Parabole-du-Pharisien-et-du-Publicain-Luc-XVIII-9-14.jpg

Saint Évangile selon Saint Luc du Dixième Dimanche après la Pentecôte :
En ce temps-là, Jésus dit cette Parabole à quelques-uns qui se confiaient en eux-mêmes, comme étant justes, et qui méprisaient les autres : Deux hommes montèrent au Temple pour prier ; l’un était pharisien, et l’autre publicain. Le pharisien, se tenant debout, priait ainsi en lui-même : Ô Dieu, je Vous rends grâces de ce que je ne suis pas comme le reste des hommes, qui sont voleurs, injustes, adultères, ni même comme ce publicain. Je jeûne deux fois la semaine, je donne la dîme de tout ce que je possède. Et le publicain, se tenant éloigné, n’osait pas même lever les yeux au Ciel ; mais il frappait sa poitrine, en disant : Ô Dieu, ayez pitié de moi, qui suis un pécheur. Je vous le dis, celui-ci descendit dans sa maison Justifié, plutôt que l’autre ; car quiconque s’élève sera humilié, et quiconque s’humilie sera élevé (Luc 18, 9-14)

Les Prières et Résolutions pour chaque Jour de la Semaine du Xe Dimanche après la Pentecôte sur la Parabole du Pharisien et du Publicain de l’Abbé Jean-Baptiste La Sausse « Seigneur, ayez pitié de moi, donnez-moi le cœur d'un vrai Pénitent » :

Dixième Dimanche après la Pentecôte :
« Jésus dit cette Parabole à quelques-uns qui se flattant d'être Justes, mettaient leur confiance en eux-mêmes, et méprisaient les autres » (Luc 18, 9-14)
Prière : Quand ma conscience ne me reprocherait rien, pourrais-je me flatter, ô mon Dieu, d'être digne de votre Amour ? Assuré d'avoir péché, puis-je dire que j'ai eu le repentir d'un vrai pénitent, et en ai-je fait les œuvres ? Comment pourrais-je mettre ma confiance en moi-même ? Je fais tous les jours une triste expérience de mon extrême fragilité ; et ne sais-je pas que sans la Grâce je ne suis rien, je n'ai rien, je ne puis rien ? Loin de me préférer à qui que ce soit, je me regarderai comme le dernier de tous à cause de tant de Grâces que j'ai reçues, et dont j'ai eu le malheur d'abuser.
Résolution : Je ne perdrai point de vue mes péchés, et je n'y penserai jamais sans que mon cœur dise à Dieu : Seigneur, ayez pitié de moi, donnez-moi le cœur d'un vrai Pénitent. J'aurai une grande confiance en Dieu à cause des Mérites de Jésus-Christ ; mais en même temps je me défierai beaucoup de moi-même, et je dirai sans cesse à Dieu : Que vais-je devenir si Vous ne me secourez ? Je me regarderai comme un grand pécheur qui ne fait point pénitence, quoique Dieu l'y invite sans cesse.


Dixième Lundi après la Pentecôte :
« Deux hommes montèrent au Temple pour y faire leur Prière » (Luc 18, 9-14)
Prière : Tous ceux qui lisent des formules de prières ne prient pas. S'il y a des Prières qui sont agréables à Dieu, et exaucées, il y a des prières qui sont des péchés, et pour lesquelles on sera puni sévèrement. Mon Dieu, enseignez-moi à prier, et faites que je prie comme Vous me l'avez appris. Je Vous demande pardon de ce que parmi tant de prières que j'ai faites, il en est si peu que j'ai bien faites.
Résolution : Je me préparerai toujours à la Prière par un profond recueillement, en demandant à Dieu la Grâce de bien prier et en me proposant une fin qui soit digne de Dieu. Après m'être beaucoup humilié, en pensant que je vais parler à mon Dieu, moi qui ne suis qu'une cendre animée et une créature pécheresse, c'est mon cœur qui priera ; je désirerai ce que je demanderai à Dieu ; je prierai en union à Jésus-Christ, espérant d'être exaucé, mais ne fondant mon espérance que sur la Bonté de Dieu et les Mérites de mon Sauveur. Si je n'ai pas prié avec toute l'attention et la dévotion dont j'aurai été capable, je ne manquerai point de m'humilier et de demander pardon.


