Sainte « Messe du Mardi Saint » (Feria Tertia Maioris Hebdomadæ) :

1ère classe - Ornements Violets - Station à Sainte-Prisque

A Rome, la Station est aujourd'hui dans l'église Sainte-Prisque, qui fut la maison où habitèrent les deux époux Aquila et Prisque (ou Priscille), mentionnés dans l’Épitre aux Romains, et qui donnèrent l’hospitalité aux deux Apôtres Pierre et Paul. Sauf l'Introït, tous les chants de cette Messe sont des plaintes mises sur les lèvres du Christ : « Le Seigneur s'est revêtu de notre faiblesse pour recouvrir notre inconstance de la fermeté de sa force. Prenant ce qui était à nous, Il nous accordait ce qui était à Lui ... » (Saint Léon le Grand)


INTROÏT : (Galates 6, 14)
Dans Trois jours la Croix s’élèvera sur la Montagne sainte, portant sur ses bras l’Auteur de notre Salut. Aujourd’hui l’Église, dans l’Introït, nous avertit par avance de saluer ce trophée de notre victoire, et de nous glorifier en Lui :
Nos autem gloriári oportet in Cruce Dómini nostri Iesu Christi : in quo est salus, vita et resurréctio nostra : per quem salváti et liberáti sumus.
Pour nous, il faut nous glorifier dans la Croix de Notre-Seigneur Jésus-Christ ; c’est en Lui qu’est notre Salut, notre Vie et notre Résurrection ; c’est par Lui que nous avons été sauvés et délivrés.
Ps. 66, 2 : Deus misereátur nostri, et benedícat nobis : illúminet vultum suum super nos, et misereátur nostri.
Ps. 66, 2 : Que Dieu ait pitié de nous et nous bénisse ; qu’Il fasse briller son Visage sur nous et qu’Il ait pitié de nous.
Puis on répète l'antienne « Nos autem gloriári oportet in Cruce Dómini nostri Iesu Christi » . Cette façon de répéter l'Introït s'observe pendant toute l'année.


COLLECTE :
Dans la Collecte, l’Église demande que les saints anniversaires de la Passion du Sauveur soient pour nous une source de pardon ; et qu’ils ne se terminent pas sans que nous soyons pleinement réconciliés avec la justice divine :
Omnípotens sempitérne Deus : da nobis ita Domínicæ passiónis sacraménta perágere ; ut indulgéntiam percípere mereámur. Per eúndem Dóminum.
Dieu tout-puissant et éternel, donnez-nous de célébrer les Mystères de la Passion du Seigneur de telle sorte que nous méritions de recevoir la rémission de nos péchés.


ÉPITRE : (Jérémie 11, 18-20)
Jérémie annonce de façon prophétique le complot du Sanhédrin. Jésus sera cet Agneau que l'on mène au Sacrifice, mais Il n'aura contre Ses bourreaux aucun cri de vengeance  :

Léctio Ieremíæ Prophétæ
Lecture du Prophète Jérémie

In diébus illis : Dixit Ieremías : Dómine, demonstrásti mihi, et cognóvi : tunc ostendísti mihi stúdia eórum. Et ego quasi agnus mansúetus, qui portátur ad víctimam : et non cognóvi, quia cogitavérunt super me consília, dicéntes : Mittámus lignum in panem eius, et eradámus eum de terra vivéntium, et nomen eius non memorétur ámplius. Tu autem, Dómine Sábaoth, qui iúdicas iuste et probas renes et corda, vídeam ultiónem tuam ex eis : tibi enim revelávi causam meam, Dómine, Deus meus.
En ces jours-là, Jérémie dit : Seigneur, Vous m’en avez informé, et je l’ai su ; Alors Vous m’avez fait connaître leurs œuvres ! Moi, j’étais comme un agneau familier qu’on mène à la boucherie, et je ne savais qu’ils formaient des desseins contre moi, disant : « Détruisons l’arbre avec son fruit ! Retranchons-le de la terre des vivants, Et qu’on ne se souvienne plus de son nom ! » Mais Vous, Dieu des armées, jugez avec justice ; Vous sondez les reins et les cœurs ; Je verrai la vengeance que Vous tirerez d’eux, Car c’est à Vous que j’ai confié ma cause.


GRADUEL : (Psaume 34, 13.1-2)
A la Prière et à l'Amour de Jésus, Ses ennemis répondent par l'ingratitude et la persécution :
Ego autem, dum mihi molésti essent, induébam me cilício, et humiliábam in ieiúnio ánimam meam : et orátio mea in sinu meo convertétur
Mais moi, quand ils me tourmentaient, je me revêtais d’un cilice, et j’humiliais mon âme par le jeûne, et ma prière retournait dans mon sein.
V/. Iúdica, Dómine, nocéntes me, expúgna impugnántes me : apprehénde arma et scutum, et exsúrge in adiutórium mihi.
V/. Jugez Seigneur, ceux qui me font du mal ; combattez ceux qui me combattent. Prenez vos armes et votre bouclier, et levez-Vous pour me secourir.


