Famille-Sainte.jpg

« Sainte Messe de la Sainte Famille » du Dimanche 27 décembre 2020 (année « B ») :


L’esprit de la Fête de la Sainte Famille (année B) : « Le Pape Jean-Paul II disait aux familles : « C'est de cette "Effusion de l'Esprit Saint" que naît la force intérieure des familles, comme aussi la puissance capable de les unifier dans l'Amour et dans la Vérité » (Lettre aux Familles). Il rappelait ainsi que la famille est « Sainte » parce qu'elle naît du cœur de Dieu Lui-même. A la Création, à l'Annonciation, à Nazareth, au Temple, au pied de la Croix, à la Pentecôte, la Famille humaine de Jésus, expression du Projet divin, Modèle de nos familles d'ici-bas, se dessine peu à peu. Elle est un don de l'Esprit Saint et ne demeure que parce que l'Esprit L'irrigue à chaque instant. Elle traverse tant d'épreuves portée par la Miséricorde Divine. L'identité d'une famille, de nos chères familles, si fragiles, si attaquées, mais si précieuses, se mesure à la Présence divine en elle. Non pas son compte en banque, son« pédigrée », sa position sociale, ni même ses« bonnes idées ». Tout ceci est bien relatif et mondain. Esprit Saint consolateur, Protecteur et Force, enveloppez nos familles de votre Souffle vivifiant. Faites de chacune d'elles, inspirée par la Sainte Famille, une Lumière pour ce monde ».

Famille-1.jpg

Parole de Dieu pour ce Dimanche de la Sainte Famille : Les vieillards et l'enfant… « Dans le désert, un nomade très âgé contemple le ciel et entend une voix chuchoter dans son cœur : « Compte les étoiles, si tu le peux ... Telle sera ta descendance ! » Or cet homme n'a pas d'enfant et son épouse a depuis longtemps dépassé l'âge de la maternité. Promesse en l'air ? Non, Promesse céleste et divine. Un enfant va naître à ce couple de vieillards, un seul fils pour engendrer une multitude. L’Évangile aussi nous présente deux vieillards, quoiqu'ils ne soient pas mari et femme. Syméon et Anne sont en attente, non pas d'un enfant pour leur propre compte, mais de la Manifestation de Dieu. Ils représentent la patience et l'espérance du peuple élu, les descendants d'Abraham. Et le Signe qui leur est donné est celui d'un Enfant, d'un Bébé. Ses Parents sont jeunes et nul ne peut deviner que cette Naissance a un point commun avec celle d'Isaac : Elle est, à vue humaine, tout à fait impossible. C'est l'Esprit Saint qui a fécondé le sein de la Vierge Marie, et pourtant Joseph est appelé à assumer authentiquement son rôle de père. Ils viennent présenter leur Premier-Né, selon la loi, pour reconnaître que toute vie vient de Dieu. Et combien plus cet Enfant, qui est le Fils même de Dieu ! Syméon et Anne ne s'y trompent pas, leur allégresse se fait louange et bénédiction au Saint d'Israël, qui révèle son salut à la face des peuples. Nous qui sommes parfois de vieux croyants fatigués et las d'espérer, demandons la Grâce d'un regard neuf pour nous émerveiller devant cet Enfant qui nous est donné » (Christelle Javary, Théologienne à l'Institut Catholique de Paris)


Signe-de-Croix Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.


Antienne d'ouverture de la Sainte « Messe de la Sainte Famille » du Dimanche 27 décembre 2020 (année « B ») :

« Les bergers vinrent en hâte, et ils trouvèrent Marie et Joseph avec le Nouveau-Né couché dans une crèche »

Famille-Benedictines-Calvaire-Mont-des-oliviers.jpg

Prière d’Ouverture de la Sainte « Messe de la Sainte Famille » du Dimanche 27 décembre 2020 (année « B ») :

« Tu as voulu, Seigneur, que la Sainte Famille nous soit donnée en Exemple ; accorde-nous la Grâce de pratiquer, comme Elle, les vertus familiales et d'être unis par les liens de ton Amour, avant de nous retrouver pour l'éternité dans la joie de ta Maison. Par Jésus, le Christ, Notre Seigneur ». Ainsi soit-il.


