Evangile-de-Notre-Seigneur-Jesus-Christ.jpg

« Sainte Messe du Dimanche 6 septembre 2020 » de la 23ème Semaine du Temps Ordinaire de l’Année « A » :



L’esprit du 23ème Dimanche du Temps Ordinaire (année A) : « Un religieux aussi Saint qu'expérimenté disait, en forme de boutade, que l'invitation à la correction fraternelle, même dans les communautés monastiques, était à admirer bien plus qu'à pratiquer, tant elle était délicate à manier. Et pourtant, n'y a-t-il pas là la forme la plus avancée de charité fraternelle ? L'invitation du Seigneur à nous aider les uns les autres dans notre lutte contre le péché concerne l'enjeu même de la vie chrétienne : notre Salut. La non-assistance à personne en danger est bien punie par la loi. Et la non-assistance à personne en danger serait sans conséquences ? Pour le coup, ce serait contradictoire. Le Seigneur, dans Son infinie Sagesse, a contrebalancé son Commandement Évangélique par celui de la considération attentive de la poutre qui aveugle l'œil de notre conscience morale. Il y a joint celui de ne pas juger. Munis ainsi de tous les outils nécessaires, nous pourrons nous avancer sur ce sentier à risques. Avec délicatesse, prudence, transparence et humilité. C’est un pécheur qui s'adresse à un autre pécheur, d’une communauté de pécheurs qui travaille au Salut de tous ».


Parole de Dieu pour ce Dimanche 6 septembre 2020 : Ensemble « Quand une personne fait mal, il est facile dans son dos de la traiter avec des mots violents et dévalorisants. La Parole de Jésus demande de se parler face à face. Si quelqu'un commet une faute grave, il convient de l'aider. L’Évangile de ce Dimanche propose de marcher ensemble, afin que le pécheur sorte de la pente dangereuse qui le mène à sa perte. L’itinéraire est gradué. Il importe de lui parler, mais discrètement, dans une conversation qui ne lui fasse pas affront. Si cela ne suffit pas, on appelle d'autres en renfort. C'est seulement en cas d'obstination dans le mal qu'il faut en référer à l'ensemble de la Communauté. L’Évangile n'envisage l'exclusion qu'en dernier ressort. Ce passage souligne le sérieux de la Vie Chrétienne et sa dimension collective. Par la faute, l'homme se nuit à lui-même et nuit aussi à toute la Communauté. Les disciples de Jésus sont invités à sortir le fautif de ce mauvais pas avec force et insistance, mais aussi avec douceur et respect. Avec cette mesure de vérité et de tendresse, le pécheur peut percevoir pleinement la Réconciliation comme Don de Dieu. Ainsi pardonnés, les réconciliés peuvent rayonner de ce qu'ils ont reçu et devenir Apôtres de Paix. Ainsi, loin de mettre de l'huile sur le feu, ils apporteront des paroles de vérité et de réconciliation, de justice et d'encouragement. À leur tour, pleins d'humilité et de compassion, ils iront rejoindre ceux qui ont fauté et chercheront à montrer le beau et le bon en chacun d'eux, leur permettant de revivre et de s'engager » (Père Didier Noblot)


Signe-de-Croix Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.


Antienne d'ouverture de la Sainte « Messe du Dimanche 6 septembre 2020 » de la 23ème Semaine du Temps Ordinaire de l’Année « A » :

« Tu es Juste, Seigneur, et tes Jugements sont droits : agis pour Ton serviteur selon ton Amour, enseigne-moi tes Volontés »


Prière d’Ouverture de la Sainte « Messe du Dimanche 6 septembre 2020 » de la 23ème Semaine du Temps Ordinaire de l’Année « A » :

« Dieu qui as envoyé ton Fils pour nous sauver et pour faire de nous Tes enfants d'adoption, regarde avec Bonté ceux que Tu aimes comme un Père ; puisque nous croyons au Christ, accorde-nous la vraie Liberté et la Vie Éternelle. Par Jésus-Christ, ton Fils, notre Seigneur et notre Dieu qui vit et règne avec Toi dans l'unité du Saint-Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles » Ainsi soit-il.


Lectures de la Sainte « Messe du Dimanche 6 septembre 2020 » de la 23ème Semaine du Temps Ordinaire de l’Année « A » :




Première Lecture du Livre du prophète Ézékiel (Ez 33, 7-9) de la Sainte « Messe du Dimanche 6 septembre 2020 » de la 23ème Semaine du Temps Ordinaire de l’Année « A » :

« Si tu n’avertis pas le méchant, c’est à toi que je demanderai compte de son sang »

La Parole du Seigneur me fut adressée : « Fils d’homme, je fais de toi un guetteur pour la maison d’Israël. Lorsque tu entendras une Parole de ma bouche, tu les avertiras de ma part. Si je dis au méchant : « Tu vas mourir », et que tu ne l’avertisses pas, si tu ne lui dis pas d’abandonner sa conduite mauvaise, lui, le méchant, mourra de son péché, mais à toi, je demanderai compte de son sang. Au contraire, si tu avertis le méchant d’abandonner sa conduite, et qu’il ne s’en détourne pas, lui mourra de son péché, mais toi, tu auras sauvé ta vie.

