Parabole-Econome-infidele.jpg

Saint Évangile selon Saint Luc sur la Parabole de l'économe infidèle :

En ce temps-là : Jésus dit à Ses disciples cette Parabole : Il était un homme riche qui avait un intendant ; celui-ci lui fut dénoncé comme dissipant ses biens. Il l’appela et lui dit : « Qu’est-ce que j’entends dire de toi ? Rends compte de ton intendance, car tu ne pourras plus être intendant ». Or l’intendant se dit en lui-même : « Que ferai-je, puisque mon maître me retire l’intendance ? Bêcher, je n’en ai pas la force ; mendier, j’en ai honte. Je sais ce que je ferai pour que, quand je serai destitué de l’intendance, (il y ait des gens) qui me reçoivent chez eux ». Ayant convoqué chacun des débiteurs de son maître, il dit au premier : « Combien dois-tu à mon maître ? » Il dit : « Cent mesures d’huile ». Et il lui dit : « Prends ton billet, assieds-toi vite et écris : cinquante ». Ensuite il dit à un autre : « Et toi, combien dois-tu ? » Il dit : « Cent mesures de froment ». Et il lui dit : « Prends ton billet et écris : quatre-vingts ». Et le maître loua l’intendant malhonnête d’avoir agi d’une façon avisée. C’est que les enfants de ce siècle sont plus avisés à l’égard de ceux de leur espèce que les enfants de la lumière. Et moi je vous dis : « Faites-vous des amis avec la Richesse malhonnête, afin que, lorsqu’elle viendra à manquer, ils vous reçoivent dans les tabernacles éternels » (Luc 16, 1-9)


Les Prières et Résolutions pour chaque Jour de la Huitième Semaine après la Pentecôte de l’Abbé Jean-Baptiste La Sausse sur la Parabole de l'économe infidèle « Ô mon Dieu, je suis cet économe entre les mains de qui Vous avez mis beaucoup de richesses pour les faire valoir à votre Gloire et à mon Salut » :

Huitième Dimanche après la Pentecôte :
« Un homme riche avait un économe… » (Luc 16, 1-9)
Prière : Qu'êtes-Vous, ô mon Dieu ! Et que suis-je ? Vous êtes riche, et je suis pauvre ; Vous êtes le Souverain Seigneur de tout, et je n'ai rien en propre. Il y a eu un temps où je n'étais rien ; si Vous cessiez de me conserver, je retomberais aussitôt dans le néant ; je ne pourrais pas remuer un de mes membres, faire la moindre action, si Vous ne me faisiez agir. Tout ce que j'ai vient de Vous, est à Vous ; sans votre Grâce je ne puis pas faire un acte de vertu surnaturelle, et à plus forte raison mériter la Grâce et le Ciel. Il est bien juste que je Vous fasse hommage de tout ce que j'ai, de tout ce que je suis ; daignez agréer cette offrande.
Résolution : Je reconnaîtrai que c'est de Dieu que je tiens l'être, tout ce que je suis, et tout ce que j'ai ; je Le remercierai surtout de ce qu'Il m'a créé pour Lui, de ce qu'Il m'a donné un esprit capable de Le connaître, un cœur capable de L'aimer, et de ce qu'Il m'offre sa Grâce pour pouvoir Le posséder éternellement dans le Ciel ; je ne me servirai des membres de mon corps et des facultés de mon âme que selon Sa volonté, et afin de Lui plaire ; je m'offrirai continuellement à Lui, et je L'invoquerai sans cesse.


Huitième Lundi après la Pentecôte :
« Un homme riche avait un économe qui fut diffamé auprès de lui » (Luc 16, 1-9)
Prière : Ô mon Dieu, je suis cet économe entre les mains de qui Vous avez mis beaucoup de richesses pour les faire valoir à votre Gloire et à mon Salut. C'est un dépôt que j'ai reçu de Vous, et dont Vous me demanderez compte. Ne pourrait-on pas m'accuser d'avoir dissipé tous vos Biens, tous les Talents naturels et les Dons surnaturels que Vous m'aviez confiés pour Vous glorifier et acheter le Ciel ? Est-il vrai que j'en ai usé selon Votre intention ? Que deviendrais-je si Vous me traitiez comme je le mérite ? Ayez pitié de moi !
Résolution : Je penserai souvent que Dieu est mon premier Principe, et qu'Il doit être ma dernière Fin ; que je ne dois penser, parler et agir que conformément à Sa volonté ; que je serai bientôt accusé, examiné et jugé ; que le Seigneur m'appelle déjà, afin que je Lui rende compte de tout ce que j'ai reçu ; qu'Il m'appelle intérieurement par les mouvements de sa Grâce, et extérieurement par les infirmités auxquelles je suis sujet, par les exhortations que j'entends, par les bons exemples que je vois, par la mort subite et imprévue de tant de personnes qui sont jugées à l'instant même qu'elles rendent le dernier soupir. Je me repentirai, je prierai, je ferai de dignes fruits de pénitence.


