Sainte Messe de la Visitation de la Bienheureuse Vierge Marie (In Visitatione Beatæ Mariæ Virginis) :

2ème classe - Ornements blancs

Peu de temps après l'accomplissement du Mystère de l'Incarnation, Marie alla rendre visite à sa cousine Élisabeth, qui attendait la naissance de Jean-Baptiste. Cette Première Rencontre du Christ et de son Précurseur, due à l'initiative de Marie, ne semble pas avoir été l'objet d'un culte particulier dans les premiers siècles de l'Église ; mais, répandue en Occident par Saint Bonaventure et l'Ordre Franciscain, elle fut étendue à toute l'Église en 1389 et n'a cessé depuis lors d'être très chère à la Piété Chrétienne.


INTROÏT : (Sédulius)
Le Cantique qui jaillit du Cœur de Notre-Dame, c'est le Magnificat, chant de reconnaissance et d'amour envers le Seigneur Tout-Puissant  :

Salve, sancta Parens, eníxa puérpera Regem : qui cælum terrámque regit in sǽcula sæculórum.
Salut, ô Mère Sainte ; Mère qui avez enfanté le Roi qui régit le Ciel et la terre dans les siècles des siècles.

Ps 44, 2 : Eructávit cor meum verbum bonum : dico ego ópera mea Regi.
Ps 44, 2 : De mon cœur a jailli une Parole excellente, c’est que je consacre mes œuvres à mon Roi.

V/. Gloria Patri, et Filio, et Spiritui Sancto, sicut erat in principio, et nunc et semper, et in saecula saeculorum. Amen (Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, comme Il était au Commencement, maintenant et toujours, dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il)

Puis on répète l'antienne « Salve, sancta Parens » . Cette façon de répéter l'Introït s'observe pendant toute l'année.


COLLECTE :
Le Mystère de la Visitation est un Mystère tout de paix, de grâce et d'effusion du Saint-Esprit. C'est la Première Manifestation du Verbe Incarné  :
Fámulis tuis, quǽsumus, Dómine, cæléstis grátiæ munus impertíre : ut, quibus beátæ Vírginis partus éxstitit salútis exórdium ; Visitatiónis eius votiva sollémnitas, pacis tríbuat increméntum. Per Dóminum nostrum.
Seigneur, nous Vous prions d’accorder à Vos serviteurs le Don de la Grâce céleste : et, comme l’enfantement de la Bienheureuse Vierge a été le principe de leur Salut ; qu’ainsi la pieuse Solennité de sa Visitation leur procure un accroissement de Paix.

On fait Mémoire des Saints Martyrs Processus et Martinien :
Deus, qui nos sanctórum Mártyrum tuórum Procéssi et Martiniáni gloriósis confessiónibus circúmdas et prótegis : da nobis et eórum imitatióne profícere, et intercessióne gaudére. Per Dóminum nostrum.
Dieu, Vous nous donnez dans la glorieuse Profession de Foi de vos Saints Martyrs Processus et Martinien un gage de votre Secours et de votre Protection : accordez-nous de profiter de leur Exemple et de nous réjouir de leur Intercession.


LECTURE : (Cantique des cantiques 2, 8-14)
L'Église applique à la Sainte Vierge le poème du Cantique des cantiques sur la Rencontre de l'Époux et de l'Épouse. Notre-Dame en route vers Hébron, à travers les montagnes de Juda, s'entretenait avec son Fils, son « Bien-Aimé » qu'Elle portait en Elle  :

Léctio libri Sapiéntiæ
Lecture du Livre de la Sagesse

Ecce, iste venit sáliens in móntibus, transíliens colles ; símilis est diléctus meus cápreæ hinnulóque cervórum. En, ipse stat post paríetem nostrum, respíciens per fenéstras, prospíciens per cancéllos. En, diléctus meus lóquitur mihi : Surge, própera, amíca mea, colúmba mea, formósa mea, et veni. Iam enim hiems tránsiit, imber ábiit et recéssit. Flores apparuérunt in terra nostra, tempus putatiónis advénit : vox túrturis audíta est in terra nostra : ficus prótulit grossos suos : víneæ floréntes dedérunt odórem suum. Surge, amíca mea, speciósa mea, et veni : colúmba mea in foramínibus petra, in cavérna macériæ, osténde mihi fáciem tuam, sonet vox tua in áuribus meis : vox enim tua dulcis et fácies tua decóra.
Voici qu’Il vient, bondissant sur les montagnes, sautant sur les collines. Mon Bien-Aimé est semblable à la gazelle, ou au faon des biches. Le voici, Il est derrière notre mur, regardant par la fenêtre, épiant par le treillis. Voici, mon Bien-Aimé me dit : « Lève-toi, hâte-toi, mon amie, ma colombe, ma belle, et viens ! Car voici que l’hiver est fini ; la pluie a cessé, elle a disparu. Les fleurs ont paru sur notre terre, le temps des chants est arrivé ; la voix de la tourterelle s’est fait entendre dans nos campagnes ; le figuier pousse ses fruits naissants, les vignes en fleur donnent son parfum. Lève-toi, mon amie, ma belle, et viens ! Ma colombe, qui te tiens dans la fente du rocher, dans l’abri des parois escarpées, montre-moi ton visage, que ta voix résonne à mes oreilles ; car ta voix est douce, et ton visage charmant ».


