Sainte « Messe de l’Exaltation de la Sainte Croix » (In Exaltatióne Sanctæ Crucis) :


2ème classe - Ornements Rouges

En 630, l'empereur Héraclius, suite à une victoire complète, reprit au roi de Perse, Chosroès, la vraie Croix, dont celui-ci s’était emparé lors du Pillage de Jérusalem. Une grande cérémonie eut lieu dans la Ville Sainte, et l'empereur tint à porter lui-même la Croix jusqu’au Calvaire. En ce Jour, Anniversaire de la Consécration de la Basilique du Saint-Sépulcre à Jérusalem, l'Eglise nous invite à adorer la Croix, Instrument et Signe de notre Rédemption. Le mot latin « exaltare » peut être pris en deux sens, que nous retrouvons dans la Messe d'aujourd'hui. Au sens propre, il signifie « élever », et c’est en ce sens que Notre-Seigneur, dans l’Évangile prédit qu’Il sera élevé de terre, c'est-à-dire mis en Croix. Au figuré, Il veut dire « glorifié », et c'est le sens que nous trouvons dans l'Épître. Cette Fête, située au milieu des Dimanches après la Pentecôte, nous rappelle que la Croix, Instrument du Supplice du Christ, est l'Instrument même de Sa Victoire sur le péché et sur la mort.


INTROÏT : (Galates 6, 14)

Nos autem gloriári opórtet in Cruce Dómini nostri Iesu Christi : in quo est salus, vita et resurréctio nostra : per quem salváti et liberáti sumus.
Pour nous, il faut nous glorifier dans la Croix de Notre-Seigneur Jésus-Christ : en Lui, nous avons le Salut, la Vie et la Résurrection : par Lui nous sommes sauvés et libérés.

Ps. 66, 2 : Deus misereátur nostri, et benedícat nobis : illúminet vultum suum super nos, et misereátur nostri.
Ps. 66, 2 : Que Dieu ait pitié de nous, et nous bénisse, qu’Il fasse briller son Visage sur nous et qu’Il ait pitié de nous

V/. Gloria Patri, et Filio, et Spiritui Sancto, sicut erat in principio, et nunc et semper, et in saecula saeculorum. Amen (Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, comme Il était au Commencement, maintenant et toujours, dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il)
Puis on répète l'antienne « Nos autem gloriári opórtet » . Cette façon de répéter l'Introït s'observe pendant toute l'année.


COLLECTE :
Deus, qui nos hodiérna die Exaltatiónis sanctæ Crucis ánnua sollemnitáte lætíficas : præsta, quǽsumus ; ut, cuius mystérium in terra cognóvimus, eius redemptiónis prǽmia in cælo mereámur. Per eúndem Dóminum.
Ô Dieu, qui nous donnez aujourd’hui un sujet de joie dans la Fête annuelle de l’Exaltation de la Sainte Croix, faites, nous Vous en prions, que nous méritions de recueillir dans le Ciel les Récompenses acquises au moyen de la Rédemption de Celui dont nous avons connu le Mystère ici-bas.


ÉPÎTRE : (de Saint Paul aux Philippiens 2, 5-11)
Le Christ s’est abaissé jusqu’au fond de nos misères, pour nous ramener avec Lui, jusqu’à la Gloire de son Père  :

Léctio Epístolæ beáti Pauli Apóstoli ad Philippénses
Lecture de l’Épître du Bienheureux Apôtre Paul aux Philippiens

