Sainte « Messe du 1er Dimanche du Carême » (Dominica Prima in Quadragesima) :

1ère classe - Ornements violets - Station à Saint-Jean-de-Latran
« Voici maintenant le temps favorable, voici maintenant les jours du Salut » (Épître). Le Carême, en ramenant devant nos yeux les jours sacrés dans lesquels nous fûmes rachetés, nous invite à pratiquer tous nos devoirs avec plus d'ardeur, afin de nous disposer, par la purification de nos corps et de nos âmes, à célébrer les Mystères de la Passion et de la Résurrection du Seigneur.
Et pour nous encourager au début de ce temps de retraite, la Liturgie nous offre l'Exemple de notre Sauveur se retirant au désert avant de commencer Sa vie publique (Évangile). Cet épisode annonce par avance la Victoire du Christ : Adam avait succombé à la tentation, le Christ, nouvel Adam, triomphe de Satan et nous obtient les Grâces pour triompher à notre tour dans toutes nos tentations.
Le Psaume 90, que nous retrouvons à tous les chants de cette Messe, est par excellence le Psaume du Carême : celui de la confiance et du combat spirituel. Il nous montre la Providence divine guidant et protégeant notre marche vers le Ciel, à travers les difficultés et les tentations de cette vie terrestre.


INTROÏT : (Psaume 90, 15-16)
Le Père parle de Jésus, son Fils incarné, et de tous ceux qui sont dans l'épreuve :

INVOCABIT me, et ego exáudiam eum : erípiam eum, et glorificábo eum : longitúdine diérum adimplébo eum.
IL m’invoquera et je L’exaucerai ; je Le sauverai et je Le glorifierai, je Le comblerai de longs jours.

Ps. 90, 1 : Qui hábitat in adiutório Altíssimi, in protectióne Dei cæli commorábitur.
Ps. 90, 1 : Celui qui habite sous l’Assistance du Très-Haut demeurera sous la Protection du Dieu du Ciel.

V/. Gloria Patri, et Filio, et Spiritui Sancto, sicut erat in principio, et nunc et semper, et in saecula saeculorum. Amen (Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, comme Il était au Commencement, maintenant et toujours, dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il)
Puis on répète l'antienne « INVOCABIT » . Cette façon de répéter l'Introït s'observe pendant toute l'année.


COLLECTE :
Dans la Collecte, l’Église recommande à Dieu tous Ses enfants, et demande que leur jeûne non seulement les purifie, mais obtienne d’en Haut ce Secours puissant qui les rendra féconds en bonnes œuvres pour leur Salut :
DEUS, qui Ecclésiam tuam ánnua quadragesimáli observatióne puríficas : præsta famíliæ tuæ ; ut, quod a te obtinére abstinéndo nítitur, hoc bonis opéribus exsequátur. Per Dóminum.
Ô DIEU, qui purifiez chaque année votre Eglise par l’observation du Carême, faites que Votre famille poursuive par ses bonnes œuvres le bien qu’elle s’efforce d’obtenir au moyen de l’abstinence.


ÉPITRE : (2 Cor. 6, 1-10)
La vie chrétienne semble un paradoxe ; elle est une voie étroite pleine de difficultés, et le monde estime qu'elle nous mène à la mort. Mais nous savons que nous possédons la véritable richesse et la joie authentique, et que, par nos souffrances, nous coopérons avec le Christ à la Rédemption du monde  :

Léctio Epístolæ beáti Páuli Apóstoli ad Corínthios
Lecture de l’Epître de Saint Paul Apôtre aux Corinthiens

