Sainte Messe du Samedi des Quatre-Temps de l’Avent (Sabbato Quatuor Temporum Adventus) :

2ème classe - Ornements violets - Station à St-Pierre
Dès les origines du Christianisme, la nuit du samedi au Dimanche se passait dans la prière. Plus tard, une veillée solennelle plus particulière fut instituée dans la nuit du Samedi des Quatre-Temps au Dimanche, les Chrétiens de Rome se réunissaient tous à la basilique Saint-Pierre. Depuis le Pape Saint Gélase (fin du Ve siècle), l'Eglise avait coutume de conférer les Ordres sacrés au cours de cet Office, que l'on célèbre aujourd'hui dans la matinée du samedi. Après l'introït, l'évêque conférait la tonsure cléricale, puis chacune des Lectures était suivie d'une Ordination (portier, lecteur, exorciste, acolyte, sous-diacre et diacre) ; enfin, après le Trait, venait l'Ordination des Prêtres. Par ce déploiement liturgique, l'âme qui s'en pénètre est comme portée par une sainte impatience, aspirant toujours plus à cette « Nouvelle Nativité tant attendue du Fils de Dieu » qui vient nous délivrer de nos péchés.


INTROÏT : (Ps. 79, 4 et 2)
Tout le désir de l'Église peut se résumer dans ce verset : voir le Visage de notre Dieu :

VENI, et osténde nobis fáciem tuam, Dómine, qui sedes super Chérubim : et salvi érimus.
Venez, Seigneur, Vous dont le Trône est porté par les Chérubins. Venez nous montrer votre Visage et nous serons sauvés.

Ps. 79, 2 : Qui regis Israël, inténde : qui dedúcis, velut ovem, Ioseph.
Ps. 79, 2 : Ecoutez, Pasteur d’Israël, vous qui menez le peuple de Joseph comme un berger son troupeau.

V/. Gloria Patri, et Filio, et Spiritui Sancto, sicut erat in principio, et nunc et semper, et in saecula saeculorum. Amen (Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, comme Il était au Commencement, maintenant et toujours, dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il)
Puis on répète l'antienne « VENI » . Cette façon de répéter l'introït s'observe pendant toute l'année. Pendant l'Avent, on ne dit pas le « Gloria in excelsis ».


COLLECTE I :
Le meilleur moyen d'attirer la Miséricorde, c'est de se reconnaître pécheur et plein de misères. Immédiatement après le Kyrie, le Prêtre dit :
V./ Orémus. Flectámus genua.
V./ Prions. Fléchissons le genou.
R./ Leváte.
R./ Levez-vous.
Deus, qui cónspicis, quia ex nostra pravitáte afflígimur : concéde propítius ; ut ex tua visitatióne consolémur : Qui vivis.
Seigneur Dieu, Vous voyez les épreuves que nous subissons à cause du péché qui est en nous : accordez-nous de trouver le réconfort dans votre Venue.


PREMIÈRE LECTURE : (Is. 19, 20-22)
Le Sauveur vient pour tous les hommes. L’Égypte elle-même, terre païenne par excellence, se tournera vers Dieu :

Léctio Isaíæ Prophétæ
Lecture du Prophète Isaïe

In diebus illis : Clamábunt ad Dóminum a facie tribulántis, et mittet eis salvatórem et propugnatórem, qui líberet eos. Et cognoscétur Dóminus ab Ægýpto, et cognóscent Ægýptii Dóminum in die illa : et colent eum in hóstiis et in munéribus : et vota vovébunt Dómino, et solvent. Et percútiet Dóminus Ægýptum plaga, et sanábit eam : et revertántur ad Dóminum, et placábitur eis, et sanábit eos Dóminus, Deus noster.
En ces jours là : quand ils crieront vers le Seigneur, à cause des oppresseurs, Il leur enverra un Sauveur et un Champion pour les délivrer. Le Seigneur se fera connaître de l’Egypte, et l’Égypte connaîtra le Seigneur, en ce jour-là ; ils feront des sacrifices et des offrandes ; ils feront des voeux au Seigneur et les accompliront. Le Seigneur frappera l’Égypte, frappant et guérissant. Ils se convertiront au Seigneur, et Il se laissera fléchir par eux et les guérira.


