mariage-3.jpg

« Sainte Messe du 27ème Dimanche du Temps Ordinaire » du 3 octobre 2021 (année « B ») :


Parole de Dieu pour ce 27ème Dimanche du Temps Ordinaire : Mariage « Nombreux sont ceux qui pourraient évoquer les tempêtes d'une vie de couple. Certains les ont traversées, d'autres non. Ne jugeons jamais ceux dont la vie est marquée par les difficultés conjugales, les souffrances de la séparation et le sentiment d'échec. Sommes-nous convaincus que chacun a sa place dans le Cœur de Dieu et dans celui de l'Église ? Interrogé sur le divorce, Jésus se retrouve dans un contexte polémique. Sa Réponse n'entre pas dans la logique des légalistes juifs. Pour Jésus, la vie du couple ne relève pas d'un règlement, mais d'une relation vraie, vécue devant Dieu. La grande et magnifique vocation du Mariage Chrétien est une aventure certes exigeante mais source d'une joie profonde. « Au commencement », dit Jésus, sont les mots qui commencent la Bible. Du côté des commencements, le Mariage est une nouvelle création. Il rappelle à tous que chaque jour peut être un commencement. Vécu ainsi, le temps est un allié et non pas le péril de la routine. L'Évangile demande de choisir nos fidélités comme les chemins parfois escarpés du bonheur durable. Alors que faire pour vivre toujours le Oui d'un jour ? Le Père Denis Sonet formulait cinq vœux. Il me semble qu'ils sont valables pour tous les couples et plus largement pour tous ceux qui sont engagés dans une vie amoureuse : « Garder la faculté de s'émerveiller, savoir exprimer cet émerveillement, mettre de la fantaisie, accepter l'imperfection et ancrer son amour humain dans l'Amour divin » (Père Didier Noblot)


L’esprit de ce 27ème Dimanche du Temps Ordinaire (année B) : Un seul homme et une seule femme ? Vraiment ? Aujourd'hui nous avons le récit qui détermine les limites du Mariage Chrétien. Le mariage a toujours existé, dans toutes les civilisations, mais avec des modalités diverses. On trouve, selon les lieux et les temps : un homme avec une femme ; un homme avec plusieurs femmes ; une femme avec plusieurs hommes ; un mariage à durée limitée ; tout le monde avec tout le monde ; et dernièrement, un homme avec un homme, une femme avec une femme, une femme avec le pont de Brooklyn ou un homme avec sa voiture (j'ai oublié le modèle). Bref, le mariage n'a pas attendu le Christianisme pour exister, sous de nombreuses formes. Mais là, les rabbins veulent savoir : peut-on virer sa femme pour n'importe quel motif, ou faut-il un motif un peu crédible ? (*Oui je sais, c'est clairement une question machiste). Le problème ; c'est que la Réponse de Jésus ne va pas dans leur sens : on ne peut pas se séparer. Aïe. Celle-là, personne ne l'avait vue venir. Et d'autre part, le Mariage c'est un seul homme et une seule femme, et rien d'autre. Il y a pas mal de place, dans le Nouveau Testament, pour l'interprétation. Ne serait-ce que parce qu'il regorge de paraboles, qui disent quelque chose pour dire autre chose. Mais là, la Réponse est claire comme de l'eau de roche. Le Mariage est une réalité voulue par Dieu, qui unit un seul homme et une seule femme, et c'est tout. Il ajoutera, lors de la discussion avec les sadducéens, qu'à la Résurrection on ne prend ni mari ni femme, mais qu'on est comme des anges dans le Ciel. C'est la raison pour laquelle on ajoutera aux conditions du Mariage : jusqu'à ce que la mort vous sépare. C'est l'occasion de se souvenir que, chronologiquement parlant, le Premier Commandement de Dieu à l'homme et la femme tout juste créés est : soyez féconds. Saint Paul développera largement que l'union de l'homme et de la femme est à l'image de l'Union du Christ et de l'Église, et on pourrait dire, dans une moindre mesure, l'analogue de la Trinité que l'on peut aussi nommer « Dieu est Amour », Bref, l'union de l'homme et de la femme, destinée à multiplier l'espèce humaine, est le Dessein le plus ancien et le plus évident de Dieu sur l'humanité et, dans une certaine mesure non exclusive, ce qui justifie que l'on dise qu'Il nous a créés à son Image. Et Jésus en fixe à nouveau clairement le cadre, s'il nous avait échappé à la lecture du Livre de la Genèse. Il est important de savoir pourquoi on fait les choses, si on veut être en mesure de les accepter. Le Mariage Chrétien ne répond pas juste à des critères psychologiques, physiologiques, culturels, anthropologiques ou que sais-je encore. Si le Mariage Chrétien consiste en l'union inséparable d'un seul homme avec une seule femme jusqu'à ce que la mort les sépare, c'est parce que c'est la Définition que Jésus Christ en a donné. Et il se trouve que, si personne n'est obligé d'être Chrétien, en revanche, quand on L'est, on s'efforce de mettre en pratique Ses enseignements, parce qu'on considère qu'Il ne peut ni se tromper ni nous tromper, étant à la fois vrai homme et vrai Dieu. Sans vouloir tomber dans un piétisme qui affirmerait que même quand on ne comprend rien on doit obéir, il faut tout de même reconnaître, dans ce cas particulier, que, quels que soient nos arguments sur le sujet, l'affaire est close depuis que le Christ nous a dit ce qu'était le Mariage. Jésus est venu parmi nous pour nous rappeler le Plan de Dieu dans notre vie. Qu'Il nous donne la force de suivre Ses enseignements, en respectant même Ceux qui ne nous sont pas nécessairement favorables » (Père Fabrice Chatelain)


