Sainte « Messe du Dimanche dans l’Octave de la Nativité » (Dominica infra Octavam Nativitatis) :

2ème classe - Ornements blancs
Pendant l'Octave de Noël, l'Église continue de contempler l'Enfant-Dieu dans la Crèche. Il est Roi, mais sa Royauté est cachée dans le silence, l'humilité et l'obéissance ; Il est Roi, mais Il prend une « forme d'esclave » pour libérer ceux qui sont esclaves du péché, et en faire des Enfants de Dieu.
« Le Christ a racheté de la malédiction de la Loi ceux qui en étaient les sujets, mais qui ne L'observaient pas. Comment ? En accomplissant cette Loi ; autrement dit, afin d'effacer la transgression dont Adam s'était rendu coupable, Il s'est montré obéissant et docile à notre place, envers Dieu le Père » (Saint Cyrille d'Alexandrie)


INTROÏT : (Sagesse 18, 14-15)
Ce passage du Livre de la Sagesse évoque la Nuit où Dieu est venu délivrer son Peuple de l'oppression égyptienne. Chaque Noël est comme un nouvel Avènement du Verbe de Dieu qui vient régner, sauver et juger :

Dum médium siléntium tenérent ómnia, et nox in suo cursu médium iter háberet, omnípotens Sermo tuus, Dómine, de cælis a regálibus sédibus venit.
Tandis que tout reposait dans le silence, et que la nuit, dans sa course, était au milieu de son chemin, votre Parole Toute-Puissante, Seigneur, vint des Cieux du Trône royal.

Ps. 92, 1 : Dóminus regnávit, decórem indútus est : indútus est Dóminus fortitúdinem, et præcínxit se.
Ps. 92, 1 : Le Seigneur a régné et a été revêtu de Gloire ; le Seigneur a été revêtu et s’est ceint de Force.

V/. Gloria Patri, et Filio, et Spiritui Sancto, sicut erat in principio, et nunc et semper, et in saecula saeculorum. Amen (Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, comme Il était au Commencement, maintenant et toujours, dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il)
Puis on répète l'antienne « Dum médium siléntium tenérent ómnia » . Cette façon de répéter l'introït s'observe pendant toute l'année.


COLLECTE :
La Sainte Église demande, dans la Collecte, d’être dirigée par la règle souveraine qui a apparu dans notre divin Soleil de Justice, afin d’éclairer et de conduire tous nos pas dans la voie des bonnes œuvres. La Sainteté réside dans la conformité de notre volonté à Celle de Dieu :
Omnípotens sempitérne Deus, dírige actus nostros in beneplácito tuo : ut in nómine dilécti Fílii tui mereámur bonis opéribus abundáre : Qui tecum.
Dieu Tout-Puissant et Éternel, imprimez à nos actes une direction conforme à Votre bon Plaisir, afin qu’au Nom de votre Fils bien-aimé, nous méritions de produire en abondance les fruits des bonnes œuvres.


ÉPITRE : (Saint Paul aux Galates 4, 1-7)
L'Ancienne Alliance maintenait le Peuple de Dieu sous la tutelle de la Loi mosaïque avec ses nombreuses prescriptions. Depuis la « plénitude des temps » qu'est l'Incarnation, nous en sommes affranchis pour vivre en Enfants de Dieu :

Lectio Epístolæ beati Páuli Apóstoli ad Gálatas
Lecture de l’Epître de Saint Paul Apôtre aux Galates

Fratres : Quanto témpore heres párvulus est, nihil differt a servo, cum sit dóminus ómnium : sed sub tutóribus et actóribus est usque ad præfinítum tempus a patre : ita et nos, cum essémus párvuli, sub eleméntis mundi erámus serviéntes. At ubi venit plenitúdo témporis, misit Deus Fílium suum, factum ex mulíere, factum sub lege, ut eos, qui sub lege erant, redímeret, ut adoptiónem filiórum reciperémus. Quóniam autem estis fílii, misit Deus Spíritum Fílii sui in corda vestra, clamántem : Abba, Pater. Itaque iam non est servus, sed fílius : quod si fílius, et heres per Deum.
Mes frères : Aussi longtemps que l’héritier est enfant, il ne diffère en rien d’un esclave, quoiqu’il soit le maître de tout ; mais il est soumis à des tuteurs et à des curateurs jusqu’au temps marqué par le père. De même, nous aussi, quand nous étions enfants, nous étions sous l’esclavage des rudiments du monde. Mais lorsque est venue la Plénitude des Temps, Dieu a envoyé son Fils, formé d’une femme, né sous la Loi, pour affranchir ceux qui sont sous la Loi, afin de nous conférer l’adoption. Et parce que vous êtes fils, Dieu a envoyé dans vos cœurs l’Esprit de son Fils, lequel crie : Abba ! Père ! Ainsi Tu n’es plus esclave, Tu es Fils ; et si Tu es Fils, Tu es aussi Héritier grâce à Dieu.