GRADUEL : (Psaume 18, 7.2)
A summo cælo egréssio eius : et occúrsus eius usque ad summum eius.
Comme le soleil, Il se lève à une extrémité du ciel et court jusqu’à l’autre extrémité.

V/. Cæli enárrant glóriam Dei : et opera mánuum eius annúntiat firmaméntum.
V/. Les Cieux chantent la Gloire de Dieu ; leur voûte solide proclame la Puissance de ses Mains.


Sauf aux Messes Conventuelles et aux Messes d'Ordination, on peut omettre les quatre Lectures suivantes ; dans ce cas, on dit ici « Dominus vobiscum » sans « Flectarnus genua ». Et aussitôt après la Collecte suivante, on passe à l'Épître.


COLLECTE II :
V./ Orémus. Flectámus genua.
V./ Prions. Fléchissons le genou.
R./ Leváte.
R./ Levez-vous.
Concéde, quǽsumus, omnípotens Deus : ut, qui sub peccáti iugo et vetústa servitúte deprímimur ; exspectáta unigéniti Fílii tui nova nativitáte liberémur : Qui tecum vivit.
Dieu Tout Puissant, par un vieil esclavage, nous sommes écrasés sous le joug du péché ; faites que la Naissance Nouvelle de votre Fils unique que nous attendons nous rende la Liberté.


DEUXIÈME LECTURE : (Is. 35, 1-7)
Après l'exil, le désert lui-même s’unira à la Joie des rachetés. Ce texte revigorant est une invitation à attendre la délivrance dans la Joie :

Léctio Isaíæ Prophétæ
Lecture du Prophète Isaïe

Hæc dicit Dóminus : Lætábitur desérta et ínvia, ei exsultábit solitúdo, et florébit quasi lílium. Gérminans germinábit, et exsultábit lætabúnda et laudans : glória Líbani data est ei : decor Carméli et Saron, ipsi vidébunt glóriam Dómini, et decórem Dei nostri. Confortáte manus dissolútas, et génua debília roboráte. Dícite pusillánimis : Confortámini, et nolíte timére : ecce, Deus vester ultiónem addúcet retributiónis : Deus ipse véniet, et salvábit vos. Tunc aperiéntur óculi cæcórum, et aures surdórum patébunt. Tunc sáliet sicut cervus claudus, et apérta erit lingua mutórum : quia scissæ sunt in desérto aquæ, et torréntes in solitúdine. Et quæ erat árida, erit in stagnum, et sítiens in fontes aquárum : ait Dóminus omnípotens.
Voici ce que dit le Seigneur : Le désert et la terre aride se réjouiront ; la steppe sera dans l’allégresse, et fleurira comme le narcisse ; il se couvrira de fleurs et tressaillira, il poussera des cris de joie. La gloire du Liban lui sera donnée, avec la magnificence du Carmel et de Saron. Ils verront la Gloire du Seigneur, la Magnificence de notre Dieu ! Fortifiez les mains défaillantes, et affermissez les genoux qui chancellent ! Dites à ceux qui ont le coeur troublé ; « Prenez courage, ne craignez point : Voici votre Dieu ; la Vengeance vient, une Revanche divine, Il vient Lui-même et vous sauvera. » Alors s’ouvriront les yeux des aveugles, alors s’ouvriront les oreilles des sourds. Le boiteux bondira comme un cerf, et la langue du muet éclatera de joie. Car des eaux jailliront dans le désert, et des ruisseaux dans les steppes ; .Le sol brûlé se changera en un lac, et la terre altérée en sources d’eaux : Oracle du Seigneur Tout Puissant.


