Sainte « Messe du Douzième Dimanche après la Pentecôte » (Dominica Duodecima post Pentecosten) :


2ème classe - Ornements Verts

Un Samaritain en voyage, voyant l'homme blessé, fut touché de compassion. Il s’approcha, lui banda ses blessures, y versant de l’huile et du vin…

En ce Dimanche, l'Église nous donne deux images de ce que Jésus a fait par son Incarnation pour l'humanité blessée, et continue de faire par son Eglise et les Sacrements pour chacun de nous : Il est le nouveau Moïse qui intercède pour nous auprès de son Père (Offertoire), et dont le Visage de Gloire est gravé en traits de lumière au fond de nos âmes depuis notre Baptême (Épître) ; Il est aussi le bon Samaritain qui guérit les blessures de nos âmes et nous conduit à l'hôtellerie qu’est son Église (Évangile). Nous aussi, nous pouvons continuer ce double Ministère de Miséricorde auprès de tous les hommes. Mais la contemplation précède l’action : si nous voulons que Jésus brille et rayonne en ce monde à travers nous, nous devons d'abord nous remplir de Lui en prenant du temps pour Lui dans la prière comme Moïse sur la montagne.


INTROÏT : (Psaume 69, 2-4)
Un cri de détresse que lance l'âme vers son Seigneur, en son nom et pour tous ceux qui sont loin de Dieu. C'est ce cri que l'Église met sur les lèvres de Ses ministres au début de toutes les Heures de l'Office Divin :

Deus, in adiutórium meum inténde : Dómine, ad adiuvándum me festína : confundántur et revereántur inimíci mei, qui quærunt ánimam meam.
Ô Dieu, venez à mon aide ; Seigneur, hâtez-Vous de me secourir : que mes ennemis, ceux qui cherchent à m’ôter la vie, soient confondus et couverts de honte.

Ps. 69, 4 : Avertántur retrórsum et erubéscant : qui cógitant mihi mala.
Ps. 69, 4 : Qu’ils soient contraints de retourner en arrière et réduits à rougir, ceux qui méditent de me faire du mal.

V/. Gloria Patri, et Filio, et Spiritui Sancto, sicut erat in principio, et nunc et semper, et in saecula saeculorum. Amen (Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, comme Il était au Commencement, maintenant et toujours, dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il)
Puis on répète l'antienne « Deus, in adiutórium meum inténde » . Cette façon de répéter l'Introït s'observe pendant toute l'année.


COLLECTE :
Nous avons tous besoin de la Grâce pour servir Dieu comme il convient, et ne pas succomber aux tentations qui veulent sans cesse nous détourner des Biens éternels :
Omnípotens et miséricors Deus, de cuius múnere venit, ut tibi a fidélibus tuis digne et laudabíliter serviátur : tríbue, quǽsumus, nobis ; ut ad promissiónes tuas sine offensióne currámus. Per Dóminum nostrum.
Dieu Tout-Puissant et Miséricordieux, de la Grâce de qui vient que Vos fidèles Vous servent comme il convient et d’une façon digne de louange ; accordez-nous, selon notre prière, de courir sans broncher dans la voie qui conduit aux Biens que Vous avez promis. Par notre Seigneur.


ÉPITRE : (2. Cor. 3, 4-9)
Saint Paul avait conscience de la grandeur incomparable du Don et de la Mission reçus de Dieu. Telle est la gloire et la joie de tout Chrétien : pouvoir servir à son tour le Seigneur, selon son état et sa Vocation, afin que le Visage de Jésus rayonne et déborde sur le monde  :

Léctio Epístolæ beáti Pauli Apóstoli ad Corinthios
Lecture de l’Épître du Bienheureux Apôtre Paul aux Corinthiens

