Sainte-Messe-du-Jeudi-Saint.jpg

« Sainte Messe du Jeudi Saint en mémoire de la Cène de Notre Seigneur Jésus-Christ » du 1er avril 2021 :


En Gaule au Vème et à Rome au VIIème, il y avait plusieurs Messes : une Messe du matin pour marquer la fin du Carême et une Messe du soir en souvenir de la dernière Cène. Puis on ne garda que la Messe du soir qui, après le concile de Trente, fut reportée au matin. La réforme liturgique de de Pie XII en 1955, confirmée par Paul VI (missel romain de 1970), rétablie le soir la Messe en souvenir de la dernière Cène. En 2021, entre le couvre-feu à 19h00 et le confinement de la France par Macron sous le prétexte du Covid qui tue moins de 230 000 enfants par Interruption Volontaire de Grossesse (IVG)... Les Catholiques de France célèbreront quoi qu'il arrive cette Sainte Messe ! La Liturgie du Jeudi Saint nous fait vivre une expérience spirituelle d’intimité avec Jésus, de recueillement et d’amour d’une grande gravité. Nous revivons le dernier Repas de Jésus avec Ses disciples et aussi son Agonie au Jardin des oliviers. Le Jeudi Saint est un temps exceptionnel d’union avec Jésus. Dans beaucoup d’églises, on est invité a communier au Sang du Christ, comme cela est prévu dans le missel romain. C’est l’occasion de ressentir profondément l’Amour du Christ qui a donné sa Vie pour nous. Souvent des adultes font leur Première Communion le Jeudi Saint. Le geste du lavement des pieds est impressionnant. Il nous met en cause personnellement. La Liturgie de cette Fête nous concerne au plus intime de nous-même.


Vidéo de la « Sainte Messe in Cœna Domini » célébrée et prêchée par Don Paul Préaux, Modérateur Général de la Communauté Saint-Martin, en l’Abbaye d’Evron :



Antienne d'ouverture en latin et en français de la « Sainte Messe du Jeudi Saint en mémoire de la Cène du Seigneur » :

R/ Nos autem gloriari oportet in cruce Domini nostri Iesu Christi, in quo est salus, vita, et resurrectio nostra, per quem salvati et liberati sumus
R/ « Que notre seule fierté soit la Croix de Notre Seigneur Jésus Christ. En Lui, nous avons le Salut, la Vie et la Résurrection, par Lui, nous sommes sauvés et délivrés »

1- Deus misereatur nostri, et benedicat nobis : illuminet vultum suum super nos, et misereatur nostri.
1- Que Dieu ait pitié de nous, et qu’Il nous bénisse : qu’Il fasse briller sur nous la lumière de son Visage et qu’Il ait pitié de nous.

2- Ut cognoscamus, Domine, in terra viam tuam, in omnibus gentibus salutare tuum.
2- Que nous connaissions, Seigneur, votre Voie sur la terre : votre Salut parmi toutes les nations.

3- Confiteantur tibi populi, Deus, Confiteantur tibi populi omnes
3- Que les peuples Te rendent grâce, ô Dieu, que les peuples Te rendent grâce tous !


Prière d'ouverture de la « Sainte Messe du Jeudi Saint en mémoire de la Cène du Seigneur » :

«Tu nous appelles, Dieu notre Père, à célébrer ce soir la Très Sainte Cène où ton Fils Unique, avant de se livrer Lui-même à la mort, a voulu remettre à son Église le Sacrifice nouveau de l'Alliance Éternelle ; fais que nous recevions de ce Repas qui est le Sacrement de son Amour, la Charité et la Vie. Par Jésus-Christ, ton Fils, notre Seigneur et notre Dieu qui vit et règne avec Toi dans l'unité du Saint-Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles »

Cene.jpg

Lectures de la « Sainte Messe du Jeudi Saint en mémoire de la Cène du Seigneur » :


Première Lecture du Livre de l’Exode (Ex 12, 1-8.11-14) de la « Sainte Messe du Jeudi Saint en mémoire de la Cène du Seigneur » :

