Transfiguration-Thabor.jpg

« Sainte Messe du Deuxième Dimanche de Carême » du 28 février 2021 (année « B ») :


L’esprit du 2ème Dimanche du Carême (année B) : On vit à une époque formidable ! « A partir du IIème siècle commence à se développer la pratique de la pénitence publique en vue de la réconciliation avec l'Église et avec Dieu. Jusque-là, on considérait qu'avec le Baptême on était passé à une vie nouvelle, on avait reçu le pardon de tous nos péchés, et on n'avait pas de raison d'utiliser le pouvoir de pardonner les péchés confiés à Pierre par Jésus. Cette naïveté s'est effritée lors des persécutions, où nombre de chrétiens ont renié le Christ publiquement pour sauver leur peau, puis, le calme revenu, ont voulu revenir dans la Communauté Chrétienne. Certains, qui avaient survécu, non sans avoir été torturés, n'étaient pas bien chauds à l'idée de permettre ce retour. D'autres argumentaient qu'il fallait étendre le pardon des péchés à tous, même aux renégats. Petit à petit, avec des variations selon les lieux et les époques, on a donc instauré une pénitence publique, dont l'idée était : dénoncer ses péchés en privé à l'évêque ; être expulsé de la liturgie, en particulier de la participation à l'Eucharistie ; faire une pénitence publique ; recevoir, enfin, la réconciliation des mains de l'évêque, le Jeudi Saint, Vendredi Saint ou la Nuit de Pâques, selon les pays. La Communauté Chrétienne tout entière accompagnait les pénitents dans leurs prières et, petit à petit, dans leur pénitence, ce qui a mené à l'apparition du Carême, dont le but était d'accompagner les pénitents sur le dernier tronçon avant la réconciliation publique, comme on le fait avec des coureurs avant l'arrivée finale. Enfin, le jour venu, les pénitents s'avançaient, vêtus de blanc et un cierge à la main, devant l'évêque au cours de la Messe, pour recevoir individuellement, de ses mains, le pardon de leurs péchés et la réconciliation avec l'Église et avec Dieu. Oh, et une fois réconcilié, pas question de recevoir ce Sacrement une deuxième fois : on considérait que Le donner une fois était déjà une grande faveur. Tout ça a changé avec le déferlement des missionnaires irlandais au VIe siècle, qui donnaient le pardon des péchés d'abord, laissaient la pénitence pour après, et qui, puisqu'ils voyageaient, ne pouvaient pas s'assurer qu'on ne recevrait pas ce pardon plusieurs fois dans sa vie. La pénitence publique est peu à peu tombée dans l'oubli, et la confession privée s'est peu à peu imposée partout. Le Carême est resté. C'est devenu un temps où tout le monde, pas seulement quelques extravagants qui ont tué, volé ou blasphémé, est appelé à reconnaître ses péchés et à s'approcher du Sacrement de la Réconciliation. C'est un temps pour se souvenir du but ultime de notre vie, qui est de parvenir au Royaume de Dieu, et pour revenir à la pleine communion avec l'Église et avec le Christ. Dieu veut nous pardonner. Il attend juste qu'on Lui demande humblement pardon, et qu'on s'approche d'un Prêtre pour recevoir le Sacrement de sa Miséricorde. Aujourd'hui, on peut Le recevoir aussi souvent qu'on en a besoin. Profitons-en ! » (Père Fabrice Chatelain)