Fratres : Fidúciam talem habémus per Christum ad Deum : non quod sufficiéntes simus cogitáre áliquid a nobis, quasi ex nobis : sed sufficiéntia nostra ex Deo est : qui et idóneos nos fecit minístros novi testaménti : non líttera, sed spíritu : líttera enim occídit, spíritus autem vivíficat. Quod si ministrátio mortis, lítteris deformáta in lapídibus, fuit in glória ; ita ut non possent inténdere fili Israël in fáciem Moysi, propter glóriam vultus eius, quæ evacuátur : quómodo non magis ministrátio Spíritus erit in glória ? Nam si ministrátio damnátionis glória est multo magis abúndat ministérium iustítiæ in glória.
Mes Frères, la confiance qui nous possède, c’est par Jésus-Christ que nous l’avons devant Dieu : non que nous soyons capables d’avoir une pensée par nous-mêmes comme de nous-mêmes, mais c’est Dieu qui nous en rend capables. C’est Lui qui nous a rendus aptes à être les Ministres de la Nouvelle Alliance selon l’Esprit et non la lettre ; car la lettre tue, mais l’Esprit vivifie. Que si le Ministère de mort gravé en lettres sur la pierre a été accompagné d’une telle gloire que les fils d’Israël ne pouvaient regarder le visage de Moïse à cause de la Gloire dont il rayonnait, laquelle néanmoins devait passer : combien le Ministère de l’Esprit ne devra-t-Il pas être plus Glorieux ? Car si le Ministère de la condamnation est entouré de Gloire, le ministère qui justifie en aura bien davantage.


GRADUEL : (Psaume 33, 2-3)
Le voyageur de l’Évangile chante à Dieu la reconnaissance qui déborde en son cœur  :
Benedícam Dóminum in omni témpore : semper laus eius in ore meo.
Je bénirai le Seigneur en tout temps ; Sa louange sera toujours dans ma bouche.
V/. In Dómino laudábitur ánima mea : áudiant mansuéti, et læténtur.
V/. Mon âme mettra sa gloire dans le Seigneur ; que les doux m’entendent, et qu’ils se réjouissent.


ALLÉLUIA : (Psaume 87, 2)
Et il continue jour et nuit de crier, de chanter devant Dieu  :
Allelúia, allelúia.
V/. Dómine, Deus salútis meæ, in die clamávi et nocte coram te. Allelúia.
V/. Seigneur Dieu de mon Salut, j’ai crié vers Vous durant le jour et la nuit. Alléluia.


ÉVANGILE : (selon Saint Luc 10, 23-37)
Tu aimeras ... La Loi est toute résumée dans ce Commandement de la Charité : aimer Dieu et tous les hommes, leur dire et l'exprimer par des actes concrets à l'exemple du Bon Samaritain. A noter que Jésus retourne la question du scribe en montrant que mon « prochain » est celui dont je choisis de me faire proche. La question à se poser est donc celle-ci : « Comment me montrerai-je le prochain d'autrui ? » :

+ Sequéntia sancti Evangélii secundum Lucam
+ Suite du Saint Évangile selon Saint Luc

