Sainte Messe de Saint Joseph Artisan, Époux de la Bse Vierge Marie (Sancti Ioseph Opificis Sponsi Beatæ Mariæ Virginis) du 1er mai :

1ère classe - Ornements blancs

« Saint Joseph Artisan, Époux de la Bienheureuse Vierge Marie ».

« La Fête de Saint Joseph Artisan fut instituée par le Pape Pie XII au 1er mai. Dans un monde, qui semble perdre de plus en plus le sens et la valeur du travail, l'Eglise veut ainsi en rappeler la Dignité par l’Exemple de Saint Joseph. Charpentier toute sa vie et homme de foi, Joseph ne fut jamais qu'un collaborateur du Dieu qui crée le monde et tous les matériaux que nous façonnons. La Présence de Jésus lui enseigna le prix des heures pénibles et des échecs. Le monde est marqué par le péché, et l'homme, quels que soient ses efforts plus que légitimes pour améliorer le sort de ses frères, ne travaillera jamais qu'à la sueur de son front. Saint Joseph n'eut pas à rêver de lendemains paradisiaques où son travail cesserait d'être un labeur : courbé avec lui sur l'ouvrage, Jésus le Rédempteur était là. La dureté du travail a en effet sa grandeur : acceptée comme une réparation, elle a, grâce au Christ, une valeur rédemptrice.


INTROÏT : (Sagesse 10, 17)
Par sa Présence dans l'atelier de Nazareth, le Christ, Sagesse incarnée, donnait toute Sa valeur au travail de Saint Joseph :

SAPIENTIA réddidit iustis mercédem labórum suórum, et dedúxit illos in via mirábili, et fuit illis in velaménto díei et in luce stellárum per noctem. (T.P. : Allelúia, allelúia.)
La Sagesse a rendu aux justes la récompense de leurs travaux, les a conduits par une voie admirable, et leur a tenu lieu d’ombre pendant le jour, et de la lumière des étoiles pendant la nuit. (Temps Pascal : Alléluia, alléluia.)

Ps. 126, 1 : Nisi Dóminus aedificáverit domum, in vanum labórant qui aedíficant eam.
Ps. 126, 1 : Si le Seigneur ne bâtit la maison, c’est en vain que travaillent ceux qui la bâtissent.

V/. Gloria Patri, et Filio, et Spiritui Sancto, sicut erat in principio, et nunc et semper, et in saecula saeculorum. Amen (Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, comme Il était au Commencement, maintenant et toujours, dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il)

Puis on répète l'antienne « SAPIENTIA » . Cette façon de répéter l'Introït s'observe pendant toute l'année.


COLLECTE :
Rerum cónditor Deus, qui legem labóris humáno géneri statuísti : concéde propítius ; ut, sancti Ioseph exémplo et patrocínio, ópera perficiámus quae prǽcipis, et prǽmia consequámur quae promíttis. Per Dóminum
Dieu Créateur de toutes choses, qui avez imposé au genre humain la loi du travail : accordez-nous favorablement ; grâce à l’exemple et au patronage de Saint Joseph, d’accomplir parfaitement le travail que Vous nous fixez, et d’obtenir les Récompenses que Vous nous promettez.


ÉPITRE : (Col. 3, 14-15, 17, 23-24)
Tout ce que nous faisons en union avec le Christ devient une prière agréable à Dieu  :

Léctio Epístolæ beáti Pauli Apóstoli ad Colossénses
Lecture de l’Epître de saint Paul Apôtre aux Colossiens

Fratres : Caritátem habéte, quod est vínculum perfectiónis, et pax Christi exsúltet in córdibus vestris, in qua et vocáti estis in uno córpore, et grati estóte. Omne quodcúmque fácitis in verbo aut in ópere, ómnia in nómine Dómini Iesu Christi, grátias agéntes Deo et Patri per ipsum. Quodcúmque fácitis, ex ánimo operámini sicut Dómino, et non homínibus, sciéntes quod a Dómino accipiétis retributiónem hereditátis. Dómino Christo servíte.
Mes Frères : Ayez la charité, qui est le lien de la perfection. Et que la Paix du Christ, à Laquelle vous avez été appelés pour former un seul corps, règne dans vos cœurs ; et soyez reconnaissants. Quelque chose que vous fassiez, en parole, ou en œuvre, faites tout au nom du Seigneur Jésus-Christ, rendant grâces par Lui à Dieu le Père. Tout ce que vous ferez, faites-le de bon cœur, comme pour le Seigneur, et non pour les hommes, sachant que vous recevrez du Seigneur l’héritage pour Récompense. Servez le Seigneur Christ.


