Sainte « Messe de la Fête du Très Saint Cœur de Jésus » (In Festo Sacratissimi Corde Iesu) :

1re classe - Ornements Blancs
Les Textes de cette Messe, approuvée par Pie XI en 1929, évoquent magnifiquement la profondeur et l'étendue de l'Amour de notre Sauveur. « Puisse l'humanité comprendre que ce n'est qu'à cette Source que l'on peut puiser l'énergie spirituelle indispensable pour construire la Paix et le Bonheur dont tout être humain est en quête sans relâche » (Benoît XVI)


INTROÏT : (Psaume 32, 11.19)
Toutes les Pensées du Christ ont pour objet notre Rédemption :

COGITATIONES Cordis eius in generatióne et generatiónem : ut éruat a morte ánimas eórum et alat eos in fame.
Les Pensées de son Cœur subsistent de génération en génération : délivrer leurs âmes de la mort et les nourrir au temps de la famine.

Ps. 32, 1 : Exsultáte, iusti, in Dómino : rectos decet collaudátio.
Ps. 32, 1 : Justes, réjouissez-vous dans le Seigneur, car aux hommes droits sied la louange.

V/. Gloria Patri, et Filio, et Spiritui Sancto, sicut erat in principio, et nunc et semper, et in saecula saeculorum. Amen (Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, comme Il était au Commencement, maintenant et toujours, dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il)
Puis on répète l'antienne « COGITATIONES » . Cette façon de répéter l'Introït s'observe pendant toute l'année.


COLLECTE :
« J'ai voulu que mon Cœur soit ouvert, disait Jésus à Sainte Catherine de Sienne, pour que vous connaissiez Ses secrets intimes et pour vous manifester que mon Amour est sans limites » :
Deus, qui nobis in Corde Fílii tui, nostris vulneráto peccátis, infinítos dilectiónis thesáuros misericórditer largíri dignáris : concéde, quǽsumus ; ut, illi devótum pietátis nostræ præstántes obséquium, dignæ quoque satisfactiónis exhibeámus offícium. Per eúndem Dóminum nostrum.
Dieu, dans le Cœur de Votre Fils blessé par nos péchés, daignez nous prodiguer les Trésors infinis de son Amour : faites, nous Vous en supplions, qu’en Lui rendant l’hommage de notre dévotion et de notre piété, nous remplissions aussi dignement envers Lui le devoir de la réparation.


ÉPITRE : (Éphésiens 3, 8…19)
Action de grâces de Saint Paul pour la splendeur du Plan divin, aux dimensions infinies, et qui nous révèle l'Amour que Dieu nous porte. « Connaître l'Amour de Jésus-Christ, être rempli de Sa plénitude, c’est le Règne de Dieu en l'homme » (Saint Pierre-Julien Eymard)  :

Léctio Epístolæ beáti Pauli Apóstoli ad Ephésios
Lecture de l’Épître de Saint Paul Apôtre aux Éphésiens

Fratres : Mihi, ómnium sanctórum mínimo, data est grátia hæc, in géntibus evangelizáre investigábiles divítias Christi, et illumináre omnes, quæ sit dispensátio sacraménti abscónditi a sǽculis in Deo, qui ómnia creávit : ut innotéscat principátibus et potestátibus in cæléstibus per Ecclésiam multifórmis sapiéntia Dei, secúndum præfinitiónem sæculórum, quam fecit in Christo Iesu, Dómino nostro, in quo habémus fidúciam et accéssum in confidéntia per fidem eius. Huius rei grátia flecto génua mea ad Patrem Dómini nostri Iesu Christi, ex quo omnis patérnitas in cælis ei in terra nominátur, ut det vobis, secúndum divítias glóriæ suæ, virtúte corroborári per Spíritum eius in interiórem hóminem, Christum habitáre per fidem in córdibus vestris : in caritáte radicáti et fundáti, ut póssitis comprehéndere cum ómnibus sanctis, quæ sit latitúdo, et longitúdo, et sublímitas, et profúndum : scire étiam supereminéntem sciéntiæ caritátem Christi, ut impleámini in omnem plenitúdinem Dei.
Mes frères : à moi le plus petit de tous les Saints, a été accordée cette Grâce d’annoncer parmi les Gentils les Richesses incommensurables du Christ ; et de mettre en lumière devant tous quelle est l’économie du Mystère caché dès l’origine des siècles en Dieu, qui a créé toutes choses ; afin que les principautés et les puissances, dans les cieux, connaissent par l’Église la Sagesse infiniment variée de Dieu, selon le Dessein éternel qu’Il a formé en Jésus-Christ Notre-Seigneur, en qui nous avons la liberté de nous approcher (de Dieu) en confiance, par la foi en Lui. A cause de cela je fléchis les genoux devant le Père de Notre-Seigneur Jésus-Christ, duquel toute paternité dans les cieux et sur la terre tire son nom, pour qu’Il vous donne, selon les richesses de sa Gloire, d’être puissamment fortifiés par son Esprit dans l’homme intérieur : que le Christ habite par la foi dans vos cœurs, afin qu’étant enracinés et fondés dans la charité, vous puissiez comprendre avec tous les Saints, quelle est la largeur et la longueur, et la hauteur et la profondeur, et connaître l’Amour du Christ, qui surpasse toute connaissance, de sorte que vous soyez remplis de toute la Plénitude de Dieu.


