Parole-de-Notre-Seigneur-Jesus-Christ.jpg

« Sainte Messe du 5ème Dimanche du Temps Ordinaire » du 7 février 2021 (année « B ») :


L’esprit du 5ème Dimanche du Temps Ordinaire (année B) : Naître, renaître et se laisser engendrer « Quel est le grand problème de notre vie : exister ou survivre ? On parle du mal de vivre, ne devrions-nous pas dire plutôt le mal de naître ? La véritable naissance d'Abraham commence par son appel : « Quitte ton pays, pars et va » (Gn 12, 1). Dans la traduction hébraïque, on lit : « Va ! Va ! Pour toi, de ta terre et de ton enfantement ». Comme si la véritable naissance ne se situait pas en sortant de nous-mêmes, mais en rentrant dans le fond de notre être. Abraham fonde sa « naissance » nouvelle sur la Bénédiction du Créateur qui ne peut se réaliser que dans la séparation et le renoncement. C'est pourquoi quitter sa programmation sociologique, culturelle, voire institutionnelle est vital pour devenir comme Abraham « Bénédiction » et donc abondance de vie pour entrer dans sa paternité spirituelle unique. Zachée, cet homme exclu et méprisé par les siens du fait de son métier, cherche. Il est à l'affût d'un regard, d'une parole et d'une rencontre. Sans honte ou peur du ridicule, il monte dans un arbre. Ce geste traduit l'intensité de son désir. Et lui, qui pensait voir, est vu, regardé et accueilli par Jésus. Et ce Regard le rejoint, le touche et le fait descendre de toutes ses certitudes et ses angoisses. Il est prêt pour se laisser aimer et visiter. Rien ne sera dit de l'échange entre Jésus et Zachée. Il se retrouve fils bien-aimé ; le Sauveur lui fait percevoir sa filiation divine. Et ce faisant, Zachée devient un autre homme, il renaît à ce qu'il est réellement : un fils de Lumière. Nicodème, le « sachant », recherche lui aussi, car il ne comprend pas les Paroles de Jésus : « Comment un homme pourrait-il naître s'il est vieux ? Pourrait-il entrer une seconde fois dans le sein de sa mère et naître ?» (Jn 3, 4). Pour le Christ, un des plus grands défis de la vie, ce n'est pas de vivre, c'est de naître constamment au Royaume de Dieu. Or, cet Engendrement vient de l'Esprit et ne se comprend par l'entendement. Car Il demande l'élan de l'accueil et la non-résistance à la Grâce, à l'Inédit et à l'Inouï de Dieu (inouï au sens de ce qui n'a pas été encore entendu ni écouté). Alors que Nicodème est comme retenu par son savoir et sa culture, le Christ lui demande de se jeter et de plonger dans le fleuve d'eau vive. Il lui demande de « naître d'en haut » et c'est l'Œuvre de l'Esprit Saint. L'Esprit Saint nous engendre constamment. C'est ainsi que s'accomplit la Naissance de Dieu dans l'âme. Car cette Naissance demande une entière réceptivité. Dieu y engendre sa Parole. L'âme La reçoit et La transmet soit par un désir ou une bonne intention, soit par un acte de charité ou une action de grâces. « Nous sommes alors engendrés dans le Fils et nés à partir de Lui », expliquait Maître Eckart à ses auditeurs, et il ajoutait : « Bienheureux celui qui est sans cesse engendré par Dieu... car à chacune de tes bonnes œuvres et pensées, Dieu t'engendre sans cesse dans le Sauveur ». (Sœur Catherine Aubin)