Dixième Mardi après la Pentecôte :
« Le Pharisien se tenant debout priait ainsi : Ô Dieu ! Je Vous rends Grâces de ce que je ne suis point comme les autres hommes... comme ce Publicain ... Je jeune, ... » (Luc 18, 9-14)
Prière : Seigneur, donnez-moi l'Esprit de Prière. Lorsque j'ai prié, n'est-ce pas souvent avec un cœur de Pharisien ? M’élevant au-dessus des autres ; tout occupé des choses de la terre ; ne désirant point la Grâce dont je ne sentais pas le pressant besoin ; rempli d'une confiance présomptueuse ; comptant sur quelques bonnes œuvres faites plutôt pour être approuvé des hommes que pour plaire à Dieu.
Résolution : Lorsque je prierai, je m'humilierai jusqu'à me placer en esprit au-dessous des plus grands pécheurs ; je renoncerai à toute affection terrestre ; je me regarderai devant Dieu comme un pauvre qui va périr de misère ; je n'attendrai des Grâces que de la Bonté de Dieu et des Prières de mon Sauveur, auxquelles je m'unirai ; mes prières seront accompagnées d'œuvres de pénitence et de charité, que je ferai pour apaiser la Colère de Dieu et obtenir Miséricorde.


Dixième Mercredi après la Pentecôte :
« Le Publicain se tenant bien loin, n'osait lever les yeux ; il frappait sa poitrine en disant : ô mon Dieu ! Ayez pitié de moi » (Luc 18, 9-14)
Prière : Mon Dieu, donnez-moi le cœur du Publicain, qui se retira du Temple justifié à Vos yeux, parce qu'il Vous pria, convaincu qu'il était un grand pécheur, qu'il méritait d'être rejeté de Dieu et méprisé des hommes, et parce qu'il implora avec instance Votre infinie Miséricorde, désirant avec ardeur la rémission de ses iniquités.
Résolution : Dans mes prières je m'humilierai profondément devant Dieu, qui s'approche de ceux qui sont humbles de cœur ; je n'oserai lever les yeux devant Lui à cause de mes péchés, qui sont d'autant plus grands que j'ai reçu plus de Grâces. En implorant sa Miséricorde, je gémirai sur mon ingratitude, je Lui promettrai de mener une vie pénitente, Lui demandant sa Grâce pour ne plus retomber dans mes péchés.


Dixième Jeudi après la Pentecôte :
« Ô mon Dieu ! Ayez pitié de moi qui suis un pécheur » (Luc 18, 9-14)
Prière : Je consens, ô mon Dieu, d'être devant les hommes ce que je suis devant Vous, un misérable pécheur. Le péché m'a dégradé et horriblement avili. Marqué du sceau du Démon, je ne devrais pas me plaindre quand toutes les créatures me fouleraient aux pieds. Mais, Seigneur, j'espère en Vous ; la Prière de celui qui s'humilie pénètre jusqu'à votre Cœur. Je rougirai de paraître en votre Présence, et Vous jetterez sur moi un regard de compassion ; je Vous exposerai mes misères, et Vous me ferez Miséricorde Jésus-Christ mon Sauveur.
Résolution : Je frapperai ma poitrine en disant : ô mon Dieu, j'ai péché, ayez pitié de moi selon toute l'étendue de votre Miséricorde. Je ne cesserai point de m'affliger d'avoir péché, en pensant à la malice, à l'ingratitude et à la perfidie dont je me suis rendu coupable. Je me punirai sévèrement et constamment de mes péchés pour me préserver des supplices que j'ai mérités, et de la rechute dans mes péchés. A la vue de mon Crucifix, j'exciterai mon cœur aux sentiments de la contrition, de la reconnaissance, de la confiance et de l'amour.


Dixième Vendredi après la Pentecôte :
« Celui-ci s'en retourna chez lui Justifié, et non pas l'autre » (Luc 18, 9-14)
Prière : Je Vous supplie, Seigneur, de me donner l'esprit, le goût et l'amour de la Prière. Favorisez-moi tellement de vos Grâces, que toutes mes Prières soient faites avec une humilité si profonde, avec une contrition si amère, avec une si grande ferveur, qu'après ma Prière je cesse d'être l'ennemi de Dieu, si j'étais auparavant dans l'état du péché, et que ma justice soit plus parfaite, si j'étais déjà Juste.
Résolution : Toutes les fois que je prierai, je penserai que je dois adorer Dieu en Esprit et en Vérité ; que Dieu est adorable dans son Etre, dans toutes Ses perfections, dans toutes Ses œuvres, dans tous Ses conseils ; que pour L'adorer véritablement, il faut s'anéantir intérieurement en sa Présence, Le préférer à se soumettre à Lui en tout, Le vénérer et L'aimer par-dessus tout. Je m'unirai aux Anges et aux Saints du Ciel, dont l'occupation est d'adorer Dieu. J'aspirerai au Bonheur du Ciel, qui sera la Récompense de ceux qui auront adoré Dieu véritablement et constamment.


