Dieu-Amour.jpg

« Sainte Messe du Dimanche 4 octobre 2020 » de la 27ème Semaine du Temps Ordinaire de l’Année « A » :


« Dieu de l'univers, reviens ! Du haut des Cieux, regarde et vois : visite cette vigne, protège-la, celle qu'a plantée Ta main puissante » (Psaume 79).

L’esprit du 27ème Dimanche du Temps Ordinaire (année A) : « Quiconque sait quelle somme d'expérience humaine millénaire, de patience, de travail, de savoir-faire, la vigne représente, alors il comprend son importance dans le monde biblique et l'histoire d'Israël. Le vin est la somme de tout cela, prétexte de la joie, du partage et de la rencontre, entre frères, entre amis, entre fidèles. Son prix justifie qu'il préside même au repas sacré de la Pâque, à la célébration de l'Alliance entre Dieu et son Peuple. Il n'est, pour les vignerons d'Israël, pour chaque juif, pas de plus belle image de l'Amour de Dieu pour son Peuple. Et Dieu enverra Son propre Fils, Son Bien-Aimé, pour témoigner de sa Bienveillance envers son Peuple, dont Il attend le fruit. En versant son Sang, couleur du vin, sur le Bois de la Croix, Il offre un Vin éternel dans l'ultime Sacrifice. Si le Vin est le Sang, Il est l'Essence même de la divinité, du moins la part la plus précieuse du Mystère de la Rédemption et, partant, de l'Eucharistie. L'Église du Christ est, aujourd'hui, la Vigne du Seigneur, et son Sacrifice est la Vie divine « répandue et communiquée ».

Paul-Conversion-Apotre.jpg

Parole de Dieu pour ce Dimanche 4 octobre 2020 : Paix de Dieu, Dieu de paix « ne soyez inquiets de rien » ... La consigne de Paul semble bien naïve. L’actualité des douze derniers mois est un tissu d'effondrements généralisés. Ne s'inquiéter de rien dans ces circonstances ? La normalité politique est en rupture de crédibilité. La science médicale est mise au défi. Les institutions sont fragilisées. Ne s'inquiéter de rien ? N'est-ce pas un déni de réalité ? Non, si nous allons au bout de la consigne de Saint Paul. Paul remplace l'inquiétude en centrant prières, supplications et actions de grâce sur la Paix venue d'ailleurs, la Paix venue de Dieu. Cette Paix dépasse ce que nous concevons. Elle garde les cœurs et les pensées dans le Christ Jésus. Voilà un appel d'air efficace pour le vrai, le noble, le juste, le pur, ce qui est honorable et vertueux, ce qui appelle l'amour et l'éloge. Cette conviction se fonde sur l'expérience pratique de Paul. Il parle de ce qui a été vu, entendu et mis en pratique, en esquissant un portrait global de la personne humaine. Dans sa totalité, elle est touchée par le Dieu de la Paix. Paul nous entraîne loin des ambiances toxiques de la Parabole de Jésus et du triste chant du prophète pour sa vigne improductive. La Paix de Dieu est possible si je reconnais Dieu comme le Maître de la Vigne. Lorsque nous prenons le Don de Dieu au sérieux, nous goûtons la Paix qu'Il offre en toute circonstance. Loin de nous ces arrogances en cascade perpétrées par les premiers venus qui s'improvisent maîtres des lieux ... » (Père Alain Faucher)


Signe-de-Croix Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.


Antienne d'ouverture de la Sainte « Messe du Dimanche 4 octobre 2020 » de la 27ème Semaine du Temps Ordinaire de l’Année « A » :

« Tout dépend de ta Volonté, Seigneur, et rien ne peut Lui résister : c'est Toi qui as fait le Ciel et la terre et les merveilles qu'ils contiennent. Tu es le Maître de l'univers »


Prière d’Ouverture de la Sainte « Messe du Dimanche 4 octobre 2020 » de la 27ème Semaine du Temps Ordinaire de l’Année « A » :

« Dans ton Amour inépuisable, Dieu Éternel et Tout-Puissant, Tu combles ceux qui T'implorent, bien au-delà de leurs mérites et de leurs désirs ; répands sur nous ta Miséricorde en délivrant notre conscience de ce qui l'inquiète et en donnant plus que nous n'osons demander. Par Jésus-Christ, ton Fils, notre Seigneur et notre Dieu qui vit et règne avec Toi dans l'unité du Saint-Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles » Ainsi soit-il.