« En ces jours-là, dans le pays d’Égypte, le Seigneur dit à Moïse et à son frère Aaron : « Ce mois-ci sera pour vous le premier des mois, il marquera pour vous le commencement de l’année. Parlez ainsi à toute la communauté d’Israël : le dix de ce mois, que l’on prenne un agneau par famille, un agneau par maison. Si la maisonnée est trop peu nombreuse pour un agneau, elle le prendra avec son voisin le plus proche, selon le nombre des personnes. Vous choisirez l’agneau d’après ce que chacun peut manger. Ce sera une bête sans défaut, un mâle, de l’année. Vous prendrez un agneau ou un chevreau. Vous le garderez jusqu’au quatorzième jour du mois. Dans toute l’assemblée de la communauté d’Israël, on l’immolera au coucher du soleil. On prendra du sang, que l’on mettra sur les deux montants et sur le linteau des maisons où on le mangera. On mangera sa chair cette nuit-là, on la mangera rôtie au feu, avec des pains sans levain et des herbes amères. Vous mangerez ainsi : la ceinture aux reins, les sandales aux pieds, le bâton à la main. Vous mangerez en toute hâte : c’est la Pâque du Seigneur. Je traverserai le pays d’Égypte, cette nuit-là ; je frapperai tout premier-né au pays d’Égypte, depuis les hommes jusqu’au bétail. Contre tous les dieux de l’Égypte j’exercerai mes Jugements : Je suis le Seigneur. Le sang sera pour vous un signe, sur les maisons où vous serez. Je verrai le sang, et je passerai : vous ne serez pas atteints par le fléau dont je frapperai le pays d’Égypte. Ce jour-là sera pour vous un mémorial. Vous en ferez pour le Seigneur une fête de pèlerinage. C’est un décret perpétuel : d’âge en âge vous la fêterez ».


Psaume 115 (Ps 115, 12-13, 15-16ac, 17-18) de la « Sainte Messe du Jeudi Saint en mémoire de la Cène du Seigneur » :

R/ La Coupe de Bénédiction est Communion au Sang du Christ (cf. 1 Co 10, 16)

Comment rendrai-je au Seigneur
Tout le Bien qu’Il m’a fait ?
J’élèverai la Coupe du Salut,
J’invoquerai le Nom du Seigneur.

Il en coûte au Seigneur
De voir mourir les Siens !
Ne suis-je pas, Seigneur, Ton serviteur,
Moi, dont Tu brisas les chaînes ?

Je T’offrirai le Sacrifice d’action de grâce,
J’invoquerai le Nom du Seigneur.
Je tiendrai mes promesses au Seigneur,
Oui, devant tout son Peuple.


Deuxième Lecture de la Lettre de Saint Paul Apôtre aux Corinthiens (1 Co 11, 23-26) de la « Sainte Messe du Jeudi Saint en mémoire de la Cène du Seigneur » :

« Chaque fois que vous mangez ce Pain et que vous buvez cette Coupe, vous proclamez la Mort du Seigneur »

« Frères, moi, Paul, j’ai moi-même reçu ce qui vient du Seigneur, et je vous L’ai transmis : la nuit où Il était livré, le Seigneur Jésus prit du pain, puis, ayant rendu grâce, Il le rompit, et dit : « Ceci est mon Corps, qui est pour vous. Faites cela en mémoire de moi ». Après le repas, Il fit de même avec la coupe, en disant : « Cette Coupe est la nouvelle Alliance en mon Sang. Chaque fois que vous en boirez, faites cela en mémoire de moi ». Ainsi donc, chaque fois que vous mangez ce Pain et que vous buvez cette Coupe, vous proclamez la Mort du Seigneur, jusqu’à ce qu’Il vienne ».