In illo témpore : Dixit Iesus discípulis suis : Beáti óculi, qui vident quæ vos videtis. Dico enim vobis, quod multi prophétæ et reges voluérunt vidére quæ vos videtis, et non vidérunt : et audire quæ audítis, et non audiérunt. Et ecce, quidam legisperítus surréxit, tentans illum, et dicens : Magister, quid faciéndo vitam ætérnam possidébo ? At ille dixit ad eum : In lege quid scriptum est ? quómodo legis ? Ille respóndens, dixit : Díliges Dóminum, Deum tuum, ex toto corde tuo, et ex tota ánima tua, et ex ómnibus víribus tuis ; et ex omni mente tua : et próximum tuum sicut teípsum. Dixítque illi : Recte respondísti : hoc fac, et vives. Ille autem volens iustificáre seípsum, dixit ad Iesum : Et quis est meus próximus ? Suscípiens autem Iesus, dixit : Homo quidam descendébat ab Ierúsalem in Iéricho, et íncidit in latrónes, qui étiam despoliavérunt eum : et plagis impósitis abiérunt, semivívo relícto. Accidit autem, ut sacerdos quidam descénderet eádem via : et viso illo præterívit. Simíliter et levíta, cum esset secus locum et vidéret eum, pertránsiit. Samaritánus autem quidam iter fáciens, venit secus eum : et videns eum, misericórdia motus est. Et apprópians, alligávit vulnera eius, infúndens óleum et vinum : et impónens illum in iuméntum suum, duxit in stábulum, et curam eius egit. Et áltera die prótulit duos denários et dedit stabulário, et ait : Curam illíus habe : et quodcúmque supererogáveris, ego cum redíero, reddam tibi. Quis horum trium vidétur tibi próximus fuísse illi, qui íncidit in latrónes ? At lle dixit : Qui fecit misericórdiam in illum. Et ait illi Iesus : Vade, et tu fac simíliter.
En ce temps-là, Jésus dit à Ses disciples : Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez ! Car je vous déclare que beaucoup de prophètes et de rois ont voulu voir ce que vous voyez et ne l’ont pas vu, entendre ce que vous entendez et ne l’ont pas entendu. Et voilà qu’un docteur de la loi se leva pour le tenter, disant : Maître, que me faut-il faire pour posséder la Vie éternelle ? Jésus lui dit : Qu’y a-t-il d’écrit dans la Loi ? Comment lisez-vous ? Il répondit : Vous aimerez le Seigneur votre Dieu de tout votre cœur, de toute votre âme, de toutes vos forces et de tout votre esprit ; et votre prochain comme vous-même. Jésus lui dit : Vous avez bien répondu ; faites cela, et vous vivrez. Mais lui, voulant faire paraître qu’il était juste, dit à Jésus : Et qui est mon prochain ? Or Jésus, prenant la Parole, dit : Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho, et il tomba entre les mains des voleurs qui le dépouillèrent, et s’en allèrent après l’avoir couvert de coups, le laissant à demi mort. Or il arriva qu’un Prêtre descendait par le même chemin, et l’ayant vu il passa outre. De même un Lévite étant venu près du lieu, et le voyant, passa outre. Mais un Samaritain qui voyageait arriva près de lui, et, le voyant, fut ému de compassion. S’approchant donc, il banda ses blessures, versant dessus de l’huile et du vin ; et l’ayant mis sur son cheval, il le conduisit dans une hôtellerie où il prit soin de lui. Le lendemain il tira deux deniers qu’il donna à l’hôtelier en disant : Ayez soin de lui, et tout ce que vous dépenserez de plus, je vous le rendrai à mon retour. Lequel de ces trois vous parait avoir été le prochain de celui qui est tombé entre les mains des voleurs ? Le docteur répondit : Celui qui a exercé la miséricorde envers lui. Allez donc, lui dit Jésus, et faites de même.


OFFERTOIRE : (Exode 32, 11.13-14)
Moïse est une figure du Christ intercédant pour nous sur la Croix :
Precátus est Moyses in conspéctu Dómini, Dei sui, et dixit : Quare, Dómine, irascéris in pópulo tuo ? Parce iræ ánimæ tuæ : meménto Abraham, Isaac et Iacob, quibus iurásti dare terram fluéntem lac et mel. Et placátus factus est Dóminus de malignitáte, quam dixit fácere pópulo suo.
Moïse pria en présence du Seigneur, son Dieu, et il dit : Pourquoi Seigneur, Vous irriter contre votre Peuple ? Laissez fléchir Votre colère ; souvenez-Vous d’Abraham, d’Isaac et de Jacob à qui Vous avez juré de donner une terre où coulent le lait et le miel. Et le Seigneur apaisé ne fit point à son Peuple le mal dont Il avait parlé.


SECRÈTE :
En accueillant le Pardon de Dieu et Sa divine Miséricorde, nous rendons Gloire à Dieu :
Hóstias, quǽsumus, Dómine, propítius inténde, quas sacris altáribus exhibémus : ut, nobis indulgéntiam largiéndo, tuo nómini dent honórem. Per Dóminum.
Regardez favorablement, nous Vous en prions, Seigneur, l’offrande que nous Vous présentons sur les sacrés Autels ; qu’en nous obtenant l’indulgence, elle rende honneur à votre Nom.