Le sens de cette Première Lecture du Livre du prophète Ézékiel (Ez 33, 7-9) : Exilé à Babylone (au VIe siècle avant Notre Seigneur Jésus-Christ) avec la population de Jérusalem, Ézékiel nous décrit sa mission de prophète. Son rôle est comparable à celui d'un guetteur posté sur le rempart d'une ville. Il sonne du cor chaque fois qu'un ennemi menace la ville. Le danger qui menace les exilés est plus inquiétant encore qu'une armée ennemie : ce serait l'abandon de leur religion, la mort spirituelle. Mais chacun reste libre d'écouter ou d'ignorer l'alerte.



Psaume 94 (Ps 94 (95), 1-2, 6-7ab, 7d-8a.9) de la Sainte « Messe du Dimanche 6 septembre 2020 » de la 23ème Semaine du Temps Ordinaire de l’Année « A » :

R/ Aujourd’hui, ne fermez pas votre cœur, mais écoutez la Voix du Seigneur ! (cf. Ps 94, 8a.7d)

Venez, crions de joie pour le Seigneur,
Acclamons notre Rocher, notre Salut !
Allons jusqu’à Lui en rendant grâce,
Par nos hymnes de fête acclamons-Le !

Entrez, inclinez-vous, prosternez-vous,
Adorons le Seigneur qui nous a faits.
Oui, Il est notre Dieu ;
Nous sommes le peuple qu’Il conduit.

Aujourd’hui écouterez-vous sa Parole ?
« Ne fermez pas votre cœur comme au désert,
Où vos pères m’ont tenté et provoqué,
Et pourtant ils avaient vu mon Exploit »


Deuxième Lecture de la Lettre de Saint Paul Apôtre aux Romains (Rm 13, 8-10) de la Sainte « Messe du Dimanche 6 septembre 2020 » de la 23ème Semaine du Temps Ordinaire de l’Année « A » :

« Celui qui aime les autres a pleinement accompli la Loi »

« Frères, n’ayez de dette envers personne, sauf celle de l’amour mutuel, car celui qui aime les autres a pleinement accompli la Loi. La Loi dit : « Tu ne commettras pas d’adultère, tu ne commettras pas de meurtre, tu ne commettras pas de vol, tu ne convoiteras pas ». Ces Commandements et tous les Autres se résument dans cette Parole : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même ». L’Amour ne fait rien de mal au prochain. Donc, le plein accomplissement de la Loi, c’est l’Amour ».


Alléluia ! Alléluia !

« Dans le Christ, Dieu réconciliait le monde avec Lui : Il a mis dans notre bouche la Parole de la Réconciliation » (cf. 2 Co 5, 19)

Alléluia !

Christ-sur-la-montagne.jpg

Saint Évangile de Notre Seigneur Jésus Christ selon Saint Matthieu (Mt 18, 15-20) pour la Sainte « Messe du Dimanche 6 septembre 2020 » de la 23ème Semaine du Temps Ordinaire de l’Année « A » :


« S’il t’écoute, tu as gagné ton frère »

« En ce Temps-là, Jésus disait à Ses disciples : « Si ton frère a commis un péché contre toi, va lui faire des reproches seul à seul. S’il t’écoute, tu as gagné ton frère. S’il ne t’écoute pas, prends en plus avec toi une ou deux personnes afin que toute l’affaire soit réglée sur la parole de deux ou trois témoins. S’il refuse de les écouter, dis-le à l’assemblée de l’Église ; s’il refuse encore d’écouter l’Église, considère-le comme un païen et un publicain. Amen, je vous le dis : tout ce que vous aurez lié sur la terre sera lié dans le Ciel, et tout ce que vous aurez délié sur la terre sera délié dans le Ciel. Et pareillement, amen, je vous le dis, si deux d’entre vous sur la terre se mettent d’accord pour demander quoi que ce soit, ils l’obtiendront de mon Père qui est aux Cieux. En effet, quand deux ou trois sont réunis en mon Nom, je suis là, au milieu d’eux ».