GRADUEL : (Psaume 18, 6.7)
In sole pósuit tabernáculum suum : et ipse tamquam sponsus procédens de thálamo suo.
Les Cieux sont la tente dressée pour le Soleil. Et tel un jeune époux, Il s’avance hors de sa Demeure.

V/. A summo cælo egréssio eius : et occúrsus eius usque ad summum eius.
V/. Il se lève à une extrémité du Ciel, et court jusqu’à l’autre extrémité.


COLLECTE III :
V./ Orémus. Flectámus genua.
V./ Prions. Fléchissons le genou.
R./ Leváte.
R./ Levez-vous.
Indignos nos, quǽsumus, Dómine, fámulos tuos, quos actiónis própriæ culpa contrístat, unigéniti Fílii tui advéntu lætífica : Qui tecum vivit et regnat.
Nous sommes, Seigneur, des serviteurs indignes, et c’est notre vie coupable qui nous attriste. Cependant, rendez-nous la Joie par l’Avènement de votre Fils Unique.


TROISIÈME LECTURE : (Is. 40, 9-11)
Le clerc qui vient d'être ordonné lecteur aura la charge d'annoncer le Salut au Peuple Chrétien. Il devra lire à l'ambon, comme le messager envoyé à Jérusalem dont parle cette troisième Lecture :

Léctio Isaíæ Prophétæ
Lecture du Prophète Isaïe

Hæc dicit Dóminus : Super montem excélsum ascénde tu, qui evangelízas Sion : exálta in fortitúdine vocem tuam, qui evangelízas Ierúsalem : exálta, noli timére. Dic civitátibus Iuda : Ecce, Deus vester : ecce, Dóminus Deus in fortitúdine véniet, et bráchium eius dominábitur : ecce, merces eius cum eo, et opus illíus coram illo. Sicut pastor gregem suum pascet : in bráchio suo congregábit agnos, et in sinu suo levábit, Dóminus, Deus noster.
Voici ce que dit le Seigneur : Monte sur une haute montagne, toi qui portes à Sion la bonne nouvelle ; élève la voix avec force, toi qui portes à Jérusalem la bonne nouvelle ; élève-la, ne crains point ; dis aux villes de Juda « Voici votre Dieu ! » Voici que le Seigneur Dieu vient avec Puissance ; Son bras exerce la domination ; Voici que Sa récompense est avec Lui, et Son salaire est devant Lui. Comme un berger, Il fera paître son troupeau ; Il recueillera les agneaux dans Ses bras, et les portera dans Son sein, le Seigneur Notre Dieu.


GRADUEL : (Psaume 79, 20.3)
Dómine, Deus virtútum, convérte nos : et osténde fáciem tuam, et salvi érimus.
Seigneur, Dieu des forces du ciel, convertis-nous ; montre-nous ton Visage, et nous serons sauvés.

V/. Excita, Dómine, poténtiam tuam, et veni, ut salvos fácias nos.
V/. Réveillez votre Puissance, Seigneur, et venez nous sauver.


COLLECTE IV :
V./ Orémus. Flectámus genua.
V./ Prions. Fléchissons le genou.
R./ Leváte.
R./ Levez-vous.
Præsta, quǽsumus, omnípotens Deus : ut Fílii tui ventúra sollémnitas et præséntis nobis vitæ remédia cónferat, et prǽmia ætérna concédat. Per eúndem Dóminum nostrum.
Nous Vous en prions, Dieu Tout Puissant, permettez que la Fête toute proche de votre Fils nous apporte les remèdes nécessaires à la vie présente et nous mérite la Récompense éternelle.


