Sainte « Messe du Deuxième Dimanche après l’Épiphanie » (Dominica Secunda post Epiphaniam) :

2ème classe - Ornements verts
Ce Dimanche, l'Église célèbre la Troisième Manifestation de Jésus, Celle des Noces de Cana. Ce Premier Miracle de la Vie publique de Jésus est très riche en symboles : Il évoque les Noces de Dieu avec l'humanité, l'Institution de l'Eucharistie qui nous prépare au Banquet des Noces éternelles. Il nous enseigne aussi la façon de soumettre à Jésus nos difficultés comme la Sainte Vierge : exposer simplement ce qui ne va pas, puis laisser à Jésus le soin de tout arranger. Comme les Pères de l'Église l'ont aussi souligné, par sa Présence à ces Noces, Notre Seigneur a voulu confirmer qu'Il est Lui-même l'Auteur du Sacrement de Mariage, et affermir ainsi la chasteté conjugale.


INTROÏT : (Psaume 65, 4)
Dans le Psaume 65, toutes les nations sont invitées à reconnaître et à adorer la Puissance et la Bonté de Dieu :

Omnis terra adóret te, Deus, et psallat tibi : psalmum dicat nómini tuo, Altíssime.
Que la terre Vous adore, ô Dieu, et chante en Votre honneur, qu’elle dise un hymne à votre Nom, ô Très-Haut.

Ps. 65, 1-2 : Iubiláte Deo, omnis terra, psalmum dícite nómini eius : date glóriam laudi eius.
Ps. 65, 1-2 : Poussez vers Dieu des cris de joie, ô terre entière ; chantez un hymne à son Nom ; rendez glorieuse sa Louange.

V/. Gloria Patri, et Filio, et Spiritui Sancto, sicut erat in principio, et nunc et semper, et in saecula saeculorum. Amen (Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, comme Il était au Commencement, maintenant et toujours, dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il)
Puis on répète l'antienne « Omnis terra adóret te » . Cette façon de répéter l'introït s'observe pendant toute l'année.


COLLECTE :
La Collecte supplie Celui qui dirige le cours des Cieux et de la terre, d’accueillir les prières de son Peuple et de lui accorder des jours tranquilles :
Omnípotens sempitérne Deus, qui cœléstia simul et terréna moderáris : supplicatiónes pópuli tui cleménter exáudi ; et pacem tuam nostris concéde tempóribus. Per Dóminum.
Dieu tout-puissant et éternel qui régissez tout à la foi le Ciel et la terre : écoutez avec clémence les prières de votre Peuple, et accordez votre Paix à nos temps.


ÉPITRE : (Rm 12, 6-16)
Saint Paul nous exhorte à mettre au service de nos frères tous les Dons reçus de Dieu. Cette charité en acte est une « Manifestation » de l'Amour de Dieu :

Léctio Epístolæ beáti Páuli Apóstoli ad Romános
Lecture de l’Epître de Saint Paul Apôtre aux Romains

Fratres : Habéntes donatiónes secúndum grátiam, quæ data est nobis, differéntes : sive prophétiam secúndum ratiónem fídei, sive ministérium in ministrándo, sive qui docet in doctrína, qui exhortátur in exhortándo, qui tríbuit in simplicitáte, qui præest in sollicitúdine, qui miserétur in hilaritáte. Diléctio sine simulatióne. Odiéntes malum, adhæréntes bono : Caritáte fraternitátis ínvicem diligéntes : Honóre ínvicem præveniéntes : Sollicitúdine non pigri : Spíritu fervéntes : Dómino serviéntes : Spe gaudéntes : In tribulatióne patiéntes : Oratióni instántes : Necessitátibus sanctórum communicántes : Hospitalitátem sectántes. Benedícite persequéntibus vos : benedícite, et nolíte maledícere. Gaudére cum gaudéntibus, flere cum fléntibus : Idípsum ínvicem sentiéntes : Non alta sapiéntes, sed humílibus consentiéntes.
Mes Frères : nous avons des dons différents selon la Grâce qui nous a été donnée : soit de prophétie, selon la mesure de notre foi, soit de ministère, pour nous exercer dans le ministère ; celui-ci a reçu le don d’enseigner : qu’il enseigne ; celui-là, le don d’exhorter : qu’il exhorte ; un autre distribue : qu’il s’en acquitte avec simplicité ; un autre préside : qu’il le fasse avec zèle ; un autre exerce les œuvres de miséricorde : qu’il s’y livre avec joie. Que votre charité soit sans hypocrisie. Ayez le mal en horreur ; attachez-vous fortement au bien. Quant à l’amour fraternel, soyez pleins d’affection les uns pour les autres, vous prévenant d’honneur les uns les autres ; pour ce qui est du zèle, ne soyez pas nonchalants. Soyez fervents d’esprit ; c’est le Seigneur que vous servez. Soyez pleins de la joie que donne l’espérance, patients dans l’affliction, assidus à la prière, prêts à subvenir aux nécessités des Saints, empressés à donner l’hospitalité. Bénissez ceux qui vous persécutent : bénissez et ne maudissez pas. Réjouissez-vous avec ceux qui sont dans la joie ; pleurez avec ceux qui pleurent. Ayez les mêmes sentiments entre vous ; n’aspirez pas à ce qui est élevé, mais laissez-vous attirer par ce qui est humble.