Lectures de la Sainte « Messe du Dimanche 4 octobre 2020 » de la 27ème Semaine du Temps Ordinaire de l’Année « A » :




Première Lecture du Livre du prophète Isaïe (Is 5, 1-7) de la Sainte « Messe du Dimanche 4 octobre 2020 » de la 27ème Semaine du Temps Ordinaire de l’Année « A » :

« La Vigne du Seigneur de l’univers, c’est la Maison d’Israël »

« Je veux chanter pour mon ami le chant du bien-aimé à sa vigne. Mon ami avait une vigne sur un coteau fertile. Il en retourna la terre, en retira les pierres, pour y mettre un plant de qualité. Au milieu, il bâtit une tour de garde et creusa aussi un pressoir. Il en attendait de beaux raisins, mais elle en donna de mauvais. Et maintenant, habitants de Jérusalem, hommes de Juda, soyez donc juges entre moi et ma vigne ! Pouvais-je faire pour ma vigne plus que je n’ai fait ? J’attendais de beaux raisins, pourquoi en a-t-elle donné de mauvais ? Eh bien, je vais vous apprendre ce que je ferai de ma vigne : enlever sa clôture pour qu’elle soit dévorée par les animaux, ouvrir une brèche dans son mur pour qu’elle soit piétinée. J’en ferai une pente désolée ; elle ne sera ni taillée ni sarclée, il y poussera des épines et des ronces ; j’interdirai aux nuages d’y faire tomber la pluie. La Vigne du Seigneur de l’univers, c’est la Maison d’Israël. Le plant qu’Il chérissait, ce sont les hommes de Juda. Il en attendait le droit, et voici le crime ; Il en attendait la justice, et voici les cris ».

Le sens de cette Première Lecture du Livre du prophète Isaïe (Is 5, 1-7) : En Israël, dans l'entourage du prophète Isaïe, une chanson de vendanges vantant la sollicitude du vigneron pour son carré de vigne, était devenue une chanson de noces. Le jour du mariage, on invitait le jeune époux à prodiguer autant de soins à son épouse que le vigneron en prodiguait à sa vigne. Le prophète en a tiré une parabole sur la Sollicitude de Dieu pour son Peuple bien-aimé.



Psaume 79 (Ps 79, 9-12, 13-14, 15-16a, 19-20) de la Sainte « Messe du Dimanche 4 octobre 2020 » de la 27ème Semaine du Temps Ordinaire de l’Année « A » :

R/ La Vigne du Seigneur de l’univers, c’est la Maison d’Israël (cf. Is 5, 7a)

La Vigne que Tu as prise à l’Égypte,
Tu la replantes en chassant des nations.
Elle étendait ses sarments jusqu’à la mer,
Et ses rejets, jusqu’au Fleuve.

Pourquoi as-Tu percé sa clôture ?
Tous les passants y grappillent en chemin ;
Le sanglier des forêts la ravage
Et les bêtes des champs la broutent.

Dieu de l’univers, reviens !
Du haut des Cieux, regarde et vois :
Visite cette vigne, protège-la,
Celle qu’a plantée Ta main puissante.

Jamais plus nous n’irons loin de Toi :
Fais-nous vivre et invoquer ton Nom !
Seigneur, Dieu de l’univers, fais-nous revenir ;
Que ton Visage s’éclaire, et nous serons sauvés.