Parole de Dieu pour ce 5ème Dimanche du Temps Ordinaire : Raconter pour vivre… « Le début du Ministère public de Jésus nous est raconté par l'évangéliste Marc comme une sorte de sommaire de son Activité quotidienne. Tout passe très vite, pas le temps de se reposer ! Jésus passe d'un malade à un possédé, d'une rencontre à une autre : l'urgence de l'annonce de l'Évangile ne saurait attendre, c'est « pour cela » qu'Il est sorti ! Devant l'ampleur de la tâche d'une seule journée de Jésus, Saint Marc ne donne que peu de détails, mais il dit pourtant l'essentiel de la Bonne Nouvelle : c'est « pour cela » qu'il raconte ! Au cœur de la vie de tout homme, il y a le récit ; au cœur de la Bible, il y a le récit. Au cœur de la Révélation divine prend corps une Histoire sainte qui doit être racontée : l'Histoire de Dieu avec son Peuple. Si la Puissance de l'Évangile passe dans les Actes sauveurs que le Christ pose auprès de Ses contemporains, Elle ne cesse de nous être transmise dans le récit évangélique reçu dans la vie de l'Église. Le récit des Paroles et Actes du Christ, intrinsèquement liés ensemble, actualise encore pour nous l'Œuvre de Salut entreprise par Jésus dans notre histoire. En avons-nous réellement conscience, alors que nous sommes souvent prompts à nous laisser bercer par ces « histoires » et nous laisser entraîner vers une torpeur dont l'homélie achèvera l'œuvre d'endormissement ? Laissons-nous réveiller et surprendre par la Puissance de ce récit afin que nos vies resplendissent du Salut que Dieu nous communique » (Père Sylvain Brison)


Signe-de-Croix Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.


Antienne d'ouverture de la Sainte « Messe du 5ème Dimanche du Temps Ordinaire » du 7 février 2021 (année « B ») :

« Venez, inclinez-vous, prosternez-vous ; adorons le Seigneur qui nous a faits ; oui, Il est notre Dieu »


Prière d’Ouverture de la Sainte « Messe du 5ème Dimanche du Temps Ordinaire » du 7 février 2021 (année « B ») :

« Dans ton Amour inlassable, Seigneur, veille sur Ta famille ; et puisque ta Grâce est notre unique espoir, garde-nous sous Ta constante Protection. Par Jésus, le Christ, Notre Seigneur ». Ainsi soit-il.


Lectures de la Sainte « Messe du 5ème Dimanche du Temps Ordinaire » du 7 février 2021 (année « B ») :




Première Lecture du Livre de Job (Jb 7, 1-4.6-7) de la Sainte « Messe du 5ème Dimanche du Temps Ordinaire » du 7 février 2021 (année « B ») :

« Je ne compte que des nuits de souffrance »

Job prit la parole et dit : « Vraiment, la vie de l’homme sur la terre est une corvée, il fait des journées de manœuvre. Comme l’esclave qui désire un peu d’ombre, comme le manœuvre qui attend sa paye, depuis des mois je n’ai en partage que le néant, je ne compte que des nuits de souffrance. À peine couché, je me dis : « Quand pourrai-je me lever ? » Le soir n’en finit pas : je suis envahi de cauchemars jusqu’à l’aube. Mes jours sont plus rapides que la navette du tisserand, ils s’achèvent faute de fil. Souviens-toi, Seigneur : ma vie n’est qu’un souffle, mes yeux ne verront plus le bonheur.

Le sens de cette Première Lecture du Livre de Job (Jb 7, 1-4.6-7) Le Livre de Job affronte la question la plus terrible de nos vies, celle de la souffrance. Et beaucoup d'entre nous se reconnaîtront dans les plaintes du personnage ; car l'une des grandes qualités de ce Livre est la vérité, l'actualité des sentiments exprimés par Job. Une autre est de donner la parole aux malheureux et de les autoriser à se plaindre : l'Esprit Saint Lui-même, Inspirateur de la Bible tout entière, nous incite à exprimer ce que nous ressentons. « C'est vers Dieu que pleurent mes yeux », dit Job lui-même.



Psaume 146 (Ps 146 (147a), 1.3, 4-5, 6-7) de la Sainte « Messe du 5ème Dimanche du Temps Ordinaire » du 7 février 2021 (année « B ») :

R/ Bénissons le Seigneur qui guérit nos blessures ! (cf. Ps 146, 3)

Il est bon de fêter notre Dieu,
Il est beau de chanter sa louange :
Il guérit les cœurs brisés
Et soigne leurs blessures.

Il compte le nombre des étoiles,
Il donne à chacune un nom ;
Il est Grand, Il est Fort, notre Maître :
Nul n’a mesuré son Intelligence.

Le Seigneur élève les humbles
Et rabaisse jusqu’à terre les impies.
Entonnez pour le Seigneur l’action de grâce,
Jouez pour notre Dieu sur la cithare !