GRADUEL : (Psaume 24, 8-9)
« Qu'a voulu Dieu en venant parmi nous, sinon nous montrer Son Amour ? Si jusqu'ici nous ne nous pressions pas de Lui accorder l’amour, du moins ne tardons plus à Lui rendre l'amour » (Saint Augustin)  :
Dulcis et rectus Dóminus : propter hoc legem dabit delinquéntibus in via.
Le Seigneur est Bon et Droit ; c’est pourquoi Il indique aux pécheurs la Voie.
V/. Díriget mansúetos in iudício, docébit mites vias suas.
V/. Il fait marcher les humbles dans la Justice et enseigne aux doux ses Voies.


ALLÉLUIA : (Matthieu 11, 29)
« Chaque personne a besoin d'un centre à sa vie, d'une Source de vérité et de bonté à laquelle puiser dans l'approche de différentes situations et dans la fatigue quotidienne » (Benoît XVI)  :
Allelúia, allelúia.
V/. Tóllite iugum meum super vos, et díscite a me, quia mitis sum et húmilis Corde, et inveniétis réquiem animábus vestris. Allelúia.
V/. Prenez sur vous mon joug et apprenez de moi que je suis doux et humble de cœur et vous trouverez le repos de vos âmes. Alléluia.


TRAIT : (Psaume 102, 8-10)
Miséricors et miserátor Dóminus, longánimis, et multum miséricors.
Le Seigneur est miséricordieux et compatissant, lent à la colère et riche en bonté.
V/. Non in perpétuum irascétur, neque in ætérnum comminábitur.
V/. Ce n’est point pour toujours qu’Il réprimande, et ne garde pas à jamais Sa colère.
V/. Non secúndum peccáta nostra fecit nobis, neque secúndum iniquitátes nostras retríbuit nobis.
V/. Il ne nous traite pas selon nos péchés et Il ne nous châtie pas selon nos iniquités.


ÉVANGILE : (Jean 19, 31-37)
« Le Christ a ouvert son Côté afin que le Sang de Sa blessure te vivifie, que la chaleur de son Corps te ranime et que le Souffle de son Cœur t'aspire en sa Blessure ouverte » (Guerric d'Igny) :

+ Sequéntia sancti Evangélii secúndum Ioánnem
+ Suite du Saint Évangile selon Saint Jean

In illo témpore : Iudǽi (quóniam Parascéve erat), ut non remanérent in cruce córpora sábbato (erat enim magnus dies ille sábbati), rogavérunt Pilátum, ut frangeréntur eórum crura, et tolleréntur. Venérunt ergo mílites : et primi quidem fregérunt crura et alteríus, qui crucifíxus est cum eo. Ad Iesum autem cum veníssent, ut vidérunt eum iam mórtuum, non fregérunt eius crura, sed unus mílitum láncea latus eius apéruit, et contínuo exívit sanguis et aqua. Et qui vidit, testimónium perhíbuit : et verum est testimónium eius. Et ille scit quia vera dicit, ut et vos credátis. Facta sunt enim hæc ut Scriptúra implerétur : Os non comminuétis ex eo. Et íterum alia Scriptúra dicit : Vidébunt in quem transfixérunt.
En ce temps-là : Ce jour étant celui de la Préparation, afin que les corps ne demeurassent pas en croix durant le Sabbat (car ce Sabbat était un jour très solennel), les Juifs prièrent Pilate qu’on leur rompît les jambes, et qu’on les enlevât. Il vint donc des soldats qui rompirent les jambes du premier, puis de l’autre qui avait été crucifié avec lui. Étant venus à Jésus, et Le voyant déjà mort, ils ne Lui rompirent point les jambes ; mais un des soldats Lui ouvrit le Côté avec une lance, et aussitôt Il en sortit du Sang et de l’Eau. Et celui qui Le vit en rend témoignage, et son témoignage est vrai. Et il sait qu’il est vrai, afin que, vous aussi, vous croyiez. Car ces choses ont été faites, afin que l’Écriture fût accomplie : Vous ne briserez aucun de ses os. Et ailleurs, l’Écriture dit encore : Ils contempleront Celui qu’ils ont percé.