GRADUEL : (Psaume 106, 20-21)
Le Graduel provient du Psaume 106. Le Seigneur a envoyé son Verbe pour guérir le monde, c’est pourquoi un cantique de gratitude s’échappe de tous les cœurs :
Misit Dóminus verbum suum, et sanávit eos : et erípuit eos de intéritu eórum.
Le Seigneur envoya sa Parole et Il les guérit, et les arracha à la mort.

V/. Confiteántur Dómino misericórdiæ eius : et mirabília eius fíliis hóminum.
V/. Qu’ils louent le Seigneur pour sa Miséricorde et pour les Merveilles en faveur des enfants des hommes.


ALLÉLUIA : (Psaume 148, 2)
Dans le verset alléluiatique — qui était probablement à l’origine une simple acclamation suivant la lecture de l’Évangile — les anges et les vertus sont invités à louer Dieu :
Allelúia, allelúia.
V/. Laudáte Dóminum, omnes Angeli eius : laudáte eum, omnes virtútes eius. Allelúia
V/. Louez le Seigneur, vous tous ses Anges ; louez-Le, toutes ses puissances. Alléluia.


ÉVANGILE : (Jean 2, 1-11)
Jésus peut nous surprendre par sa Réponse, mais le ton utilisé et son Regard ont fait comprendre à sa Mère qu'Elle pouvait tout attendre de sa Bonté. Son « Heure » est Celle de son Sacrifice sur la Croix :

+ Sequéntia sancti Evangélii secundum Joánnem
+ Suite du Saint Évangile selon Saint Jean

In illo témpore : Núptiæ factæ sunt in Cana Galilǽæ : et erat Mater Iesu ibi. Vocátus est autem et Iesus, et discípuli eius ad núptias. Et deficiénte vino, dicit Mater Iesu ad eum : Vinum non habent. Et dicit ei Iesus : Quid mihi et tibi est, mulier ? nondum venit hora mea. Dicit Mater eius minístris : Quodcúmque díxerit vobis, fácite. Erant autem ibi lapídeæ hýdriæ sex pósitæ secúndum purificatiónem Iudæórum, capiéntes síngulæ metrétas binas vel ternas. Dicit eis Iesus : Implete hýdrias aqua. Et implevérunt eas usque ad summum. Et dicit eis Iesus : Hauríte nunc, et ferte architriclíno. Et tulérunt. Ut autem gustávit architriclínus aquam vinum fáctam, et non sciébat unde esset, minístri autem sciébant, qui háuserant aquam : vocat sponsum architriclínus, et dicit ei : Omnis homo primum bonum vinum ponit : et cum inebriáti fúerint, tunc id, quod detérius est. Tu autem servásti bonum vinum usque adhuc. Hoc fecit inítium signórum Iesus in Cana Galilǽæ : et manifestávit glóriam suam, et credidérunt in eum discípuli eius.

CNDA-Noces-de-Cana.jpg
En ce temps là : il se fit des noces à Cana en Galilée ; et la Mère de Jésus y était. Jésus fut aussi convié aux noces avec Ses disciples. Le vin étant venu à manquer, la Mère de Jésus Lui dit : « Ils n’ont plus de vin ». Jésus Lui répondit : « Femme, qu’est-ce que cela pour moi et pour vous ? Mon Heure n’est pas encore venue ». Sa Mère dit aux serviteurs : « Faites tout ce qu’Il vous dira ». Or, il y avait là six urnes de pierre destinées aux ablutions des Juifs et contenant chacune deux ou trois mesures. Jésus leur dit : « Remplissez d’eau ces urnes ». Et ils les remplirent jusqu’au haut. Et Il leur dit : « Puisez maintenant, et portez-en au maître du festin » ; et ils en portèrent. Dès que le maître du festin eut goûté l’eau changée en vin (il ne savait pas d’où venait ce vin, mais les serviteurs qui avaient puisé l’eau le savaient), il interpella l’époux et lui dit : « Tout homme sert d’abord le bon vin, et après qu’on a bu abondamment, le moins bon ; mais toi, tu as gardé le bon jusqu’à ce moment ». Tel fut, à Cana de Galilée, le Premier des Miracles que fit Jésus, et Il manifesta sa Gloire, et Ses disciples crurent en Lui.