Signe-de-Croix Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.


Antienne d'ouverture de la Sainte « Messe du 27ème Dimanche du Temps Ordinaire » 3 octobre 2021 (année « B ») :

« Tout dépend de ta Volonté, Seigneur, et rien ne peut Lui résister : c'est Toi qui as fait le Ciel et la terre et les merveilles qu'ils contiennent. Tu es le Maître de l'univers »


Prière d'ouverture de la Sainte « Messe du 27ème Dimanche du Temps Ordinaire » 3 octobre 2021 (année « B ») :

« Dans ton Amour inépuisable, Dieu Éternel et Tout-Puissant, Tu combles ceux qui T'implorent, bien au-delà de leurs mérites et de leurs désirs ; répands sur nous ta Miséricorde en délivrant notre conscience de ce qui l'inquiète et en donnant plus que nous n'osons demander. Par Jésus-Christ, ton Fils, notre Seigneur et notre Dieu qui vit et règne avec Toi dans l'unité du Saint-Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles »


Lectures de la Sainte « Messe du 27ème Dimanche du Temps Ordinaire » 3 octobre 2021 (année « B ») :


Première Lecture du Livre de la Genèse (Gn 2, 18-24) de la Sainte « Messe du 27ème Dimanche du Temps Ordinaire » 3 octobre 2021 (année « B ») :

« Tous deux ne feront plus qu’un »

« Le Seigneur Dieu dit : « Il n’est pas bon que l’homme soit seul. Je vais lui faire une aide qui lui correspondra. » Avec de la terre, le Seigneur Dieu modela toutes les bêtes des champs et tous les oiseaux du ciel, et Il les amena vers l’homme pour voir quels noms il leur donnerait. C’étaient des êtres vivants, et l’homme donna un nom à chacun. L’homme donna donc leurs noms à tous les animaux, aux oiseaux du ciel et à toutes les bêtes des champs. Mais il ne trouva aucune aide qui lui corresponde. Alors le Seigneur Dieu fit tomber sur lui un sommeil mystérieux, et l’homme s’endormit. Le Seigneur Dieu prit une de ses côtes, puis Il referma la chair à sa place. Avec la côte qu’Il avait prise à l’homme, Il façonna une femme et Il l’amena vers l’homme. L’homme dit alors : « Cette fois-ci, voilà l’os de mes os et la chair de ma chair ! On l’appellera femme – Ishsha –, elle qui fut tirée de l’homme – Ish. » À cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux ne feront plus qu’un »

Le sens de cette Première Lecture du Livre de la Genèse (Gn 2, 18-24) : Le théologien du Livre de la Genèse cherche à dire le Projet de Dieu sur l'humanité. Il a trois convictions : premièrement, Dieu veut notre bonheur ; deuxièmement, hommes et femmes sont égaux : en hébreu, ils portent exactement le même nom, l'un au masculin, l'autre au féminin ; troisièmement, la sexualité est chose belle et bonne, puisqu'elle fait partie du Projet de Dieu.