Gloire et louange à Toi, Seigneur Jésus

« Je vous donne un Commandement nouveau, dit le Seigneur : « Aimez-vous les uns les autres comme Je vous ai aimés » (cf. Jn 13, 34)

Gloire et louange à Toi, Seigneur Jésus

Lavement-des-pieds.jpg

Saint Évangile de Notre Seigneur Jésus Christ selon Saint Jean ( Jn 13, 1-15) de la « Sainte Messe du Jeudi Saint en mémoire de la Cène du Seigneur » :


« Il les aima jusqu’au bout »

« Avant la fête de la Pâque, sachant que l’heure était venue pour Lui de passer de ce monde à son Père, Jésus, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu’au bout. Au cours du Repas, alors que le diable a déjà mis dans le cœur de Judas, fils de Simon l’Iscariote, l’intention de Le livrer, Jésus, sachant que le Père a tout remis entre Ses mains, qu’Il est sorti de Dieu et qu’Il s’en va vers Dieu, se lève de table, dépose son vêtement, et prend un linge qu’Il se noue à la ceinture ; puis Il verse de l’eau dans un bassin. Alors Il se mit à laver les pieds des disciples et à les essuyer avec le linge qu’Il avait à la ceinture. Il arrive donc à Simon-Pierre, qui Lui dit : « C’est Toi, Seigneur, qui me laves les pieds ? » Jésus lui répondit : « Ce que Je veux faire, tu ne le sais pas maintenant ; plus tard tu comprendras. » Pierre Lui dit : « Tu ne me laveras pas les pieds ; non, jamais ! » Jésus lui répondit : « Si Je ne te lave pas, tu n’auras pas de part avec moi. » Simon-Pierre Lui dit : « Alors, Seigneur, pas seulement les pieds, mais aussi les mains et la tête ! » Jésus lui dit : « Quand on vient de prendre un bain, on n’a pas besoin de se laver, sinon les pieds : on est pur tout entier. Vous-mêmes, vous êtes purs, mais non pas tous. » Il savait bien qui allait Le livrer ; et c’est pourquoi Il disait : « Vous n’êtes pas tous purs. » Quand Il leur eut lavé les pieds, Il reprit son vêtement, se remit à table et leur dit : « Comprenez-vous ce que Je viens de faire pour vous ? Vous m’appelez « Maître » et « Seigneur », et vous avez raison, car vraiment Je Le Suis. Si donc moi, le Seigneur et le Maître, Je vous ai lavé les pieds, vous aussi, vous devez vous laver les pieds les uns aux autres. C’est un Exemple que Je vous ai donné afin que vous fassiez, vous aussi, comme J’ai fait pour vous »


Vidéo de la « Messe de la Sainte Cène » célébrée et prêchée par Mgr Michel Aupetit en l'église Saint-Germain l'Auxerrois à Paris :

>



Lavement-des-pieds.jpg

Le Rite du Lavement des Pieds lors de la « Sainte Messe du Jeudi Saint en mémoire de la Cène du Seigneur » :


Les douze hommes qui ont été choisis comme les Douze Apôtres sont conduits aux sièges qui leur ont été préparés à l'endroit le plus apte pour que le peuple puisse suivre le déroulement du Rite du « Lavement des Pieds » qui est l’imitation de ce que Jésus a fait dans le Cénacle en lavant les pieds aux Apôtres, et l’expression du don de soi signifié par ce geste du Serviteur. Alors le Saint Prêtre verse de l'eau sur les pieds de chacun, puis les essuie. Pendant ce temps, on chante les antiennes suivantes :

Antienne 1 : « Mandátum novum do vobis : ut diligátis ínvicem, sicut diléxi vos, dicit Dóminus »

Antienne 1 : « Je vous donne un Commandement nouveau, qui est que vous vous aimiez les uns les autres, comme Je vous ai aimés, dit le Seigneur »


Antienne 2 : « Postquam surréxit Dóminus a cœna, misit aquam in pelvim, et cœpit laváre pedes discipulórum suórum : hoc exémplum réliquit eis »

Antienne 2 : « Quand le Seigneur se fut levé de table, Il mit de l’eau dans un bassin et commença à laver les pieds de Ses disciples et leur laissa ceci en Exemple »


Antienne 3 : « Dóminus Iesus, postquam cœnávit cum discípulis suis, lavit pedes eórum, et ait illis : Scitis, quid fécerim vobis ego, Dóminus et Magíster ? Exémplum dedi vobis, ut et vos ita faciátis »

