Procession-en-prieres-pour-la-Famille-3-fevrier-2020.jpg

A la veille du vote du projet de loi sur la bioéthique au Sénat le 4 février 2020, Monsieur l'abbé Pierrpaolo Petrucci, Prieur-Doyen du prieuré Saint-Genevière et curé de Saint-Nicolas-du-Chardonnet, et ses collaborateurs les abbés Gabriel Billecocq, Denis Puga, Jean-Piere Boubée, Pierre-Marie Gainche, Christophe Callier et les frères Benoît et Jean-Joseph, sont heureux de vous inviter à la « Procession en prières pour la Famille » qui aura lieu lundi 3 février 2020 de 20h00 à 22h00 dans les rues du V° arrondissement de Paris. Le rendez-vous est donné à 20h00 à l'église Saint-Nicolas du Chardonnet au Métro Maubert-Mutualité (ligne 10) afin d’implorer le Secours du Ciel pour protéger la France de ces nouvelles lois de bioéthique satanique.

Si le Président américain, Donald Trump, assiste le vendredi 24 janvier 2020 à la « Marche pour la Vie 2020 » avec des centaines de milliers de personnes et prend la parole pour protester contre l’avortement légal (en baisse de 25%), il en est tout autre en France avec nos Gouvernants. (cf. « 43 millions d’avortements en 2019 dans le monde ! » et « L’avortement redevient un crime aux États-Unis »)

Dans la nuit du 22 janvier 2020, les sénateurs français ont adopté le 1er article de la « loi de bioéthique du gouvernement Macron étendant la PMA aux lesbiennes » par 160 voix contre 116 malgré le discours « Cette loi bioéthique est une régression » du Sénateur Stéphane Ravier du Rassemblement National (RN). Il suffit de voir la Liste des sénateurs censés être de droite qui circule sur internet ayant voté cette nuit pour l’extension de la PMA aux lesbiennes ou n’ayant pas voté pour comprendre l’état d’esprit de nos Gouvernants. Seule victoire de taille pour les militants pro-vie : l’annulation, par les sénateurs, du choix, voté à l’Assemblée, de faire rembourser la PMA ainsi étendue aux lesbiennes par la Sécurité sociale.

Le 23 janvier 2020, le Sénat a tout de même rejeté l’article 2 du projet de loi de bioéthique qui ouvrait l’autoconservation des gamètes sans motif médical. Pour le troisième soir de suite devant les portes du Sénat, « La Manif Pour Tous » appelle à faire pression sur les sénateurs pour qu’ils retrouvent peu à peu le sens de la raison, c’est-à-dire le bon sens, pour défendre la filiation, le droit des enfants à connaître leur père et leur mère.

Le 24 janvier 2020, le Sénat a modifié les articles 4 du « projet de loi de bioéthique anti-éthique » relatif à la filiation de l’enfant issu d’une PMA réalisée au sein d’un couple de femmes lesbiennes qui faisait découler la double maternité des « deux femmes » de leur reconnaissance conjointe anticipée, et l’article 4 bis relatif à la transcription des actes d’état civil après une GPA réalisée à l’étranger. Le Sénat restitue, en partie, au droit de la filiation cohérence et lisibilité… « Il ne peut être légalement établi deux filiations maternelles ou deux filiations paternelles à l’égard d’un même enfant » (futur art. 310-1-1). Néanmoins, la privation délibérée de père qui résulte de l’AMP réalisée au sein d’un couple de lesbiennes, pour mettre l’enfant en situation d’être adopté par l’autre lesbienne, demeure une injustice contraire aux droits de l’enfant.

