Evangile-de-Notre-Seigneur-Jesus-Christ.jpg

« Sainte Messe du 24ème Dimanche du Temps Ordinaire » du 12 septembre 2021 (année « B ») :


Parole de Dieu pour ce 24ème Dimanche du Temps Ordinaire : Faire nôtre l'infamie de sa Croix « Dans le long épisode de pandémie, à quoi a servi notre foi ? La foi ne s'instrumentalise pas comme une obscure magie. La foi ne peut faire l'économie de la science, du savoir-faire et de la sagesse pour régler les problèmes sanitaires. La foi soutient générosités et solidarités. Certains la trouvent trop discrète, cette foi. Pour durer, elle ne se limite pas aux mots. Elle passe à l'action. Avoir la foi sans la mettre en œuvre, cela sert à quoi ? Les œuvres servent à montrer la foi. Devant les avis hésitants du public, Jésus révèle son parcours actif de souffrance et de rejet absolu. Lorsque Pierre Lui fait objection, Jésus persiste et signe : « Celui qui perdra sa vie à cause de moi et de l'Évangile la sauvera ». Renoncer à soi-même, c'est s'exposer à l'infamie vécue par Jésus. C'est adopter une vision de la vie qui accueille le Don de Dieu et accepte le regard négatif du monde sur les croyants que nous sommes. Le texte de l'Alléluia exprime brutalement cette décentration : « Que la Croix du Seigneur soit ma seule fierté ! Par Elle, le monde est crucifié pour moi, et moi pour le monde ». Jésus proposa ce mode de vie exigeant dans la région de Césarée-de-Philippe. Cette ville nouvelle brillait grâce aux temples des conquérants romains. La foi du peuple de Dieu semblait un pari de perdants et de survivants. C'est sur ce décor clinquant que rayonne la foi profonde des serviteurs de Dieu : Voilà le Seigneur mon Dieu, Il prend ma défense; qui donc me condamnera ? » (Père Alain Faucher)

prendre-sa-croix-et-suivre-le-Christ.jpg

L’esprit de ce 24ème Dimanche du Temps Ordinaire (année B) : Si quelqu'un veut marcher à ma suite, qu'il renonce à lui-même Aujourd'hui parler du renoncement, c'est aller à contre-courant des idéologies ambiantes. Or, tous, nous sommes appelés à renoncer : que ce soit dans l'amitié, le mariage, la vie professionnelle ou le quotidien de chaque journée. Le renoncement s'impose à nous et lorsqu'il est compris dans sa finalité, il est structurant, car il nous permet de choisir, d'avancer, de ne pas rester dans la confusion. Prenons l'Exemple de Sainte Marie de l'Incarnation, une des Mères fondatrices de la Nouvelle-France. C'est à Tours au dix-septième siècle qu'elle grandit, se marie avec Claude Martin, et se retrouve veuve à 19 ans avec un fils, puis devient chef d'entreprise alors que, depuis l'âge de 7 ans, cette jeune femme porte le désir d'une vie religieuse donnée au Christ. Finalement elle obtient d'entrer chez les Religieuses Ursulines et, à 40 ans, elle entend l'Appel du Seigneur à partir au Canada. Imaginons que Sainte Marie de l'Incarnation soit restée à Tours, veuve, avec son fils, dans l'entreprise familiale, et qu'elle n'ait pas eu le courage de renoncer à sa famille, à sa patrie, à ses sécurités ... L'homme (ou la femme) en croyant se perdre, se trouve et se libère en abondance. Il quitte les terres connues de ses projets, ambitions et illusions, et va vers des espaces nouveaux, certes dérangeants voire déstabilisants ou insécurisants, mais en fin de compte, il laisse la main, c'est-à-dire il devient le prolongement de Celui qui est sa fécondité, sa vie et son accomplissement. Car l'enjeu du renoncement n'est pas le renoncement pour lui-même, sa finalité est notre vocation et notre humanisation, notre devenir et notre sanctification. Le renoncement n'a de sens, dans une perspective chrétienne, que s'il est finalisé par le don. Pour Maître Eckhart, il s'agit de renoncer et de se détacher pour faire place à Dieu car « Il s'est fait homme pour que l'homme soit fait Dieu ». Il explique qu'il faut donc laisser ce qui est de nous, et nous tourner tout entier vers ce qui est de Dieu. Il ne s'agit pas d'être parfaits, mais d'être lucides, de faire la distinction entre ce qui est de Dieu et ce qui est du moi. C'est l'invitation à vivre un désencombrement qui permet d'être libres pour Dieu et prêts à répondre au Souffle de l'Esprit. Alors vie spirituelle peut devenir une aventure personnelle, qui dépend de Dieu, mais aussi de notre liberté. Par conséquent, il enseigne et insiste que ce qu'il faut posséder avant tout, c'est un esprit libre, c'est-à-dire être décidé à laisser la place à Dieu, sans concurrence. Il faut donc s'entraîner à Le « laisser être grand en nous et à Lui exposer nos misères ». Tout le renoncement selon Eckhart est là. C'est dans un Cœur-à-cœur au-delà des perceptions intellectuelles, des sentiments et des désirs, qu'il est possible d'appartenir mystérieusement à Dieu. Pour cela, il faut un entraînement et donc prendre des solides et bonnes habitudes. Il s'agira de s'examiner pour discerner et choisir : quel désir profond est le plus important ? Alors disparaîtront les mensonges, les marchandages, et cette recherche perpétuelle de ce qui est bon pour nous-mêmes. Il nous faut laisser les raisonnements et les projets. Car pour Eckhart : « Dieu ne regarde pas les œuvres en soi, mais uniquement ce qu'il y a d'amour. » Et que personne ne prenne peur, explique-t-il, car « il n'y a rien de plus joyeux pour l'âme qui possède la Grâce de Dieu, que de laisser toutes choses » (Sœur Catherine Aubin)