Antienne 3 : « Le Seigneur Jésus, lorsqu’Il eut soupé avec Ses disciples, leur lava les pieds et leur dit : Vous savez ce que je viens de vous faire, moi, votre Seigneur et Maître ? Je vous ai donné l’Exemple, afin que vous fassiez de même »


Antienne 4 : « Venit ergo ad Simónem Petrum, et dixit ei Petrus. Dómine, tu mihi lavas pedes ? Respóndit Iesus et dixit ei : Si non lávero tibi pedes, non habébis partem mecum. Quod ego fácio, tu nescis modo : scies autem póstea »

Antienne 4 : « II vint donc à Simon Pierre et Pierre Lui dit : « Seigneur, vous me laveriez les pieds ? » Jésus répondit et lui dit : « Si Je ne te lave les pieds, tu n’auras point de part avec moi. Ce que Je fais, tu l’ignores présentement, mais tu le comprendras plus tard »


Antienne 5 : « Si ego, Dóminus et Magíster vester, lavi vobis pedes : quanto magis debétis alter altérius laváre pedes ? »

Antienne 5 : « Si moi, votre Seigneur et Maître, je vous ai lavé les pieds, combien plus devez vous vous laver les pieds l’un à l’autre »


Antienne 6 : « In hoc cognóscent omnes, quia discípuli mei estis, si dilectiónem habuéritis ad ínvicem »

Antienne 6 : « Tous les hommes vous reconnaîtront comme mes disciples, si vous vous aimez les uns les autres »


Antienne 7 : « Máneant in vobis fides, spes, cáritas, tria hæc : maior autem horum est cáritas. Nunc autem manent fides, spes, cáritas, tria hæc : maior horum est cáritas. Máneant in vobis »

Antienne 7 : « Que la foi, l’espérance et la charité, ces trois vertus, demeurent en vous ; mais la charité est la plus grande des trois. Présentement sont la foi, l’espérance et la charité, trois vertus, mais la plus grande est la charité »


Antienne 8 : « Congregávit nos in unum Christi amor. Exsultémus et in ipso iucundémur. Timeámus et amémus Deum vivum. Et ex corde diligámus nos sincéro. Ubi cáritas et amor, Deus ibi est. Simul ergo cum in unum congregámur : Ne nos mente dividámur, caveámus. Cessent iúrgia malígna, cessent lites. Et in médio nostri sit Christus Deus. Ubi cáritas et amor, Deus ibi est. Simul quoque cum Beátis videámus. Gloriánter vultum tuum, Christe Deus : Gáudium, quod est imménsum atque probum. Sǽcula per infiníta sæculórum. Amen »

Antienne 8 : « Là où sont la charité et l’amour, Dieu y est aussi. C’est l’Amour du Christ qui nous a rassemblés. Réjouissons-nous et prenons en Lui nos délices. Craignons et aimons le Dieu vivant. Et aimons-nous d’un cœur sincère. Là où sont la charité et l’amour. Dieu y est aussi. Réunis en une seule assemblée : Gardons-nous de ce qui pourrait diviser nos cœurs. Loin de nous les rixes et les dissensions ! Que le Christ notre Dieu soit au milieu de nous. Là où sont la charité et l’amour, Dieu y est aussi. Faites-nous voir avec les bienheureux. Votre Visage dans la Gloire, ô Christ Dieu. Faites-nous goûter cette Joie qui est immense et pure. Durant les siècles éternels. Qu’il en soit ainsi »


Prière Universelle lors de la « Sainte Messe du Jeudi Saint en mémoire de la Cène du Seigneur » :


Immédiatement après le « Lavement des Pieds », ou bien, si celui-ci n'a pas lieu, après l’Homélie, a lieu la Prière Universelle qui est a adapter en fonction des circonstances et du Célébrant. La Prière du Jeudi Saint de Monsieur l’Abbé Christophe Beaublat « Ô Seigneur, nous Te remercions pour tous nos Prêtres » peut par exemple y être insérée :

R/ Accueille au creux de Tes mains la prière de Tes enfants.