GRADUEL :
Marie est louée à la fois comme Mère et comme Vierge, comme créature et comme Mère de Dieu, comme terme de l'histoire d'Israël et comme point de départ de la Nouvelle Alliance  :

Benedícta et venerábilis es, Virgo María : quæ sine tactu pudóris invénia es Mater Salvatóris.
Vous êtes Bénie et digne de vénération, Vierge Marie, qui avez été Mère du Sauveur, sans que votre Pureté ait subi d’atteinte.

V/. Virgo, Dei Génetrix, quem totus non capit orbis, in tua se clausit víscera factus homo.
V/. Vierge, Mère de Dieu, Celui que tout l’univers ne peut contenir, s’est enfermé dans Votre sein en se faisant homme.


ALLÉLUIA :

Allelúia, allelúia.
V/. Felix es, sacra Virgo María, et omni laude digníssima : quia ex te ortus est sol iustítiæ, Christus, Deus noster. Allelúia.
V/. Vous êtes heureuse, Sainte Vierge Marie, et tout à fait digne de louange, car de Vous est sorti le Soleil de Justice, le Christ notre Dieu. Alléluia.


ÉVANGILE : (Luc I, 39-47)
Jean-Baptiste tressaille de joie à l'arrivée de Marie, et Élisabeth salue en Notre-Dame la Mère du Sauveur : ses Paroles se trouvent jointes, dans le « Je Vous salue, Marie », à Celles qu'avait prononcées l'Ange Gabriel au Jour de l'Annonciation :

+ Sequéntia sancti Evangélii secundum Lucam
+ Suite du Saint Évangile selon Saint Luc

In illo témpore : Exsúrgens María ábiit in montána cum festinatióne in civitátem Iuda : et intrávit in domum Zacharíæ et salutávit Elísabeth. Et factum est, ut audivit salutatiónem Maríæ Elísabeth, exsultávit infans in útero eius : et repléta est Spíritu Sancto Elísabeth, et exclamávit voce magna et dixit : Benedícta tu inter mulíeres, et benedíctus fructus ventris tui. Et unde hoc mihi, ut véniat Mater Dómini mei ad me ? Ecce enim, ut facta est vox salutatiónis tuæ in áuribus meis, exsultávit in gáudio infans in útero meo. Et beáta, quæ credidísti, quóniam perficiéntur ea, quæ dicta sunt tibi a Dómino. Et ait María : Magníficat ánima mea Dóminum : et exsultávit spíritus meus in Deo, salutári meo.
En ces jours-là : Marie partit et s’en alla en hâte vers la montagne, en une ville de Juda. Et Elle entra dans la maison de Zacharie, et salua Élisabeth. Or, quand Élisabeth entendit la Salutation de Marie, l’enfant tressaillit dans son sein, et elle fut remplie du Saint-Esprit. Et elle s’écria à haute voix, disant : « Vous êtes Bénie entre les femmes, et le Fruit de Vos entrailles est Béni. Et d’où m’est-il donné que la Mère de mon Seigneur vienne à moi ? Car Votre voix, lorsque Vous m’avez saluée, n’a pas plus tôt frappé mes oreilles, que l’enfant a tressailli de joie dans mon sein. Heureuse Celle qui a cru ! Car elles seront accomplies les choses qui lui ont été dites de la part du Seigneur ! » Et Marie dit : « Mon âme glorifie le Seigneur, et mon esprit tressaille de joie en Dieu, mon Sauveur ».


OFFERTOIRE :
Beáta es, Virgo María, quæ ómnium portásti Creatórem : genuísti qui te fecit, et in ætérnum pérmanes Virgo.
Vous êtes Bienheureuse, Vierge Marie, qui avez porté le Créateur de toutes choses ; Vous avez enfanté Celui qui Vous a créée, et Vous demeurez à jamais Vierge.


