les exécuteurs.
Fut-il jamais un plus noble Visage,
Aimable aspect, le Regard calme et doux,
Plus de tendresse et parole plus sage,
Si près de l’homme et tant par-dessus nous ?
Hélas ! Je vois ton Front tout déchiré
Par un torchis de végétaux piquants
Et tes Cheveux, par la ronce offensés,
Sur ton Cou blanc laisser tomber du Sang.
Ô Pieds soyeux, vénérables Mains blanches !
Tirant d’un sac tenailles et marteaux,
Les menuisiers, contre une rude planche,
Vous ont tourné à Vous casser les os.
Du corps pesant s’agrandit la douleur ;
Du fouet cinglant Il a les cicatrices.
En ce printemps qui fait venir les fleurs,
Il n’en est pas une qui ne pâlisse.
Quoi donc ! Hier, pour une pichenette,
Que fit la dent du chien de mon ami,
Je me sentais l’humeur devenir blette,
Brouiller le cœur et perdre mon esprit !
Quoi qu’il t’arrive en ta vie inquiète,
Songe aux Douleurs du Seigneur Jésus-Christ ».

Ainsi soit-il.


Max Jacob (1876-1944)

Max-Jacob.jpg

Voir également de Max Jacob :
La Prière de Max Jacob « Louange à cette petite fille de la campagne qui a été l'Épouse et la Mère de Dieu »
La Prière des « Litanies de la Sainte Vierge » de Max Jacob
La Prière de Max Jacob sur la Passion de N-S-J-C « Ô Pieds soyeux, vénérables Mains blanches »