Sainte « Messe de l’Ascension de Notre Seigneur » (In Ascensione Domini) :

1re classe - Ornements Blancs – Station à Saint-Pierre
Selon une ancienne tradition, il était midi lorsque, jetant sur Ses disciples un Regard de tendresse, Jésus éleva les mains et les bénit tous, puis « Il s'éleva doucement, majestueusement, triomphalement ; Ses disciples Le virent longtemps, puis ne Le virent plus, et néanmoins ils Le regardaient toujours. Qu'Il était beau, qu'Il était grand, Jésus dans les Cieux, à la droite du Père ! Ils regardaient du côté du Ciel où Jésus avait disparu ; leurs yeux Le cherchaient, parce que leurs cœurs L'aimaient » (Père Emmanuel).


« Aujourd’hui Notre Seigneur Jésus-Christ est monté au Ciel : que notre cœur y monte avec Lui » (Saint Augustin)


INTROÏT : (Acte des Apôtres 1, 11)
L’Introït annonce avec éclat la grande Solennité qui nous rassemble. Il est formé des Paroles des Anges aux Apôtres sur le Mont des Oliviers. Jésus est monté aux Cieux ; Jésus en doit redescendre un Jour :

VIRI GALILǼI, quid admirámini aspiciéntes in cælum ? allelúia : quemádmodum vidístis eum ascendéntem in cælum, ita véniet, allelúia, allelúia, allelúia.
Hommes de Galilée, pourquoi vous étonnez-vous en regardant le Ciel ? Alléluia. De la même manière que vous L’avez vu monter au Ciel, Il reviendra, alléluia, alléluia, alléluia.

Ps. 46, 2 : Omnes gentes, pláudite mánibus : iubiláte Deo in voce exsultatiónis.
Ps. 46, 2 : Nations, frappez toutes des mains ; célébrez Dieu par des cris d’allégresse.

V/. Gloria Patri, et Filio, et Spiritui Sancto, sicut erat in principio, et nunc et semper, et in saecula saeculorum. Amen (Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, comme Il était au Commencement, maintenant et toujours, dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il)
Puis on répète l'antienne « VIRI GALILǼI » . Cette façon de répéter l'Introït s'observe pendant toute l'année.


COLLECTE :
Nous pouvons véritablement « Habiter les Cieux » en gardant notre cœur attaché à Jésus :
Concéde, quǽsumus, omnípotens Deus : ut, qui hodiérna die Unigénitum tuum, Redemptórem nostrum, ad cælos ascendísse crédimus ; ipsi quoque mente in cæléstibus habitémus. Per eúndem Dóminum.
Nous Vous en supplions, ô Dieu Tout-Puissant, faites-nous cette Grâce : nous qui croyons que votre Fils Unique, notre Rédempteur, est aujourd’hui monté aux Cieux ; que nous habitions aussi nous-mêmes en esprit dans les Demeures célestes.


LECTURE : (Acte des Apôtres 1, 1-11)
Après son Prologue, Saint Luc nous décrit la dernière Apparition de notre Sauveur à ses Apôtres et leur envoi en mission de par le monde  :