QUATRIÈME LECTURE : (Is. 45, 1-8)
Cyrus, roi des Perses, que Dieu suscita comme un sauveur du peuple d’Israël, est une figure du Messie, le Sauveur de toute l'humanité :

Léctio Isaíæ Prophétæ
Lecture du Prophète Isaïe

Hæc dicit Dóminus christo meo Cyro, cuius apprehéndi déxteram, ut subiíciam ante fáciem eius gentes, et dorsa regum vertam, et apériam coram eo iánuas, et portæ non claudéntur. Ego ante te ibo : et gloriósos terræ humiliábo : portas .reas cónteram, et vectes férreos confríngam. Et dabo tibi thesáuros abscónditos et arcána secretórum : ut scias, quia ego Dóminus, qui voco nomen tuum, Deus Israël. Propter servum meum Iacob, et Israël electum meum, et vocávi te nómine tuo : assimilávi te, et non cognovísti me. Ego Dóminus, et non est ámplius : extra me non est Deus : accínxi te, et non cognovísti me : ut sciant hi, qui ab ortu solis, et qui ab occidénte, quóniam absque me non est. Ego Dóminus, et non est alter, formans lucem et creans ténebras, fáciens pacem et creans malum : ego Dóminus faciens omnia hæc. Roráte, cæli, désuper, et nubes pluant iustum : aperiátur terra, et gérminet Salvatórem : et iustítia oriátur simul : ego Dóminus creávi eum.
Ainsi parle le Seigneur à son oint, à Cyrus, que j’ai pris par la main droite pour terrasser devant lui les nations, et pour délier la ceinture des rois, pour ouvrir devant lui les portes, afin que les entrées ne lui soient pas fermées. Moi, je marcherai devant toi ; j’aplanirai les chemins montueux ; je romprai les portes d’airain, et je briserai les verrous de fer. Je te donnerai les trésors cachés, et les richesses enfouies, afin que tu saches que je suis le Seigneur, le Dieu d’Israël, qui t’ai appelé par ton nom. A cause de Jacob, mon serviteur, et d’Israël, mon élu, je t’ai appelé par ton nom ; je t’ai désigné quand tu ne me connaissais pas. Je suis le Seigneur, et il n’y en a point d’autre ; hors moi, il n’y a point de Dieu ! Je t’ai ceint quand tu ne me connaissais pas, afin que l’on sache ; du levant au couchant, qu’il n’y a rien en dehors de moi ! Je suis le Seigneur, et il n’y en a point d’autre ; je forme la Lumière et crée les ténèbres, je fais la Paix et je crée le malheur c’est moi le Seigneur qui fais tout cela. Cieux, répandez d’en Haut votre rosée, et que les nuées fassent pleuvoir la Justice ! Que la terre s’ouvre et produise le Salut, qu’elle fasse germer la Justice en même temps ! Moi ! Le Seigneur, je crée ces choses.


GRADUEL : (Psaume 79, 2-3)
Excita, Dómine, poténtiam tuam, et veni, ut salvos fácias nos.
Réveillez votre Puissance, Seigneur, et venez nous sauver.

V/. Qui regis Israël, inténde : qui dedúcis, velut ovem, Ioseph : qui sedes super Chérubim, appáre coram Ephraim, Béniamin, et Manásse.
V/. Ecoutez, Pasteur d’Israël, vous qui menez le peuple de Joseph comme un berger son troupeau. Vous dont le trône est porté par les Chérubins, montrez-vous aux descendants d’Éphraïm, de Benjamin et de Manassé.


COLLECTE V :
V./ Orémus. Flectámus genua.
V./ Prions. Fléchissons le genou.
R./ Leváte.
R./ Levez-vous.
Preces pópuli tui, quǽsumus, Dómine, cleménter exáudi : ut, qui iuste pro peccátis nostris afflígimur, pietátis tuæ visitatióne consolémur : Qui vivis.
Par pitié, Seigneur, exaucez les prières de votre Peuple. Et puisque nous subissons les épreuves que nous ont mérités nos péchés, apportez-nous le Réconfort quand Vous viendrez à nous, plein de Bonté.