Transfiguration.jpg

Parole de Dieu pour ce Deuxième Dimanche du Carême : Transfiguration « Pierre, Jacques et Jean étaient-ils prêts à vivre cette expérience extraordinaire de la Transfiguration de Jésus ? D'un côté, nous pouvons supposer que si Jésus les choisit, c'est qu'Il pense qu'ils le sont ; de l'autre, leur attitude et leur questionnement attestent de la surprise et de la stupéfaction. Nous pourrions, de la même manière, nous demander quelle serait notre réaction face à une telle Expérience. Serions-nous prêts à une telle Rencontre avec le Divin ? Rien n'est moins sûr ; en tout cas, nous pourrions parier que notre réaction ne serait pas bien différente de celle des Apôtres. Cependant, nous devons reconnaître que la Présence de Dieu dans notre vie, si Elle n'a pas la manifestation surnaturelle de la Transfiguration, est tout aussi importante et réelle. La Résurrection de Jésus atteste une fois pour toutes de sa Présence dans nos vies, et l'engagement pris par Dieu à notre Baptême s'actualise jour après jour dans le Don de sa Grâce. L’expérience extraordinaire des Apôtres sur la montagne nous renvoie inévitablement à l'expérience ordinaire des hommes d'aujourd'hui qui découvrent Dieu dans le don de leur vie pour leurs frères. Ce passage d'une expérience à l'autre nous est possible grâce à la Parole de Dieu que nous recevons dans l'Église. Nous pouvons ainsi continuer de vivre selon le conseil venu de la nuée : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé : écoutez-Le ! » À cela, nous sommes préparés. Que ce Carême soit pour chacun un temps d'accueil et d'écoute féconde de la Parole du Salut » (Père Sylvain Brison)


Signe-de-Croix Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.


Antienne d'ouverture de la Sainte « Messe du 2ème Dimanche du Carême » du 28 février 2021 (année « B ») :

« En mon cœur je T'ai dit : je cherche ton Visage, ton Visage, Seigneur, je Le recherche ; ne détourne pas de moi ta Face »


Prière d’Ouverture de la Sainte « Messe du 2ème Dimanche du Carême » du 28 février 2021 (année « B ») :

« Tu nous as dit, Seigneur, d'écouter ton Fils bien-aimé ; fais-nous trouver dans ta Parole les vivres dont notre foi a besoin : et nous aurons le regard assez pur pour discerner ta Gloire. Par Jésus, le Christ, Notre Seigneur » Ainsi soit-il.


Lectures de la Sainte « Messe du 2ème Dimanche du Carême » du 28 février 2021 (année « B ») :




Première Lecture du Livre de la Genèse (Gn 22, 1-2.9-13.15-18) de la Sainte « Messe du 2ème Dimanche du Carême » du 28 février 2021 (année « B ») :

« Le sacrifice de notre père Abraham »

« En ces jours-là, Dieu mit Abraham à l’épreuve. Il lui dit : « Abraham ! » Celui-ci répondit : « Me voici ! » Dieu dit : « Prends ton fils, ton unique, celui que tu aimes, Isaac, va au pays de Moriah, et là tu l’offriras en holocauste sur la montagne que je t’indiquerai. » Ils arrivèrent à l’endroit que Dieu avait indiqué. Abraham y bâtit l’autel et disposa le bois ; puis il lia son fils Isaac et le mit sur l’autel, par-dessus le bois. Abraham étendit la main et saisit le couteau pour immoler son fils. Mais l’ange du Seigneur l’appela du haut du ciel et dit : « Abraham ! Abraham ! » Il répondit : « Me voici ! » L’ange lui dit : « Ne porte pas la main sur le garçon ! Ne lui fais aucun mal ! Je sais maintenant que tu crains Dieu : tu ne m’as pas refusé ton fils, ton unique ». Abraham leva les yeux et vit un bélier retenu par les cornes dans un buisson. Il alla prendre le bélier et l’offrit en holocauste à la place de son fils. Du ciel, l’ange du Seigneur appela une seconde fois Abraham. Il déclara : « Je le jure par moi-même, oracle du Seigneur : parce que tu as fait cela, parce que tu ne m’as pas refusé ton fils, ton unique, je te comblerai de bénédictions, je rendrai ta descendance aussi nombreuse que les étoiles du ciel et que le sable au bord de la mer, et ta descendance occupera les places fortes de ses ennemis. Puisque tu as écouté ma voix, toutes les nations de la terre s’adresseront l’une à l’autre la bénédiction par le nom de ta descendance ».

Le sens de cette Première Lecture du Livre de la Genèse (Gn 22, 1-2.9-13.15-18) Tout le monde savait en Israël depuis toujours que Dieu refuse absolument les sacrifices humains. Mais, parce que les peuples voisins les pratiquaient, la tentation est venue parfois de les imiter. Le texte du sacrifice d'Abraham a été rédigé précisément pour éradiquer à tout jamais cette tentation. Car Abraham, le grand croyant, n'était pas suspect de manque de générosité ou de foi. Au contraire, il était prêt à tout pour plaire à Dieu, et il a cru, lui aussi qu'il lui fallait sacrifier son fils. Mais il a fini par comprendre que ce n'est pas cela que Dieu veut.