FRATRES : Exhortámur vos, ne in vácuum grátiam Dei recipiátis. Ait enim : Témpore accépto exaudívi te, et in die salútis adiúvi te. Ecce, nunc tempus acceptábile, ecce, nunc dies salútis. Némini dantes ullam offensiónem, ut non vituperétur ministérium nostrum : sed in ómnibus exhibeámus nosmetípsos sicut Dei minístros, in multa patiéntia, in tribulatiónibus, in necessitátibus, in angústiis, in plagis, in carcéribus, in seditiónibus, in labóribus, in vigíliis, in ieiúniis, in castitáte, in sciéntia, in longanimitáte, in suavitáte, in Spíritu Sancto, in caritáte non ficta, in verbo veritátis, in virtúte Dei, per arma iustítiæ a dextris et a sinístris : per glóriam et ignobilitátem : per infámiam et bonam famam : ut seductóres et veráces : sicut qui ignóti et cógniti : quasi moriéntes et ecce, vívimus : ut castigáti et non mortificáti : quasi tristes, semper autem gaudéntes : sicut egéntes, multos autem locupletántes : tamquam nihil habéntes et ómnia possidéntes.
MES FRERES : nous vous exhortons à ne pas recevoir la Grâce de Dieu en vain. Car Il dit : « Au Temps favorable, je t’ai exaucé, au Jour du Salut je t’ai porté Secours ». Voici maintenant le Temps favorable, voici le Jour du Salut. Nous ne donnons aucun sujet de scandale en quoi que ce soit, afin que notre ministère ne soit pas un objet de blâme. Mais nous nous rendons recommandables de toutes choses, comme des ministres de Dieu, par une grande constance, dans les tribulations, dans les nécessités, dans les détresses, sous les coups, dans les prisons, au travers des émeutes, dans les travaux, les veilles, les jeûnes ; par la pureté, par la science, par la longanimité, par la bonté, par l’Esprit-Saint, par une charité sincère, par la Parole de Vérité, par la Puissance de Dieu, par les armes offensives et défensives de la justice ; parmi l’honneur et l’ignominie, parmi la mauvaise et la bonne réputation ; traités d’imposteurs, et pourtant véridiques ; d’inconnus, et pourtant bien connus ; regardés comme mourants, et voici que nous vivons ; comme châtiés, et nous ne sommes pas mis à mort ; comme attristés, nous qui sommes toujours joyeux ; comme pauvres, nous qui en enrichissons un grand nombre ; comme n’ayant rien, nous qui possédons tout.


GRADUEL : (Psaume 90, 11-12)
« Partout et en tous lieux, il y a nos saints Anges gardiens, merveilleuses créatures concentration de forces vivantes et aimantes, sourires de Dieu à l'humanité et exécuteurs intelligents de sa Providence » (Dom Gérard) :
ANGELIS suis Deus mandávit de te, ut custódiant te in ómnibus viis tuis.
DIEU a commandé pour toi à Ses anges de te garder dans toutes tes voies.

V/. In mánibus portábunt te, ne umquam offéndas ad lápidem pedem tuum.
V/. Ils te porteront dans leurs mains, de peur que tu ne heurtes ton pied contre la pierre


TRAIT : (Psaume 90, 1-7 et 11-16)
« Celui qui habite » : voilà la clé de ce Psaume 90. Chant de combat mais de combat spirituel, dont tout l'enjeu est d'habiter, de demeurer en Dieu, de vivre avec Lui, malgré toutes les tentations :
QUI hábitat in adiutório Altíssimi, in protectióne Dei cæli commorántur.
CELUI qui habite sous l’Assistance du Très-Haut demeurera sous la Protection du Dieu du Ciel.
V/. Dicet Dómino : Suscéptor meus es tu et refúgium meum : Deus meus, sperábo in eum.
V/. Il dira au Seigneur : Vous êtes mon défenseur et mon refuge. Il est mon Dieu ; j’espérerai en Lui.
V/. Quóniam ipse liberávit me de láqueo venántium et a verbo áspero.
V/. Car c’est Lui qui m’a délivré du piège du chasseur, et de la parole âpre et piquante.
V/. Scápulis suis obumbrábit tibi, et sub pennis eius sperábis.
V/. Il te mettra à l’ombre sous Ses épaules et sous Ses ailes tu seras plein d’espoir.
V/. Scuto circúmdabit te véritas eius : non timébis a timóre noctúrno.
V/. Sa Vérité t’environnera comme un bouclier ; tu ne craindras pas les frayeurs de la nuit.
V/. A sagítta volánte per diem, a negótio perambulánte in ténebris, a ruína et dæmónio meridiáno.
V/. Ni la flèche qui vole pendant le jour, ni les maux qui s’avancent dans les ténèbres, ni les attaques du démon de midi.
V/. Cadent a látere tuo mille, et decem mília a dextris tuis : tibi autem non appropinquábit.
V/. Mille tomberont à ton côté, et dix mille à ta droite ; mais la mort n’approchera pas de toi.
V/. Quóniam Angelis suis mandávit de te, ut custódiant te in ómnibus viis tuis.
V/. Car le Seigneur a commandé pour toi à Ses anges de te garder dans toutes leurs voies.
V/. In mánibus portábunt te, ne umquam offéndas ad lápidem pedem tuum.
V/. Ils te porteront dans leurs mains, de peur que tu ne heurtes ton pied contre la pierre.
V/. Super áspidem et basilíscum ambulábis, et conculcábis leónem et dracónem.
V/. Tu marcheras sur l’aspic et le basilic, et tu fouleras au pied le lion et le dragon.
V/. Quóniam in me sperávit, liberábo eum : prótegam eum, quóniam cognóvit nomen meum.
V/. Parce qu’il a espéré en moi, je le délivrerai ; je le protégerai, parce qu’il a connu mon Nom.
V/. Invocábit me, et ego exáudiam eum : cum ipso sum in tribulatióne.
V/. Il criera vers moi, et je l’exaucerai ; je suis avec lui dans la tribulation.
V/. Erípiam eum et glorificábo eum : longitúdine diérum adimplébo eum, et osténdam illi salutáre meum.
V/. Je le sauverai et je le glorifierai. Je le comblerai de jours et je lui ferai voir mon Salut.