ÉVANGILE : (Marc 14, 1-72 ; 15, 1-46)
Marc était le disciple de Saint Pierre ; et quand celui-ci était à Rome l’hôte de sainte Prisque (dont la maison est devenue l'église stationnale de ce jour), peut-être Marc l’entendit-il raconter les détails de son triple reniement. Il est sans doute lui-même le jeune homme qui après l'arrestation de Jésus, Le suivit quelques instants encore. Son récit est le plus court ; et nourri de détails concrets : il écrit pour des païens qu’il cherche à amener à la foi :

Pássio Dómini nostri Iesu Christi secúndum Marcum
Passion de Notre-Seigneur Jésus-Christ selon Saint Marc

In illo témpore : Erat Pascha, et ázyma post bíduum, et quærébant summi sacerdótes et scribæ, quómodo Iesum dolo tenérent et occíderent. Dicébant autem : S. Non in die festo, ne forte tumúltus fíeret in pópulo. C. Et cum esset Iesus Bethániæ in domo Simónis leprósi, et recúmberet : venit múlier habens alabástrum unguénti nardi spicáti pretiósi, et fracto alabástro, effúdit super caput eius. Erant autem quidam indígne feréntes intra semetípsos, et dicéntes : S. Ut quid perdítio ista unguénti facta est ? Póterat enim unguéntum istud venúmdari plus quam trecéntis denáriis, et dari paupéribus. C. Et fremébant in eam. Iesus autem dixit : + Sínite eam : quid illi molésti estis ? Bonum opus operáta est in me. Semper enim páuperes habétis vobíscum : et cum voluéritis, potéstis illis benefácere : me autem non semper habétis. Quod hábuit hæc, fecit : prævénit úngere corpus meum in sepultúram. Amen, dico vobis : Ubicúmque prædicátum fúerit Evangélium istud in univérso mundo, et, quod fecit hæc, narrábitur in memóriam eius. C. Et Iudas Iscariótes, unus de duódecim, ábiit ad summos sacerdótes, ut próderet eum illis. Qui audiéntes, gavísi sunt : et promisérunt ei pecúniam se datúros. Et quærébat, quómodo illum opportúne tráderet. Et primo die azymórum quando pascha immolábant, dicunt ei discípuli : S. Quo vis eámus, et parémus tibi, ut mandúces pascha ? C. Et mittit duos ex discípulis suis, et dicit eis : + Ite in civitátem : et occúrret vobis homo lagénam aquæ báiulans, sequímini eum : et quocúmque introíerit, dícite dómino domus, quia Magíster dicit : Ubi est reféctio mea, ubi pascha cum discípulis meis mandúcem ? Et ipse vobis demonstrábit cenáculum grande stratum : et illic paráte nobis. C. Et abiérunt discípuli eius, et venérunt in civitátem : et invenérunt, sicut díxerat illis, et paravérunt pascha. Véspere autem facto, venit cum duódecim. Et discumbéntibus eis et manducántibus, ait Iesus : + Amen, dico vobis, quia unus ex vobis tradet me, qui mánducat mecum. C. At illi coepérunt contristári et dícere ei singulátim : S. Numquid ego ? C. Qui ait illis : + Unus ex duódecim, qui intíngit mecum manum in catíno. Et Fílius quidem hóminis vadit, sicut scriptum est de eo : væ autem hómini illi, per quem Fílius hóminis tradétur. Bonum erat ei, si non esset natus homo ille. C. Et manducántibus illis, accépit Iesus panem : et benedícens fregit, et dedit eis, et ait : + Súmite, hoc est corpus meum. C. Et accépto cálice, grátias agens dedit eis : et bibérunt ex illo omnes. Et ait illis : + Hic est sanguis meus novi Testaménti, qui pro multis effundétur. Amen, dico vobis, quia iam non bibam de hoc genímine vitis usque in diem illum, cum illud bibam novum in regno Dei. C. Et hymno dicto, exiérunt in montem Olivárum. Et ait eis Iesus : + Omnes scandalizabímini in me in nocte ista : quia scriptum est : Percútiam pastórem, et dispergéntur oves. Sed postquam resurréxero, præcédam vos in Galilǽam, C. Petrus autem ait illi : S. Et si omnes scandalizáti fúerint in te, sed non ego. C. Et ait illi Iesus : + Amen, dico tibi, quia tu hódie in nocte hac, priúsquam gallus vocem bis déderit, ter me es negatúrus. C. At ille ámplius loquebátur : S. Et si oportúerit me simul cómmon tibi, non te negábo. C. Simíliter autem et omnes dicébant. Et véniunt in pr.dium, cui nomen Gethsémani. Et ait discípulis suis : + Sedéte hic, donec orem. C. Et assúmit Petrum et Iacóbum et Ioánnem secum : et coepit pavére et tædére. Et ait illis : + Tristis est anima mea usque ad mortem : sustinéte hic, et vigiláte. C. Et cum processísset páululum, prócidit super terram : et orábat, ut, si fíeri posset, transíret ab eo hora : et dixit : + Abba, Pater, ómnia tibi possibília sunt, transfer cálicem hunc a me : sed non quod ego volo, sed quod tu. C. Et venit et invénit eos dormiéntes. Et ait Petro : + Simon, dormis ? non potuísti una hora vigiláre ? Vigilate et oráte, ut non intrétis in tentatiónem. Spíritus quidem promptus est, caro vero infírma. C. Et íterum ábiens orávit, eúndem sermónem dicens. Et revérsus, dénuo invénit eos dormiéntes (erant enim óculi eórum gravati) et ignorábant, quid respondérent ei. Et venit tértio, et ait illis : + Dormíte iam et requiéscite. Súfficit : venit hora : ecce, Fílius hóminis tradétur in manus peccatórum. Súrgite, eámus : ecce, qui me tradet, prope est. C. Et, adhuc eo loquénte, venit Iudas Iscariótes, unus de duódecim, et cum eo turba multa cum gládiis et lignis, a summis sacerdótibus et scribis et senióribus. Déderat autem tráditor eius signum eis, diceris : S. Quemcúmque osculátus fúero, ipse est, tenéte eum et dúcite caute. C. Et cum venísset, statim accédens ad eum, ait : S. Ave, Rabbi. C. Et osculátus est eum. At illi manus iniecérunt in eum, et tenuérunt eum. Unus autem quidam de circumstántibus, edúcens gládium, percussit servum summi sacerdótis : et amputávit illi aurículam. Et respóndens Iesus, ait illis : + Tamquam ad latrónem exístis cum gládiis et lignis comprehéndere me ? cotídie eram apud vos in templo docens, et non me tenuístis. Sed ut impleántur Scriptúræ. C. Tunc discípuli eius relinquéntes eum, omnes fugérunt. Adoléscens autem quidam sequebátur eum amíctus síndone super nudo : et tenuérunt eum. At ille, reiécta síndone, nudus profúgit ab eis. Et adduxérunt Iesum ad summum sacerdótem : et convenérunt omnes sacerdótes et scribæ et senióres. Petrus autem a longe secútus est eum usque intro in átrium summi sacerdótis : et sedébat cum minístris ad ignem, et calefaciébat se. Summi vero sacerdótes et omne concílium quærébant advérsus Iesum testimónium, ut eum morti tráderent, nec inveniébant. Multi enim testimónium falsum dicébant advérsus eum : et conveniéntia testimónia non erant. Et quidam surgéntes, falsum testimónium ferébant advérsus eum, dicéntes : S. Quóniam nos audívimus eum dicéntem : Ego dissólvant ! templum hoc manufáctum, et per tríduum