Psaume 115 (Ps 115 (116b), 10.15, 16ac-17, 18-19) de la Sainte « Messe du 2ème Dimanche du Carême » du 28 février 2021 (année « B ») :

R/ Je marcherai en Présence du Seigneur sur la terre des vivants (cf. Ps 114, 9)

Je crois, et je parlerai,
Moi qui ai beaucoup souffert.
Il en coûte au Seigneur
De voir mourir les Siens !

Ne suis-je pas, Seigneur, Ton serviteur,
Moi, dont Tu brisas les chaînes ?
Je T’offrirai le sacrifice d’action de grâce,
J’invoquerai le Nom du Seigneur.

Je tiendrai mes promesses au Seigneur, Oui, devant tout son Peuple,
A l’entrée de la Maison du Seigneur,
Au milieu de Jérusalem !


Deuxième Lecture de la Lettre de Saint Paul Apôtre aux Romains (Rm 8, 31b-34) de la Sainte « Messe du 2ème Dimanche du Carême » du 28 février 2021 (année « B ») :

« Dieu n’a pas épargné Son propre Fils »

« Frères, si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ? Il n’a pas épargné Son propre Fils, mais Il L’a livré pour nous tous : comment pourrait-Il, avec Lui, ne pas nous donner tout ? Qui accusera ceux que Dieu a choisis ? Dieu est Celui qui rend juste : alors, qui pourra condamner ? Le Christ Jésus est mort ; bien plus, Il est Ressuscité, Il est à la droite de Dieu, Il intercède pour nous ».


Gloire au Christ, Parole éternelle du Dieu vivant. Gloire à Toi, Seigneur

« De la nuée lumineuse, la Voix du Père a retenti : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, écoutez-Le ! » (cf. Mt 17, 5)

Gloire au Christ, Parole éternelle du Dieu vivant. Gloire à Toi, Seigneur


Saint Évangile de Notre Seigneur Jésus Christ selon Saint Marc (Mc 9, 2-10) pour la Sainte « Messe du 2ème Dimanche du Carême » du 28 février 2021 (année « B ») :


« Celui-ci est mon Fils bien-aimé »

« En ce temps-là, Jésus prit avec Lui Pierre, Jacques et Jean, et les emmena, eux seuls, à l’écart sur une haute montagne. Et Il fut transfiguré devant eux. Ses vêtements devinrent resplendissants, d’une blancheur telle que personne sur terre ne peut obtenir une blancheur pareille. Élie leur apparut avec Moïse, et tous deux s’entretenaient avec Jésus. Pierre alors prend la parole et dit à Jésus : « Rabbi, il est bon que nous soyons ici ! Dressons donc trois tentes : une pour Toi, une pour Moïse, et une pour Élie. » De fait, Pierre ne savait que dire, tant leur frayeur était grande. Survint une nuée qui les couvrit de son ombre, et de la nuée une Voix se fit entendre : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé : écoutez-Le ! » Soudain, regardant tout autour, ils ne virent plus que Jésus seul avec eux. Ils descendirent de la montagne, et Jésus leur ordonna de ne raconter à personne ce qu’ils avaient vu, avant que le Fils de l’homme soit ressuscité d’entre les morts. Et ils restèrent fermement attachés à cette Parole, tout en se demandant entre eux ce que voulait dire : « ressusciter d’entre les morts ».

Transfiguration.jpg

Prière Universelle de la Sainte « Messe du 2ème Dimanche du Carême » du 28 février 2021 (année « B ») :

Ces intentions sont à adapter en fonction de l'actualité et de l'Assemblée qui célèbre.