Psaume 127 (Ps 127 (128), 1-2, 3, 4-6) de la Sainte « Messe du 27ème Dimanche du Temps Ordinaire » 3 octobre 2021 (année « B ») :

R/ Que le Seigneur nous bénisse tous les jours de notre vie ! (cf. Ps 127, 5ac)

Heureux qui craint le Seigneur
Et marche selon Ses voies !
Tu te nourriras du travail de tes mains :
Heureux es-tu ! À toi, le bonheur !

Ta femme sera dans ta maison
Comme une vigne généreuse,
Et tes fils, autour de la table,
Comme des plants d’olivier.

Voilà comment sera béni
L’homme qui craint le Seigneur.
De Sion, que le Seigneur te bénisse !
Tu verras le bonheur de Jérusalem tous les jours de ta vie,
Et tu verras les fils de tes fils. Paix sur Israël.


Deuxième Lecture de la Lettre aux Hébreux (He 2, 9-11) de la Sainte « Messe du 27ème Dimanche du Temps Ordinaire » 3 octobre 2021 (année « B ») :

« Celui qui sanctifie et ceux qui sont sanctifiés doivent tous avoir même origine »

« Frères, Jésus, qui a été abaissé un peu au-dessous des anges, nous Le voyons couronné de gloire et d’honneur à cause de sa Passion et de sa Mort. Si donc Il a fait l’expérience de la mort, c’est, par Grâce de Dieu, au profit de tous. Celui pour qui et par qui tout existe voulait conduire une multitude de fils jusqu’à la Gloire ; c’est pourquoi il convenait qu’Il mène à sa perfection, par des souffrances, Celui qui est à l’origine de leur Salut. Car Celui qui sanctifie et ceux qui sont sanctifiés doivent tous avoir même origine ; pour cette raison, Jésus n’a pas honte de les appeler ses Frères ».

Le sens de cette Deuxième Lecture de la Lettre aux Hébreux (He 2, 9-11) : En créant l'humanité, Dieu entrevoyait pour elle un bonheur sans fin de gloire et d'honneur, comme le dit le Psaume 8. En venant partager notre condition humaine, Jésus a permis à ce Projet de s'accomplir. Car Il a vécu toute Sa vie, et jusqu'à la Passion et la Croix, comme un long dialogue d'Amour avec son Père. NB. : Le mot « perfection » employé ici en grec et qui signifie littéralement « accomplissement » désignait la Consécration Sacerdotale du Grand Prêtre.


Alléluia ! Alléluia !

« Si nous nous aimons les uns les autres, Dieu demeure en nous ; en nous, son Amour atteint la perfection » (cf. 1 Jn 4, 12)

Alléluia !

divorce-separation-enfants.jpg

Saint Évangile de Notre Seigneur Jésus Christ selon Saint Marc (Mc 10, 2-16) de la Sainte « Messe du 27ème Dimanche du Temps Ordinaire » 3 octobre 2021 (année « B ») :


« Ce que Dieu a uni, que l’homme ne Le sépare pas ! »

« En ce Temps-là, des pharisiens abordèrent Jésus et, pour Le mettre à l’épreuve, ils Lui demandaient : « Est-il permis à un mari de renvoyer sa femme ? » Jésus leur répondit : « Que vous a prescrit Moïse ? » Ils Lui dirent : « Moïse a permis de renvoyer sa femme à condition d’établir un acte de répudiation. » Jésus répliqua : « C’est en raison de la dureté de vos cœurs qu’il a formulé pour vous cette règle. Mais, au Commencement de la Création, Dieu les fit homme et femme. À cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux deviendront une seule chair. Ainsi, ils ne sont plus deux, mais une seule chair. Donc, ce que Dieu a uni, que l’homme ne Le sépare pas ! » De retour à la maison, les disciples L’interrogeaient de nouveau sur cette question. Il leur déclara : « Celui qui renvoie sa femme et en épouse une autre devient adultère envers elle. Si une femme qui a renvoyé son mari en épouse un autre, elle devient adultère. » Des gens présentaient à Jésus des enfants pour qu’Il pose la main sur eux ; mais les disciples les écartèrent vivement. Voyant cela, Jésus se fâcha et leur dit : « Laissez les enfants venir à moi, ne les empêchez pas, car le Royaume de Dieu est à ceux qui leur ressemblent. Amen, je vous le dis : celui qui n’accueille pas le Royaume de Dieu à la manière d’un enfant n’y entrera pas. » Il les embrassait et les bénissait en leur imposant les mains ».