áliud non manufáctum ædificábo. C. Et non erat convéniens testimónium illórum. Et exsúrgens summus sacérdos in médium, interrogávit Iesum, dicens : S. Non respóndes quidquam ad ea, quæ tibi obiiciúntur ab his ? C. Ille autem tacébat et nihil respóndit. Rursum summus sacérdos interrogábat eum, et dixit ei : S. Tu es Christus, Fílius Dei benedícti ? C. Iesus autem dixit illi : + Ego sum : et vidébitis Fílium hóminis sedéntem a dextris virtútis Dei, et veniéntem cum núbibus cæli. C. Summus autem sacérdos scindens vestiménta sua, ait : S. Quid adhuc desiderámus testes ? Audístis blasphémiam : quid vobis videtur ? C. Qui omnes condemnavérunt eum esse reum mortis. Et coepérunt quidam conspúere eum, et veláre fáciem eius, et cólaphis eum c.dere, et dícere ei : S. Prophetíza. C. Et minístri álapis cum cædébant. Et cum esset Petrus in átrio deórsum, venit una ex ancíllis summi sacerdótis : et cum vidísset Petrum calefaciéntem se, aspíciens illum, ait : S. Et tu cum Iesu Nazaréno eras. C. At ille negávit, dicens : S. Neque scio neque novi, quid dicas. C. Et éxiit foras ante átrium, et gallus cantávit. Rursus autem cum vidísset illum ancílla, coepit dícere circumstántibus : Quia hic ex illis est. At ille íterum negávit. Et post pusíllum rursus, qui astábant, dicébant Petro : S. Vere ex illis es : nam et Galilǽus es. C. Ille autem coepit anathematizáre et iuráre : Quia néscio hóminem istum, quem dícitis. Et statim gallus íterum cantávit. Et recordátus est Petrus verbi, quod díxerat ei Iesus : Priúsquam gallus cantet bis, ter me negábis. Et coepit flere. Et conféstim mane consílium faciéntes summi sacerdótes, cum senióribus et scribis et univérso concílio, vinciéntes Iesum, duxérunt, et tradidérunt Piláto. Et interrogávit eum Pilátus : S. Tu es Rex Iudæórum ? C. At ille respóndens, ait illi : + Tu dicis. C. Et accusábant eum summi sacerdótes in multis. Pilátus autem rursum interrogávit eum, dicens : S. Non respóndes quidquam ? vide, in quantis te accúsant. C. Iesus autem ámplius nihil respóndit, ita ut mirarétur Pilátus. Per diem autem festum solébat dimíttere illis unum ex vinctis, quemcúmque petiíssent. Erat autem, qui dicebátur Barábbas, qui cum seditiósis erat vinctus, qui in seditióne fécerat homicídium. Et cum ascendísset turba, coepit rogáre, sicut semper faciébat illis. Pilátus autem respóndit eis, et dixit : S. Vultis dimíttam vobis Regem Iudæórum ? C. Sciébat enim, quod per invídiam tradidíssent eum summi sacerdótes. Pontifices autem concitavérunt turbam, ut magis Barábbam dimítteret eis. Pilátus autem íterum respóndens, ait illis : S. Quid ergo vultis fáciam Regi Iudæórum ? C. At illi íterum clamavérunt : S. Crucifíge eum. C. Pilátus vero dicébat illis : S. Quid enim mali fecit ? C. At illi magis clamábant : S. Crucifíge eum. C. Pilátus autem volens populo satisfácere, dimisit illis Barábbam, et trádidit Iesum flagellis cæsum, ut crucifígerétur. Mílites autem duxérunt eum in átrium prætórii, et cónvocant totam cohórtem, et índuunt eum púrpura, et impónunt ei plecténtes spíneam corónam. Et coepérunt salutáre eum : Ave, Rex Iudæórum. Et percutiébant caput eius arúndine : et conspuébant eum et, ponéntes génua, adorábant eum. Et postquam illusérunt ei, exuérunt illum púrpura, et induérunt eum vestiméntis suis : et edúcunt illum, ut crucifígerent eum. Et angariavérunt prætereúntem quémpiam, Simónem Cyrenǽum, veniéntem de villa, patrem Alexándri et Rufi, ut tólleret crucem eius. Et perdúcunt illum in Gólgotha locum, quod est interpretátum Calváriæ locus. Et dabant ei bíbere myrrhátum vinum : et non accépit. Et crucifigéntes eum, divisérunt vestiménta eius, mitténtes sortem super eis, quis quid tólleret. Erat autem hora tértia : et crucifixérunt eum. Et erat títulus causæ eius inscríptus : Rex Iudæórum. Et cum eo crucifígunt duos latrónes : unum a dextris et alium a sinístris eius. Et impléta est Scriptúra, quæ dicit : Et cum iníquis reputátus est. Et prætereúntes blasphemábant eum, movéntes cápita sua et dicéntes : S. Vah, qui déstruis templum Dei, et in tribus diébus reædíficas : salvum fac temetípsum, descéndens de cruce. C. Simíliter et summi sacerdótes illudéntes, ad altérutrum cum scribis dicébant : S. Alios salvos fecit, seípsum non potest salvum fácere. Christus Rex Israël descéndat nunc de cruce, ut videámus et credámus. C. Et qui cum eo crucifíxi erant, conviciabántur ei. Et facta hora sexta, ténebræ factæ sunt per totam terram, usque in horam nonam. Et hora nona exclamávit Iesus voce magna, dicens : + Eloi, Eloi, lamma sabactháni ? C. Quod est interpretátum : + Deus meus, Deus meus, ut quid dereliquísti me ? C. Et quidam de circumstántibus audiéntes, dicébant : S. Ecce, Elíam vocat. C. Currens autem unus, et implens spóngiam acéto, circumponénsque cálamo, potum dabat ei, dicens : S. Sínite, videámus, si véniat Elías ad deponéndum eum. C. Iesus autem emíssa voce magna exspirávit. (Hic genuflectitur, et pausatur aliquantulum) Et velum templi scissum est in duo, a summo usque deórsum. Videns autem centúrio, qui ex advérso stabat, quia sic clamans exspirásset, ait : S. Vere hic homo Fílius Dei erat. C. Erant autem et mulíeres de longe aspiciéntes : inter quas erat María Magdaléne, et María Iacóbi minóris, et Ioseph mater, et Salóme : et cum esset in Galilǽa, sequebántur eum, et ministrábant ei, et áliæ multæ, quæ simul cum eo ascénderant Ierosólymam. Et cum iam sero esset factum (quia erat Parascéve, quod est ante sábbatum) venit Ioseph ab Arimathǽa, nóbilis decúrio, qui et ipse erat exspéctans regnum Dei, et audácter introívit ad Pilátum, et pétiit corpus Iesu. Pilátus autem mirabátur, si iam obiísset. Et accersíto centurióne, interrogávit eum, si iam mórtuus esset. Et cum cognovísset a centurióne, donávit corpus Ioseph. Ioseph autem mercátus síndonem, et depónens eum invólvit síndone, et pósuit eum in monuménto, quod erat excísum de petra, et advólvit lápidem ad óstium monuménti.