Deuxième Lecture de la Lettre de Saint Paul Apôtre aux Philippiens (Ph 4, 6-9) de la Sainte « Messe du Dimanche 4 octobre 2020 » de la 27ème Semaine du Temps Ordinaire de l’Année « A » :

« Mettez cela en pratique. Et le Dieu de la Paix sera avec vous »

« Frères, ne soyez inquiets de rien, mais, en toute circonstance, priez et suppliez, tout en rendant grâce, pour faire connaître à Dieu vos demandes. Et la Paix de Dieu, qui dépasse tout ce qu’on peut concevoir, gardera vos cœurs et vos pensées dans le Christ Jésus. Enfin, mes frères, tout ce qui est vrai et noble, tout ce qui est juste et pur, tout ce qui est digne d’être aimé et honoré, tout ce qui s’appelle vertu et qui mérite des éloges, tout cela, prenez-le en compte. Ce que vous avez appris et reçu, ce que vous avez vu et entendu de moi, mettez-le en pratique. Et le Dieu de la Paix sera avec vous ».


Alléluia ! Alléluia !

« C’est Moi qui vous ai choisis, afin que vous alliez, que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure, dit le Seigneur » (cf. Jn 15, 16)

Alléluia !

Vigne-du-Seigneur.jpg

Saint Évangile de Notre Seigneur Jésus Christ selon Saint Matthieu (Mt 21, 33-43) pour la Sainte « Messe du Dimanche 4 octobre 2020 » de la 27ème Semaine du Temps Ordinaire de l’Année « A » :


« Il louera la vigne à d’autres vignerons »

« En ce Temps-là, Jésus disait aux grands prêtres et aux anciens du peuple : « Écoutez cette Parabole : Un homme était propriétaire d’un domaine ; il planta une vigne, l’entoura d’une clôture, y creusa un pressoir et bâtit une tour de garde. Puis il loua cette vigne à des vignerons, et partit en voyage. Quand arriva le temps des fruits, il envoya ses serviteurs auprès des vignerons pour se faire remettre le produit de sa vigne. Mais les vignerons se saisirent des serviteurs, frappèrent l’un, tuèrent l’autre, lapidèrent le troisième. De nouveau, le propriétaire envoya d’autres serviteurs plus nombreux que les premiers ; mais on les traita de la même façon. Finalement, il leur envoya son fils, en se disant : « Ils respecteront mon fils ». Mais, voyant le fils, les vignerons se dirent entre eux : « Voici l’héritier : venez ! Tuons-le, nous aurons son héritage ! » Ils se saisirent de lui, le jetèrent hors de la vigne et le tuèrent. Eh bien ! quand le maître de la vigne viendra, que fera-t-il à ces vignerons ? » On lui répond : « Ces misérables, il les fera périr misérablement. Il louera la vigne à d’autres vignerons, qui lui en remettront le produit en temps voulu ». Jésus leur dit : « N’avez-vous jamais lu dans les Écritures : La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre d’angle : c’est là l’Œuvre du Seigneur, la Merveille devant nos yeux ! Aussi, je vous le dis : Le Royaume de Dieu vous sera enlevé pour être donné à une nation qui lui fera produire ses fruits ».

Hilaire-de-Poitiers.jpg

« Le temps des fruits » de Saint Hilaire de Poitiers (315-367) : « Le propriétaire du domaine, nous comprenons ici que c'est Dieu le Père qui, ayant planté le peuple d'Israël en vue de récolter des fruits excellents, par la sainteté du nom de ses pères, c'est-à-dire par la noblesse d'Abraham, d'Isaac et de Jacob, l'a tenu enfermé dans son territoire comme dans l'enclos d'une protection particulière, puis a aménagé des sortes de pressoirs qui sont les prophètes, où coulerait pour ainsi dire la fécondité de l'Esprit Saint bouillonnant à la façon d'un vin nouveau, enfin a dressé en forme de tour l'éminence de la Loi, pour que, sortant du sol, elle s'élève jusqu'au ciel et pour que d'elle on pût observer l'avènement du Christ. Dans les fermiers, il y a l'image des princes, des prêtres et des pharisiens auxquels a été remis un pouvoir sur le peuple pour qu'il fût enseigné. Dans les serviteurs qui ont été envoyés pour percevoir les fruits, il y a l'avant-garde des prophètes à qui sous des formes diverses on a souvent fait appel. Dans la mission du fils, pour terminer, il y a l'Avènement et la passion de notre Seigneur qui a été rejeté hors de Jérusalem comme la vigne, pour subir une sentence de condamnation. L’intention des fermiers et, une fois l'héritier tué, la présomption d'héritage représentent l'espoir inconsistant que la gloire de la Loi peut etre conservée, une fois le Christ mis à mort. Quant à cette « pierre rejetée par les bâtisseurs qui s'est dressée au faîte comme pierre d'angle, merveille devant les yeux de tous », jonction entre la Loi et les païens qui unit à l’édifice chacun de ses côtés, c'est le Fils » (Saint Hilaire de Poitiers).