Credo


Prière Universelle de la Sainte « Messe du 27ème Dimanche du Temps Ordinaire » 3 octobre 2021 (année « B ») :

R/ Seigneur écoute-nous, Seigneur exauce-nous.

« L'homme et la femme ne feront plus qu'un » ! Afin que la Puissance du Sacrement de Mariage puisse s'exprimer dans tout ce qu'entreprennent les couples de Baptisés, prions le Seigneur. R/

« Afin que les couples, dont l'engagement est marqué dans la chair des enfants qu'ils ont accueillis, soient solides dans leur amour fondé sur le Roc de la Parole de Dieu et soient fidèles et féconds, prions le Seigneur. R/

Pour que les enfants victimes de la séparation de leurs parents ainsi que les personnes abandonnées par leur conjoint trouvent refuge (cf. CNDA) dans l'Église Corps du Christ, prions le Seigneur. R/

Pour que la Dévotion Mariale s'accroisse à travers une pratique plus assidue du Rosaire ou du Chapelet, afin de nous rapprocher toujours plus de Celui que Marie a porté, prions le Père Tout Aimant. R/


Prière sur les Offrandes de la Sainte « Messe du 27ème Dimanche du Temps Ordinaire » 3 octobre 2021 (année « B ») :

« Accepte, Seigneur, le Sacrifice que Tu nous as donné : dans les Mystères que nous célébrons pour Te rendre grâce, sanctifie les hommes que Tu as sauvés par ton Fils. Lui qui règne avec toi pour les siècles des siècles »


Préface de la Sainte « Messe du 27ème Dimanche du Temps Ordinaire » 3 octobre 2021 (année « B ») :
Vraiment, il est juste et bon de Te rendre gloire, de T'offrir notre action de grâce, toujours et en tout lieu, à Toi, Père très Saint, Dieu Éternel et Tout-Puissant par le Christ, notre Seigneur. Dans sa Pitié pour notre misère, Il voulut naître d'une femme, la Vierge Marie. Par sa Passion et sa Croix, Il nous a délivrés de la mort éternelle ; par sa Résurrection d'entre les morts, Il nous a donné la Vie qui n'aura pas de fin. C'est pourquoi, avec les anges et tous les Saints, nous proclamons ta Gloire, en chantant (disant) d'une seule voix : ...

« Sanctus, Sanctus, Sanctus Dominus Deus Sabaoth. Pleni sunt caeli et terra gloria tua. Hosanna, in excélsis. Benedictus qui venit in nomine Domini. Hosanna, in excélsis ! »

Communion-Salutaris-Hostia.jpg

Antienne de la Sainte Communion de la Sainte « Messe du 27ème Dimanche du Temps Ordinaire » 3 octobre 2021 (année « B ») :

« Le Seigneur est Bon pour ceux qui se tournent vers Lui, pour ceux qui Le recherchent »


Voir l’Acte de Communion Spirituelle afin de permettre aux Fidèles Catholiques de Communier spirituellement face au Coronavirus dans un Jeûne Eucharistique en ce Temps de dictature vaccinale « Seigneur Jésus, puisque je suis empêché de Te recevoir sacramentellement » composé par Monseigneur Raymond Centène. Voir également la Prière du Cardinal Rafael Merry del Val pour une Communion Spirituelle « Ô mon Jésus, dans l’attente du bonheur de la Communion sacramentelle, je veux Te posséder en esprit » prononcée par le Pape François lors de sa Messe matinale à Sainte-Marthe le lundi 23 mars 2020.


Prière après la Sainte Communion de la Sainte « Messe du 27ème Dimanche du Temps Ordinaire » 3 octobre 2021 (année « B ») :

« Accorde-nous, Seigneur notre Dieu, de trouver dans cette Communion notre force et notre joie ; afin que nous puissions devenir Ce que nous avons reçu : le Corps du Christ. Lui qui règne avec Toi pour les siècles des siècles »



Et que Dieu Tout-Puissant, vous bénisse...
Signe-de-Croix Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.


V/ Ita Missa est.
R/ Deo gratias.

V/ Allez, dans la Paix du Christ.
R/ Nous rendons grâce à Dieu.



Vidéo de la Sainte « Messe du 27ème Dimanche du Temps Ordinaire » 3 octobre 2021 (année « B ») célébrée et prêchée par Mgr Michel Aupetit en l'église Saint-Germain l'Auxerrois à Paris :