En ce Temps-là : c’était la Pâque et les Azymes deux jours après ; et les grands prêtres et les scribes cherchaient comment ils pourraient s’emparer de Lui par ruse et Le faire mourir. Ils disaient en effet : « Pas dans la fête, de peur qu’il n’y ait du tumulte parmi le peuple ». Comme Jésus était à Béthanie, dans la maison de Simon le lépreux, pendant qu’Il était à table, vint une femme avec un vase d’albâtre (plein) d’un parfum de nard vrai d’un grand prix. Ayant brisé le vase d’albâtre, elle Lui répandit (le parfum) sur la tête. Or il y en avait quelques-uns qui, tout indignés, (disaient) entre eux : « A quoi bon cette perte de parfum ? On pouvait en effet vendre ce parfum plus de trois cents deniers, et en donner (le prix) aux pauvres ». Et ils grondaient contre elle. Mais Jésus dit : « Laissez-la ; pourquoi lui faites-vous de la peine ? C’est une bonne action qu’elle a faite sur moi. Car toujours vous avez les pauvres avec vous, et toutes les fois que vous voulez, vous pouvez leur faire du bien ; mais moi, vous ne m’avez pas toujours. Ce qu’elle a pu, elle l’a fait : elle a par avance parfumé mon corps pour la sépulture. Je vous le dis, en vérité, partout où sera prêché cet Évangile, dans le monde entier, ce qu’elle a fait sera aussi raconté, en souvenir d’elle ». Et Judas Iscarioth, l’un des Douze, s’en alla vers les grands prêtres pour Le leur livrer. Après l’avoir entendu, ils furent dans la joie et promirent de lui donner de l’argent. Et il cherchait une occasion favorable pour Le livrer. Le premier jour des Azymes, où l’on sacrifiait la pâque, ses disciples Lui dirent : « Où voulez-vous que nous allions faire les préparatifs pour que vous mangiez la pâque ? » Et Il envoya deux de ses disciples et leur dit : « Allez à la ville ; vous rencontrerez un homme portant une cruche d’eau : suivez-le, et quelque part qu’il entre, dites au maître de maison : Le Maître te fait dire : Où est ma salle, où je pourrai manger la pâque avec mes disciples ? Et il vous montrera une chambre du haut, vaste, meublée et toute prête : faites-nous là les préparatifs ». Les disciples partirent et allèrent à la ville ; et ils trouvèrent (les choses) comme Il le leur avait dit, et ils firent les préparatifs de la pâque. Le soir venu, Il vint avec les Douze. Pendant qu’ils étaient à table et mangeaient, Jésus dit : « Je vous le dis en vérité, un de vous me trahira, qui mange avec moi ». Et ils se mirent à s’attrister, et un chacun de lui dire : « Serait-ce moi ? » Il leur dit : « Un des Douze, qui met avec moi la main au plat. Le Fils de l’homme s’en va, selon ce qui est écrit de lui ; mais malheur à l’homme par qui le Fils de l’homme est trahi ! Mieux vaudrait pour cet homme-là qu’il ne fût pas né ». Pendant le repas, Il prit du pain, et après avoir dit la Bénédiction, Il le rompit, et le leur donna, en disant : « Prenez, ceci est mon corps ». Il prit ensuite une coupe et, après avoir rendu grâces, Il la leur donna, et ils en burent tous. Et Il leur dit : « Ceci est mon sang, (le sang) de l’alliance, répandu pour beaucoup. Je vous le dis, en vérité, je ne boirai plus du produit de la vigne jusqu’à ce jour où je le boirai nouveau dans le royaume de Dieu ». Après le chant de l’hymne, ils s’en allèrent au mont des Oliviers. Et Jésus leur dit : « Je vous serai à tous une occasion de chute, parce qu’il est écrit : Je frapperai le pasteur, et les brebis seront dispersées. Mais, après que je serai ressuscité, je vous précéderai en Galilée ». Pierre Lui dit : « Quand même vous seriez pour tous une occasion de chute, vous ne le serez jamais pour moi ». Jésus lui dit : « Je te le dis, en vérité, toi aujourd’hui, cette nuit-ci, avant que le coq ait chanté deux fois, trois fois tu me renieras ». Mais lui n’en disait que plus : « Quand il me faudrait mourir avec Vous, je ne Vous renierai pas ». Et tous aussi en disaient autant. Ils arrivent en un domaine appelé Gethsémani, et Il dit à Ses disciples : « Demeurez ici tandis que je prierai ». Et Il prit avec lui Pierre, Jacques et Jean, et Il commença à sentir de la frayeur et de l’angoisse. Et Il leur dit : « Mon âme est triste jusqu’à la mort ; restez ici et veillez ». S’étant un peu avancé, Il tomba sur la terre ; et Il priait que cette Heure, s’il était possible, s’éloignât de Lui, et Il disait : « Abba, Père, tout Vous est possible, détournez de moi ce calice ; cependant, non ce que je veux, mais ce que Vous (voulez) ! » Et Il vient et Il les trouve endormis, et Il dit à Pierre : « Simon, tu dors ! Tu n’as pas eu la force de veiller une heure ! Veillez et priez afin que vous n’entriez point en tentation. L’esprit est ardent, mais la chair est faible ». Il s’en alla de nouveau et pria, disant la même Parole. Puis, étant revenu, Il les trouva endormis, car leurs yeux étaient appesantis, et ils ne savaient que Lui répondre. Il revint une troisième fois et leur dit : « Dormez désormais et reposez-vous. C’est assez ! L’Heure est venue ; voici que le Fils de l’homme est livré aux mains des pécheurs. Levez-vous, allons ! Voici que celui qui me trahit est proche ». Aussitôt, comme Il parlait encore, survient Judas, l’un des Douze, et avec lui une foule, armée de glaives et de bâtons, envoyée par les grands prêtres et les anciens. Celui qui Le trahissait leur avait donné un signe de convention : « Celui à qui je donnerai un baiser, c’est Lui : arrêtez-l »e et emmenez-l »e en prenant vos sûretés ». Quand il fut arrivé, s’avançant aussitôt vers Lui, il dit : « Rabbi ! » et il Lui donna un baiser. Eux mirent la main sur Lui et l »’arrêtèrent. Un de ceux qui étaient là, tirant le glaive, frappa le serviteur du grand prêtre, et lui emporta l’oreille. Jésus, prenant la p »arole, leur dit : « Comme contre un brigand, vous êtes sortis avec des glaives et des bâtons pour me prendre ! Chaque jour j’étais près de vous dans le temple, où j’enseignais, et vous ne m’avez pas arrêté ; mais c’est afin que les Ecritures s’accomplissent ». Et tous L’abandonnèrent et prirent la fuite. Or un jeune homme Le suivait, enveloppé d’un drap sur (son corps) nu, et on l’arrêta ; mais il lâcha le drap et s’enfuit nu de leurs mains. Ils emmenèrent Jésus chez le grand prêtre, et tous les grands prêtres, les anciens et les scribes se réunirent. Pierre L’avait suivi de loin, jusque dans l’intérieur du palais du grand prêtre, et il était assis avec les satellites et se chauffait près du feu. Les grands prêtres et tout le Sanhédrin cherchaient un témoignage contre Jésus pour Le faire mourir, et ils n’en trouvaient point. Car beaucoup portaient de faux témoignages contre Lui, mais les témoignages ne s’accordaient pas. Et quelques-uns, se levant, portèrent contre Lui ce faux témoignage : « Nous L’avons entendu dire : Je détruirai ce sanctuaire fait de main d’homme, et en trois jours j’en rebâtirai un autre, non fait de main d’homme ». Mais même sur cela leur témoignage ne s’accordait pas. Le grand prêtre se leva, et (venant) au milieu, il interrogea Jésus, disant : « Tu ne réponds rien ? Qu’est-ce que ces