Prière sur les Offrandes de la Sainte « Messe du Dimanche 4 octobre 2020 » de la 27ème Semaine du Temps Ordinaire de l’Année « A » :

« Accepte, Seigneur, le Sacrifice que Tu nous as donné : dans les Mystères que nous célébrons pour Te rendre grâce, sanctifie les hommes que Tu as sauvés par ton Fils. Lui qui règne avec toi pour les siècles des siècles »


Préface de la Sainte « Messe du Dimanche 4 octobre 2020 » de la 27ème Semaine du Temps Ordinaire de l’Année « A » :

Vraiment, il est juste et bon de Te rendre gloire, de T'offrir notre action de grâce, toujours et en tout lieu, à Toi, Père très Saint, Dieu Éternel et Tout-Puissant, par le Christ, notre Seigneur. Dans le Mystère de sa Pâque, Il a fait une Œuvre merveilleuse, car nous étions esclaves de la mort et du péché, et nous sommes appelés à partager sa Gloire ; nous portons désormais ces Noms glorieux : Nation Sainte, Peuple racheté, Race choisie, Sacerdoce royal ; nous pouvons annoncer au monde les Merveilles que Tu as accomplies, Toi qui nous fais passer des ténèbres à Ton admirable Lumière. C'est pourquoi, avec les anges et tous les Saints, nous proclamons ta Gloire, en chantant (disant) d'une seule voix : ...

« Sanctus, Sanctus, Sanctus Dominus Deus Sabaoth. Pleni sunt caeli et terra gloria tua. Hosanna, in excélsis. Benedictus qui venit in nomine Domini. Hosanna, in excélsis ! »

Communion-Salutaris-Hostia.jpg

Antienne de la Sainte Communion de la Sainte « Messe du Dimanche 4 octobre 2020 » de la 27ème Semaine du Temps Ordinaire de l’Année « A » :

« Le Seigneur est Bon pour ceux qui se tournent vers Lui, pour ceux qui Le recherchent »

Ou bien :

« À nous tous, nous ne formons qu'un seul corps, puisqu'il n'y a qu'un seul pain, nous qui communions au même Pain et à la même Coupe »


Voir l’Acte de Communion Spirituelle afin de permettre aux Fidèles Catholiques de Communier spirituellement face au Coronavirus dans un Jeûne Eucharistique en ce temps dit de « déconfinement face au Coronavirus » où les autorités civiles de Macron nous interdisent toujours de recevoir la Sainte Communion sur les lèvres : « Seigneur Jésus, puisque je suis empêché de Te recevoir sacramentellement » composé par Monseigneur Raymond Centène. Voir également la Prière du Cardinal Rafael Merry del Val pour une Communion Spirituelle « Ô mon Jésus, dans l’attente du bonheur de la Communion sacramentelle, je veux Te posséder en esprit » prononcée par le Pape François lors de sa Messe matinale à Sainte-Marthe le lundi 23 mars 2020.


Prière après la Sainte Communion de la Sainte « Messe du Dimanche 4 octobre 2020 » de la 27ème Semaine du Temps Ordinaire de l’Année « A » :

« Accorde-nous, Seigneur notre Dieu, de trouver dans cette Communion notre force et notre joie ; afin que nous puissions devenir Ce que nous avons reçu : le Corps du Christ. Lui qui règne avec Toi pour les siècles des siècles ».



Que Dieu Tout-Puissant vous bénisse...

Signe-de-Croix Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.


V/ Ita Missa est.
R/ Deo gratias.

V/ Allez, dans la Paix du Christ.
R/ Nous rendons Grâce à Dieu.


Vidéo de la « Sainte Messe du Dimanche 4 octobre 2020 » célébrée et prêchée par Mgr Michel Aupetit en l'église Saint-Germain l'Auxerrois à Paris :