Dixième Samedi après la Pentecôte :
« Quiconque s'élève sera abaissé, et quiconque s'abaisse sera élevé » (Luc 18, 9-14)
Prière : Seigneur, qui résistez aux orgueilleux, et qui prodiguez vos Grâces aux humbles, détruisez en moi l'orgueil qui me domine, et donnez-moi dans un haut degré la Vertu d'Humilité, cette Vertu qui Vous est si agréable, que Jésus-Christ veut que nous apprenions de Lui, qui Vous a porté à choisir Marie, la plus Pure des Vierges, pour être la Mère de votre Fils, cette Vertu que tout ce qui est hors de moi et en moi me prêche ; cette Vertu qui fait qu'on est plus élevé en Gloire dans le Ciel à proportion qu'on en a été plus rempli sur la terre.
Résolution : Je mépriserai les vanités du monde et l'approbation des créatures. Je penserai souvent que je ne suis qu'un pécheur qui ai mérité autrefois l'Enfer, qui le mérite peut-être actuellement, qui peut le mériter à tout instant, et que j'y serai précipité si le Seigneur ne m'en préserve par Sa grande Miséricorde. Je ne parlerai jamais de moi-même sans quelque nécessité. Je mènerai, autant que je pourrai, une vie cachée ; je pratiquerai tous les jours quelque humiliation, et je remercierai le Seigneur quand j'en recevrai quelqu'une.

Ainsi soit-il.


Abbé Jean-Baptiste La Sausse (1740-1826) – « Doctrine de l'Évangile ou les Évangiles de l'année médités d'une manière affectueuse et pratique », Dixième Semaine après la Pentecôte, Évangile selon Saint Luc 18, 9-14 sur la Parabole du Pharisien et du Publicain, pages 225-232, chez Duprat-Duverger, 1810


Voir également de l’Abbé Jean-Baptiste Lasausse :
- La Prière de l’Abbé J-B Lasausse « Ô mon Dieu, je Vous consacre ma vie d'une manière qui Vous soit très-agréable »
- La Prière de l’Abbé La Sausse devant le Saint Sacrement « Ô Dieu de Charité, rallumez dans nos cœurs le flambeau de cet Amour divin »
- La Prière de désir du Royaume des Cieux de l’Abbé Jean-Baptiste La Sausse « Ô mon Dieu, je soupire après cette céleste Patrie »
- La Prière de l’Abbé Jean-Baptiste La Sausse à la Consécration sur l’Autel « Ô mon Sauveur, accordez-moi la Grâce de participer avec fruit à Votre auguste Sacrifice »
- La Prière de l’Abbé Jean-Baptiste La Sausse pour communier spirituellement « Ô mon aimable Sauveur, si je n'ai pas le bonheur aujourd'hui d'être nourri de votre Chair adorable »
- Les Prières et Résolutions pour chaque Jour de la Cinquième Semaine après la Pentecôte de l’Abbé Jean-Baptiste La Sausse « Enseignez-moi, ô mon Sauveur, la manière dont je dois observer votre Loi pour entrer dans le Royaume du Ciel »
- Les Prières et Résolutions pour chaque Jour de la Sixième Semaine après la Pentecôte de l’Abbé Jean-Baptiste La Sausse « Nourrissez-moi, ô mon Sauveur, du Pain vivant descendu du Ciel, qui est au-dessus de toute substance »
- Les Prières et Résolutions pour chaque Jour de la Septième Semaine après la Pentecôte de l’Abbé Jean-Baptiste La Sausse « Je Vous prie, ô mon Dieu, de me rendre un bon arbre et de me faire porter en tout temps de bons fruits »
- Les Prières et Résolutions pour chaque Jour de la Huitième Semaine après la Pentecôte de l’Abbé Jean-Baptiste La Sausse sur la Parabole de l'économe infidèle « Ô mon Dieu, je suis cet économe entre les mains de qui Vous avez mis beaucoup de richesses pour les faire valoir à votre Gloire et à mon Salut »
- Les Prières et Résolutions pour chaque Jour de la Semaine du IXe Dimanche après la Pentecôte lorsque Jésus pleure sur Jérusalem de l’Abbé Jean-Baptiste La Sausse « Ô Jésus, donnez-moi le Don des larmes, afin que je pleure avec Vous »
- Les Prières et Résolutions pour chaque Jour de la Semaine du Xe Dimanche après la Pentecôte sur la Parabole du Pharisien et du Publicain de l’Abbé Jean-Baptiste La Sausse « Seigneur, ayez pitié de moi, donnez-moi le cœur d'un vrai Pénitent »