« Nous Te rendons grâce, Seigneur, particulièrement aujourd'hui, pour les hommes qui donnent leur vie pour Toi et pour chacun de nous, à travers la Vocation Sacerdotale. Nous Te prions de les soutenir dans leur ministère et d'alléger leurs charges physique, psychologique et spirituelle. Entends nos prières, ô Dieu d'Amour ». R/

« Nous Te prions, Seigneur, pour que, dans les paroisses, les Prêtres puissent avoir leur juste place, sans que les laïcs cherchent à les évincer, et sans cléricalisme. Entends nos prières, ô Dieu d'Amour » R/

« Comme Jésus nous l'a fait comprendre par le lavement des pieds, la première place est celle de serviteur des serviteurs. Que chaque responsable, depuis la plus petite association jusqu'au plus grand des Etats, en prenne humblement conscience. Entends nos prières, ô Dieu d'Amour ». R/

« Nous Te prions, Seigneur, pour tous ceux qui n'ont pas de repas à partager ou qui n'ont personne avec qui partager leur repas. Envoie-Ieur Tes disciples : qu'ils soient des instruments de ta Providence pour combler leurs manques. Entends nos prières, ô Dieu d'Amour ». R/


Chant d’Offertoire en latin et en français de la « Sainte Messe du Jeudi Saint en mémoire de la Cène du Seigneur » :

R/ Ubi caritas est vera, Deus ibi est.
R/ « Là où l'amour est authentique, Dieu est présent. »

1- Congregavit nos in unum Christi amor. Exsultemus, et in ipso iucundemur. Timeamus, et amemus Deum vivum. Et ex corde diligamus nos sincero.
1- L’Amour de Dieu nous a rassemblés dans l’Unité. Soyons dans l'allégresse et réjouissons-nous en Lui. Soyons pleins de crainte et d'amour pour le Dieu vivant. Et aimons-nous mutuellement d'un cœur sincère.

2- Simul ergo cum in unum congregamur, ne nos mente dividamur, caveamus. Cessent iurgia maligna, cessent lites. Et in medio nostri sit Christus Deus.
2- Tous ensemble, quand nous sommes rassemblés dans l’Unité, gardons-nous de la discorde. Trêve aux mauvaises querelles, trêve aux disputes. Et qu'au milieu de nous soit le Christ Dieu.

3- Simul quoque cum beatis videamus, glorianter vultum tuum, Christe Deus : gaudium quod est immensum, atque probum, saecula per infinita saeculorum.
3- Puissions-nous également, tous ensemble, voir avec les bienheureux ton Visage dans la Gloire, ô Christ Dieu : joie immense et vraie pour les siècles sans fin.


Prière sur les Offrandes de la « Sainte Messe du Jeudi Saint en mémoire de la Cène du Seigneur » :

« Seigneur, accorde-nous la Grâce de vraiment participer à cette Eucharistie, car, chaque fois qu'est célébré ce Sacrifice en mémorial, c'est l'Œuvre de notre rédemption qui s'accomplit. Par Jésus-Christ, ton Fils, notre Seigneur et notre Dieu qui vit et règne avec Toi et le Saint-Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles »


Préface pour la « Sainte Messe du Jeudi Saint en mémoire de la Cène du Seigneur » :

Vraiment, il est juste et bon de Te rendre Gloire de T'offrir notre action de grâce, toujours et en tout lieu, à Toi, Père Très Saint, Dieu Éternel et Tout-Puissant, par le Christ, notre Seigneur. C'est Lui le Prêtre Éternel et Véritable, qui apprit à Ses disciples comment perpétuer son Sacrifice ; Il s'est offert à Toi en Victime pour notre Salut ; Il nous a prescrit d'accomplir après Lui cette Offrande pour célébrer son Mémorial. Quand nous mangeons sa Chair immolée pour nous, nous sommes fortifiés ; quand nous buvons le Sang qu’Il a versé pour nous, nous sommes purifiés. C'est pourquoi, avec les anges et les archanges, avec les puissances d'en haut et tous les esprits bienheureux, nous chantons l'hymne de ta Gloire et sans fin nous proclamons : …

« Sanctus, Sanctus, Sanctus Dominus Deus Sabaoth. Pleni sunt caeli et terra gloria tua. Hosanna, in excélsis. Benedictus qui venit in nomine Domini. Hosanna, in excélsis ! »