CINQUIÈME LECTURE : (Dn. 3, 47-51)
Ce récit des trois jeunes gens jetés dans la fournaise à Babylone est l'image de la condition de tout Chrétien dans le monde, et de la Protection du Christ envers ceux qui se confient en Lui :

Lectio Daniélis Prophétæ
Lecture du Prophète Daniel

In diebus illis : Angelus Dómini descéndit cum Azaría et sóciis eius in fornácem : et excússit flammam ignis de fornáce, et fecit médium fornácis quasi ventum roris flantem. Flamma autem effundebátur super fornácem cúbitis quadragínta novem : et erúpit, et incéndit, quos répperit iuxta fornácem de Chaldǽis, minístros regis, qui eam incendébant. Et non tétigit eos omníno ignis, neque contristavit, nec quidquam moléstia íntulit. Tunc hi tres quasi ex uno ore laudábant, et glorificábant, et benedicébant Deum in fornáce, dicéntes :
En ces jours là : L’ange du Seigneur était descendu dans la fournaise avec Azarias et ses compagnons, et il écartait de la fournaise la flamme de feu. Et il rendit le milieu de la fournaise tel que si un vent de rosée y avait soufflé. La flamme s’élevait quarante-neuf coudées au-dessus de la fournaise ; et, s’étant élancée, elle brûla les Chaldéens qu’elle rencontra près de la fournaise. Et le feu ne les toucha même pas, il ne les blessa point et ne leur causa point le moindre mal. Alors ces trois hommes, comme d’une seule bouche, louaient, glorifiaient et bénissaient Dieu dans la fournaise, en disant :

Ici, on ne répond pas « Deo gratias » (Nous rendons Grâce à Dieu) mais on chante l’Hymne suivante :

HYMNE : (Daniel 3, 52-56)
Cantique de Louanges et de Bénédictions à la Gloire de notre Créateur et Sauveur :

Benedíctus es, Dómine, Deus patrum nostrórum. Et laudábilis et gloriósus in sǽcula. Et benedíctum nomen glóriæ tuæ, quod est sanctum. Et laudábile et gloriósum in sǽcula. Benedíctus es in templo sancto glóriæ tuæ. Et laudábilis et gloriósus in sǽcula. Benedíctus es super thronum sanctum regni tui. Et laudábilis et gloriósus in sǽcula. Benedíctus es super sceptrum divinitátis tuæ. Et laudábilis et gloriósus in sǽcula. Benedíctus es, qui sedes super Chérubim, íntuens abýssos. Et laudábilis et gloriósus in sǽcula. Benedíctus es, qui ámbulas super pennas ventórum et super undas maris. Et laudábilis et gloriósus in sǽcula. Benedícant te omnes Angeli et Sancti tui. Et laudent te et gloríficent in sǽcula. Benedícant te cæli, terra, mare, et ómnia quæ in eis sunt. Et laudent te et gloríficent in sǽcula. Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Et laudábili et glorióso in sǽcula. Sicut erat in princípio, et nunc, et semper : et in sǽcula sæculórum. Amen. Et laudábili et glorióso in sǽcula. Benedíctus es, Dómine, Deus patrum nostrórum. Et laudábilis et gloriósus in sǽcula.
Bénis sois-Tu, Seigneur, Dieu de nos pères, à Toi louange et gloire éternellement. Bénis soit le Nom de ta Gloire qui est Saint, à Toi louange et gloire éternellement. Bénis sois-Tu dans le Temple saint de ta Gloire, à Toi louange et gloire éternellement. Bénis sois-Tu sur le saint Trône de ton Règne, à Toi louange et gloire éternellement. Bénis sois-Tu sur le sceptre de ta Divinité, à Toi louange et gloire éternellement. Bénis sois-Tu qui siège sur les Chérubins, dominant l’abyme, à Toi louange et gloire éternellement. Bénis sois-Tu qui marches sur les ailes du vent et avances sur les flots de la mer, à Toi louange et gloire éternellement. Que tous les Anges et Tes saints Te bénissent, qu’ils Te louent et Te glorifient éternellement. Que les cieux, la terre, la mer et tout ce qu’ils contiennent Te bénissent, qu’ils Te louent et Te glorifient éternellement. Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, louange et gloire éternellement. Comme il était au commencement, maintenant et dans les siècles des siècles. Amen. Louange et gloire éternellement. Tu es béni Seigneur, Dieu de nos pères, à Toi louange et gloire éternellement.