OFFERTOIRE : (Psaume 65, 1-2.16)
A l’Offertoire on continue d’entendre un accent Pascal (Psaume 65). Ainsi cette Messe est une vraie solennité nuptiale, un festin nuptial ; l’impression générale est joyeuse :
Iubiláte Deo, univérsa terra : psalmum dícite nómini eius : veníte et audíte, et narrábo vobis, omnes qui timétis Deum, quanta fecit Dóminus ánimæ meæ, allelúia.
Poussez des cris de joie, ô terre entière ; chantez un hymne à son Nom. Venez et entendez, vous tous qui craignez Dieu et je vous raconterai tout ce que le Seigneur a fait à mon âme. Alléluia.


SECRÈTE :
Oblata, Dómine, múnera sanctífica : nosque a peccatórum nostrórum máculis emúnda. Per Dóminum nostrum.
Sanctifiez, Seigneur, les dons qui Vous sont offerts, et purifiez-nous des tâches de nos péchés.


PRÉFACE DE LA SAINTE TRINITÉ :
La Préface suivante est dite :
Vere dignum et iustum est, æquum et salutáre, nos tibi semper et ubíque grátias ágere : Dómine, sancte Pater, omnípotens ætérne Deus :
Il est vraiment juste et nécessaire, c’est notre devoir et c’est notre salut, de Vous rendre grâces toujours et partout, Seigneur, Père saint, Dieu éternel et tout-puissant :

Qui cum Unigénito Fílio tuo et Spíritu Sancto unus es Deus, unus es Dóminus : non in uníus singularitáte persónæ, sed in uníus Trinitáte substántiæ.
Avec votre Fils unique, et le Saint-Esprit, Vous êtes un seul Dieu, Un seul Seigneur, non dans l’unité d’une seule personne, mais dans la Trinité d’une seule substance.

Quod enim de tua glória, revelánte te, crédimus, hoc de Fílio tuo, hoc de Spíritu Sancto, sine discretióne sentímus.
Car ce que nous croyons au sujet de votre Gloire, sur la foi de votre Révélation, de votre Fils et du Saint-Esprit, nous le croyons aussi, sans aucune différence.

Ut, in confessióne veræ sempiternǽque Deitátis, et in persónis propríetas, et in esséntia únitas, et in maiestáte adorétur æquálitas.
En sorte que, confessant la vraie et éternelle Divinité, nous adorons et la propriété dans les personnes et l’unité dans l’essence et l’égalité dans la majesté.

Quam laudant Angeli atque Archángeli, Chérubim quoque ac Séraphim, qui non cessant clamáre cotídie, una voce dicéntes :
C’est Elle que louent les Anges et les Archanges, les Chérubins avec les Séraphins, qui ne cessent chaque jour de chanter en disant d’une voix unanime :


COMMUNION : (Jean 2, 7-11)
Ce « bon vin » que Jésus nous offre, c'est son Amour éternel et enivrant :
Dicit Dóminus : Implete hýdrias aqua et ferte architriclíno. Cum gustásset architriclínus aquam vinum factam, dicit sponso : Servásti bonum vinum usque adhuc. Hoc signum fecit Iesus primum coram discípulis suis.
Le Seigneur dit : Remplissez d’eau ces urnes et portez-en au maître du festin. Dès que le maître du festin eut goûté l’eau changée en vin, il dit à l’époux : tu as gardé le bon jusqu’à ce moment. Tel fut le Premier Miracle que fit Jésus devant Ses disciples


POSTCOMMUNION :
Augeátur in nobis, quǽsumus, Dómine, tuæ virtútis operatio : ut divínis vegetáti sacraméntis, ad eórum promíssa capiénda, tuo múnere præparémur. Per Dóminum nostrum.
Qu’elle ait en nous plus d’influence, nous Vous en supplions, Seigneur, l’action de votre Vertu puissante ; afin que nourris de Vos divins Sacrements, nous soyons disposés par votre Grâce à en recueillir les fruits promis.


Voir l’ensemble du déroulement de « l’Ordinaire de la Messe de Saint Pie V » en latin et en français avec des explications selon l’Ordo Missae de 1962 afin de mieux assister au Saint Sacrifice de la Messe