Sainte « Messe de la Fête de la Très Sainte Trinité » (In Festo Sanctissimæ Trinitatis) :

1re classe - Ornements Blancs
Bien que le Sacrifice de la Messe soit toujours célébré en l’honneur de la Sainte Trinité, l’Église aujourd’hui, dans ses Chants, ses Prières et ses Lectures, glorifie d’une manière plus expresse le grand Mystère qui est le fondement de la Croyance Chrétienne. On fait mémoire cependant du Premier Dimanche après la Pentecôte, afin de ne pas interrompre l’ordre de la Liturgie. L’Église emploie dans cette Solennité la couleur blanche, en signe d’allégresse, et pour exprimer la simplicité et la pureté de l’Essence Divine.


INTROÏT : (Tobie 12, 6)
L’Introït n’est pas tiré des Saintes Écritures. C’est une formule de glorification propre à ce Jour, et la Sainte Trinité y est représentée comme la Source divine des Miséricordes qui ont été répandues sur les hommes :

BENEDICTA SIT SANCTA TRINITAS atque indivísa Unitas : confitébimur ei, quia fecit nobíscum misericórdiam suam.
Bénie soit la Sainte Trinité et son indivisible Unité : glorifions-La, parce qu’Elle a fait éclater sur nous sa Miséricorde.

Ps. 8, 2 : Dómine, Dóminus noster, quam admirábile est nomen tuum in univérsa terra !
Ps. 8, 2 : Seigneur notre Maître, que votre Nom est admirable dans toute la terre !

V/. Gloria Patri, et Filio, et Spiritui Sancto, sicut erat in principio, et nunc et semper, et in saecula saeculorum. Amen (Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, comme Il était au Commencement, maintenant et toujours, dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il)
Puis on répète l'antienne « BENEDICTA SIT SANCTA TRINITAS » . Cette façon de répéter l'Introït s'observe pendant toute l'année.


COLLECTE :
Dans la Collecte, la Sainte Église demande pour nous la fermeté dans la Foi qui nous fait confesser en Dieu l’Unité et la Trinité. C’est la première condition du Salut, le premier lien avec Dieu. Avec cette foi nous vaincrons nos ennemis et nous triompherons de tous les obstacles :
Omnípotens sempitérne Deus, qui dedísti fámulis tuis in confessióne veræ fídei, ætérnæ Trinitátis glóriam agnóscere, et in poténtia maiestátis adoráre Unitátem : quǽsumus ; ut, eiúsdem fídei firmitáte, ab ómnibus semper muniámur advérsis. Per Dóminum nostrum.
Dieu Tout-Puissant et Éternel, Vous avez donné à Vos serviteurs, dans la Confession de la vraie Foi, de reconnaître la Gloire de l’éternelle Trinité, et d’adorer une parfaite Unité en votre Majesté souveraine : faites, nous Vous en prions, qu’affermis par cette même Foi, nous soyons constamment munis contre toutes les adversités.


ÉPITRE : (de Saint Paul aux Romains 11, 33-36)
Le Mystère de la Sainte Trinité dépasse notre raison : c'est par la Révélation que nous Le connaissons et par la Foi que nous y adhérons. « Ô Abîme d'amour infini et incréé, ô Amour qui doit ravir, perdre et consommer en soi tout amour ! » (Cardinal de Bérulle)  :

Léctio Epístolæ beáti Pauli Apóstoli ad Romános
Lecture de l’Épître de Saint Paul Apôtre aux Romains

O altitúdo divitiárum sapiéntiæ et sciéntiæ Dei : quam incomprehensibília sunt iudícia eius, et investigábiles viæ eius ! Quis enim cognovit sensum Dómini ? Aut quis consiliárius eius fuit ? Aut quis prior dedit illi, et retribuétur ei ? Quóniam ex ipso et per ipsum et in ipso sunt ómnia : ipsi glória in sǽcula. Amen.
Ô profondeur des richesses de la Sagesse et de la Science de Dieu ! Que ses Jugements sont incompréhensibles, et ses Voies impénétrables ! Car qui a connu la Pensée du Seigneur ? Ou qui a été Son conseiller ? Ou qui Lui a donné le premier, et recevra de Lui en retour ? Car c’est de Lui, et par Lui, et en Lui que sont toutes choses ; à Lui la Gloire dans tous les siècles. Ainsi soit-il.


GRADUEL : (Daniel 3, 55-56)
Le Graduel et le Verset alléluiatique respirent l’allégresse et l’admiration, en présence de cette haute Majesté qui a daigné faire descendre Ses rayons jusqu’au sein de nos ténèbres  :
Benedíctus es, Dómine, qui intuéris abýssos, et sedes super Chérubim.
Vous êtes béni, Seigneur, Vous qui contemplez les abîmes, et qui êtes assis sur les chérubins.
V/. Benedíctus es, Dómine, in firmaménto cæli, et laudábilis in sǽcula.
V/. Vous êtes béni, Seigneur, dans le firmament du Ciel, et Vous êtes louable dans tous les siècles.


ALLÉLUIA : (Daniel 3, 52)
Allelúia, allelúia.
V/. Benedíctus es, Dómine, Deus patrum nostrórum, et laudábilis in sǽcula. Allelúia.
V/. Vous êtes béni, Seigneur, Dieu de nos pères ; et Vous êtes louable dans tous les siècles. Alléluia.


