Purgatoire-Retable-Eglise-de-Laz.jpg

La Prière du R. P. Célestin-Joseph Félix sur le Paradis « Ô beau Ciel, dont nos meilleurs jours de la terre ne sont que de pâles reflets » :

« Ô sainte Patrie de nos âmes ! Ô beau Ciel, dont nos meilleurs jours de la terre ne sont que de pâles reflets ! Ah ! Quand nous avons deviné le bonheur que Vous nous réservez là-Haut au Cœur de Jésus- Christ, vraie Patrie des chrétiens ; lorsqu'au sortir de cette vie, éclairés au flambeau de notre foi et de notre espérance, emportés surtout par l'élan de notre amour, nous avons entrevu de loin ces Fêtes éternelles dont Jésus-Christ sera pour nous la Lumière et la Joie : ne pouvoir s'élancer vers Vous ; attendre une heure, un jour, des années, des siècles, avant d'aller voir le spectacle de Vos magnificences et se plonger au torrent de Vos voluptés : Dieu, quel exil ! Et la souffrance de cet exil qui pourrait Vous la faire entendre? Quand les enfants d'Israël, emmenés captifs loin de la patrie, ne voyaient plus de leurs yeux que les rivages de l’Euphrate, ils s'asseyaient tristes sur cette terre étrangère, et ils pleuraient au souvenir de Jérusalem absente : « Nilic sedimus et flevimus, cum recordaremur Sion » (Ps 136, 1)

Ainsi soit-il.


R. P. Célestin-Joseph Félix (1810-1891) – « Les Morts souffrants et délaissés », pages 26-27, C. Dillet, 1860

Celestin-Joseph-Felix.jpg

Voir également du R. P. Célestin-Joseph Félix :
- La Prière du R. P. Joseph Félix « Pour mes frères les morts, faites l'aumône de votre prière, de vos bonnes œuvres, de votre souffrance et de votre sacrifice »
- La Prière d’une veuve du R. P. Célestin-Joseph Félix « Mon plus grand supplice est de ne pas trouver celui qui en m'épousant sur la terre m'a promis pour le ciel des noces éternelles »
- La Prière des âmes du Purgatoire du Révérend Père Célestin-Joseph Félix « Ô célestes messagers qui venez visiter ces demeures de l'expiation pour emporter avec vous les affranchis de la justice »
- La Prière du R. P. Célestin-Joseph Félix sur le Paradis « Ô beau Ciel, dont nos meilleurs jours de la terre ne sont que de pâles reflets »