Mgr-Jean-Pierre-Batut.jpg

Le 25 janvier 2020, Mgr Jean-Pierre Batut, Évêque de Blois : « Au-delà de l’habituelle bataille des chiffres, la « Manifestation du Dimanche 19 janvier » a été un vrai succès puisque les medias se sont sentis obligés d’y faire écho autant, sinon plus, qu’à celle du 6 octobre de l’an passé, alors qu’il y avait moins de manifestants. Reste que la bataille n’est pas gagnée. Ce n’est pas une bataille entre « conservateurs » et « progressistes », c’est une bataille transversale entre la vérité et le mensonge. Regardez le vocabulaire employé : comme toujours, les mots qu’on utilise et ceux qu’on évite sont révélateurs d’un bras de fer avec la vérité. Dans tous les groupes politiques il y a des gens qui cherchent la vérité et des gens qui, par aveuglement ou par lâcheté, pactisent avec le mensonge. Le très conservateur sénateur Bruno Retailleau parle sans sourciller d’« élargir la PMA aux couples de femmes », pour dire benoîtement qu’il n’y voit pas malice. Or le mot « élargissement » est très intéressant : ce mot n’est qu’un mensonge pour éviter de parler de dénaturation. Il y a dénaturation quand une réalité ne garde plus que son nom, mais change de définition : quand cette réalité est dénaturée, le nom qu’elle porte n’est plus conservé que pour couvrir un mensonge. C’est ainsi que les défuntes « démocraties populaires » n’étaient ni démocratiques, ni populaires. En 2013 on a parlé en France d’un élargissement du Mariage : le mot « mariage » était conservé, mais pour masquer sa dénaturation. Jusque-là, l’institution du Mariage était l’union d’un homme et d’une femme ; désormais le nom est conservé, mais on ne sait plus ce qu’est le mariage. Aujourd’hui on parle d’un élargissement de la PMA, mais pour masquer sa dénaturation. Jusqu’à présent, la PMA est un acte médical pour pallier une pathologie, la stérilité des couples ; demain son nom sera conservé mais elle deviendra un acte commercial pour satisfaire des désirs individuels. En 2013 on nous expliquait : « si vous êtes attaché au Mariage traditionnel, son élargissement ne change rien pour vous ». Or cela changeait tout pour tout le monde. Aujourd’hui on nous ressert le même raisonnement : « si vous êtes un couple composé d’un homme et d’une femme et si vous avez recours à la PMA, cela ne change rien pour vous ». Or cela change tout pour tout le monde : la médecine, comme hélas tant d’autres réalités de notre monde, est mise au service du consumérisme libertaire. Ce ne sont plus des actes médicaux, c’est un mensonge qui camoufle une prise de pouvoir par les manipulations techniques et les puissances d’argent. N’en déplaise à monsieur Bruno Retailleau. »


Macron-foule-haineuse.jpg

Le 26 janvier 2020, lors de la fête à l’Élysée des 30 ans de la ratification de la Convention internationale des droits de l’enfant dont l’article 7 stipule qu’un enfant a le droit, dans la mesure du possible, de connaître ses parents et d’être élevé par eux, Macron, ce fils de 2 mères (l’une génitrice et l’autre d’adoption avec 25 ans de plus), a déclaré à Pascale Morinière, présidente des Associations Familiales Catholiques (AFC) qui l’interrogeait sur la « PMA sans père » et son projet de loi : « Je comprends votre problème, c’est que vous croyez qu’un père est forcément un mâle. Tous les psychanalystes vous diront le contraire ». Nous avons bien lu : pour Emmanuel Macron, c’est un problème que de « croire » que « le père » est « forcément » « un mâle » !.

Manifestation-contre-la-PMA-sans-Pere-et-la-GPA-28-29-janvier-2020.jpg

RDV devant le Sénat les 28 et 29 janvier 2020 :
Pour maintenir la pression dans les débats en première lecture au Sénat du projet de « Loi anti-éthique sur la Bioéthique » de Macron, « Marchons Enfants » vous donne rendez-vous devant le Sénat, 15 rue de Vaugirard, Paris 6e, les mardi 28 janvier et mercredi 29 janvier 2020 à 19h00, pour stopper ce texte démoniaque !


Le 28 janvier 2020, la détermination des partisans de la famille et des défenseurs de la filiation et des droits des femmes et des enfants est intacte. Ils se retrouvent une nouvelle fois ce soir devant le Sénat pour redire leur opposition à un projet de loi anti-éthique et profondément injuste puisqu’il va retirer des droits aux enfants. Ce texte ne fait pas consensus et le jusqu’au boutisme du gouvernement et de sa majorité n’y changera rien. Les Etats généraux de la bioéthique ont clairement montré que les Français sont attachés aux droits des enfants, à commencer par celui de ne pas être volontairement privés de père. Une enquête IFOP réalisée mi-janvier confirme cette tendance : plus d’un français sur 2 et près de 2 jeunes sur 3 sont pour le retrait de ce projet de loi..