COLLECTE VI :
Ici le Prêtre dit « Dominus vobiscum » sans « Flectarnus genua ». Et aussitôt après la Collecte suivante, on passe à l'Épître
Deus, qui tribus púeris mitigásti flammas ignium : concéde propítius ; ut nos fámulos tuos non exúrat flamma vitiórum. Per Dóminum nostrum.
Dieu, qui pour les trois jeunes gens avez adouci les flammes du brasier, nous Vous en prions : ne laissez pas le feu des passions dévorer Vos serviteurs.


ÉPITRE : (2 Thess. 2, 1-8)
Le Combat entre le Christ et Satan durera jusqu’au dernier Jour. Le mystère d'iniquité déjà à l'œuvre se fera d’autant plus sentir que la Fin approchera. L'Antéchrist règnera un moment sur le monde, mais la Victoire appartiendra au Christ et à ceux qui Lui sont fidèles :

Lectio Epístolæ beati Páuli Apóstoli ad Thessalonicénses
Lecture de l’Epître de Saint Paul aux Thessaloniciens

Fratres : Rogámus vos per advéntum Dómini nostri Iesu Christi, et nostræ congregatiónis in ipsum : ut non cito moveámini a vestro sensu, neque terreámini, neque per spíritum, neque per sermónem, neque per epístolam tamquam per nos missam, quasi instet dies Dómini. Ne quis vos sedúcat ullo modo : quóniam nisi vénerit discéssio primum, et revelátus fuerit homo peccáti, fílius perditiónis, qui adversátur, et extóllitur supra omne, quod dícitur Deus aut quod cólitur, ita ut in templo Dei sédeat osténdens se, tamquam sit Deus. Non retinétis, quod, cum adhuc essem apud vos, hæc dicébam vobis ? Et nunc quid detíneat, scitis, ut revelétur in suo témpore. Nam mystérium iam operátur iniquitátis : tantum ut, qui tenet nunc, téneat, donec de médio fiat. Et tunc revelábitur ille iníquus, quem Dóminus Iesus interfíciet spíritu oris sui, et déstruet illustratióne advéntus sui.
Mes Frères : En ce qui concerne l’Avènement de Notre Seigneur Jésus-Christ et notre réunion avec Lui, nous vous prions, frères, de ne pas vous laisser ébranler facilement dans vos sentiments, ni alarmer, soit par quelque esprit, soit par quelque parole ou lettre supposées venir de nous, comme si le Jour du Seigneur était imminent. Que personne ne vous égare d’aucune manière ; car auparavant viendra l’apostasie, et se manifestera l’homme de péché, le fils de la perdition, l’adversaire qui s’élève contre tout ce qui est appelé Dieu ou honoré d’un culte, jusqu’à s’asseoir dans le Sanctuaire de Dieu, et à se présenter comme s’il était Dieu. Ne vous souvenez-vous pas que je vous disais ces choses, lorsque j’étais encore chez vous ? Et maintenant vous savez ce qui le retient, pour qu’il se manifeste en son temps. Car le mystère d’iniquité s’opère déjà, mais seulement jusqu’à ce que Celui qui le retient encore paraisse au grand jour. Et alors se découvrira l’impie, que le Seigneur Jésus exterminera par le Souffle de Sa bouche, et anéantira par l’éclat de son Avènement.