Lectures de la Sainte « Messe de la Sainte Famille » du Dimanche 27 décembre 2020 (année « B ») :




Première Lecture du Livre de la Genèse (Gn 15, 1-6 ; 21, 1-3) de la Sainte « Messe de la Sainte Famille » du Dimanche 27 décembre 2020 (année « B ») :

« Ton héritier sera quelqu’un de ton sang »

« En ces jours-là, la Parole du Seigneur fut adressée à Abram dans une vision : « Ne crains pas, Abram ! Je suis un bouclier pour toi. Ta récompense sera très grande. » Abram répondit : « Mon Seigneur Dieu, que pourrais-Tu donc me donner ? Je m’en vais sans enfant, et l’héritier de ma maison, c’est Élièzer de Damas. » Abram dit encore : « Tu ne m’as pas donné de descendance, et c’est un de mes serviteurs qui sera mon héritier. » Alors cette Parole du Seigneur fut adressée à Abram : « Ce n’est pas lui qui sera ton héritier, mais quelqu’un de ton sang. » Puis Il le fit sortir et lui dit : « Regarde le ciel, et compte les étoiles, si tu le peux... » Et Il déclara : « Telle sera ta descendance ! » Abram eut foi dans le Seigneur et le Seigneur estima qu’il était juste. Le Seigneur visita Sara comme Il l’avait annoncé ; Il agit pour elle comme Il l’avait dit. Elle devint enceinte, et elle enfanta un fils pour Abraham dans sa vieillesse, à la date que Dieu avait fixée. Et Abraham donna un nom au fils que Sara lui avait enfanté : il l’appela Isaac ».

Le sens de cette Première Lecture du Livre de la Genèse (Gn 15, 1-6 ; 21, 1-3) : D'après la Bible, cet épisode se situe bien longtemps après la première Parole de Dieu à Abraham. Ce jour-là, le Seigneur lui avait promis un fils, qui serait l'ancêtre d'une très nombreuse descendance, et un pays pour l’installer. Mais rien de tout cela ne s'est encore produit. Et pourtant, Abraham continue à faire confiance, Pour cette raison, il est déclaré « juste », c'est à-dire « ajusté » au Projet de Dieu.


Psaume 104 (104 (105), 1-2, 3-4, 5-6, 8-9) de Sainte « Messe de la Sainte Famille » du Dimanche 27 décembre 2020 (année « B ») :

R/ Le Seigneur, c’est lui notre Dieu ; il s’est toujours souvenu de son alliance (cf. Ps 104, 7a.8a)

Rendez grâce au Seigneur, proclamez son Nom,
Annoncez parmi les peuples Ses hauts Faits ;
Chantez et jouez pour Lui,
Redites sans fin ses Merveilles.

Glorifiez-vous de son Nom très Saint :
Joie pour les cœurs qui cherchent Dieu !
Cherchez le Seigneur et sa Puissance,
Recherchez sans trêve sa Face.

Souvenez-vous des Merveilles qu’Il a faites,
De ses Prodiges, des Jugements qu’Il prononça,
Vous, la race d’Abraham son serviteur,
Les fils de Jacob, qu’Il a choisis.

Il s’est toujours souvenu de son Alliance,
Parole édictée pour mille générations :
Promesse faite à Abraham,
Garantie par serment à Isaac.


Deuxième Lecture de la Lettre aux Hébreux (He 11, 8.11-12.17-19) de la Sainte « Messe de la Sainte Famille » du Dimanche 27 décembre 2020 (année « B ») :

« La Foi d’Abraham, de Sara et d’Isaac »

« Frères, grâce à la Foi, Abraham obéit à l’Appel de Dieu : il partit vers un pays qu’il devait recevoir en héritage, et il partit sans savoir où il allait. Grâce à la Foi, Sara, elle aussi, malgré son âge, fut rendue capable d’être à l’origine d’une descendance parce qu’elle pensait que Dieu est fidèle à ses Promesses. C’est pourquoi, d’un seul homme, déjà marqué par la mort, a pu naître une descendance aussi nombreuse que les étoiles du ciel et que le sable au bord de la mer, une multitude innombrable. Grâce à la Foi, quand il fut soumis à l’épreuve, Abraham offrit Isaac en sacrifice. Et il offrait le fils unique, alors qu’il avait reçu les Promesses et entendu cette Parole : C’est par Isaac qu’une descendance portera ton nom. Il pensait en effet que Dieu est capable même de ressusciter les morts ; c’est pourquoi son fils lui fut rendu : il y a là une préfiguration ».


Alléluia ! Alléluia !

« À bien des reprises, Dieu, dans le passé, a parlé à nos pères par les prophètes ; à la fin, en ces jours où nous sommes, Il nous a parlé par son Fils » (cf. He 1, 1-2)

Alléluia !