ÉVANGILE : (Matthieu 28, 18-20)
Les Dernières Paro1es de Jésus à ses Apôtres, juste avant son Ascension, résument tout son Enseignement. Elles contiennent la Révélation claire et explicite du Mystère de la Très Sainte Trinité :

+ Sequéntia sancti Evangélii secúndum Matthǽum
+ Suite du Saint Évangile selon Saint Matthieu

In illo témpore : Dixit Iesus discípulis suis : Data est mihi omnis potéstas in cælo et in terra. Eúntes ergo docéte omnes gentes, baptizántes eos in nómine Patris, et Fílii, et Spíritus Sancti : docéntes eos serváre ómnia, quæcúmque mandávi vobis. Et ecce, ego vobíscum sum ómnibus diébus usque ad consummatiónem sǽculi.
En ce temps-là : Jésus dit à Ses disciples : Toute puissance m’a été donnée dans le Ciel et sur la terre. Allez donc, enseignez toutes les nations, les baptisant au Nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, et leur enseignant à observer tout ce que je vous ai commandé. Et voici que je suis avec vous tous les jours jusqu’à la consommation des siècles.


OFFERTOIRE : (Tobie 12, 6)
Dans l’Offertoire, l’Église prélude au Sacrifice qui se prépare, en invoquant sur l’oblation le Nom des Trois Personnes, et en proclamant toujours la divine Miséricorde :
Benedíctus sit Deus Pater, unigenitúsque Dei Fílius, Sanctus quoque Spíritus : quia fecit nobíscum misericórdiam suam.
Béni soit Dieu le Père, et le Fils unique de Dieu, et aussi le Saint-Esprit, parce qu’Il a fait éclater sur nous sa Miséricorde.


SECRÈTE :
La Sainte Église demande, dans la Secrète, que l’hommage de nous-mêmes que nous offrons en ce Sacrifice à la divine Trinité ne Lui soit pas présenté seulement aujourd’hui, mais qu’il devienne éternel par notre admission au Ciel, où nous contemplerons sans voiles le glorieux Mystère de Dieu unique en Trois Personnes :
Sanctífica, quǽsumus, Dómine, Deus noster, per tui sancti nóminis invocatiónem, huius oblatiónis hóstiam : et per eam nosmetípsos tibi pérfice munus ætérnum. Per Dóminum nostrum.
Nous Vous en supplions, Seigneur, notre Dieu, sanctifiez au moyen de l’invocation de votre Saint Nom, cette Hostie que nous Vous offrons : et perfectionnez-nous grâce à Elle afin que nous soyons Vôtres pour l’éternité.


PRÉFACE de la SAINTE TRINITÉ :
La Préface suivante est dite :

Vere dignum et iustum est, æquum et salutáre, nos tibi semper et ubíque grátias ágere : Dómine sancte, Pater omnípotens, ætérne Deus.
Il est vraiment juste et nécessaire, c’est notre devoir et c’est notre salut, de Vous rendre grâces toujours et partout, Seigneur, Père Saint, Dieu Éternel et Tout-Puissant.
Qui cum Unigénito Fílio tuo et Spíritu Sancto unus es Deus, unus es Dóminus : non in uníus singularitáte persónæ, sed in uníus Trinitáte substántiæ.
Avec votre Fils Unique, et le Saint-Esprit, Vous êtes un seul Dieu, Un seul Seigneur, non dans l’unité d’une seule personne, mais dans la Trinité d’une seule substance.
Quod enim de tua glória, revelánte te, crédimus, hoc de Fílio tuo, hoc de Spíritu Sancto, sine discretióne sentímus.
Car ce que nous croyons au sujet de votre Gloire, sur la foi de votre Révélation, de votre Fils et du Saint-Esprit, nous le croyons aussi, sans aucune différence.
Ut, in confessióne veræ sempiternǽque Deitátis, et in persónis propríetas, et in esséntia únitas, et in maiestáte adorétur æquálitas.
En sorte que, confessant la vraie et éternelle Divinité, nous adorons et la propriété dans les Personnes et l’Unité dans l’essence et l’égalité dans la Majesté.
Quam laudant Angeli atque Archángeli, Chérubim quoque ac Séraphim, qui non cessant clamáre cotídie, una voce dicéntes :
C’est Elle que louent les Anges et les Archanges, les Chérubins avec les Séraphins, qui ne cessent chaque jour de chanter en disant d’une voix unanime :


COMMUNION : (Tobie 12, 6)
Dans l’Antienne de la Communion, l’Église continue d’exalter la Miséricorde du grand Dieu qui a fait servir Ses propres Bienfaits à nous éclairer et à nous instruire sur son Essence incompréhensible :
Benedícimus Deum cæli et coram ómnibus vivéntibus confitébimur ei : quia fecit nobíscum misericórdiam suam.
Bénissons le Dieu du Ciel, et glorifions-Le devant tous les hommes, parce qu’Il a fait éclater sur nous sa Miséricorde.


POSTCOMMUNION :
Deux choses nous sont nécessaires pour arriver à Dieu : la Lumière de la Foi qui Le fait connaître à notre intelligence, et l’Aliment divin qui nous unit à Lui. La Sainte Église, dans la Postcommunion, demande que l’un et l’autre nous conduisent à cette heureuse fin de notre création :
Profíciat nobis ad salútem córporis et ánimæ, Dómine, Deus noster, huius sacraménti suscéptio : et sempitérnæ sanctæ Trinitátis eiusdémque indivíduæ Unitátis conféssio. Per Dóminum.
Que la réception de ce Sacrement contribue au Salut de notre corps et de notre âme, Seigneur notre Dieu : et aussi notre profession de foi en la sainte et éternelle Trinité, et en son indivisible Unité.


Voir l’ensemble du déroulement de « l’Ordinaire de la Messe de Saint Pie V » en latin et en français avec des explications selon l’Ordo Missae de 1962 afin de mieux assister au Saint Sacrifice de la Messe