Deuxième Lecture de la Première Lettre de Saint Paul Apôtre aux Corinthiens (1 Co 9, 16-19.22-23) de la Sainte « Messe du 5ème Dimanche du Temps Ordinaire » du 7 février 2021 (année « B ») :

« Malheur à moi si je n’annonçais pas l’Évangile ! »

« Frères, annoncer l’Évangile, ce n’est pas là pour moi un motif de fierté, c’est une nécessité qui s’impose à moi. Malheur à moi si je n’annonçais pas l’Évangile ! Certes, si je le fais de moi-même, je mérite une récompense. Mais je ne le fais pas de moi-même, c’est une mission qui m’est confiée. Alors quel est mon mérite ? C’est d’annoncer l’Évangile sans rechercher aucun avantage matériel, et sans faire valoir mes droits de prédicateur de l’Évangile. Oui, libre à l’égard de tous, je me suis fait l’esclave de tous afin d’en gagner le plus grand nombre possible. Avec les faibles, j’ai été faible, pour gagner les faibles. Je me suis fait tout à tous pour en sauver à tout prix quelques-uns. Et tout cela, je le fais à cause de l’Évangile, pour y avoir part, moi aussi ».


Alléluia ! Alléluia !

« Le Christ a pris nos souffrances, Il a porté nos maladies » (cf. Mt 8, 17)

Alléluia !


Saint Évangile de Notre Seigneur Jésus Christ selon Saint Marc (Mc 1, 29-39) pour la Sainte « Messe du 5ème Dimanche du Temps Ordinaire » du 7 février 2021 (année « B ») :


« Il guérit beaucoup de gens atteints de toutes sortes de maladies »

« En ce Temps-là, aussitôt sortis de la synagogue de Capharnaüm, Jésus et Ses disciples allèrent, avec Jacques et Jean, dans la maison de Simon et d’André. Or, la belle-mère de Simon était au lit, elle avait de la fièvre. Aussitôt, on parla à Jésus de la malade. Jésus s’approcha, la saisit par la main et la fit lever. La fièvre la quitta, et elle les servait. Le soir venu, après le coucher du soleil, on Lui amenait tous ceux qui étaient atteints d’un mal ou possédés par des démons. La ville entière se pressait à la porte. Il guérit beaucoup de gens atteints de toutes sortes de maladies, et Il expulsa beaucoup de démons ; Il empêchait les démons de parler, parce qu’ils savaient, eux, qui Il était. Le lendemain, Jésus se leva, bien avant l’aube. Il sortit et se rendit dans un endroit désert, et là Il priait. Simon et ceux qui étaient avec Lui partirent à sa recherche. Ils Le trouvent et Lui disent : « Tout le monde Te cherche ». Jésus leur dit : « Allons ailleurs, dans les villages voisins, afin que là aussi je proclame l’Évangile ; car c’est pour cela que je suis sorti ». Et Il parcourut toute la Galilée, proclamant l’Évangile dans leurs synagogues, et expulsant les démons ».


Prière Universelle de la Sainte « Messe du 5ème Dimanche du Temps Ordinaire » du 7 février 2021 (année « B ») :

Ces intentions sont à adapter en fonction de l'actualité et de l'Assemblée qui célèbre.

R/ Seigneur entends la prière qui monte de nos cœurs

Avec la Présentation de Jésus au Temple le 2 février dernier, nous avons fêté la Journée Mondiale de la Vie Consacrée. Nous Te prions, Seigneur, pour que les cœurs s'ouvrent à tes Appels pour les vocations masculines et féminines de Consacrés et de Religieux qui commencent à manquer sérieusement à notre monde. R/

Au cœur de l'hiver, nous Te prions, Seigneur, pour que les hommes et femmes de notre temps soient généreux envers ceux qui manquent de tout : affection, écoute, attention, sans oublier les manques matériels. R/

Avec Notre-Dame de Lourdes jeudi prochain, nous aurons une prière particulièrement tournée vers les malades et les personnels soignants, particulièrement éprouvés ces mois derniers. Seigneur, viens soutenir et réconforter ceux qui ont choisi ce métier-vocation, et viens adoucir les souffrances et difficultés de ceux qui ont été atteints dans leur chair. R/

Nous Te prions, Seigneur, afin que l'attention des gouvernants soit attirée par les manques de moyens des professions de la santé ainsi que par le respect de la vie depuis son premier commencement jusqu'à sa toute fin. R/

À ceux qui se confient en Toi, Seigneur, Tu as promis ton Salut. Exauce maintenant nos humbles prières. Par Jésus, le Christ, Notre Seigneur.