Notre-Dame-des-7-Douleurs-1.png

Saint Évangile de Notre Seigneur Jésus Christ selon Saint Luc (Lc 2, 22-40) pour la Sainte « Messe de la Sainte Famille » du Dimanche 27 décembre 2020 (année « B ») :


« L’Enfant grandissait et se fortifiait, rempli de Sagesse »

« Quand fut accompli le temps prescrit par la loi de Moïse pour la purification, les parents de Jésus L’amenèrent à Jérusalem pour Le présenter au Seigneur, selon ce qui est écrit dans la Loi : Tout premier-né de sexe masculin sera consacré au Seigneur. Ils venaient aussi offrir le sacrifice prescrit par la loi du Seigneur : un couple de tourterelles ou deux petites colombes. Or, il y avait à Jérusalem un homme appelé Syméon. C’était un homme juste et religieux, qui attendait la Consolation d’Israël, et l’Esprit Saint était sur lui. Il avait reçu de l’Esprit Saint l’Annonce qu’il ne verrait pas la mort avant d’avoir vu le Christ, le Messie du Seigneur. Sous l’action de l’Esprit, Syméon vint au Temple. Au moment où les parents présentaient l’enfant Jésus pour se conformer au rite de la Loi qui Le concernait, Syméon reçut l’Enfant dans ses bras, et il bénit Dieu en disant : « Maintenant, ô Maître souverain, Tu peux laisser Ton serviteur s’en aller en Paix, selon ta Parole. Car mes yeux ont vu le Salut que Tu préparais à la face des peuples : Lumière qui se révèle aux nations et donne gloire à ton Peuple Israël. » Le père et la mère de l’Enfant s’étonnaient de ce qui était dit de Lui. Syméon Les bénit, puis il dit à Marie sa Mère : « Voici que cet Enfant provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un Signe de contradiction – et Toi, ton âme sera traversée d’un glaive – : ainsi seront dévoilées les pensées qui viennent du cœur d’un grand nombre. » Il y avait aussi une femme prophète, Anne, fille de Phanuel, de la tribu d’Aser. Elle était très avancée en âge ; après sept ans de mariage, demeurée veuve, elle était arrivée à l’âge de quatre-vingt-quatre ans. Elle ne s’éloignait pas du Temple, servant Dieu jour et nuit dans le jeûne et la prière. Survenant à cette heure même, elle proclamait les louanges de Dieu et parlait de l’Enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem. Lorsqu’ils eurent achevé tout ce que prescrivait la Loi du Seigneur, ils retournèrent en Galilée, dans leur ville de Nazareth. L’Enfant, Lui, grandissait et se fortifiait, rempli de Sagesse, et la Grâce de Dieu était sur Lui ».


Prière Universelle de la Sainte « Messe de la Sainte Famille » du Dimanche 27 décembre 2020 (année « B ») :

Ces intentions sont à adapter en fonction de l'actualité et de l'Assemblée qui célèbre.

R/ Dieu de Tendresse, souviens-Toi de nous

Pour toutes les familles qui se déchirent et pour les enfants victimes des conflits de leurs parents, nous Te prions, Seigneur, d'envoyer ton Esprit de force et de réconfort. Que les cœurs conservent le langage de l'Amour et que la Paix habite tous les couples. R/

Afin que chaque enfant qui vient au monde trouve une famille aimante, dans laquelle il pourra s'épanouir, Te rencontrer et à son tour T'aimer et aimer son prochain, nous Te prions, ô Dieu d'Amour. R/

Nous Te confions, Seigneur, toutes les familles en devenir à travers les couples qui se préparent au Mariage. Qu'ils fassent grandir en eux la foi, l'espérance et la charité. R/

Afin que les gouvernements protègent la famille et ne laissent pas le Malin porter atteinte à son intégrité et au modèle de société et d'amour qu'elle représente, nous Te prions, ô Dieu de Tendresse et d'Amour. R/

À ceux qui se confient en Toi, Seigneur, Tu as promis ton Salut. Exauce maintenant nos humbles prières. Par Jésus, le Christ, Notre Seigneur.