GRADUEL : (Psaume 44, 2-3)
Le Psaume 44 chante la Gloire et la Beauté divine du Roi Messie :
Speciósus forma præ filiis hóminum : diffúsa est gratia in lábiis tuis.
Vous surpassez en Beauté les enfants des hommes ; la Grâce est répandue sur Vos lèvres.

V/. Eructávit cor meum verbum bonum, dico ego ópera mea Regi : lingua mea cálamus scribæ, velóciter scribéntis.
V/. De mon cœur a jailli une excellente parole ; c’est que j’adresse mes œuvres à un Roi. Ma langue est comme le roseau du scribe qui écrit rapidement.


ALLÉLUIA : (Psaume 92, 1)
Le Psaume 92, déjà entonné à l'introït, célèbre l'Avènement Royal du Seigneur :
Allelúia, allelúia.
V/. Dóminus regnávit, decórem índuit : índuit Dóminus fortitúdinem, et præcínxit se virtúte. Allelúia.
V/. Le Seigneur a régné et a été revêtu de Gloire ; le Seigneur a été revêtu et s’est ceint de Force. Alléluia.


ÉVANGILE : (Luc 2, 33-40)
Pour nous rendre libres, le Christ s'est soumis à la Loi de Moise, aux rites de la Présentation au Temple, comme Il s'est soumis à Ses parents tout le temps qu'Il passa à Nazareth. Siméon prophétise qu'Il sera un Signe de contradiction : délivrance pour ceux qui L'accueillent, châtiment pour ceux qui refusent sa Venue :

+ Sequéntia sancti Evangélii secundum Lucam
+ Suite du Saint Évangile selon Saint Luc

In illo témpore : Erat Ioseph et María Mater Iesu, mirántes super his quæ dicebántur de illo. Et benedíxit illis Símeon, et dixit ad Maríam Matrem eius : Ecce, pósitus est hic in ruínam et in resurrectiónem multórum in Israël : et in signum, cui contradicétur : et tuam ipsíus ánimam pertransíbit gládius, ut reveléntur ex multis córdibus cogitatiónes. Et erat Anna prophetíssa, fília Phánuel, de tribu Aser : hæc procésserat in diébus multis, et víxerat cum viro suo annis septem a virginitáte sua. Et hæc vídua usque ad annos octogínta quátuor : quæ non discedébat de templo, ieiúniis et obsecratiónibus sérviens nocte ac die. Et hæc, ipsa hora supervéniens, confitebátur Dómino, et loquebátur de illo ómnibus, qui exspectábant redemptiónem Israël. Et ut perfecérunt ómnia secúndum legem Dómini, revérsi sunt in Galilǽam in civitátem suam Názareth. Puer autem crescébat, et confortabátur, plenus sapiéntia : et grátia Dei erat in illo.
En ce Temps-là : Joseph et Marie, la Mère de Jésus, étaient dans l’étonnement pour les choses que l’on disait de Lui. Et Siméon Les bénit, et il dit à Marie, sa Mère : « Voici qu’Il est placé pour la chute et le relèvement d’un grand nombre en Israël, et pour être un Signe en butte à la contradiction, — Vous-même, un glaive transpercera Votre âme, — afin que soient révélées les pensées d’un grand nombre de cœurs ». Il y avait aussi une prophétesse, Anne, fille de Phanouel, de la tribu d’Aser ; elle était fort avancée en âge, ayant vécu, depuis sa virginité, sept ans avec son mari, et veuve jusqu’à quatre-vingt-quatre ans. Elle ne quittait point le Temple, servant Dieu nuit et jour par des jeûnes et des prières. Survenant à cette heure, elle se mit à louer Dieu et à parler de l’Enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem. Lorsqu’ils eurent accompli tout ce qui était selon la Loi du Seigneur, ils retournèrent en Galilée, à Nazareth, leur ville. L’Enfant croissait et se fortifiait, étant rempli de Sagesse, et la Grâce de Dieu était sur Lui.