« Ce projet de loi n’a rien d’éthique : il est anti-éthique ! Nous refusons cette destruction des droits de l’enfant à avoir un père et une mère, de cette destruction de la maternité, de cet acharnement contre la famille ! »
« Sénateur, réveille-toi ! Le progrès, c’est le retrait de ce texte ! »
« Grâce aux sénateurs courageux, et à notre mobilisation déterminée, nous avons évité : la PMA post-mortem, le remboursement de la PMA sans motif médical, la conservation des embryons par les centres à but lucratif, l’auto-conservation ovocytaire sans motif médical… »
« Nous défendons la dignité de tous les hommes, le respect et les droits de l’enfant. Nous défendons le respect de la paternité et de la maternité. Nous défendons les générations à venir. Nous défendons l’homme au cœur de l’écologie ! »
« Chers sénateurs, votre position est déterminante pour les générations futures ! Vous devez choisir en votre âme et conscience le monde que nous voulons pour demain : un monde de déracinés soumis à l’argent, sans repère ? ou un monde attaché à la famille, à la condition humaine ? »
« Chers sénateurs, vous devez continuer à bloquer les derniers articles restants. Ne soyez pas complices de la destruction de la filiation et de la famille ! Votre rôle est de protéger ce qui constitue le cœur de la nation : la famille ! »
« Sénateurs ! Nous sommes encore nombreux ce soir à vous rappeler votre responsabilité ! Défendez le respect et les droits de l’enfant ! »
« Nous remercions les sénateurs Bruno Retailleau (RN) et Guillaume Chevrollier qui s’opposent courageusement aux dérives de ce projet de loi Bioéthique ! »
« La qualité d’une civilisation se mesure au respect qu’elle porte aux plus faibles de ses membres. Il n’y a pas d’autres critères de jugement. »

Le 29 janvier 2020, les sénateurs ont examiné les derniers amendements relatifs au projet de loi de bioéthique. Le sujet du délai de réflexion avant une « Interruption Médicale de Grossesse » (IMG) a remis l’avortement (ici légal jusqu’à 9 mois) dans l’actualité, ainsi que la suppression de la clause de conscience des médecins. A l’issue du rassemblement devant le Sénat, plusieurs centaines de personnes ont défilé pacifiquement dans les rues de Paris pour interpeller les autorités sur la nocivité du projet de loi bioéthique. Les manifestants ont marché jusqu’à l’Assemblée nationale.


Le 30 janvier 2020, l’examen par le Sénat des articles de la « loi bioéthique anti-éthique » qui vient de se terminer, démontre que cette loi est impossible à amender correctement. Le projet de loi doit être voté solennellement le 4 février prochain. Jamais un texte bioéthique n’a été aussi éloigné de l’éthique, qui se doit d’être garante des droits humains, de la protection de la vie et de la dignité humaine.

Pour Tugdual Derville, délégué général d’Alliance VITA : « Ce résultat confirme les alertes que nous avons lancées dès le début du processus de cette révision et qui sont désormais largement reconnues après avoir été ignorées. A ce stade, la loi reste profondément régressive. Les sénateurs, habituellement présentés pour leur sagesse, ont une grave responsabilité devant les générations futures. S’ils votent ce texte en l’état, nous demanderons à l’Assemblée nationale de l’améliorer en seconde lecture ou au gouvernement de le retirer. Nous poursuivrons, sous de multiples formes notre mobilisation, au nom des générations futures ».

Pour Caroline Roux, déléguée générale adjointe d’Alliance VITA : « Les sénateurs aboutissent à un texte contradictoire qui consacre une éthique à géométrie variable. Si des tentatives peuvent être saluées pour amender le texte, les sénateurs ne sont pas parvenus à revoir l’économie globale de cette loi : elle produit de nouvelles injustices et discriminations ».

Cette « loi bioéthique anti-éthique » est incohérente !
• Comment affirmer que « nul n’a droit à l’enfant », et à l’article suivant étendre la PMA avec donneur à toute femme sans partenaire masculin, instituant de facto une « PMA sans père » tout en contenant son recours pour les couples homme/femme, uniquement pour des raisons médicales ? Il n’y a plus aucune logique, et les couples confrontés à l’infertilité sont paradoxalement les plus discriminés. Pire, l’instauration d’un plan national infertilité, introduit à l’Assemblée nationale pour la recherche des causes et la prévention de l’infertilité, a été supprimé.
• Comment prétendre à la levée de l’anonymat du don de gamètes et faire dépendre du bon vouloir du donneur la divulgation de son identité quand l’enfant le demandera à sa majorité ? C’est une véritable bombe à retardement au détriment des enfants et une terrible hypocrisie.
• Comment concilier le respect dû au traitement de l’embryon humain avec, à juste titre, l’interdiction de la levée de l’interdit de la création d’embryons transgéniques et chimériques, tout en allongeant la durée de recherche sur l’embryon humain à 21 jours ?
• Enfin, si les sénateurs ont rejeté la mesure ultra eugénique de DPI-A, ils ont réintroduit le DPI-HLA, ou bébé médicament, qui avait été supprimé à juste titre par les députés. Ce refus de supprimer une mesure antérieure signe l’incapacité d’évaluer la loi et de revenir sur des choix particulièrement contraires à l’éthique.


Procession en prières pour la Famille le 3 février 2020

Le lundi 3 février 2020, la « Procession en prières pour la Famille » de 20h00 à 22h00 dans les rues du V° arrondissement de Paris. Le rendez-vous est donné à 20h00 à l'église Saint-Nicolas du Chardonnet au Métro Maubert-Mutualité (ligne 10) afin d’implorer le Secours du Ciel pour protéger la France de ces nouvelles lois de bioéthique satanique.