Fratres : Hoc enim sentíte in vobis, quod et in Christo Iesu : qui, cum in forma Dei esset, non rapínam arbitrátus est esse se æqualem Deo : sed semetípsum exinanívit, formam servi accípiens, in similitúdinem hóminum factus, et hábitu invéntus ut homo. Humiliávit semetípsum, factus obœdiens usque ad mortem, mortem autem crucis. Propter quod et Deus exaltávit illum : ei donávit illi nomen, quod est super omne nomen : (hic genuflectitur) ut in nómine Iesu omne genu flectátur cæléstium, terréstrium et inférno rum : et omnis lingua confiteátur, quia Dóminus Iesus Christus in glória est Dei Patris.
Mes frères : Ayez en vous les mêmes sentiments dont était animé le Christ Jésus : bien qu’Il fût Dieu par nature, Il n’a pas retenu avidement Son égalité avec Dieu, mais Il s’est anéanti Lui-même en prenant la condition d’esclave, en devenant semblable aux hommes, à l’extérieur absolument comme un homme. Il s’est abaissé Lui-même, se faisant obéissant jusqu’à la mort, et la mort sur la Croix. C’est pourquoi Dieu L’a souverainement élevé et Lui a donné le Nom qui est au-dessus de tout nom (ici on fléchit le genou), afin qu’au Nom de Jésus tout genou fléchisse, au Ciel, sur la terre et dans les enfers, et que toute langue proclame, à la Gloire de Dieu le Père, que Jésus-Christ est Dieu.


GRADUEL : (Philipp. 2, 8-9)
Christus factus est pro nobis obœdiens usque ad mortem, mortem autem crucis.
Le Christ s’est fait pour nous obéissant jusqu’à la mort, et la mort sur la Croix.
V/. Propter quod et Deus exaltávit illum, et dedit illi nomen, quod est super omne nomen.
V/. C’est pourquoi Dieu L’a souverainement élevé et Lui a donné le Nom qui est au-dessus de tout nom


ALLÉLUIA :
Allelúia, allelúia.
V/. Dulce lignum, dulces clavos, dúlcia ferens póndera : quæ sola fuísti digna sustinére Regem cælórum et Dóminum. Allelúia.
V/. Ô doux bois, ô doux clous, vous portez un fardeau encore plus doux : ô Croix, Toi seule as été digne de soutenir le Seigneur et Roi des Cieux. Alléluia.


ÉVANGILE : (selon Saint Jean 12, 31-36)

+ Sequéntia sancti Evangélii secundum Joánnem
+ Suite du Saint Évangile selon Saint Jean

In illo témpore : Dixit Iesus turbis Iudæórum : Nunc iudícium est mundi : nunc princeps huius mundi eiciátur foras. Et ego si exaltátum fuero a terra, ómnia traham ad meipsum. (Hoc autem dicébat, signíficans, qua morte esset moritúrus.) Respóndit ei turba. Nos audívimus ex lege, quia Christus manet in ætérnum : et quómodo tu dicis : Opórtet exaltári Fílium hóminis ? Quis est iste Fílius hóminis ? Dixit ergo eis Iesus : Adhuc módicum lumen in vobis est. Ambuláte, dum lucem habétis, ut non vos ténebræ comprehéndant : et qui ámbulat in ténebris, nescit, quo vadat. Dum lucem habétis, crédite in lucem, ut fílii lucis sitis.
En ce temps-là : Jésus dit à la foule des Juifs : C’est maintenant le Jugement du monde ; c’est maintenant que le prince de ce monde va être jeté dehors. Et moi, quand j’aurai été élevé de terre, j’attirerai tout à moi. Il disait cela, pour marquer de quelle mort Il devait mourir. La foule lui répondit : Nous avons appris de la Loi que le Christ demeure éternellement ; comment donc dites-Vous : Il faut que le Fils de l’homme soit élevé ? Quel est ce Fils de l’homme ? Jésus leur dit : La Lumière est encore pour un peu de temps parmi vous. Marchez pendant que vous avez la Lumière, de peur que les ténèbres ne vous surprennent. Celui qui marche dans les ténèbres ne sait où il va. Pendant que vous avez la Lumière, croyez en la Lumière, afin que vous soyez des Enfants de Lumière.


OFFERTOIRE :
Prótege, Dómine, plebem tuam per signum sanctæ Crucis ab ómnibus insídiis inimicórum ómnium : ut tibi gratam exhibeámus servitútem, et acceptábile fiat sacrifícium nostrum, allelúia.
Protégez, Seigneur, votre Peuple par le Signe de la Sainte Croix, de tous Ses ennemis, afin que notre dévotion Vous soit agréable et que Vous acceptiez notre sacrifice


SECRÈTE :
Iesu Christi, Dómini nostri, Córpore et Sánguine saginándi, per quem Crucis est sanctifícátum vexíllum : quǽsumus, Dómine, Deus noster ; ut, sicut illud adoráre merúimus, ita perénniter eius glóriæ salutáris potiámur efféctu. Per eúndem Dóminum.
Alors que nous allons nous nourrir du Corps et du Sang de Jésus-Christ, Notre-Seigneur, par qui l’étendard de la Croix a été sanctifié : nous Vous le demandons, Seigneur, notre Dieu, que comme nous avons mérité d’adorer cet étendard, nous puissions aussi éternellement bénéficier de l’effet de Sa salutaire Gloire.