hommes déposent contre Toi ? » Mais Il garda le silence et ne répondit rien. Le grand prêtre L’interrogea de nouveau et Lui dit : « Es-tu le Christ, le Fils du Béni ? » Jésus dit : « Je le suis, et vous verrez le Fils de l’homme assis à la droite de la Puissance, et venant avec les nuées du ciel ». Et le grand prêtre déchira ses vêtements et dit : « Qu’avons-nous encore besoin de témoins ? Vous venez d’entendre le blasphème : que vous paraît-il ? » Tous Le condamnèrent (comme) méritant la mort. Et quelques-uns se mirent à cracher sur Lui, et, Lui voilant le visage, ils Le frappaient du poing, en Lui disant : « Prophétise ! » ; et les satellites Lui administraient des soufflets. Pendant que Pierre était en bas, dans la cour, vint une des servantes du grand prêtre ; et voyant Pierre qui se chauffait, elle le fixa du regard et lui dit : « Toi aussi, tu étais avec le Nazaréen Jésus ! » Mais il nia, en disant : « Je ne sais, ni ne comprends ce que tu veux dire ». Et il s’en alla dehors, vers le porche, et un coq chanta. La servante, l’ayant vu, se mit de nouveau à dire à ceux qui étaient présents : « Celui-là en est ! » Et il nia de nouveau. Un peu après, de nouveau, ceux qui étaient présents dirent à Pierre : « pour sûr, tu en es ; aussi bien, tu es Galiléen ». Alors il se mit à faire des imprécations et à jurer : « Je ne connais pas cet homme dont vous parlez ». Et aussitôt, pour la seconde fois, un coq chanta. Et Pierre se souvint de la Parole telle que Jésus la lui avait dite : « Avant que le coq ait chanté deux fois, trois fois tu me renieras » ; et il éclata en pleurs. Dès le matin les grands prêtres tinrent conseil avec les anciens et les scribes, tout le Sanhédrin ; après avoir lié Jésus, ils L’emmenèrent et Le remirent à Pilate. Pilate L’interrogea : « Es-Tu le roi des Juifs ? » Jésus lui répondit : « Tu le dis ». Comme les grands prêtres portaient contre Lui beaucoup d’accusations, Pilate L’interrogea de nouveau, disant : « Tu ne réponds rien ? Vois combien d’accusations ils portent contre Toi ». Mais Jésus ne répondit plus rien, en sorte que Pilate était dans l’étonnement. Or, à chaque fête, il leur relâchait un prisonnier, celui qu’ils demandaient. Il y avait dans la prison le nommé Barabbas, avec les séditieux, pour un meurtre qu’ils avaient commis dans la sédition. La foule qui venait de monter se mit à réclamer ce qu’il leur accordait toujours. Pilate leur répondit : « Voulez-vous que je vous relâche le roi des Juifs ? » Il savait, en effet, que c’était par jalousie que les grands prêtres L’avaient livré. Mais les grands prêtres excitèrent la foule pour qu’il leur relâchât plutôt Barabbas. Pilate, reprenant la parole, leur dit : « Que ferai-je donc de Celui que vous appelez le Roi des Juifs » Eux crièrent de nouveau : « Crucifiez-Le ! » Pilate leur dit : « Qu’a-t-Il donc fait de mal ? » Et ils crièrent encore plus fort : « Crucifiez-Le ! » Pilate, voulant donner satisfaction à la foule, leur relâcha Barabbas ; et après avoir fait flageller Jésus, il Le remit (aux soldats) pour être crucifié. Les soldats L’emmenèrent à l’intérieur du palais, c’est-à-dire au prétoire, et ils convoquèrent toute la cohorte. Ils Le revêtirent de pourpre et Le ceignirent d’une couronne d’épines qu’ils avaient tressée. Et ils se mirent à Le saluer : « Salut, Roi des Juifs ! » Et ils Lui frappaient la tête avec un roseau, et ils Lui crachaient dessus et, se mettant à genoux, ils se prosternaient devant Lui. Après s’être moqués de Lui, ils Lui retirèrent la pourpre, Lui remirent ses vêtements et Le firent sortir pour qu’on Le crucifiât. Ils réquisitionnèrent un passant, Simon le Cyrénéen, le père d’Alexandre et de Rufus, qui revenait de la campagne, pour porter sa Croix, et ils Le menèrent au lieu (dit) Golgotha, ce qui se traduit : lieu du Crâne. Et ils Lui donnèrent du vin mêlé de myrrhe, mais Il n’en prit pas ; et ils Le crucifièrent et se partagèrent Ses vêtements, en les tirant au sort, à qui aurait quelque chose. Il était la Troisième Heure lorsqu’ils Le crucifièrent. L’inscription indiquant la cause (de sa condamnation) portait : « Le Roi des Juifs ». Ils crucifièrent avec Lui deux brigands, l’un à Sa droite, l’autre à Sa gauche. Ainsi fut accomplie cette Parole de l’Ecriture : Et Il a été compté parmi les malfaiteurs. Les passants L’injuriaient en hochant la tête et disant : « Hé ! Toi qui détruis le sanctuaire et le rebâtis en trois jours, sauve-Toi Toi-même, et descends de la Croix ! » De même, les grands prêtres aussi, avec les scribes, se moquaient de Lui entre eux et disaient : « Il en a sauvé d’autres, Il ne peut se sauver Lui-même. Que le Christ, le Roi d’Israël, descende maintenant de la Croix, afin que nous voyions et que nous croyions ! » Ceux même qui avaient été crucifiés avec Lui L’insultaient. La Sixième Heure arrivée, il se fit des ténèbres sur la terre entière jusqu’à la Neuvième Heure. Et à la Neuvième Heure, Jésus cria d’une voix forte : « Eloï, Eloï, lama sabacthani » ce qui se traduit : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’avez-Vous abandonné ? » Quelques-uns de ceux qui étaient là, L’ayant entendu, disaient : « Voilà qu’Il appelle Elie ». Et quelqu’un courut imbiber une éponge de vinaigre, et l’ayant mise au bout d’un roseau, il Lui présentait à boire, disant : « Laissez ! que nous voyions si Elie va venir Le descendre ». Jésus jeta un grand cri et expira. Et le voile du sanctuaire se fendit en deux, du haut en bas. Le centurion qui se tenait en face de Lui, ayant vu qu’Il avait expiré ainsi, dit : « Vraiment cet homme était Fils de Dieu ». Il y avait aussi des femmes qui regardaient à distance, entre autres Marie la Magdaléenne, Marie mère de Jacques le Petit et de José, et Salomé, qui Le suivaient et Le servaient lorsqu’Il était en Galilée, et beaucoup d’autres qui étaient montées à Jérusalem avec Lui. Le soir étant venu, comme c’était Préparation, c’est-à-dire veille du sabbat, vint Joseph d’Arimathie, membre honoré du grand conseil, qui attendait, lui aussi, le Royaume de Dieu. Il alla hardiment auprès de Pilate pour demander le Corps de Jésus. Mais Pilate s’étonna qu’Il fût déjà mort, fit venir le centurion, et lui demanda s’il y avait longtemps qu’Il était mort. Renseigné par le centurion, il accorda le cadavre à Joseph. Ayant acheté un linceul, il Le descendit, L’enveloppa dans le linceul, Le déposa dans un sépulcre qui avait été taillé dans le roc, et il roula une pierre à l’entrée du sépulcre.