À la veille du vote au Sénat du projet de loi sur la PMA, Monsieur l’Abbé Alain Lorans de la Fraternité Saint-Pie X, organise partout en France des veillées de prière et des processions pour :
- Tous ceux qui ne veulent pas de la naissance d’enfants de père inconnu, nés d’un donneur anonyme qui ne donnera ni son nom, ni son amour, ni son temps à l’éducation d’un enfant, issu d’une insémination artificielle ou d’une fécondation in vitro.
- Tous ceux qui rejettent ce « meilleur des mondes » où des enfants seront biologiquement et psychologiquement déracinés ;
- Tous ceux qui pensent que la loi n’a pas à se mettre au service d’un prétendu « droit à l’enfant », mais qu’elle doit défendre le droit réel de l’enfant à avoir un père et une mère ;
- Tous ceux pour qui la science n’a pas se soumettre à une idéologie qui nie de la réalité objective ;
- Tous seront présents à cette procession contre la transgression.
- Tous seront présents à cette procession pour la protection des enfants, pour le respect de leur environnement familial, pour la sauvegarde de la nature humaine – ni scientifiquement manipulée, ni légalement modifiée. Ils seront là pour une véritable bioéthique qui respecte et la vie et la morale.

Face aux graves menaces qui pèsent sur les générations futures, certains penseront que des prières et des processions sont des réponses dérisoires. Qu’ils se souviennent que le combat pour le droit naturel et divin est toujours un combat asymétrique. David était-il de taille à affronter Goliath ? Jeanne d’Arc était-elle de force à repousser l’occupant ? Non, mais sa foi lui donnait la force de bouter le doute, avant de bouter l’ennemi hors de France. Pour tenir bon, il faut se tenir droit. Douter, c’est lâcher. Nous ne voulons pas entendre les enfants nés d’un père inconnu nous reprocher : « Vous saviez, vous n’avez rien fait, vous nous avez lâchement abandonnés, et maintenant nous subissons, sans pères ni repères. » Cette procession sera une élévation des cœurs vers Celui qui peut tout. Sursum corda, haut les cœurs ! Habemus ad Dominum, nous le tournons vers le Seigneur ! (Abbé Alain Lorans)


La « Droite » du Sénat vote pour la PMA aux lesbiennes !!!

Ce triste mardi 4 février 2020, le Sénat dit « de droite » adopte en première lecture par 153 voix contre 143, le projet de « loi bioéthique anti-éthique » qui ouvre la Procréation Médicalement Assistée (PMA) aux femmes seules homosexuelles et aux couples de femmes lesbiennes. C’est le groupe LR (Les Républicains), ex UMP, qui, par ses 25 voix pour et ses 19 abstentions, permet l’adoption de cette loi satanique de Macron que 82% des Français ne veulent pas. Les Catholiques Français se souviendront dans les urnes de cette nouvelle trahison de la droite républicaine !

Voir la « Liste des Sénateurs qui ont voté pour la PMA sans Père » le 4 février 2020 se présentant aux « Élections Municipales des 15 et 22 mars 2020 » (162 sénateurs ont voté pour, 37 se sont abstenus et 23 n’ont pas pris part au vote).


Au soir de ce Mardi 4 février 2020, jour du vote solennel de fin de première lecture, « Marchons Enfants » appelle de nouveau à se mobiliser en nombre devant le Sénat à 19h00. Plus que jamais, le combat continue contre ce projet de loi qui reste, malgré quelques modifications, anti-éthique. Le respect de la personne humaine, les droits de l’enfant, la paternité, la maternité sont non-négociables ! Stop au conformisme, stop aux dérives, stop à la flemme : notre responsabilité à tous est engagée. « N’ayez pas peur » disait Saint Jean-Paul II, nous invitant au « courage et à la persévérance »


On Ne Lâche Rien ! ONLR !!!


Le projet de « loi bioéthique anti-éthique » va être examiné en seconde lecture par l’Assemblée Nationale, et sans doute modifié à nouveau, puis reviendra au Sénat. Les Sénateurs auront alors à nouveau la possibilité de supprimer la PMA sans Père. Il est essentiel d’écrire aux Sénateurs, en particuliers aux abstentionnistes et aux absents !

Voir la « Liste des Sénateurs qui ont voté pour la PMA sans Père » le 4 février 2020 se présentant aux « Élections Municipales des 15 et 22 mars 2020 » (162 sénateurs ont voté pour, 37 se sont abstenus et 23 n’ont pas pris part au vote) pour leur écrire afin qu'ils suppriment cette loi satanique !