ALLÉLUIA :
Allelúia, allelúia.
Allelúia, allelúia.

V/. De quacúmque tribulatióne clamáverint ad me, exáudiam eos, et ero protéctor eórum semper. Alléluia.
V/. Dans quelque tribulation qu’ils m’invoquent, je les exaucerai et je serai à jamais leur Protecteur. Alléluia.
V/. Fac nos innócuam, Ioseph, decúrrere vitam : sitque tuo semper tuta patrocínio. Alléluia.
V/. Faites-nous mener, ô Joseph, une vie sans tache et qui soit toujours en sécurité sous votre Patronage. Alléluia.


GRADUEL : (Psaume 127, 1-2)
En dehors du Temps Pascal, on dit :
Beatus quicúmque times Dóminum, qui ámbulas in viis eius.
Heureux toi qui crains le Seigneur, et qui marches dans Ses voies.

V/. Labórem mánuum tuárum manducábis et bene tibi erit.
V/. Parce que tu te nourriras des travaux de tes mains, * tu es heureux et tu prospéreras.


ALLÉLUIA :
En dehors du Temps Pascal, on dit :
Allelúia, allelúia.
Allelúia, allelúia.

V/. Fac nos innócuam, Ioseph, decúrrere vitam : sitque tuo semper tuta patrocínio. Allelúia.
V/. Faites-nous mener, ô Joseph, une vie sans tache et qui soit toujours en sécurité sous votre Patronage. Alléluia.


TRAIT : (Psaume 111, 1-3)
Après la Septuagésime, on remplace l'Alléluia par le Trait :
Beátus vir, qui timet Dóminum : in mandátis eius cupit nimis.
Heureux l’homme qui craint le Seigneur et qui met ses délices dans ses Commandements.
V/. Potens in terra erit semen eius : generátio rectórum benedicétur
V/. Sa race sera puissante sur la terre ; la postérité des justes sera bénie.
V/. Glória et divítiæ in domo eius : et iustítia eius manet in sǽculum sǽculi.
V/. La gloire et les richesses sont dans sa maison, et sa justice demeure dans tous les siècles.


ÉVANGILE : (Matt. 13, 54-58)

+ Sequéntia sancti Evangélii secundum Matthǽum
+ Suite du Saint Évangile selon Saint Matthieu

In illo témpore : Véniens Iesus in pátriam suam, docébat eos in synagógis eórum, ita ut miraréntur et dícerent : Unde huic sapiéntia hæc et virtútes ? Nonne hic est fabri fílius ? Nonne mater eius dícitur María, et fratres eius Iacóbus et Ioseph et Simon et Iudas ? Et soróres eius nonne omnes apud nos sunt ? Unde ergo huic ómnia ista ? Et scandalizabántur in eo. Iesus autem dixit eis : Non est prophéta sine honóre nisi in pátria sua et in domo sua. Et non fecit ibi virtútes multas propter incredulitátem illórum.
En ce temps-là : Jésus étant venu dans son pays, Il les instruisait dans leurs synagogues, de sorte qu’ils étaient dans l’admiration et disaient : D’où viennent à Celui-ci cette sagesse et ces miracles ? N’est-ce pas là le fils du charpentier ? Sa Mère ne s’appelle-t-Elle pas Marie ? Et Jacques, Joseph, Simon et Jude ne sont-ils pas Ses frères ? Et ses sœurs ne sont-elles pas toutes parmi nous ? D’où Lui viennent donc toutes ces choses ? Et ils prenaient de Lui un sujet de scandale. Mais Jésus leur dit : Un prophète n’est sans honneur que dans son pays et dans sa maison. Et Il ne fit pas là beaucoup de Miracles, à cause de leur incrédulité.