OFFERTOIRE : (Psaume 139, 5)
A l’Offertoire, le Messie demande le Secours de son Père contre les embûches de Ses ennemis qui se préparent à Le faire mourir :
Custódi me, Dómine, de manu peccatóris : et ab homínibus iníquis éripe me.
Seigneur, préservez-moi de la main du pécheur, et délivrez-moi des hommes injustes.


SECRÈTE :
Dans la Secrète, la sainte Église présente à la Majesté divine le tribut de nos jeûnes avec l’Hostie Sainte, de Laquelle ils empruntent leur mérite et leur efficacité :
Sacrifícia nos, quǽsumus, Dómine, propénsius ista restáurent : quæ medicinálibus sunt institúta ieiúniis. Per Dóminum.
Nous Vous en supplions, Seigneur, qu’ils restaurent favorablement nos âmes, ces sacrifices offerts avec des jeûnes qui sont pour elles un remède.


PRÉFACE DE LA SAINTE CROIX :
La Préface suivante est dite :
a) comme Préface propre aux Messes du Temps du 1er Dimanche de la Passion jusqu’au Jeudi en la Cène du Seigneur ; aux Messes tant festives que votives de la Sainte Croix, de la Passion du Seigneur et d’un instrument de la Passion du Seigneur, du très précieux Sang de N.S. Jésus-Christ, du Très St Rédempteur ;
b) comme Préface du Temps à toutes les Messes du Temps du 1er Dimanche de la Passion jusqu’au Mercredi de la Semaine Sainte qui n’ont pas de Préface propre.

