Cruciifix-Barroux.jpg

« Sainte Messe Solennelle du Christ Roi de l'Univers » du Dimanche 22 novembre 2020 de la 34ème Semaine du Temps Ordinaire de l’Année « A » :


L’esprit de la Fête du Christ Roi de l'Univers (année A) : « Au terme de l'Année Liturgique, la grande scène finale de l'histoire du monde se dévoile (« Apocalypse ») dans toute sa splendeur. Le Sauveur vient « récapituler » toute chose, porter à sa conclusion l'histoire des hommes, et faire entrer les élus dans la Gloire de Dieu. À cette Grandeur majestueuse s'opposent en apparence les critères d'élection, tous plus simples les uns que les autres : donner à manger, à boire, offrir des vêtements ou une bonne parole, apporter du réconfort ou du soulagement. Quoi de plus simple face à l'enjeu d'éternité ? L'Évangile, c'est cela : un chemin ouvert aux pauvres, aux petits, aux simples, dont nul diplôme, compte en banque ou titre nobiliaire ne donnera la clé. La Gloire de Dieu, c'est l'homme vivant, dit-on, mais la gloire de l'homme, c'est d'agir comme Dieu, dont la Miséricorde s'étend d'âge en âge, et à toute créature. Le Royaume promis en héritage est à l'image de Celui qui a donné son Fils unique pour que nous ayons la Vie. « Ainsi, Dieu sera tout en tous ».


Parole de Dieu pour ce Dimanche de la Solennité de Notre Seigneur Jésus Christ Roi de l'Univers : Bon Pasteur « l'image pastorale du berger et des brebis donne une tonalité paisible et bienveillante à la Royauté du Christ. Elle vient, en quelque sorte, adoucir la radicalité apparente du Jugement évangélique formulé dans la finale de l'Évangile de Matthieu : « Et ils s'en iront, ceux-ci au châtiment éternel, et les justes, à la Vie éternelle ». Pourtant, si Jésus peut dire une telle Parole, c'est justement parce qu'Il est le Berger par excellence. Ce Berger annoncé par Ézékiel au peuple dispersé par l'Exil et qui attend de retrouver le bercail de Jérusalem. Ce Berger chanté par le psalmiste et qui accompagne sa brebis tout au long de sa vie. Le berger, lui, n'a pas peur de sortir, de se mettre en danger et de se salir pour trouver celle qui s'est égarée. Si je traverse les ravins de la mort, je ne crains aucun mal. Il faudrait nous laisser interroger par cette figure et ce qu'elle suppose d'engagement irrévocable pour sauver ce qui est perdu. À force d'attendre la perfection des brebis, il pourrait bien ne plus y en avoir aucune dans l'enclos ! Le Jugement de l'Evangile déploie alors toute l'étendue de sa signification. Chacun des critères est profondément humain, et semble ne rien avoir à faire avec la foi. Or, ils ont pourtant tous affaire avec la foi, car ils en sont le visage concret, le lieu le plus réel de son exercice. Enfin, le Jugement évangélique est une pédagogie, celle du Père pour nous apprendre à devenir comme le Fils, bons pasteurs de nos frères et sœurs en humanité » (Père Olivier Praud)


Signe-de-Croix Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.


Antienne d'ouverture de la Sainte « Messe du Christ Roi de l'Univers » du Dimanche 22 novembre 2020 de la 34ème Semaine du Temps Ordinaire de l’Année « A » :

« Il est digne, l'Agneau qui a été immolé, de recevoir puissance, divinité, sagesse, force et honneur. A Lui, gloire et puissance dans les siècles des siècles »


Prière d’Ouverture de la Sainte « Messe du Christ Roi de l'Univers » du Dimanche 22 novembre 2020 de la 34ème Semaine du Temps Ordinaire de l’Année « A » :

« Dieu Éternel, Tu as voulu fonder toutes choses en ton Fils bien-aimé, le Roi de l'univers ; fais que toute la création, libérée de la servitude, reconnaisse ta Puissance et Te glorifie sans fin. Par Jésus-Christ, ton Fils, notre Seigneur et notre Dieu qui vit et règne avec Toi dans l'unité du Saint-Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles ». Ainsi soit-il.