SECRÈTE :
Unigéniti tui, Dómine, nobis succúrrat humánitas : ut, qui, natus de Vírgine, Matris integritátem non mínuit, sed sacrávit ; in Visitatiónis eius sollémniis, nostris nos piáculis éxuens, oblatiónem nostram tibi fáciat accéptam Iesus Christus, Dóminus noster : Qui tecum vivit.
Qu’Elle nous porte secours, Seigneur, la Bonté de votre Fils unique, qui né d’une Vierge, n’a point altéré l’intégrité de sa Mère mais l’a consacrée, afin que nous purifiant de nos fautes en la Solennité de sa Visitation, Il Vous rende notre oblation agréable, Lui Jésus-Christ Notre-Seigneur qui…

On fait Mémoire des Saints Martyrs Processus et Martinien :
Súscipe, Dómine, preces et múnera : quæ ut tuo sint digna conspéctu. Sanctórum tuórum précibus adiuvémur. Per Dóminum.
Recevez, Seigneur, nos supplications ainsi que nos offrandes et pour qu’elles se trouvent dignes de Vos regards, faites que nous soyons aidés des prières de vos Saints.


PRÉFACE de la Bienheureuse Vierge Marie :
La Préface de la Bienheureuse Vierge Marie est dite avec « Et, en la Visitation de la Bse... » :
VERE dignum et iustum est, æquum et salutáre, nos tibi semper et ubíque grátias ágere : Dómine, sancte Pater, omnípotens ætérne Deus :Et te in * * * beátæ Maríæ semper Vírginis collaudáre, benedícere et prædicáre. Quæ et Unigénitum tuum Sancti Spíritus obumbratióne concépit : et, virginitátis glória permanénte, lumen ætérnum mundo effúdit, Iesum Christum, Dóminum nostrum. Per quem maiestátem tuam laudant Angeli, adórant Dominatiónes, tremunt Potestátes. Cæli cælorúmque Virtútes ac beáta Séraphim sócia exsultatióne concélebrant. Cum quibus et nostras voces ut admítti iúbeas, deprecámur, súpplici confessióne dicentes.
IL est vraiment juste et nécessaire, c’est notre devoir et c’est notre salut, de Vous rendre Grâces toujours et partout, Seigneur, Père saint, Dieu éternel et tout-puissant : Et, en * * * de la Bienheureuse Marie toujours Vierge de Vous louer, de Vous bénir et de Vous proclamer. C’est Elle qui a conçu Votre Fils Unique par l’opération du Saint-Esprit : et qui, sans rien perdre de la Gloire de Sa virginité, a mis au monde la Lumière éternelle, Jésus-Christ, Notre-Seigneur. Par Lui les Anges louent Votre Majesté, les Dominations Vous adorent, les Puissances se prosternent en tremblant. Les Cieux, les Vertus des cieux et les bienheureux Séraphins La célèbrent, unis dans une même allégresse. A leurs chants, nous Vous prions, laissez se joindre aussi nos voix pour proclamer dans une humble louange.


COMMUNION :
Comme la Vierge Marie a porté dans son sein le Fils du Père Éternel, nous portons en nous le Christ reçu par la Communion  :

Beáta viscera Maríæ Vírginis, quæ portavérunt ætérni Patris Fílium.
Bienheureux le sein de la Vierge Marie, qui a porté le Fils du Père Éternel.


POSTCOMMUNION :
Le Remède par excellence, c'est Jésus ; toute Visitation de Marie est un Avènement de Jésus  :

Súmpsimus, Dómine, celebritátis ánnuæ votiva sacraménta : præsta, quǽsumus ; ut et temporális vitæ nobis remédia prǽbeant et ætérnæ. Per Dóminum.
Nous avons reçu, Seigneur, les choses Saintes qui Vous sont offertes en cette Solennité annuelle, faites, nous Vous en supplions, qu’elles nous donnent les Remèdes spirituels utiles à la vie temporelle et conduisant à la Vie Éternelle.

On fait Mémoire des Saints Martyrs Processus et Martinien :
Córporis sacri et pretiósi Sánguinis repléti libámine, quǽsumus, Dómine, Deus noster : ut, quod pia devotióne gérimus, certa redemptióne capiámus. Per eúndem Dóminum.
Rassasiés par le Corps Sacré et le Précieux Sang qui Vous ont été offerts en Sacrifice, nous Vous demandons, ô Seigneur, notre Dieu, que nous possédions, là où notre Rédemption sera assurée, ce que nous portons maintenant avec une pieuse dévotion.


Voir l’ensemble du déroulement de « l’Ordinaire de la Messe de Saint Pie V » en latin et en français avec des explications selon l’Ordo Missae de 1962 afin de mieux assister au Saint Sacrifice de la Messe

Visitation-Marie-a-Elisabeth.jpg

Voir également pour la Solennité de la Visitation de la Très Sainte Vierge Marie le 2 juillet :
- Toutes les « Prières sur la Visitation de la Très Sainte Vierge Marie » (plus d’une centaine)
- La Méditation sur le Deuxième Mystère Joyeux de la Visitation « Ô Marie, apprenez-moi l'Adoration ! » du Révérend Père Louis-Marie de Blignières
- Le « Mystère Joyeux de la Visitation » avec Saint Ambroise
- Le Deuxième Mystère Joyeux de la « Visitation de la Vierge Marie à Elisabeth » avec Benoît XVI