PRÉFACE de la SAINTE CROIX :
La Préface suivante est dite :

Vere dignum et iustum est, æquum et salutáre, nos tibi semper et ubíque grátias ágere : Dómine, sancte Pater, omnípotens ætérne Deus :
Il est vraiment juste et nécessaire, c’est notre devoir et c’est notre Salut, de Vous rendre Grâces toujours et partout, Seigneur, Père Saint, Dieu Éternel et Tout-Puissant :
Qui salútem humáni géneris in ligno Crucis constituísti : ut, unde mors oriebátur, inde vita resúrgeret : et, qui in ligno vincébat, in ligno quoque vincerétur : per Christum Dóminum nostrum.
Qui avez placé le Salut du genre humain dans le bois de la Croix : pour, là-même où la mort été née, y faire surgir la vie : et pour que Celui qui vainquit par le bois fut aussi vaincu par le bois par le Christ notre Seigneur.
Per quem maiestátem tuam laudant Angeli, adórant Dominatiónes, tremunt Potestátes. Cæli cælorúmque Virtútes ac beáta Séraphim sócia exsultatióne concélebrant. Cum quibus et nostras voces ut admítti iúbeas, deprecámur, súpplici confessióne dicentes.
C’est par Lui que les Anges louent votre Majesté, que les Dominations Vous adorent, que les Puissances se prosternent en tremblant. Les Cieux, les Vertus des Cieux et les Bienheureux Séraphins s’associent à eux dans cette commune louange. Daignez ordonner, nous Vous en conjurons, que nos voix suppliantes puissent se mêler aux leurs en disant.


COMMUNION :
Per signum Crucis de inimícis nostris líbera nos, Deus noster.
Par le Signe de la Croix, libérez-nous de nos ennemis, ô notre Dieu.


POSTCOMMUNION :
Adésto nobis, Dómine, Deus noster : et, quos sanctæ Crucis lætári facis honóre, eius quoque perpétuis defénde subsídiis. Per Dóminum.
Soyez présent, Seigneur, notre Dieu : et ceux que Vous avez rendu heureux par l’honneur de la Sainte Croix, défendez-les aussi par ses secours perpétuels.


Voir l’ensemble du déroulement de « l’Ordinaire de la Messe de Saint Pie V » en latin et en français avec des explications selon l’Ordo Missae de 1962 afin de mieux assister au Saint Sacrifice de la Messe



Croix-de-Los-Caidos.JPG

Voir pour la Fête de l’Exaltation de la Sainte Croix :
- La retransmission vidéo de la « Sainte Messe de l’Exaltation de la Sainte Croix » (In Exaltatióne Sanctæ Crucis) célébrée le 14 septembre par Monsieur l’Abbé Guillaume Scarcella de la Fraternité Saint-Pie X (FSSPX)
- L'Hymne pour l’exaltation de la Sainte Croix du 14 septembre ou pour la Célébration de la Passion du Vendredi Saint « Arbre de vie, Croix de Jésus, nous T’acclamons ! » de Sœur Anne Lécu
- L'Homélie sur la « Croix Glorieuse » du Pape François
- La Prière de Mère Thérèse de Saint-Augustin « Ô Croix de mon Jésus, protégez-moi contre tous les ennemis de mon Salut »
- La Prière « Faites-moi la Grâce, Seigneur, de vénérer avec amour Votre Sainte Croix » de Monsieur l’Abbé de Brandt
- La Prière « Ô Seigneur Jésus, comme il est juste dans ce Jour de Vous offrir l'expression de mon ardent amour ! » d’Adolphe Baudon de Mony