Lectures de la Sainte « Messe du Christ Roi de l'Univers » du Dimanche 22 novembre 2020 de la 34ème Semaine du Temps Ordinaire de l’Année « A » :




Première Lecture du Livre du Prophète Ézékiel (Ez 34, 11-12.15-17) de la Sainte « Messe du Christ Roi de l'Univers » du Dimanche 22 novembre 2020 de la 34ème Semaine du Temps Ordinaire de l’Année « A » :

« Toi, mon troupeau, voici que je vais juger entre brebis et brebis »

« Ainsi parle le Seigneur Dieu : Voici que moi-même, je m’occuperai de mes brebis, et je veillerai sur elles. Comme un berger veille sur les brebis de son troupeau quand elles sont dispersées, ainsi je veillerai sur mes brebis, et j’irai les délivrer dans tous les endroits où elles ont été dispersées un jour de nuages et de sombres nuées. C’est moi qui ferai paître mon troupeau, et c’est moi qui le ferai reposer, – oracle du Seigneur Dieu. La brebis perdue, je la chercherai ; l’égarée, je la ramènerai. Celle qui est blessée, je la panserai. Celle qui est malade, je lui rendrai des forces. Celle qui est grasse et vigoureuse, je la garderai, je la ferai paître selon le droit. Et toi, mon troupeau – ainsi parle le Seigneur Dieu –, voici que je vais juger entre brebis et brebis, entre les béliers et les boucs ».

Le sens de cette Première Lecture du Livre du Prophète Ézékiel (Ez 34, 11-12.15-17) : La métaphore du berger était classique dans tout le Moyen-Orient pour évoquer la royauté. Et en Israël comme ailleurs, on rêvait d'un roi juste, uniquement consacré au bien-être de ses subordonnés. Hélas, la réalité fut tout autre, et par la faute de ses rois, le peuple s'est retrouvé vaincu, écrasé par le pouvoir babylonien et déporté à Babylone. Pendant cet Exil, pour annoncer à ses contemporains leur libération, le prophète Ézékiel reprend la métaphore : Dieu, tel un berger, va libérer ses brebis.

jesus-christ-Berger.jpg

Psaume 22 (Ps 22 (23), 1-2ab, 2c-3, 4, 5, 6) de la Sainte « Messe du Christ Roi de l'Univers » du Dimanche 22 novembre 2020 de la 34ème Semaine du Temps Ordinaire de l’Année « A » :

R/ Le Seigneur est mon Berger : rien ne saurait me manquer (cf. . Ps 22, 1)

Le Seigneur est mon Berger :
Je ne manque de rien.
Sur des prés d’herbe fraîche,
Il me fait reposer.

Il me mène vers les eaux tranquilles
Et me fait revivre ;
Il me conduit par le juste chemin
Pour l’honneur de son Nom.

Si je traverse les ravins de la mort,
Je ne crains aucun mal,
Car Tu es avec moi :
Ton bâton me guide et me rassure.

Tu prépares la table pour moi
Devant mes ennemis ;
Tu répands le parfum sur ma tête,
Ma coupe est débordante.

Grâce et bonheur m’accompagnent
Tous les jours de ma vie ;
J’habiterai la Maison du Seigneur
Pour la durée de mes jours.


Deuxième Lecture de la Première Lettre de Saint Paul Apôtre aux Corinthiens (1 Co 15, 20-26.28) de la Sainte « Messe du Christ Roi de l'Univers » du Dimanche 22 novembre 2020 de la 34ème Semaine du Temps Ordinaire de l’Année « A » :

« Il remettra le Pouvoir royal à Dieu le Père, et ainsi, Dieu sera Tout en tous »

Frères, le Christ est ressuscité d’entre les morts, Lui, Premier Ressuscité parmi ceux qui se sont endormis. Car, la mort étant venue par un homme, c’est par un homme aussi que vient la Résurrection des morts. En effet, de même que tous les hommes meurent en Adam, de même c’est dans le Christ que tous recevront la Vie, mais chacun à son rang : en Premier, le Christ, et ensuite, lors du retour du Christ, ceux qui Lui appartiennent. Alors, tout sera achevé, quand le Christ remettra le Pouvoir royal à Dieu son Père, après avoir anéanti, parmi les êtres célestes, toute Principauté, toute Souveraineté et Puissance. Car c’est Lui qui doit régner jusqu’au Jour où Dieu aura mis sous ses pieds tous ses ennemis. Et le dernier ennemi qui sera anéanti, c’est la mort. Et, quand tout sera mis sous le Pouvoir du Fils, Lui-même se mettra alors sous le Pouvoir du Père qui Lui aura tout soumis, et ainsi, Dieu sera Tout en tous.