Huitième Mardi après la Pentecôte :
« Rendez-moi compte de votre administration » (Luc 16, 1-9)
Prière : Encore un peu de temps, ô mon Dieu, encore un peu de temps ; je Vous remercie de ce que Vous exaucez ma prière. Que je m'estime heureux de ce que Vous me donnez encore un peu de temps pour mettre ordre à tout, et pouvoir acquitter mon immense dette, dont Vous me demanderez compte, lorsqu'il faudra que je paraisse à votre Tribunal ! Ce sera bientôt ; ce sera peut-être aujourd'hui.
Résolution : On me dira : Rendez compte de votre esprit ; ah ! Il sera à l'avenir toujours occupé de quelque Sainte pensée. Rendez compte de votre volonté ; elle sera toujours soumise à Celle de Dieu. Rendez compte de votre cœur ; je veillerai sur tous ses mouvements, et il produira continuellement des Actes de Contrition et d'Amour. Rendez compte de vos richesses ; je ne m'en servirai plus pour me procurer des choses superflues, et j'en ferai de bonnes œuvres. Rendez compte de votre temps ; je n'en veux pas perdre une minute. Rendez compte de vos actions; je les sanctifierai toutes. Rendez compte de vos paroles; je ne blesserai plus par ma langue aucune vertu, et je m'en servirai pour bénir Dieu et édifier le prochain. Rendez compte des Grâces que vous avez reçues ; Seigneur, accordez m’en de si grandes qu'il n'y en ait plus aucune à Laquelle je résiste. Rendez compte des Sacrements auxquels vous avez participé ; je me disposerai de mon mieux à Ceux que je recevrai, pour ne faire désormais que de bonnes Confessions et de Saintes Communions.


Huitième Mercredi après la Pentecôte :
« Vous ne gouvernerez plus désormais mon bien » (Luc 16, 1-9)
Prière : Ô mon Dieu, à quelle affreuse pauvreté je serai réduit pour toujours, si, paraissant à votre Tribunal, je suis reconnu pour être un serviteur infidèle ! Je serai alors séparé de Vous, qui êtes le souverain Bien ; haï et maudit de Vous, je serai dans le lieu des pleurs et des grincements de dents, de la rage et du désespoir, la proie de tous les Démons, et couronné de tous les maux.
Résolution : Je veux penser continuellement du monde, de moi-même, et de Dieu, ce que j'en penserai à la mort ; je dirai : Il n'y a que vanité dans le monde ; j'ai été un insensé, un ingrat, un perfide de n'avoir pas servi Dieu. Dieu est le seul Bien, Il est tout Bien ; Il est digne d'un amour infini, pourquoi ne L'ai-je pas aimé ? Il me semblera entendre le Seigneur dire de moi : Quel soin n'avons-nous pas pris de ce malade, et il n’a pas voulu être guéri ! Abandonnons-le. Je lui dirai du fond de mon cœur : Seigneur, ne me rejetez pas, je ne résisterai plus à votre Grâce ; j'embrasse la pénitence.


Huitième Jeudi après la Pentecôte :
« Alors cet économe dit en lui-même : Que ferai-je ? » (Luc 16, 1-9)
Prière : Chargé de tant de dettes, que j'ai contractées envers la Justice de Dieu, que ferai-je pour n'être pas privé pour l'éternité de Dieu, dont la Possession rend très riche et parfaitement heureux, et dont la privation jette dans l'abyme de la misère et du malheur ? Je me ferai des amis de ceux qui sont si chers à votre Cœur ; Seigneur, je Vous supplie d'exaucer les prières qu'ils Vous adresseront en ma faveur.
Résolution : Je renoncerai d'abord à toute affection au péché, parce que le péché offense Dieu, et qu'Il a essentiellement pour tout péché une Haine infinie. Je Lui demanderai Miséricorde par les Mérites de Jésus-Christ, qui est mort pour l'expiation de mes péchés, et je Le prierai de purifier mon cœur avec son Sang. J'invoquerai Marie, Refuge des pécheurs, tous les Anges et tous les Saints, et je Les supplierai d'intercéder auprès de Dieu pour moi. J'intéresserai les pauvres, à l'égard de qui je serai très libéral. J'honorerai en leur personne Jésus-Christ souffrant ; mon dessein ne sera pas seulement d'obtenir d'eux qu'ils prient pour moi, je me proposerai encore, par mes aumônes, de contribuer à leur conversion ou à leur sanctification ; j'accompagnerai l'aumône spirituelle de l'aumône corporelle.