Léctio Actuum Apostólorum
Lecture du Livre des Actes des Apôtres

Primum quidem sermónem feci de ómnibus, o Theóphile, quæ cœpit Iesus facere et docére usque in diem, qua, præcípiens Apóstolis per Spíritum Sanctum, quos elégit, assúmptus est : quibus et prǽbuit seípsum vivum post passiónem suam in multas arguméntis, per dies quadragínta appárens eis et loquens de regno Dei. Et convéscens, præcépit eis, ab Ierosólymis ne discéderent, sed exspectárent promissiónem Patris, quam audístis (inquit) per os meum : quia Ioánnes quidem baptizávit aqua, vos autem baptizabímini Spíritu Sancto non post multos hos dies. Igitur qui convénerant, interrogábant eum, dicéntes : Dómine, si in témpore hoc restítues regnum Israël ? Dixit autem eis : Non est vestrum nosse témpora vel moménta, quæ Pater pósuit in sua potestáte : sed accipiétis virtútem superveniéntis Spíritus Sancti in vos, et éritis mihi testes in Ierúsalem et in omni Iudǽa et Samaría et usque ad últimum terræ. Et cum hæc dixísset, vidéntibus illis, elevátus est, et nubes suscépit eum ab óculis eórum. Cumque intuerétur in cælum eúntem illum, ecce, duo viri astitérunt iuxta illos in véstibus albis, qui et dixérunt : Viri Galilǽi, quid statis aspiciéntes in cælum ? Hic Iesus, qui assúmptus est a vobis in cælum, sic véniet, quemádmodum vidístis eum eúntem in cælum.
Dans mon Premier Livre, ô Théophile, j’ai parlé de tout ce que Jésus a fait et enseigné depuis le Commencement, jusqu’au Jour où, après avoir donné Ses ordres, par l’Esprit-Saint, aux Apôtres qu’Il avait choisis, Il fut enlevé au Ciel. Il s’était aussi montré à eux vivant, après sa Passion, par des preuves nombreuses, leur apparaissant pendant quarante jours, et leur parlant du Royaume de Dieu. Comme Il mangeait avec eux, Il leur ordonna de ne pas s’éloigner de Jérusalem, mais d’attendre la Promesse du Père, que vous avez, dit-Il, entendue de Ma bouche ; car Jean a baptisé dans l’eau, mais vous, vous serez baptisés dans l’Esprit-Saint dans peu de jours. Ceux donc qui se trouvèrent réunis L’interrogèrent en disant : Seigneur, est-ce maintenant que Vous rétablirez le royaume d’Israël ? Il leur répondit : Ce n’est point à vous de connaître les temps ou les moments que le Père a fixés de Sa propre autorité ; mais vous recevrez la Force du Saint-Esprit qui descendra sur vous ; et vous serez mes témoins à Jérusalem, et dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre. Après qu’Il eut dit ces Paroles, sous leurs regards Il fut élevé et une nuée Le déroba à leurs yeux. Et comme ils contemplaient attentivement le Ciel pendant qu’Il s’en allait, voici que deux hommes se présentèrent en vêtements blancs, et dirent : Hommes de Galilée, pourquoi restez-vous là à regarder au Ciel ? Ce Jésus, qui du milieu de vous a été élevé dans le Ciel, viendra de la même manière que vous L’avez vu aller au Ciel.


ALLÉLUIA : (Psaume 46, 6 ; Psaume 67, 18-19)
Tous les anges reçurent leur Roi dans une immense joie. Les « captifs » que le Christ emmène sont les âmes des Justes libérées des limbes  :
Allelúia, allelúia.
V/. Ascéndit Deus in iubilatióne, et Dóminus in voce tubæ. Allelúia
V/. Dieu est monté au milieu des cris de joie, et le Seigneur au son de la trompette. Allelúia
V/. Dóminus in Sina in sancto, ascéndens in altum, captívam duxit captivitátem. Allelúia.
V/. Le Seigneur dans son Sanctuaire comme au Sinaï, montant sur la hauteur, a emmené des captifs. Alléluia.


ÉVANGILE : (Marc 16, 14-20)
Dans un unique récit, Saint Marc condense toute la période entre la Résurrection et l'Ascension. Les disciples reçoivent la mission de prêcher par toute la terre et la puissance d'opérer des Miracles pour confirmer la divinité de leur mission. Du haut du Ciel, Jésus continue d'assister son Église :

+ Sequéntia sancti Evangélii secúndum Marcum
+ Suite du Saint Évangile selon saint Marc

In illo témpore : Recumbéntibus úndecim discípulis, appáruit illis Iesus : et exprobrávit incredulitátem eórum et durítiam cordis : quia iis, qui víderant eum resurrexísse, non credidérunt. Et dixit eis : Eúntes in mundum univérsum, prædicáte Evangélium omni creatúræ. Qui credíderit et baptizátus fúerit, salvus erit : qui vero non credíderit, condemnábitur. Signa autem eos, qui credíderint, hæc sequéntur : In nómine meo dæmónia eícient : linguis loquantur novis : serpentes tollent : et si mortíferum quid bíberint, non eis nocébit : super ægros manus impónent, et bene habébunt. Et Dóminus quidem Iesus, postquam locútus est eis, assúmptus est in cælum, et sedet a dextris Dei. Illi autem profécti, prædicavérunt ubíque, Dómino cooperánte et sermónem confirmánte, sequéntibus signis.
En ce temps-là, Jésus se montra aux Onze eux-mêmes, tandis qu’ils étaient à table ; et Il leur reprocha leur incrédulité et la dureté de leur cœur, parce qu’ils n’avaient pas cru ceux qui avaient vu qu’Il était ressuscité. Et Il leur dit : Allez dans le monde entier, et prêchez l’Évangile à toute créature. Celui qui croira et qui sera Baptisé, sera sauvé ; mais celui qui ne croira pas sera condamné. Voici les Miracles qui accompagneront ceux qui auront cru : en mon Nom, ils chasseront les démons, ils parleront des langues nouvelles, ils prendront les serpents, et s’ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera pas de mal ; ils imposeront les mains sur les malades, et ils seront guéris. Le Seigneur Jésus, après leur avoir parlé, fut élevé dans le Ciel, et Il est assis à la Droite de Dieu. Et eux, étant partis, prêchèrent partout, le Seigneur coopérant avec eux, et confirmant leur parole par les Miracles dont elle était accompagnée.