VERE dignum et iustum est, æquum et salutáre, nos tibi semper et ubíque grátias ágere : Dómine, sancte Pater, omnípotens ætérne Deus :
Il est vraiment juste et nécessaire, c’est notre devoir et c’est notre salut, de Vous rendre grâces toujours et partout, Seigneur, Père Saint, Dieu Éternel et Tout-Puissant :
Qui salútem humáni géneris in ligno Crucis constituísti : ut, unde mors oriebátur, inde vita resúrgeret : et, qui in ligno vincébat, in ligno quoque vincerétur : per Christum Dóminum nostrum.
Vous avez placé le Salut du genre humain dans le bois de la Croix : pour, là-même où la mort été née, y faire surgir la Vie : et pour que Celui qui vainquit par le bois, fut aussi vaincu par le bois : par le Christ Notre Seigneur.
Per quem maiestátem tuam laudant Angeli, adórant Dominatiónes, tremunt Potestátes. Cæli cælorúmque Virtútes ac beáta Séraphim sócia exsultatióne concélebrant. Cum quibus et nostras voces ut admítti iúbeas, deprecámur, súpplici confessióne dicentes.
Par Lui les Anges louent votre Majesté, les Dominations Vous adorent, les Puissances se prosternent en tremblant. Les Cieux, les Vertus des cieux et les bienheureux Séraphins La célèbrent, unis dans une même allégresse. A leurs chants, nous Vous prions, laissez se joindre aussi nos voix pour proclamer dans une humble louange.