R/ Notre Père, Notre Père, nous Te supplions humblement

« A l'exemple d'Abraham, fais-nous comprendre, Dieu d'Amour, que nous devons être prêts à tout sacrifier pour Toi et pour l'amour de nos frères, et que toute vie est sacrée parce qu'elle vient de Toi. Nous T'en prions, Seigneur. R/

« Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ? » Que cette phrase de Saint Paul accompagne la vie de foi de tous Tes fidèles, Seigneur. Que personne ne craigne de répandre ton Amour sur la terre, parce que Tu nous aimes et nous attends près de Toi. R/

Afin que chaque Catholique soit transfiguré par ton Amour, Seigneur, et que tous rayonnent de ce même Amour dans tous les pans de leur vie, nous Te prions, Seigneur de gloire. R/

Nous Te confions, Seigneur, tous les organismes qui prennent soin et relèvent les femmes victimes de maltraitance et de violence. Apporte-leur soutien et réconfort, de même que nous Te prions d'appeler Tes enfants à s'investir aussi pour cette cause. Entends nos prières, Seigneur. R/

Viens, Seigneur, au secours de ton Peuple qui espère en ta Miséricorde ; permets que nous prenions avec humilité et charité le chemin du désert où l'Esprit nous pousse. Par Jésus, le Christ, Notre Seigneur.


Prière sur les Offrandes de la Sainte « Messe du 2ème Dimanche du Carême » du 28 février 2021 (année « B ») :

« Que cette offrande, Seigneur, nous purifie de nos péchés : qu'elle sanctifie le corps et l'esprit de Tes fidèles, et les prépare à célébrer les Fêtes Pascales. Par Jésus, le Christ, Notre Seigneur »


Préface de la Sainte « Messe du 2ème Dimanche du Carême » du 28 février 2021 (année « B ») :

Vraiment, il est juste et bon de Te rendre gloire, de T'offrir notre action de grâce, toujours et en tout lieu, à Toi, Père très Saint, Dieu Éternel et Tout-Puissant, par le Christ, Notre Seigneur. Après avoir prédit sa Mort à Ses disciples, Il les mena sur la montagne sainte ; en présence de Moïse et du prophète Élie, Il leur a manifesté sa Splendeur : Il nous révélait ainsi que sa Passion Le conduirait à la Gloire de la Résurrection. C'est pourquoi, avec les anges du Ciel, nous pouvons Te bénir sur la terre et T'adorer en chantant (disant) : : ...

« Sanctus, Sanctus, Sanctus Dominus Deus Sabaoth. Pleni sunt caeli et terra gloria tua. Hosanna, in excélsis. Benedictus qui venit in nomine Domini. Hosanna, in excélsis ! »

Communion-Salutaris-Hostia.jpg

Antienne de la Sainte Communion de la Sainte « Messe du 2ème Dimanche du Carême » du 28 février 2021 (année « B ») :

« Au Jour de la Transfiguration, la Voix du Père se fit entendre : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j'ai mis tout mon Amour : écoutez-Le ! »


Voir l’Acte de Communion Spirituelle afin de permettre aux Fidèles Catholiques de Communier spirituellement face au Coronavirus dans un Jeûne Eucharistique en ce temps dit de « déconfinement face au Coronavirus » où les autorités civiles de Macron nous interdisent toujours de recevoir la Sainte Communion sur les lèvres : « Seigneur Jésus, puisque je suis empêché de Te recevoir sacramentellement » composé par Monseigneur Raymond Centène. Voir également la Prière du Cardinal Rafael Merry del Val pour une Communion Spirituelle « Ô mon Jésus, dans l’attente du bonheur de la Communion sacramentelle, je veux Te posséder en esprit » prononcée par le Pape François lors de sa Messe matinale à Sainte-Marthe le lundi 23 mars 2020.


Prière après la Sainte Communion de la Sainte « Messe du 2ème Dimanche du Carême » du 28 février 2021 (année « B ») :

« Pour avoir communié, Seigneur, aux Mystères de ta Gloire, nous voulons Te remercier, Toi qui nous donnes déjà, en cette vie, d'avoir part aux biens de ton Royaume. Par Jésus, le Christ, Notre Seigneur ».


Et que Dieu Tout-Puissant vous bénisse...

Signe-de-Croix Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.


V/ Ita Missa est.
R/ Deo gratias.

V/ Allez, dans la Paix du Christ.
R/ Nous rendons Grâce à Dieu.



Vidéo de la « Sainte Messe du Deuxième Dimanche de Carême » du 28 février 2021 (année « B ») célébrée et prêchée par Mgr Thibault Verny, Évêque auxiliaire, en l'église Saint-Germain l'Auxerrois à Paris :