Alléluia ! Alléluia !

« Béni soit Celui qui vient au Nom du Seigneur ! Béni soit le Règne qui vient, celui de David notre père » (cf. Mc 11, 9b-10a)

Alléluia !


Saint Évangile de Notre Seigneur Jésus Christ selon Saint Matthieu (Mt 25, 31-46) pour la Sainte « Messe du Christ Roi de l'Univers » du Dimanche 22 novembre 2020 de la 34ème Semaine du Temps Ordinaire de l’Année « A » :


« Il siégera sur son Trône de gloire et séparera les hommes les uns des autres »

« En ce Temps-là, Jésus disait à Ses disciples : « Quand le Fils de l’homme viendra dans sa Gloire, et tous les anges avec Lui, alors Il siégera sur son Trône de Gloire. Toutes les nations seront rassemblées devant Lui ; Il séparera les hommes les uns des autres, comme le berger sépare les brebis des boucs : Il placera les brebis à Sa droite, et les boucs à gauche. Alors le Roi dira à ceux qui seront à Sa droite : « Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la fondation du monde. Car j’avais faim, et vous m’avez donné à manger ; j’avais soif, et vous m’avez donné à boire ; j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli ; j’étais nu, et vous m’avez habillé ; j’étais malade, et vous m’avez visité ; j’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi ! » Alors les justes Lui répondront : « Seigneur, quand est-ce que nous T’avons vu...? Tu avais donc faim, et nous T’avons nourri ? Tu avais soif, et nous T’avons donné à boire ? Tu étais un étranger, et nous T’avons accueilli ? Tu étais nu, et nous T’avons habillé ? Tu étais malade ou en prison... Quand sommes-nous venus jusqu’à Toi ? » Et le Roi leur répondra : « Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait ». Alors il dira à ceux qui seront à Sa gauche : « Allez-vous-en loin de moi, vous les maudits, dans le feu éternel préparé pour le diable et ses anges. Car j’avais faim, et vous ne m’avez pas donné à manger ; j’avais soif, et vous ne m’avez pas donné à boire ; j’étais un étranger, et vous ne m’avez pas accueilli ; j’étais nu, et vous ne m’avez pas habillé ; j’étais malade et en prison, et vous ne m’avez pas visité ». Alors ils répondront, eux aussi : « Seigneur, quand T’avons-nous vu avoir faim, avoir soif, être nu, étranger, malade ou en prison, sans nous mettre à Ton service ? » Il leur répondra : « Amen, je vous le dis : chaque fois que vous ne l’avez pas fait à l’un de ces plus petits, c’est à moi que vous ne l’avez pas fait ». Et ils s’en iront, ceux-ci au châtiment éternel, et les justes, à la Vie éternelle. »


Homélie du Pape François en la Fête du Christ Roi :




Prière Universelle de la Sainte « Messe du Christ Roi de l'Univers » du Dimanche 22 novembre 2020 de la 34ème Semaine du Temps Ordinaire de l’Année « A » :

Ces intentions sont à adapter en fonction de l'actualité et de l'assemblée qui célèbre.

R/ En Toi notre cœur espère Seigneur

Dernière semaine de l'Année Liturgique, nous profitons de ce Dimanche, Seigneur, pour Te rendre grâce pour tout ce que Tu nous as donné de vivre dans cette année. Même les épreuves nous ont fait grandir dans la foi, l'espérance et la charité si nous les avons vécues avec Toi. Viens, Seigneur, nous T'attendons. R/

Afin que Tu règnes sur la terre et plus encore dans le cœur de tous les hommes, nous Te prions Seigneur. R/

Pour nos frères et sœurs chrétiens persécutés et martyrisés, qui, à l'image de Sainte Cécile dont c'est la Fête aujourd'hui, ne lâchent rien de leur amour pour Toi et leurs semblables, nous Te prions, Seigneur. R/

Pour que les hommes et les femmes construisent un monde plus juste, plus équitable et plus empli d'amour, incitant leurs gouvernements à se comporter aussi selon cette règle, nous Te prions ô Dieu d'Amour R/

Seigneur Jésus, envoyé par le Père pour sauver les hommes par ta Croix, écoute nos prières et accorde-nous de prendre place dans ton Royaume. Toi qui vis et règnes pour les siècles sans fin.