Prière sur les Offrandes de la Sainte « Messe du 5ème Dimanche du Temps Ordinaire » du 7 février 2021 (année « B ») :

« Seigneur notre Dieu, Tu as voulu choisir dans ta Création le pain et le vin qui refont chaque jour nos forces : fais qu'ils deviennent aussi pour nous le Sacrement de la Vie Éternelle. Par Jésus, le Christ, Notre Seigneur »


Préface de la Sainte « Messe du 5ème Dimanche du Temps Ordinaire » du 7 février 2021 (année « B ») :

Vraiment, il est juste et bon de Te rendre gloire, de T'offrir notre action de grâce, toujours et en tout lieu, à Toi, Père très Saint, Dieu Éternel et Tout-Puissant, par le Christ, notre Seigneur. Dans le Mystère de sa Pâque, Il a fait une Œuvre merveilleuse, car nous étions esclaves de la mort et du péché, et nous sommes appelés à partager sa Gloire ; nous portons désormais ces noms glorieux : Nation Sainte, Peuple racheté, Race choisie, Sacerdoce Royal ; nous pouvons annoncer au monde les merveilles que Tu as accomplies, Toi qui nous fais passer des ténèbres à Ton admirable Lumière. C'est pourquoi, avec les anges et tous les Saints, nous proclamons ta Gloire, en chantant (disant) d'une seule voix : ...

« Sanctus, Sanctus, Sanctus Dominus Deus Sabaoth. Pleni sunt caeli et terra gloria tua. Hosanna, in excélsis. Benedictus qui venit in nomine Domini. Hosanna, in excélsis ! »

Communion-Salutaris-Hostia.jpg

Antienne de la Sainte Communion de la Sainte « Messe du 5ème Dimanche du Temps Ordinaire » du 7 février 2021 (année « B ») :

« Proclamons l'Amour du Seigneur, ses Merveilles pour les hommes : Il a rassasié ceux qui avaient faim, et désaltéré ceux qui avaient soif »


Voir l’Acte de Communion Spirituelle afin de permettre aux Fidèles Catholiques de Communier spirituellement face au Coronavirus dans un Jeûne Eucharistique en ce temps dit de « déconfinement face au Coronavirus » où les autorités civiles de Macron nous interdisent toujours de recevoir la Sainte Communion sur les lèvres : « Seigneur Jésus, puisque je suis empêché de Te recevoir sacramentellement » composé par Monseigneur Raymond Centène. Voir également la Prière du Cardinal Rafael Merry del Val pour une Communion Spirituelle « Ô mon Jésus, dans l’attente du bonheur de la Communion sacramentelle, je veux Te posséder en esprit » prononcée par le Pape François lors de sa Messe matinale à Sainte-Marthe le lundi 23 mars 2020.


Prière après la Sainte Communion de la Sainte « Messe du 5ème Dimanche du Temps Ordinaire » du 7 février 2021 (année « B ») :

« Tu as voulu, Seigneur, que nous partagions un même pain et que nous buvions à la même coupe : accorde-nous de vivre tellement unis dans le Christ que nous portions du fruit pour le Salut du monde. Par Jésus, le Christ, Notre Seigneur ».


Et que Dieu Tout-Puissant vous bénisse...

Signe-de-Croix Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.


V/ Ita Missa est.
R/ Deo gratias.

V/ Allez, dans la Paix du Christ.
R/ Nous rendons Grâce à Dieu.



Vidéo de la « Sainte Messe du 5ème Dimanche du Temps Ordinaire » du 7 février 2021 (année « B ») célébrée et prêchée au Sanctuaire de Lourdes par Monsieur le Chapelain Don Julien Fafart (CSM) :




Vidéo de la « Sainte Messe du 5ème Dimanche du Temps Ordinaire » du 7 février 2021 (année « B ») célébrée et prêchée par Mgr Michel Aupetit en l'église Saint-Germain l'Auxerrois à Paris :