TRAIT : (Psaume 79, 2-3)
Qui regis Israël, inténde : qui dedúcis, velut ovem, Ioseph.
Ecoutez, pasteur d’Israël, vous qui menez le peuple de Joseph comme un berger son troupeau.

V/. Qui sedes super Chérubim, appáre coram Ephraim, Béniamin, et Manásse.
V/. Vous dont le trône est porté par les Chérubins, montrez-vous aux descendants d’Éphraïm, de Benjamin et de Manassé

V/. Excita, Dómine, poténtiam tuam, et veni : ut salvos fácias nos.
V/. Réveillez votre Puissance, Seigneur, et venez nous sauver.


ÉVANGILE : (Luc 3, 1-6)
L'Évangile nous précise très exactement la date du début de la prédication de Saint Jean-Baptiste. La Venue du Christ sur terre est bien un fait historique. Le Précurseur renouvelle ses appels à nous préparer : « Même si vous vous êtes beaucoup avancés sur le chemin du Seigneur, il vous reste toujours à le préparer, afin que, du point où vous êtes parvenus, vous alliez toujours de l'avant » (Bx Guerric d'Igny)
Vous êtes proche, Seigneur, car l’héritage de votre Peuple a passé aux mains des Gentils, et la terre que Vous aviez promise à Abraham n’est plus aujourd’hui qu’une province de ce vaste empire qui doit précéder le Vôtre. Les oracles des Prophètes s’exécutent de jour en jour ; la prédiction de Jacob lui-même est accomplie : Le sceptre est ôté de Juda. Tout se prépare pour votre Arrivée, ô Jésus ! C’est ainsi que Vous renouvelez la face de la terre : daignez aussi renouveler mon cœur, et soutenir son courage, dans ces dernières heures qui précèdent votre Venue. Il sent le besoin de se retirer au désert, d’implorer le Baptême de la pénitence, de redresser ses voies : faites tout cela en lui, divin Sauveur, afin qu’au jour où Vous allez descendre sa joie soit pleine et parfaite :

+ Sequéntia sancti Evangélii secundum Lucam
+ Suite du Saint Évangile selon Saint Luc

Anno quintodécimo impérii Tibérii Cǽsaris, procuránte Póntio Piláto Iudǽam, tetrárcha autem Galilǽæ Heróde, Philíppo autem fratre eius tetrárcha Iturǽæ et Trachonítidis regionis, et Lysánia Abilínæ tetrárcha, sub princípibus sacerdotum Anna et Cáipha : factum est verbum Domini super Ioannem, Zacharíæ filium, in deserto. Et venit in omnem regiónem Iordánis, prǽdicans baptísmum pæniténtiæ in remissiónem peccatórum, sicut scriptum est in libro sermónum Isaíæ Prophétæ : Vox clamántis in desérto : Paráte viam Dómini : rectas fácite sémitas eius : omnis vallis implébitur : et omnis moris et collis humiliábitur : et erunt prava in dirécta, et áspera in vias planas : et vidébit omnis caro salutáre Dei.
La quinzième année du règne de Tibère César, Ponce Pilate étant gouverneur de la Judée ; Hérode, tétrarque de la Galilée ; Philippe, son frère, tétrarque de l’Iturée et du pays de la Trachonitide, et Lysanias, tétrarque de l’Abilène ; au temps des grands prêtres Anne et Caïphe, la Parole de Dieu fut sur Jean, fils de Zacharie, dans le désert. Et il vint dans toute la région du Jourdain, prêchant un baptême de repentir pour la rémission des péchés, ainsi qu’il est écrit au Livre des oracles du prophète Isaïe : « Voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le Chemin du Seigneur, aplanissez Ses sentiers. Toute vallée sera comblée, toute montagne et colline seront abaissées ; les chemins tortueux deviendront droits, et les raboteux unis. Et toute chair verra le Salut de Dieu.