COMMUNION : (Psaume 68, 13-14)
Au plus profond de l'abandon, Jésus sait son Heure venue : Celle où Dieu nous fait Miséricorde par Lui. La Communion en est le gage :
Advérsum me exercebántur, qui sedébant in porta : et in me psallébant, qui bibébant vinum : ego vero oratiónem meam ad te, Dómine : tempus benepláciti, Deus, in multitúdine misericórdiæ tuæ.
Ceux qui étaient assis à la porte parlaient contre moi, et ceux qui buvaient du vin me raillaient par leurs chansons. Mais moi, je Vous adresse, Seigneur, ma prière. Voici le temps favorable, ô Dieu, selon la grandeur de votre Miséricorde.


POSTCOMMUNION :
Sanctificatiónibus tuis, omnípotens Deus : et vitia nostra curéntur, et remédia nobis sempitérna provéniant. Per Dóminum.
O Dieu tout-puissant, que par vos Mystères si sanctifiants, nos vices soient guéris et que des remèdes spirituels nous soient donnés en vue de l’éternité.


ORAISON SUR LE PEUPLE :
À toutes les Messes de Carême, en semaine, on ajoute après les postcommunions l'Oraison sur le Peuple. A l'invitation du Célébrant (ou, à la Messe Solennelle, du diacre, qui se tourne alors vers le peuple), les fidèles inclinent la tête :
OREMUS. Humiliáte cápita vestra Deo.
PRIONS. Humiliez vos têtes devant Dieu
Tua nos misericórdia, Deus, et ab omni subreptióne vetustátis expúrget, et capáces sanctæ novitátis effíciat. Per Dóminum.
Que votre Miséricorde, ô Dieu, nous purifie de tout ce que nos vieilles tendances pourraient secrètement dérober à nos devoirs et nous rende capables d’une sainte nouveauté.


Voir l’ensemble du déroulement de « l’Ordinaire de la Messe de Saint Pie V » en latin et en français avec des explications selon l’Ordo Missae de 1962 afin de mieux assister au Saint Sacrifice de la Messe