Signe-de-Croix Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.


Antienne d'ouverture de la Sainte « Messe du 24ème Dimanche du Temps Ordinaire » 12 septembre 2021 (année « B ») :

« Donne la Paix, Seigneur, à ceux qui T'espèrent : ne fais pas mentir les paroles de Tes prophètes ; exauce la prière de Ton peuple »


Prière d'ouverture de la Sainte « Messe du 24ème Dimanche du Temps Ordinaire » 12 septembre 2021 (année « B ») :

« Dieu créateur et Maître de toutes choses, regarde nous, et pour que nous ressentions l'effet de ton Amour, accorde-nous de Te servir avec un cœur sans partage. Par Jésus-Christ, ton Fils, notre Seigneur et notre Dieu qui vit et règne avec Toi dans l'unité du Saint-Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles »


Lectures de la Sainte « Messe du 24ème Dimanche du Temps Ordinaire » 12 septembre 2021 (année « B ») :


Première Lecture du Livre du Prophète Isaïe (Is 50, 5-9a) de la Sainte « Messe du 24ème Dimanche du Temps Ordinaire » 12 septembre 2021 (année « B ») :

« J’ai présenté mon dos à ceux qui me frappaient »

« Le Seigneur mon Dieu m’a ouvert l’oreille, et moi, je ne me suis pas révolté, je ne me suis pas dérobé. J’ai présenté mon dos à ceux qui me frappaient, et mes joues à ceux qui m’arrachaient la barbe. Je n’ai pas caché ma face devant les outrages et les crachats. Le Seigneur mon Dieu vient à mon secours ; c’est pourquoi je ne suis pas atteint par les outrages, c’est pourquoi j’ai rendu ma face dure comme pierre : je sais que je ne serai pas confondu. Il est proche, Celui qui me justifie. Quelqu’un veut-il plaider contre moi ? Comparaissons ensemble ! Quelqu’un veut-il m’attaquer en justice ? Qu’il s’avance vers moi ! Voilà le Seigneur mon Dieu, Il prend ma défense ; qui donc me condamnera ? »

Le sens de cette Première Lecture du Livre du Prophète Isaïe (Is 50, 5-9a) : En composant ce texte pendant l'Exil à Babylone, au VIème siècle avant Notre Seigneur Jésus-Christ ; Isaïe donnait un sens à la souffrance des exilés en rappelant à cette communauté sa mission de serviteur. Il fallait tenir à tout prix le cap de la fidélité pour collaborer au projet de Salut de Dieu. Dans la persécution, le serviteur trouvera sa force dans la Parole de Dieu : pour cela, il faut s'armer de résolution et de courage : c'est ce que le prophète appelle « rendre sa face dure comme pierre ».