OFFERTOIRE : (Psaume 92, 1-2)
L'Enfant de la Crèche, offert au Temple, est le Créateur du Ciel et de la terre :
Deus firmávit orbem terræ, qui non commovébitur : paráta sedes tua, Deus, ex tunc, a sǽculo tu es.
Dieu a affermi le globe de la terre qui ne sera point ébranlé : votre Trône, ô Dieu, est établi depuis longtemps ; Vous êtes de toute éternité.


SECRÈTE :
Concéde, quǽsumus, omnípotens Deus : ut óculis tuæ maiestátis munus oblátum, et grátiam nobis piæ devotiónis obtineat, et efféctum beátæ perennitátis acquírat. Per Dóminum…
Accordez-nous, Dieu Tout-Puissant, que ce Don mis sous les yeux de votre Majesté, nous obtienne la Grâce d’une fervente piété et nous acquière la possession de la Béatitude éternelle.


PRÉFACE DE LA NATIVITÉ :
La Préface suivante est dite :
a) comme Préface propre aux Messes de la Nativité du Seigneur et de son Octave, ainsi qu’à la Fête de la Purification de la Bienheureuse Vierge Marie ;
b) comme Préface du Temps, pendant l’Octave de la Nativité du Seigneur, même aux Messes qui auraient une préface propre, excepté s’il s’agit d’une préface propre d’un mystère ou des Personnes divines ; et du 2 au 5 janvier :
Vere dignum et iustum est, æquum et salutáre, nos tibi semper et ubíque grátias ágere : Dómine, sancte Pater, omnípotens ætérne Deus :
Il est vraiment juste et nécessaire, c’est notre devoir et c’est notre salut, de Vous rendre Grâces toujours et partout, Seigneur, Père Saint, Dieu Éternel et Tout-Puissant :

Quia per incarnáti Verbi mystérium, nova mentis nostræ oculis lux tuæ claritátis infulsit ut, dum visibíliter Deum cognóscimus, per hunc in invisibílium amórem rapiámur.
Car par le Mystère de l’Incarnation du Verbe un nouveau Rayon de Votre splendeur a brillé aux yeux de notre âme afin que, connaissant Dieu sous une forme visible nous soyons ravis par Lui en l’amour des choses invisibles.

Et ídeo cum Angelis et Archángelis, cum Thronis et Dominatiónibus, cumque omni milítia cæléstis exércitus, hymnum glóriæ tuæ cánimus, sine fine dicéntes.
C’est pourquoi, avec les Anges et les Archanges, avec les Trônes et les Dominations, avec la troupe entière de l’armée céleste, nous chantons une hymne à votre Gloire, redisant sans fin.


COMMUNION : (Matthieu 2, 20)
Cette terre d'Israël est une image de notre âme : écartons de nos cœurs tout ce qui pourrait faire fuir Jésus et sa Mère :
Tolle Púerum et Matrem eius, et vade in terram Israël : defúncti sunt enim, qui quærébant ánimam Púeri.
Prends l’Enfant et sa Mère, et va dans le pays d’Israël, car ceux qui en voulaient à la Vie de l’Enfant sont morts.


POSTCOMMUNION :
La Collecte après la Communion exprime en peu de mots tous les Fruits Eucharistiques :
Per huius, Dómine, operatiónem mystérii, et vitia nostra purgéntur, et iusta desidéria compleántur. Per Dóminum.
Faites, ô Seigneur, que par la Vertu de ce Mystère sacré, nos fautes soient effacées et nos justes désirs accomplis.


Voir l’ensemble du déroulement de « l’Ordinaire de la Messe de Saint Pie V » en latin et en français avec des explications selon l’Ordo Missae de 1962 afin de mieux assister au Saint Sacrifice de la Messe