PRÉFACE de la SAINTE TRINITÉ :
La Préface suivante est dite :

Vere dignum et iustum est, æquum et salutáre, nos tibi semper et ubíque grátias ágere : Dómine sancte, Pater omnípotens, ætérne Deus.
Il est vraiment juste et nécessaire, c’est notre devoir et c’est notre Salut, de Vous rendre grâces toujours et partout, Seigneur, Père Saint, Dieu Éternel et Tout-Puissant.
Qui cum Unigénito Fílio tuo et Spíritu Sancto unus es Deus, unus es Dóminus : non in uníus singularitáte persónæ, sed in uníus Trinitáte substántiæ.
Avec votre Fils Unique, et le Saint-Esprit, Vous êtes un seul Dieu, Un seul Seigneur, non dans l’unité d’une seule personne, mais dans la Trinité d’une seule substance.
Quod enim de tua glória, revelánte te, crédimus, hoc de Fílio tuo, hoc de Spíritu Sancto, sine discretióne sentímus.
Car ce que nous croyons au sujet de votre Gloire, sur la foi de votre Révélation, de votre Fils et du Saint-Esprit, nous le croyons aussi, sans aucune différence.
Ut, in confessióne veræ sempiternǽque Deitátis, et in persónis propríetas, et in esséntia únitas, et in maiestáte adorétur æquálitas.
En sorte que, confessant la vraie et éternelle Divinité, nous adorons et la propriété dans les Personnes et l’Unité dans l’essence et l’égalité dans la Majesté.
Quam laudant Angeli atque Archángeli, Chérubim quoque ac Séraphim, qui non cessant clamáre cotídie, una voce dicéntes :
C’est Elle que louent les Anges et les Archanges, les Chérubins avec les Séraphins, qui ne cessent chaque jour de chanter en disant d’une voix unanime :


COMMUNION : (Psaume 103, 13-15)
Le vin et l'huile avec lesquels le Bon Samaritain a soigné et guéri l'homme blessé sont des images des Sacrements qui soignent et guérissent les blessures de nos âmes :
De fructu óperum tuórum, Dómine, satiábitur terra : ut edúcas panem de terra, et vinum lætíficet cor hóminis : ut exhílaret fáciem in oleo, et panis cor hóminis confírmet.
La terre, Seigneur, sera rassasiée du fruit de Vos ouvrages ; Vous tirez le pain de la terre, et le vin réjouit le cœur de l’homme ; l’huile répand sur son front l’allégresse, et le pain affermit son cœur.


POSTCOMMUNION :
Par la Sainte Communion, Jésus s'approche de nous : aimons-Le et demandons-Lui de nous guérir :
Vivíficet nos, quǽsumus, Dómine, huius participátio sancta mystérii : et páriter nobis expiatiónem tríbuat et múnimen. Per Dóminum nostrum.
Faites, nous Vous en supplions, Seigneur, que cette participation aux Saints Mystères nous vivifie, et qu’elle soit pour nous en même temps purification et défense.


Voir l’ensemble du déroulement de « l’Ordinaire de la Messe de Saint Pie V » en latin et en français avec des explications selon l’Ordo Missae de 1962 afin de mieux assister au Saint Sacrifice de la Messe



Parabole-du-Bon-Samaritain-Luc-X-23-37.jpg
Voir également sur la Parabole du Bon Samaritain (Luc 10, 23-37) :
- La Prière de Mgr Carlo Rocchetta « Seigneur Jésus, guéris-nous des maladies spirituelles »
- La Prière de Saint Grégoire le Grand « Ô Seigneur Jésus, puisses-Tu avoir la Bonté de T'approcher de moi »
- Les Prières et Résolutions pour chaque Jour de la Semaine du XIIe Dimanche après la Pentecôte sur la Parabole du Bon Samaritain de l’Abbé Jean-Baptiste La Sausse « Seigneur, donnez-moi l'amour du prochain semblable à celui que je dois avoir pour Vous »
- La Prière d’Adolphe Baudon de Mony « Seigneur Jésus, enseignez-nous jusqu'où doit aller notre Charité pour nos frères »
- La Prière au Bon Samaritain du Révérend Père Dominique Bouix « Quelles actions de grâces Vous rendrai-je, ô Très Compatissant Samaritain, pour le soin que Vous avez pris de moi »
- La Méditation du R. P. Louis du Pont « De celui qui, ayant été blessé par les voleurs, fut guéri par les Soins d'un Samaritain »