OFFERTOIRE : (Psaume 89, 17)
Bónitas Dómini Dei nostri sit super nos, et opus mánuum nostrárum secúnda nobis, et opus mánuum nostrárum secúnda. (T.P. Allelúia.)
Que la Bonté du Seigneur notre Dieu soit sur nous ; dirigez d’en haut les ouvrages de nos mains ; oui, dirigez l’œuvre de nos mains. (T.P. Alléluia.)


SECRÈTE :
Quas tibi, Dómine, de opéribus mánuum nostrárum offérimus hóstias, sancti Ioseph interpósito suffrágio, pignus fácias nobis unitátis et pacis. Per Dóminum.
Nous Vous offrons, Seigneur, ces hosties fruit du travail de nos mains : qu’à la Prière de Saint Joseph, elles soient pour nous le gage de l’unité et de la paix.


PRÉFACE de SAINT JOSEPH :
La Préface suivante est dite aux Messes festives et votives de Saint Joseph :
VERE dignum et iustum est, æquum et salutáre, nos tibi semper et ubíque grátias ágere : Dómine, sancte Pater, omnípotens ætérne Deus :
Il est vraiment juste et nécessaire, c’est notre devoir et c’est notre salut, de Vous rendre grâces toujours et partout, Seigneur, Père saint, Dieu éternel et tout-puissant :

Et te in Festivitáte (Veneratióne) beáti Ioseph débitis magnificáre præcóniis, benedícere et prædicáre.
Et, en cette Fête (Vénération) du Bienheureux Joseph de magnifier comme il convient Vos grandeurs, de Vous bénir et de Vous proclamer.

Qui et vir iustus, a te Deíparæ Vírgini Sponsus est datus : et fidélis servus ac prudens, super Famíliam tuam est constitútus : ut Unigénitum tuum, Sancti Spíritus obumbratióne concéptum, paterna vice custodíret, Iesum Christum, Dóminum nostrum.
Lui, l’homme juste, que Vous avez donné pour Époux à la Mère de Dieu : lui, le fidèle et prudent serviteur, que Vous avez établi sur votre Famille : afin qu’il garde, comme un père, votre Fils conçu par l’opération du Saint-Esprit, Jésus-Christ, Notre-Seigneur.
Per quem maiestátem tuam laudant Angeli, adórant Dominatiónes, tremunt Potestátes. Cæli cælorúmque Virtútes ac beáta Séraphim sócia exsultatióne concélebrant. Cum quibus et nostras voces ut admítti iúbeas, deprecámur, súpplici confessióne dicentes.
Par Lui les Anges louent votre Majesté, les Dominations Vous adorent, les Puissances se prosternent en tremblant. Les Cieux, les Vertus des cieux et les bienheureux Séraphins la célèbrent, unis dans une même allégresse. A leurs chants, nous Vous prions, laissez se joindre aussi nos voix pour proclamer dans une humble louange.


COMMUNION : (Matthieu 13, 54-55)
Unde huic sapiéntia haec et virtútes ? Nonne hic est fabri fílius ? Nonne mater eius dícitur María ? (T.P. Allelúia.)
D’où viennent à Celui-ci cette sagesse et ces miracles ? N’est-ce pas là le fils du charpentier ? Sa Mère ne s’appelle-t-Elle pas Marie ? (T.P. Alléluia.)


POSTCOMMUNION :
Haec sancta quæ súmpsimus, Dómine : per intercessiónem beáti Ioseph ; et operatiónem nostram cómpleant, et prǽmia confírment. Per Dóminum nostrum.
Que ces Mystères que nous avons reçus, Seigneur : par l’intercession de Saint Joseph ; donnent leur valeur à notre travail et nous garantissent les Biens éternels.


Voir l’ensemble du déroulement de « l’Ordinaire de la Messe de Saint Pie V » en latin et en français avec des explications selon l’Ordo Missae de 1962 afin de mieux assister au Saint Sacrifice de la Messe