OFFERTOIRE : (Zacharie 9, 9)
La fille de Sion, c'est l'Église, et toute âme que la Grâce sanctifie :
Exsúlta satis, fília Sion, prǽdica, fília Ierúsalem : ecce, Rex tuus venit tibi sanctus et Salvátor.
Danse de joie, fille de Sion. Crie ta joie, fille de Jérusalem. Voici que ton Roi vient à toi : Il est Saint et Il te sauvera.


SECRÈTE :
Sacrifíciis præséntibus, quǽsumus, Dómine, placátus inténde : ut et devotióni nostræ profíciant et salúti. Per Dóminum…
Jetez, Seigneur, un Regard apaisé sur le Sacrifice que Vous nous présentons ; qu’il nous attache à Vous et assure notre Salut. Par…


PRÉFACE DE L’AVENT :
La Préface suivante est dite pendant tout l’Avent, les Dimanches, les Féries, et les Fêtes auxquels une Préface propre n’est pas assignée, jusqu’à la Vigile de la Nativité du Seigneur incluse.
Vere dignum et iustum est, ǽquum et salutáre, nos tibi semper et ubíque grátias ágere : Dómine, sancte Pater, omnípotens ætérne Deus : per Christum Dóminum nostrum.
Il est vraiment juste et nécessaire, c’est notre devoir et c’est notre Salut, de Vous rendre Grâces toujours et partout, Seigneur, Père saint, Dieu éternel et tout-puissant, par le Christ notre Seigneur.

Quem pérdito hóminum géneri, Salvatórem miséricors et fidélis promisísti :
Lui qu’en votre Miséricorde et votre Fidélité Vous avez promis comme Sauveur au genre humain en perdition :

cuius véritas instruéret ínscios, sánctitas iustificáret ímpios, virtus adiuváret infírmos.
dont la Vérité instruirait les ignorants, dont la Sainteté justifierait les impies, dont la Force soutiendrait les faibles.

Dum ergo prope est ut véniat quem missúrus es, et dies affúlget liberatiónis nostræ, in hac promissiónum tuárum fide piis gáudiis exsultámus.
Maintenant donc qu’approche le moment où doit venir Celui que Vous allez envoyer et que luit déjà le jour de notre délivrance, confiants en vos Promesses, nous exultons de saintes joies.

Et ídeo cum Angelis et Archángelis, cum Thronis et Dominatiónibus, cumque omni milítia cæléstis exércitus, hymnum glóriæ tuæ cánimus, sine fine dicéntes :
C’est pourquoi, avec les Anges et les Archanges, avec les Trônes et les Dominations, avec la troupe entière de l’armée céleste, nous chantons une hymne à votre Gloire, redisant sans fin :


COMMUNION : (Ps 18, 6-7)
Le Soleil qui s'élance, joyeux, et illumine le monde est une Image du Christ qui vient dissiper nos ténèbres :
Exsultávit ut gigas ad curréndam viam : a summo cælo egréssio eius, et occúrsus eius usque ad summum eius.
A pas de géant, Il s’est élancé sur le chemin à parcourir ; Il se lève à une extrémité du Ciel et court jusqu’à l’autre extrémité.


POSTCOMMUNION :
Quǽsumus, Dómine, Deus noster : ut sacrosáncta mystéria, quæ pro reparatiónis nostræ munímine contulísti ; et præsens nobis remédium esse fácias et futúrum. Per Dóminum.
Nous Vous le demandons, Seigneur, notre Dieu : que ces Mystères Sacrosaints, que Vous avez donnés pour raffermir en nous votre Œuvre de Rédemption, soient le Remède qui nous sauve pour la vie présente et pour l’Éternité. Par…


Voir l’ensemble du déroulement de « l’Ordinaire de la Messe de Saint Pie V » en latin et en français avec des explications selon l’Ordo Missae de 1962 afin de mieux assister au Saint Sacrifice de la Messe