« Correction fraternelle du Révérend Père Capucin Ambroise de Lombez :
« Ne laissons pas troubler la paix de notre âme par le chagrin de voir les défauts du prochain, et par l'impatience de les corriger. Lorsque nous en venons à la correction que nous sommes autorisés à faire, lorsque nous avons tout médité devant Dieu, observons de près tous nos mouvements pour ne pas laisser troubler la paix de notre cœur·, pesons toutes nos paroles, réglons toutes nos manières pour ne pas la troubler dans les autres. Parlons peu : une parole qui part du fond de la modestie, du recueillement et de la charité, dit tout et fait beaucoup ; mais un grand nombre ne fait qu'offusquer et n'opère rien ; c'est une ardeur qui s'évapore. Vous devez regarder les fautes de votre prochain plutôt avec compassion qu'avec indignation, et avec plus d'humilité que de sévérité, car la charité et la raison ne vous permettent pas plus de rigueur pour les autres que pour vous-même. Et si vous ne pouvez avoir la paix intérieure sans supporter tranquillement vos défauts parce que vous en êtes rempli, vous ne sauriez la conserver sans souffrir patiemment ceux des autres parce que vous en êtes environné. Que votre zèle soit limité, mais que votre paix soit sans bornes. Ou Dieu ne vous a pas chargé de Ses intérêts, ou du moins Il ne veut pas que vous les preniez avec plus de feu que Lui-même ; mais plutôt, sacrifiant en quelque manière sa Gloire à votre avancement, Il veut que votre patience à supporter des péchés qui L'offensent soit pour vous un exercice de vertu qui vous sanctifie » (Ambroise de Lombez, o.f.m.c.)


Prière sur les Offrandes de la Sainte « Messe du Dimanche 6 septembre 2020 » de la 23ème Semaine du Temps Ordinaire de l’Année « A » :

« Dieu qui donnes la Grâce de Te servir avec droiture et de chercher la paix, fais que cette offrande puisse Te glorifier, et que notre participation à l'Eucharistie renforce les liens de notre unité. Par Jésus, le Christ, Notre Seigneur »


Préface de la Sainte « Messe du Dimanche 6 septembre 2020 » de la 23ème Semaine du Temps Ordinaire de l’Année « A » :

Vraiment, il est juste et bon de Te rendre gloire, de T'offrir notre action de grâce, toujours et en tout lieu, à Toi, Père très Saint, Dieu Éternel et Tout-Puissant, par le Christ, notre Seigneur. Dans le Mystère de sa Pâque, Il a fait une Œuvre merveilleuse, car nous étions esclaves de la mort et du péché, et nous sommes appelés à partager sa Gloire ; nous portons désormais ces Noms glorieux : Nation Sainte, Peuple racheté, Race choisie, Sacerdoce royal ; nous pouvons annoncer au monde les Merveilles que Tu as accomplies, Toi qui nous fais passer des ténèbres à Ton admirable Lumière. C'est pourquoi, avec les anges et tous les Saints, nous proclamons ta Gloire, en chantant (disant) d'une seule voix : ...

« Sanctus, Sanctus, Sanctus Dominus Deus Sabaoth. Pleni sunt caeli et terra gloria tua. Hosanna, in excélsis. Benedictus qui venit in nomine Domini. Hosanna, in excélsis ! »

Communion-Salutaris-Hostia.jpg

Antienne de la Sainte Communion de la Sainte « Messe du Dimanche 6 septembre 2020 » de la 23ème Semaine du Temps Ordinaire de l’Année « A » :

« Comme une biche languit après l'eau vive, ainsi mon âme languit vers Toi, mon Dieu. Mon âme a soif de Dieu, du Dieu vivant »

Ou bien :

« Je suis la Lumière du monde, dit le Seigneur, celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres : il aura la Lumière de la Vie »


Voir l’Acte de Communion Spirituelle afin de permettre aux Fidèles Catholiques de Communier spirituellement face au Coronavirus dans un Jeûne Eucharistique en ce temps dit de « déconfinement face au Coronavirus » où les autorités civiles de Macron nous interdisent toujours de recevoir la Sainte Communion sur les lèvres : « Seigneur Jésus, puisque je suis empêché de Te recevoir sacramentellement » composé par Monseigneur Raymond Centène. Voir également la Prière du Cardinal Rafael Merry del Val pour une Communion Spirituelle « Ô mon Jésus, dans l’attente du bonheur de la Communion sacramentelle, je veux Te posséder en esprit » prononcée par le Pape François lors de sa Messe matinale à Sainte-Marthe le lundi 23 mars 2020.


Prière après la Sainte Communion de la Sainte « Messe du Dimanche 6 septembre 2020 » de la 23ème Semaine du Temps Ordinaire de l’Année « A » :

« Par ta Parole et par ton Pain, Seigneur, Tu nourris et fortifies Tes fidèles : accorde-nous de si bien profiter de ces Dons que nous soyons associés pour toujours à la Vie de ton Fils. Lui qui règne avec Toi pour les siècles des siècles ».



Que Dieu Tout-Puissant vous bénisse...

Signe-de-Croix Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.


V/ Ita Missa est.
R/ Deo gratias.

V/ Allez, dans la Paix du Christ.
R/ Nous rendons Grâce à Dieu.


Vidéo de la « Sainte Messe du Dimanche 6 septembre 2020 » célébrée et prêchée par Mgr Michel Aupetit en l'église Saint-Germain l'Auxerrois à Paris :