Psaume 114 (Ps 114 (116 A), 1-2, 3-4, 5-6, 8-9) de la Sainte « Messe du 24ème Dimanche du Temps Ordinaire » 12 septembre 2021 (année « B ») :

R/ Je marcherai en Présence du Seigneur sur la terre des vivants (cf. Ps 114, 9)

J’aime le Seigneur :
Il entend le cri de ma prière ;
Il incline vers moi Son oreille :
Toute ma vie, je L’invoquerai.

J’étais pris dans les filets de la mort,
Retenu dans les liens de l’abîme,
J’éprouvais la tristesse et l’angoisse ;
J’ai invoqué le Nom du Seigneur :
« Seigneur, je T’en prie, délivre-moi ! »

Le Seigneur est justice et pitié,
Notre Dieu est tendresse.
Le Seigneur défend les petits :
J’étais faible, Il m’a sauvé.

Il a sauvé mon âme de la mort,
Gardé mes yeux des larmes
Et mes pieds du faux pas.
Je marcherai en Présence du Seigneur
Sur la terre des vivants.


Deuxième Lecture de la Lettre de Saint Jacques (Jc 2, 14-18) de la Sainte « Messe du 24ème Dimanche du Temps Ordinaire » 12 septembre 2021 (année « B ») :

« La foi, si elle n’est pas mise en œuvre, est bel et bien morte »

« Mes frères, si quelqu’un prétend avoir la foi, sans la mettre en œuvre, à quoi cela sert-il ? Sa foi peut-elle le sauver ? Supposons qu’un frère ou une sœur n’ait pas de quoi s’habiller, ni de quoi manger tous les jours ; si l’un de vous leur dit : « Allez en paix ! Mettez-vous au chaud, et mangez à votre faim ! » sans leur donner le nécessaire pour vivre, à quoi cela sert-il ? Ainsi donc, la foi, si elle n’est pas mise en œuvre, est bel et bien morte. En revanche, on va dire : « Toi, tu as la foi ; moi, j’ai les œuvres. Montre-moi donc ta foi sans les œuvres ; moi, c’est par mes œuvres que je te montrerai la foi ».

Le sens de cette Deuxième Lecture de la Lettre de Saint Jacques (Jc 2, 14-18) : Quel est le plus important ? Aller à la Messe ou venir en aide aux nécessiteux ? Jésus disait : « Il ne suffit pas de me dire : Seigneur, Seigneur », Saint Jacques renchérit : « La foi, si elle n'est pas mise en œuvre, est bel et bien morte » (Jc 2, 17), Autrement dit, pratique de l'Eucharistie et service des autres sont inséparables.


Alléluia ! Alléluia !

« Que la Croix du Seigneur soit ma seule fierté ! Par Elle, le monde est crucifié pour moi, et moi pour le monde » (cf. Ga 6, 14)

Alléluia !


Saint Évangile de Notre Seigneur Jésus Christ selon Saint Marc (Mc 8, 27-35) de la Sainte « Messe du 24ème Dimanche du Temps Ordinaire » 12 septembre 2021 (année « B ») :


« Tu es le Christ… Il fallait que le Fils de l’homme souffre beaucoup »

« En ce Temps-là, Jésus s’en alla, ainsi que Ses disciples, vers les villages situés aux environs de Césarée-de-Philippe. Chemin faisant, Il interrogeait Ses disciples : « Au dire des gens, qui suis-je ? » Ils Lui répondirent : « Jean le Baptiste ; pour d’autres, Élie ; pour d’autres, un des prophètes ». Et Lui les interrogeait : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? » Pierre, prenant la parole, Lui dit : « Tu es le Christ. » Alors, Il leur défendit vivement de parler de Lui à personne. Il commença à leur enseigner qu’il fallait que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’Il soit rejeté par les anciens, les grands prêtres et les scribes, qu’Il soit tué, et que, trois jours après, Il ressuscite. Jésus disait cette Parole ouvertement. Pierre, Le prenant à part, se mit à Lui faire de vifs reproches. Mais Jésus se retourna et, voyant Ses disciples, Il interpella vivement Pierre : « Passe derrière moi, Satan ! Tes pensées ne sont pas Celles de Dieu, mais celles des hommes. » Appelant la foule avec Ses disciples, Il leur dit : « Si quelqu’un veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive. Car celui qui veut sauver sa vie la perdra ; mais celui qui perdra sa vie à cause de moi et de l’Évangile la sauvera ».