Prière sur les Offrandes de la Sainte « Messe de la Sainte Famille » du Dimanche 27 décembre 2020 (année « B ») :

« En T'offrant, Seigneur, le sacrifice qui nous réconcilie avec Toi, nous Te supplions humblement : à la prière de la Vierge Marie, Mère de Dieu, et à la prière de Saint Joseph, affermis nos familles dans ta Grâce et la Paix. Par Jésus, le Christ, Notre Seigneur »


Préfaces de la Sainte « Messe de la Sainte Famille » du Dimanche 27 décembre 2020 (année « B ») :

Préface de la Nativité I : Vraiment, il est juste et bon de Te rendre gloire, de T'offrir notre action de grâce, toujours et en tout lieu, à Toi, Père très Saint, Dieu Éternel et Tout-Puissant. Car la Révélation de ta Gloire s'est éclairée pour nous d'une Lumière nouvelle dans le Mystère du Verbe Incarné : maintenant, nous connaissons en Lui Dieu qui s'est rendu visible à nos yeux, et nous sommes entraînés par Lui à aimer ce qui demeure invisible. C'est pourquoi, avec les anges et tous les Saints, nous proclamons ta Gloire, en chantant (disant) d'une seule voix : ...

Préface de la Nativité II : Vraiment, il est juste et bon de Te rendre gloire, de T'offrir notre action de grâce, toujours et en tout lieu, à Toi, Père très Saint, Dieu Éternel et Tout-Puissant. Dans le Mystère de la Nativité, Celui qui par nature est invisible se rend visible à nos yeux; engendré avant le temps, Il entre dans le cours du temps. Faisant renaître en Lui la création déchue, Il restaure toute chose et remet l'homme égaré sur le chemin de ton Royaume. C'est pourquoi, avec les anges qui proclamaient ta Gloire dans le Ciel, nous voulons Te bénir en (disant) chantant : ...

Préface de la Nativité III : Vraiment, il est juste et bon de Te rendre gloire, de T'offrir notre action de grâce, toujours et en tout lieu, à Toi, Père Très Saint, Dieu Éternel et Tout-Puissant, par le Christ, Notre Seigneur. Par Lui s'accomplit en ce Jour l'échange merveilleux où nous sommes régénérés : lorsque ton Fils prend la condition de l'homme, la nature humaine en reçoit une incomparable noblesse ; Il devient tellement l'un de nous que nous devenons éternels. C'est pourquoi, avec les anges qui proclamaient ta Gloire dans les Cieux, pleins de joie, nous (disons) chantons : ...

« Sanctus, Sanctus, Sanctus Dominus Deus Sabaoth. Pleni sunt caeli et terra gloria tua. Hosanna, in excélsis. Benedictus qui venit in nomine Domini. Hosanna, in excélsis ! »

Communion-Salutaris-Hostia.jpg

Antienne de la Sainte Communion de la Sainte « Messe de la Sainte Famille » du Dimanche 27 décembre 2020 (année « B ») :

« Notre Dieu est apparu sur la terre ; Il a vécu parmi les hommes »


Voir l’Acte de Communion Spirituelle afin de permettre aux Fidèles Catholiques de Communier spirituellement face au Coronavirus dans un Jeûne Eucharistique en ce temps dit de « déconfinement face au Coronavirus » où les autorités civiles de Macron nous interdisent toujours de recevoir la Sainte Communion sur les lèvres : « Seigneur Jésus, puisque je suis empêché de Te recevoir sacramentellement » composé par Monseigneur Raymond Centène. Voir également la Prière du Cardinal Rafael Merry del Val pour une Communion Spirituelle « Ô mon Jésus, dans l’attente du bonheur de la Communion sacramentelle, je veux Te posséder en esprit » prononcée par le Pape François lors de sa Messe matinale à Sainte-Marthe le lundi 23 mars 2020.


Prière après la Sainte Communion de la Sainte « Messe de la Sainte Famille » du Dimanche 27 décembre 2020 (année « B ») :

« Toi qui nous as fortifiés par cette Communion, accorde à nos familles, Père très aimant, la Grâce d'imiter la Famille de ton Fils, et de goûter avec Elle, après les difficultés de cette vie, le Bonheur sans fin. Par Jésus, le Christ, Notre Seigneur ».


Et que Dieu Tout-Puissant vous bénisse...

Signe-de-Croix Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.


V/ Ita Missa est.
R/ Deo gratias.

V/ Allez, dans la Paix du Christ.
R/ Nous rendons Grâce à Dieu.



Vidéo de la « Sainte Messe de la Sainte Famille » du Dimanche 27 décembre 2020 (année « B ») célébrée et prêchée au Sanctuaire de Lourdes par Monsieur le Chanoine Jean-Marcel Rossini :




Vidéo de la « Sainte Messe de la Sainte Famille » du Dimanche 27 décembre 2020 (année « B ») célébrée et prêchée par Mgr Thibault Verny en l'église Saint-Germain l'Auxerrois à Paris :