OFFERTOIRE : (Ps. 68, 21)
Ce Cœur Très Sacré continuellement blessé par les péchés des hommes ingrats, nous pouvons et nous devons, maintenant encore, Le consoler d’une manière mystérieuse mais cependant réelle » (Pie XI) :
Impropérium exspectávi Cor meum et misériam : et sustínui, qui simul mecum contristarétur, et non fuit : consolántem me quæsívi, et non invéni.
Mon cœur s’est attendu aux outrages et à la misère j’ai cherché quelqu’un qui s’affligeât avec moi et personne n’est venu ; quelqu’un qui me consolât, et je ne l’ai point trouvé.


SECRÈTE :
Réspice, quǽsumus, Dómine, ad ineffábilem Cordis dilécti Fílii tui caritátem : ut quod offérimus sit tibi munus accéptum et nostrórum expiátio delictórum. Per eúndem Dóminum.
Considérez, nous Vous en supplions, Seigneur, la Charité ineffable du Cœur de votre Fils bien-aimé : afin que notre offrande Vous soit agréable et nous purifie de nos péchés.


PRÉFACE du SACRÉ-CŒUR :
Cette Préface est un chant d’action de grâce à Dieu qui, sur la Croix, nous a ouvert le Cœur de son Fils :

Vere dignum et iustum est, æquum et salutáre, nos tibi semper et ubíque grátias ágere : Dómine, sancte Pater, omnípotens ætérne Deus :
Il est vraiment juste et nécessaire, c’est notre devoir et c’est notre salut, de Vous rendre grâces toujours et partout, Seigneur, Père saint, Dieu éternel et tout-puissant :
Qui Unigénitum tuum, in Cruce pendéntem, láncea mílitis transfígi voluísti : ut apértum Cor, divínæ largitátis sacrárium, torréntes nobis fúnderet miseratiónis et grátiæ :
Vous avez voulu que votre Fils unique suspendu à la Croix, fût transpercé par la lance d’un soldat, afin que son Cœur ouvert, Sanctuaire de la libéralité divine, répande sur nous des Torrents de Miséricorde et de Grâce :
Et, quod amóre nostri flagráre numquam déstitit, piis esset réquies et poeniténtibus pateret salútis refúgium.
Et que brûlant sans cesse d’amour pour nous, Il soit pour les âmes pieuses une paisible retraite, et pour les âmes pénitentes l’asile du Salut.
Et ídeo cum Angelis et Archángelis, cum Thronis et Dominatiónibus, cumque omni milítia cæléstis exércitus, hymnum glóriæ tuæ cánimus, sine fine dicéntes…
C’est pourquoi, avec les Anges et les Archanges, avec les Trônes et les Dominations, avec la troupe entière de l’armée céleste, nous chantons une hymne à votre Gloire, redisant sans fin…


COMMUNION : (Jean 19, 34)
« Jésus ouvrit son Côté pour nous apprendre qu'Il ouvrait ainsi la Porte de la Vie d'où sont sortis les Sacrements de l’Eglise » (Saint Augustin) :
Unus mílitum láncea latus eius apéruit, et contínuo exívit sanguis et aqua.
L’un des soldats Lui ouvrit le Côté avec sa lance et aussitôt il en sortit du Sang et de l’Eau.


POSTCOMMUNION :
« Le Cœur de Jésus est la Joie du Père. Nous aussi, nous devons trouver notre joie en Jésus seul. Pour cela, il faut nous détacher. Demandons-Lui cette Grâce d'un grand détachement pour vivre tout à Lui » (Dom Placide de Roton) :
Prǽbeant nobis, Dómine Iesu, divínum tua sancta fervórem : quo dulcíssimi Cordis tui suavitáte percépta ; discámus terréna despícere, et amáre cæléstia : Qui vivis et regnas…
Que vos Saints Mystères, Seigneur Jésus, produisent en nous une ferveur divine qui nous fasse goûter la suavité de votre Cœur très doux et nous apprenne à mépriser ce qui est terrestre pour n’aimer que les Biens du Ciel. Vous qui vivez…


Voir l’ensemble du déroulement de « l’Ordinaire de la Messe de Saint Pie V » en latin et en français avec des explications selon l’Ordo Missae de 1962 afin de mieux assister au Saint Sacrifice de la Messe