Jesus-Christ-tentations-Satan.jpg
ÉVANGILE : (Matth. 4, 1-11)
La tentation n'est pas un mal, mais un creuset de purification et une occasion d'avancement spirituel, aussi « il n'était pas indigne de notre Rédempteur de vouloir être tenté, Lui qui était venu pour être mis à mort. Il convenait plutôt qu'Il triomphât par Ses tentations de nos tentations, comme Il était venu par Sa mort vaincre notre mort » (Saint Grégoire le Grand) :

+ Sequéntia sancti Evangélii secundum Matthǽum
+ Suite du Saint Évangile selon Saint Matthieu

IN illo témpore : Ductus est Iesus in desértum a Spíritu, ut tentarétur a diábolo. Et cum ieiunásset quadragínta diébus et quadragínta nóctibus, postea esúriit. Et accédens tentátor, dixit ei : Si Fílius Dei es, dic, ut lápides isti panes fiant. Qui respóndens, dixit : Scriptum est : Non in solo pane vivit homo, sed in omni verbo, quod procédit de ore Dei. Tunc assúmpsit eum diábolus in sanctam civitátem, et státuit eum super pinnáculum templi, et dixit ei : Si Fílius Dei es, mitte te deórsum. Scriptum est enim : Quia Angelis suis mandávit de te, et in mánibus tollent te, ne forte offéndas ad lápidem pedem tuum. Ait illi Iesus : Rursum scriptum est : Non tentábis Dóminum, Deum tuum. Iterum assúmpsit eum diábolus in montem excélsum valde : et ostendit ei ómnia regna mundi et glóriam eórum, et dixit ei : Hæc ómnia tibi dabo, si cadens adoráveris me. Tunc dicit ei Iesus : Vade, Sátana ; scriptum est enim : Dóminum, Deum tuum, adorábis, et illi soli sérvies. Tunc relíquit eum diábolus : et ecce, Angeli accessérunt et ministrábant ei.
EN ce Temps-là : Jésus fut conduit par l’Esprit dans le désert pour être tenté par le diable. Après avoir jeûné quarante jours et quarante nuits, Il eut faim. Et le tentateur, s’approchant, Lui dit : « Si vous êtes Fils de Dieu, dites que ces pierres deviennent des pains ». Il lui répondit : « Il est écrit : L’homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute Parole qui sort de la Bouche de Dieu ». Alors le diable L’emmena dans la ville sainte, et, L’ayant posé sur le pinacle du temple, il Lui dit : « Si vous êtes Fils de Dieu, jetez-Vous en bas ; car il est écrit : Il donnera pour Vous des ordres à Ses anges, et ils Vous prendront sur leurs mains, de peur que Votre pied ne heurte contre une pierre ». Jésus lui dit : « Il est écrit aussi : Tu ne tenteras point le Seigneur, ton Dieu ». Le diable, de nouveau, L’emmena sur une montagne très élevée, et Lui montrant tous les royaumes du monde, avec leur gloire, il Lui dit : « Je Vous donnerai tout cela, si, tombant à mes pieds, Vous Vous prosternez devant moi ». Alors Jésus lui dit : « Retire-toi, Satan ; car il est écrit : Tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, et tu ne serviras que Lui seul ». Alors le diable Le laissa, et voilà que des anges s’approchèrent pour Le servir.


OFFERTOIRE : (Psaume 90, 4-5)
Dans l’Offertoire, l’Église, empruntant toujours les paroles de David, nous montre le Seigneur couvrant d’une Protection spéciale le troupeau fidèle, et l’armant contre toute attaque de ce bouclier invincible que nous offre la Foi :
SCAPULIS suis obumbrábit tibi Dóminus, et sub pennis eius sperábis : scuto circúmdabit te véritas eius.
LE Seigneur te mettra à l’ombre sous Ses épaules et sous Ses ailes tu seras plein d’espoir.