Huitième Vendredi après la Pentecôte :
« Les enfants du siècle sont plus sages dans leurs affaires que ne le sont les enfants de Lumière » (Luc 16, 1-9)
Prière : Je reconnais, ô mon Dieu, combien j'ai été insensé et coupable de m'être si fort occupé pour des affaires de rien, et d'avoir si peu pensé à mon affaire nécessaire et unique ; d'avoir en un si grand soin de mon corps, et d'avoir si fort négligé de prendre soin de mon âme ; de n'avoir cherché qu'à me satisfaire sur la terre, et de n'avoir rien fait pour me procurer, dans le Ciel, le souverain Bonheur.
Résolution : Pour apaiser la Colère de mon Dieu, toucher son Cœur, Lui plaire et attirer sur moi l'abondance de ses Grâces, je ferai ce qu'ont fait les Saints Pénitents ; je ne cesserai point de pleurer, de prier, de me mortifier, et de dire à Dieu que je L'aime.


Huitième Samedi après la Pentecôte :
« Faites-vous des amis des richesses d'iniquités » (Luc 16, 1-9)
Prière : Je Vous demande pardon, ô mon Dieu, de ce que j'ai désiré des richesses ; de ce que mon cœur a été attaché à ces biens trompeurs et fragiles sources de tant de maux pour ceux qui les aiment ; de ce que j'ai omis de faire les bonnes œuvres pour lesquelles Vous me les aviez données ; de ce que je m'en suis servi si souvent pour contenter ma vanité, pour pécher et faire pécher les autres.
Résolution : Je n'oublierai point que les richesses sont le dieu de ceux qui les aiment. Je ne me regarderai que comme le dispensateur des richesses que Dieu a mises entre mes mains. Je craindrai d'en abuser. Je veux être à l'avenir le père des pauvres. Il me semblera que ce sera Jésus-Christ qui me demandera l'aumône par la bouche des pauvres. Ce sera avec promptitude, avec abondance et avec joie, que je ferai l'aumône au Nom de Jésus-Christ.

Ainsi soit-il.


Abbé Jean-Baptiste La Sausse (1740-1826) – « Doctrine de l'Évangile ou les Évangiles de l'année médités d'une manière affectueuse et pratique », Huitième Semaine après la Pentecôte, pages 209-216, chez Duprat-Duverger, 1810


Voir également de l’Abbé Jean-Baptiste Lasausse :
- La Prière de l’Abbé J-B Lasausse « Ô mon Dieu, je Vous consacre ma vie d'une manière qui Vous soit très-agréable »
- La Prière de l’Abbé La Sausse devant le Saint Sacrement « Ô Dieu de Charité, rallumez dans nos cœurs le flambeau de cet Amour divin »
- La Prière de désir du Royaume des Cieux de l’Abbé Jean-Baptiste La Sausse « Ô mon Dieu, je soupire après cette céleste Patrie »
- La Prière de l’Abbé Jean-Baptiste La Sausse à la Consécration sur l’Autel « Ô mon Sauveur, accordez-moi la Grâce de participer avec fruit à Votre auguste Sacrifice »
- La Prière de l’Abbé Jean-Baptiste La Sausse pour communier spirituellement « Ô mon aimable Sauveur, si je n'ai pas le bonheur aujourd'hui d'être nourri de votre Chair adorable »
- Les Prières et Résolutions pour chaque Jour de la Cinquième Semaine après la Pentecôte de l’Abbé Jean-Baptiste La Sausse « Enseignez-moi, ô mon Sauveur, la manière dont je dois observer votre Loi pour entrer dans le Royaume du Ciel »
- Les Prières et Résolutions pour chaque Jour de la Sixième Semaine après la Pentecôte de l’Abbé Jean-Baptiste La Sausse « Nourrissez-moi, ô mon Sauveur, du Pain vivant descendu du Ciel, qui est au-dessus de toute substance »
- Les Prières et Résolutions pour chaque Jour de la Septième Semaine après la Pentecôte de l’Abbé Jean-Baptiste La Sausse « Je Vous prie, ô mon Dieu, de me rendre un bon arbre et de me faire porter en tout temps de bons fruits »
- Les Prières et Résolutions pour chaque Jour de la Huitième Semaine après la Pentecôte de l’Abbé Jean-Baptiste La Sausse sur la Parabole de l'économe infidèle « Ô mon Dieu, je suis cet économe entre les mains de qui Vous avez mis beaucoup de richesses pour les faire valoir à votre Gloire et à mon Salut »