Après l’Évangile, on éteint le Cierge Pascal, Symbole du Christ Ressuscité présent au milieu de Ses disciples.


OFFERTOIRE : (Psaume 46, 6)
Pour Antienne de l’Offertoire, l’Église emploie les mêmes Paroles de David qu’Elle a fait retentir avant la Lecture de l’Évangile. Elle n’a qu’une pensée : le Triomphe de son Époux, la Joie du Ciel qu’Elle veut voir partagée par les habitants de la terre :
Ascéndit Deus in iubilatióne, et Dóminus in voce tubæ, allelúia.
Dieu est monté au milieu des cris de joie, et le Seigneur au son de la trompette, alléluia.


SECRÈTE :
Entrer à la suite de Jésus dans la Vie éternelle, éviter les obstacles qui peuvent se rencontrer dans la voie, tels doivent être nos désirs en ce Jour, telle est aussi la demande que la sainte Église adresse pour nous à Dieu dans l’Oraison Secrète :
Súscipe, Dómine, múnera, quæ pro Fílii tui gloriósa censióne deférimus : et concéde propítius ; ut a præséntibus perículis liberémur, et ad vitam per veniámus ætérnam. Per eúndem Dóminum.
Agréez, Seigneur, les offrandes que nous Vous présentons en l’honneur de la glorieuse Ascension de votre Fils et concédez-nous avec bonté d’être délivrés des périls de la vie présente, puis de parvenir à la Vie éternelle.


PRÉFACE de L’ASCENSION
La Préface suivante est dite depuis le Jour de la Fête de l’Ascension jusqu’à la Vigile de la Pentecôte :

Vere dignum et iustum est, æquum et salutáre, nos tibi semper et ubíque grátias ágere : Dómine sancte, Pater omnípotens, ætérne Deus, per Christum, Dóminum nostrum.
Il est vraiment juste et nécessaire, c’est notre devoir et c’est notre salut, de vous rendre grâces toujours et partout, Seigneur, Père saint, Dieu éternel et tout-puissant : Par le Christ Notre-Seigneur.
Qui post resurrectiónem suam ómnibus discípulis suis maniféstus appáruit, et, ipsis cernéntibus, est elevátus in cælum, ut nos divinitátis suæ tribúeret esse partícipes.
Qui après sa Résurrection apparut manifestement à tous Ses disciples et à leurs yeux s’est élevé au Ciel, afin que, de Sa divinité, Il nous rende participants.
Et ídeo cum Angelis et Archángelis, cum Thronis et Dominatiónibus, cumque omni milítia cæléstis exércitus, hymnum glóriæ tuæ cánimus, sine fine dicéntes
C’est pourquoi, avec les Anges et les Archanges, avec les Trônes et les Dominations, avec la troupe entière de l’armée céleste, nous chantons une hymne à votre Gloire, redisant sans fin :


COMMUNICANTES :
Communicántes, et diem sacratíssimum celebrántes quo Dóminus noster, unigénitus Fílius tuus, unítam sibi fragilitátis nostræ substántiam in glóriæ tuæ déxtera collocávit : sed et memóriam venerántes, in primis gloriósæ semper Vírginis Maríæ, Genetrícis ejúsdem Dei et Dómini nostri Jesu Christi : (...)
Unis dans une même communion et célébrant le Jour très saint où votre Fils unique Notre Seigneur a placé à la Droite de votre Gloire notre fragile nature unie en Lui à sa Divinité, et vénérant la mémoire en premier de la glorieuse Vierge Marie, Mère du même Jésus notre Dieu et notre Seigneur (…)


COMMUNION : (Ps. 67, 33-34)
Un nouveau verset de David fournit l’Antienne de la Communion. Le roi-prophète y annonce, mille ans à l’avance, que c’est à l’Orient que l’Emmanuel s’élèvera aux Cieux. C’est en effet de la Montagne des Oliviers située au Levant de Jérusalem que nous avons vu aujourd’hui Jésus partir pour le Royaume de son Père :
Psállite Dómino, qui ascéndit super cælos cælórum ad Oriéntem, allelúia.
Célébrez le Seigneur qui s’élève au plus haut des Cieux vers l’Orient, alléluia.


POSTCOMMUNION :
Præsta nobis, quǽsumus, omnípotens et miséricors Deus : ut, quæ visibílibus mystériis suménda percépimus, invisíbili consequámur efféctu. Per Dóminum.
Nous Vous en supplions, Dieu Tout-Puissant et Miséricordieux, accordez-nous que ce que nous avons reçu en nourriture durant ces Mystères visiblement célébrés, nous en obtenions l’Effet invisible.


Voir l’ensemble du déroulement de « l’Ordinaire de la Messe de Saint Pie V » en latin et en français avec des explications selon l’Ordo Missae de 1962 afin de mieux assister au Saint Sacrifice de la Messe