SECRÈTE :
Le Carême ne consiste pas seulement dans le jeune ; il ne sera efficace pour la réforme de notre âme que si nous y joignons la fuite des occasions nuisibles, qui détruiraient en un instant l’œuvre de la Grâce divine. C’est pourquoi l’Église demande pour nous, dans la Secrète, un Secours particulier à cet effet :
SACRIFICIUM quadragesimális inítii sollémniter immolámus, te, Dómine, deprecántes : ut, cum epulárum restrictióne carnálium, a noxiis quoque voluptátibus temperémus. Per Dóminum.
NOUS Vous immolons solennellement, Seigneur, ce sacrifice, au début de la sainte Quarantaine en Vous demandant instamment de nous accorder qu’en restreignant les repas et l’usage de la viande, nous supprimions de même aussi les plaisirs nuisibles.


PRÉFACE DU CARÊME :
La Préface du Carême (Præfatio de Quadragesima) suivante est dite jusqu’au samedi avant le Dimanche de la Passion inclus, selon les rubriques :
VERE dignum et iustum est, æquum et salutáre, nos tibi semper et ubíque grátias ágere : Dómine, sancte Pater, omnípotens ætérne Deus :
Il est vraiment juste et nécessaire, c’est notre devoir et c’est notre salut, de Vous rendre grâces toujours et partout, Seigneur, Père saint, Dieu éternel et tout-puissant :

Qui corporáli jejúnio vitia cómprimis, mentem élevas, virtútem largíris et prǽmia : per Christum Dóminum nostrum.
Vous qui, par le jeûne corporel, réprimez les vices, élevez l’âme, accordez la force et la récompense : par le Christ notre Seigneur.

Per quem maiestátem tuam laudant Angeli, adórant Dominatiónes, tremunt Potestátes. Cæli cælorúmque Virtútes ac beáta Séraphim sócia exsultatióne concélebrant. Cum quibus et nostras voces ut admítti iúbeas, deprecámur, súpplici confessióne dicentes.
Par Lui les Anges louent votre Majesté, les Dominations Vous adorent, les Puissances se prosternent en tremblant. Les Cieux, les Vertus des cieux et les bienheureux Séraphins La célèbrent, unis dans une même allégresse. A leurs chants, nous Vous prions, laissez se joindre aussi nos voix pour proclamer dans une humble louange.


COMMUNION : (Ps 90, 4-5)
Jésus Lui-même s'est comparé à une mère poule rassemblant ses poussins sous ses ailes. « Il te met sur son Cœur, Il te protège de Ses ailes, pour te sauver des griffes de l'épervier » (Saint Augustin) :
SCAPULIS suis obumbrábit tibi Dóminus, et sub pennis eius sperábis : scuto circúmdabit te véritas eius.
LE Seigneur te mettra à l’ombre sous Ses épaules et sous Ses ailes tu seras plein d’espoir. Sa Vérité t’environnera comme un bouclier.


POSTCOMMUNION :
Le péché a pour conséquence de vieillir nos âmes. L'Eucharistie vient leur rendre la Jeunesse éternelle de Dieu :
TUI nos, Dómine, sacraménti libátio sancta restáuret : et a vetustáte purgátos, in mystérii salutáris fáciat transíre consórtium. Per Dóminum.
Que la Nourriture sainte offerte et reçue en votre Sacrement nous fortifie, Seigneur, et qu’Elle nous fasse parvenir, purifiés des anciennes souillures, à la plus étroite participation au Mystère de notre Salut.

ORAISON SUR LE PEUPLE :
À toutes les Messes de Carême, en semaine, on ajoute après les postcommunions l'Oraison sur le Peuple. A l'invitation du Célébrant (ou, à la Messe Solennelle, du diacre, qui se tourne alors vers le peuple), les fidèles inclinent la tête :
Orémus. Humiliáte cápita vestra Deo.
Prions. Humiliez vos têtes devant Dieu
INCLINANTES se, Dómine, maiestáti tuæ, propitiátus inténde : ut, qui divíno múnere sunt refécti, cæléstibus semper nutriántur auxíliis. Per Dóminum.
Jetez un regard favorable, ô Seigneur, sur ceux qui s’inclinent devant votre Majesté, afin que ceux qui ont été nourris de Vos dons divins soient toujours soutenus par les Secours célestes.


Voir l’ensemble du déroulement de « l’Ordinaire de la Messe de Saint Pie V » en latin et en français avec des explications selon l’Ordo Missae de 1962 afin de mieux assister au Saint Sacrifice de la Messe