Dieu.jpg

La Prière du Fr. Gaetano-Maria da Bergamo « J'ose Vous offrir, ô mon Dieu, cette volonté qui a eu la malice et le malheur de pouvoir Vous offenser » :

« J'ose Vous offrir, ô mon Dieu, cette volonté qui a eu la malice et le malheur de pouvoir Vous offenser, et qui ne peut maintenant sans votre Secours avoir assez de force pour en concevoir un vrai repentir : je Vous l'offre telle qu'elle est cette volonté pécheresse qui veut être pénitente, cette volonté rebelle et ingrate, qui n'a plus d'autre désir que de Vous aimer. Ne la rebutez pas : qu'il Vous plaise, ô mon Dieu, de l'agréer, de la consoler et de la fortifier dans ses bons désirs par Votre infinie Miséricorde ! Je ne veux plus que cette volonté m'appartienne ; je désire qu'elle soit toute à Vous, qu'elle Vous obéisse en tout et partout, et qu'elle ne Vous résiste jamais : je n'ai rien de plus cher, ni de plus agréable à Vous offrir, et je Vous l'offre de toute l'activité de mon cœur ».

Ainsi soit-il.


Père Gaetano-Maria da Bergamo (1672-1753) - « Pensées et affections sur la Passion de Jésus-Christ pour tous les jours de l’année », p. 390-391, chez Claude Cizeron Libraire (1766)


Voir également du R. P. Gaetano-Maria da Bergamo :
La Prière du R. P. Cajetan-Marie de Bergame sur l’humilité « Ô mon Jésus qui trouvez Vos délices dans un cœur humilié »
La Prière du R. P. Gaetano-Maria da Bergamo « Ô mon Jésus, Vous êtes tout à moi, je dois donc être tout à Vous »
La Prière du Padre Gaetano-Maria da Bergamo sur la vraie Charité « Ô bon Jésus, changez les affections de mon cœur »
La Prière de Fr. Gaetano-Maria da Bergamo sur la Repentance « Ô mon Dieu, que je ne vive plus que pour Vous »
La Prière de Fra Gaetano-Maria da Bergamo avant la Sainte Communion « Ô mon Seigneur et mon Roi, Vous savez-mieux que moi cc qui me manque et ce qui Vous convient »
La Prière du Frère Gaetano-Maria da Bergamo « Ô Père Éternel, je Vous offre en sacrifice de pénitence le Cœur de Jésus »
La Prière du Fr. Gaetano-Maria da Bergamo « J'ose Vous offrir, ô mon Dieu, cette volonté qui a eu la malice et le malheur de pouvoir Vous offenser »