Credo


Prière Universelle de la Sainte « Messe du 24ème Dimanche du Temps Ordinaire » 12 septembre 2021 (année « B ») :

R/ Dans ta Miséricorde, Seigneur écoute-nous.

Afin que les Fidèles rassemblés chaque Dimanche au Nom de Jésus se posent sans cesse la question de qui est Jésus pour eux, prions le Seigneur. R/

Pour que chaque Catholique vive en conformité avec le Message d'Amour que Jésus nous a donné, et que nos œuvres soient conformes à notre foi, prions le Seigneur. R/

Prions notre Dieu Très Bon pour les Catholiques persécutés et martyrisés : qu'ils gardent confiance en son Amour et ne tremblent pas devant l'injustice humaine, et que, avec eux, nous n'ayons en vue que la Vie éternelle. R/

Prions le Seigneur pour les hommes et femmes d'Église, évêques, prêtres, diacres, religieux et consacrés, qui ont renoncé à beaucoup pour Le suivre, afin qu'ils conservent la force de rester fidèles à leur engagement. R/


Prière sur les Offrandes de la Sainte « Messe du 24ème Dimanche du Temps Ordinaire » 12 septembre 2021 (année « B ») :

« Sois favorable à nos prières, Seigneur, et reçois avec bonté nos offrandes : que les dons apportés par chacun à la Gloire de ton Nom servent au Salut de tous. Par Jésus, le Christ, Notre Seigneur »


Préface de la Sainte « Messe du 24ème Dimanche du Temps Ordinaire » 12 septembre 2021 (année « B ») :
Vraiment, il est juste et bon de Te rendre gloire, de T'offrir notre action de grâce, toujours et en tout lieu, à Toi, Père très Saint, Dieu Éternel et Tout-Puissant par le Christ, notre Seigneur. Dans sa Pitié pour notre misère, Il voulut naître d'une femme, la Vierge Marie. Par sa Passion et sa Croix, Il nous a délivrés de la mort éternelle ; par sa Résurrection d'entre les morts, Il nous a donné la Vie qui n'aura pas de fin. C'est pourquoi, avec les anges et tous les Saints, nous proclamons ta Gloire, en chantant (disant) d'une seule voix : ...

« Sanctus, Sanctus, Sanctus Dominus Deus Sabaoth. Pleni sunt caeli et terra gloria tua. Hosanna, in excélsis. Benedictus qui venit in nomine Domini. Hosanna, in excélsis ! »

Communion-Salutaris-Hostia.jpg

Antienne de la Sainte Communion de la Sainte « Messe du 24ème Dimanche du Temps Ordinaire » 12 septembre 2021 (année « B ») :

« Qu'Il est précieux, ton Amour, ô mon Dieu ! En Lui s'abritent les hommes »


Voir l’Acte de Communion Spirituelle afin de permettre aux Fidèles Catholiques de Communier spirituellement face au Coronavirus dans un Jeûne Eucharistique en ce Temps de dictature vaccinale « Seigneur Jésus, puisque je suis empêché de Te recevoir sacramentellement » composé par Monseigneur Raymond Centène. Voir également la Prière du Cardinal Rafael Merry del Val pour une Communion Spirituelle « Ô mon Jésus, dans l’attente du bonheur de la Communion sacramentelle, je veux Te posséder en esprit » prononcée par le Pape François lors de sa Messe matinale à Sainte-Marthe le lundi 23 mars 2020.


Prière après la Sainte Communion de la Sainte « Messe du 24ème Dimanche du Temps Ordinaire » 12 septembre 2021 (année « B ») :

« Que la Grâce de cette Communion, Seigneur, saisisse nos esprits et nos corps, afin que Son influence, et non pas notre sentiment, domine toujours en nous. Par Jésus, le Christ, Notre Seigneur »



Et que Dieu Tout-Puissant, vous bénisse...
Signe-de-Croix Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.


V/ Ita Missa est.
R/ Deo gratias.

V/ Allez, dans la Paix du Christ.
R/ Nous rendons grâce à Dieu.



Vidéo de la Sainte « Messe du 24ème Dimanche du Temps Ordinaire » 12 septembre 2021 (année « B ») célébrée et prêchée par Mgr Michel Aupetit en l'église Saint-Germain l'Auxerrois à Paris :