Prière sur les Offrandes de la Sainte « Messe du Christ Roi de l'Univers » du Dimanche 22 novembre 2020 de la 34ème Semaine du Temps Ordinaire de l’Année « A » :

« En offrant le Sacrifice qui Te réconcilie les hommes, Seigneur, nous Te prions : que ton Fils Lui-même accorde à tous les peuples les biens de l'unité et de la paix. Lui qui règne avec Toi pour les siècles des siècles »


Préface de la Sainte « Messe du Christ Roi de l'Univers » du Dimanche 22 novembre 2020 de la 34ème Semaine du Temps Ordinaire de l’Année « A » :

Vraiment, il est juste et bon de Te rendre gloire, de T'offrir notre action de grâce, toujours et en tout lieu, à Toi, Père très Saint, Dieu Éternel et Tout-Puissant. Tu as consacré Prêtre éternel et Roi de l'univers ton Fils unique, Jésus Christ, notre Seigneur, afin qu'Il s'offre Lui-même sur l'Autel de la Croix en victime pure et pacifique, pour accomplir les Mystères de notre rédemption, et qu'après avoir soumis à Son pouvoir toutes les créatures, Il remette aux mains de Ta souveraine Puissance un Règne sans limite et sans fin : Règne de vie et de vérité, Règne de grâce et de sainteté, Règne de justice, d'amour et de paix. C'est pourquoi, avec les anges et tous les Saints, nous proclamons ta Gloire, en chantant (disant) d'une seule voix : ...

« Sanctus, Sanctus, Sanctus Dominus Deus Sabaoth. Pleni sunt caeli et terra gloria tua. Hosanna, in excélsis. Benedictus qui venit in nomine Domini. Hosanna, in excélsis ! »

Communion-Salutaris-Hostia.jpg

Antienne de la Sainte Communion de la Sainte « Messe du Christ Roi de l'Univers » du Dimanche 22 novembre 2020 de la 34ème Semaine du Temps Ordinaire de l’Année « A » :

« Le Seigneur est ROI ; Il règne éternellement ; le Seigneur donne à Son peuple la Bénédiction de la Paix »


Voir l’Acte de Communion Spirituelle afin de permettre aux Fidèles Catholiques de Communier spirituellement face au Coronavirus dans un Jeûne Eucharistique en ce temps dit de « déconfinement face au Coronavirus » où les autorités civiles de Macron nous interdisent toujours de recevoir la Sainte Communion sur les lèvres : « Seigneur Jésus, puisque je suis empêché de Te recevoir sacramentellement » composé par Monseigneur Raymond Centène. Voir également la Prière du Cardinal Rafael Merry del Val pour une Communion Spirituelle « Ô mon Jésus, dans l’attente du bonheur de la Communion sacramentelle, je veux Te posséder en esprit » prononcée par le Pape François lors de sa Messe matinale à Sainte-Marthe le lundi 23 mars 2020.


Prière après la Sainte Communion de la Sainte « Messe du Christ Roi de l'Univers » du Dimanche 22 novembre 2020 de la 34ème Semaine du Temps Ordinaire de l’Année « A » :

« Après avoir partagé le Pain de l'Immortalité, nous Te supplions, Seigneur : nous mettons notre gloire à obéir au Christ Roi de l'univers, fais que nous puissions vivre avec Lui, éternellement, dans la Demeure du ciel. Lui qui règne avec Toi pour les siècles des siècles ».



Que Dieu Tout-Puissant vous bénisse...

Signe-de-Croix Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.


V/ Ita Missa est.
R/ Deo gratias.

V/ Allez, dans la Paix du Christ.
R/ Nous rendons Grâce à Dieu.


Vidéo de la « Sainte Messe du Christ Roi de l'Univers » célébrée et prêchée le Dimanche 22 novembre 2020 de la 34ème Semaine du Temps Ordinaire de l’Année « A » par Mgr Michel Aupetit en l'église Saint-Germain l'Auxerrois à Paris :