Communion-hostie.jpg

Antienne de la Sainte Communion de la « Sainte Messe du Jeudi Saint en mémoire de la Cène du Seigneur » :

« Ceci est mon Corps, donné pour vous, dit le Seigneur. Faites cela en mémoire de Moi. Cette Coupe est la Nouvelle Alliance établie par mon Sang. Chaque fois que vous en boirez, faites cela en mémoire de Moi »

Voir l’Acte de Communion Spirituelle afin de permettre aux Fidèles Catholiques de Communier spirituellement faute de pouvoir Communier dans la bouche en ce Jour du Jeudi Saint « Seigneur Jésus, puisque je suis empêché de Te recevoir sacramentellement » composé par Monseigneur Raymond Centène. Voir également la Prière du Cardinal Rafael Merry del Val pour une Communion Spirituelle « Ô mon Jésus, dans l’attente du bonheur de la Communion sacramentelle, je veux Te posséder en esprit » prononcée par le Pape François lors de sa Messe matinale à Sainte-Marthe le lundi 23 mars 2020.


Prière après la Sainte Communion de la « Sainte Messe du Jeudi Saint en mémoire de la Cène du Seigneur » :

« Nous avons repris des forces, Dieu Tout-Puissant, en participant ce soir à la Cène de ton Fils ; accorde nous d'être un jour rassasiés à la Table de son Royaume Éternel. Lui qui vit et règne avec Toi et le Saint-Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles »



La Translation Solennelle du Saint Sacrement, la Procession au Reposoir et le dépouillement des Autels à la fin de la « Sainte Messe du Jeudi Saint en mémoire de la Cène du Seigneur » :


1. La Sainte Messe terminée, on procède aussitôt à la Translation Solennelle et à la Reposition du Sacrement, qui est conservé pour la Communion du jour suivant dans un Ciboire.

2. Pour la Reposition Solennelle du Sacrement, qu’on prépare un lieu idoine dans quelque chapelle de l’église, ou un Autel, et qu’Il soit orné décemment autant qu’on le peut, de voiles et de lumières ; et, en suivant les décrets de la Sacrée Congrégation des Rites au sujet des abus à éviter ou supprimer concernant ce lieu à préparer, il est fortement recommandé l’austérité qui convient à ces Jours de la Liturgie.

3. Pour la Translation et la Reposition du Sacrement, on procède ainsi : On allume des torches et on fait la Procession de la manière habituelle. Si cela est possible, un autre sous-diacre paré porte la Croix, sinon un des clercs ou des servants. Le Célébrant, debout à l’Autel, impose l’encens dans deux encensoirs, sans bénédiction. Ensuite, agenouillé au milieu, il encense trois fois le Sacrement. Alors, il prend le voile huméral blanc, et montant à l’Autel au milieu, il fait la génuflexion et debout, il reçoit le Ciboire que le diacre lui donne, et Le couvre des extrémités du voile. Ensuite, descendant de l’Autel, il avance sous le dais, deux acolytes ou servants encensant continuellement le Sacrement jusqu’au lieu préparé. Les Ministres sacrés, ou les servants, accompagnent le Célébrant, avançant à droite et à gauche. Pendant qu’on fait la Procession, on chante l’hymne « Pange, lingua, gloriosi Corporis mystérium » , jusqu’aux mots « Tantum ergo »  ; si besoin est, on répète le même hymne.

4. Quand on parvient au Lieu préparé, le Célébrant, avec l’aide du diacre s’il le faut, dépose le Ciboire sur l’Autel, fait la génuflexion, et L’encense, ayant de nouveau imposé l’encens, et entre-temps on chante le « Tantum ergo » . Ensuite, le diacre, ou le Célébrant lui-même, dépose le Ciboire dans le Tabernacle.

5. Ensuite, tous, à genoux, adore le Sacrement en silence pendant quelque temps. Au signal donné, le Célébrant et les Ministres sacrés, et les servants, se lèvent, de nouveau adorent à genoux et retourne à la Sacristie, où le Célébrant et les Ministres déposent les ornements blanc ; ensuite, le Célébrant et le diacre prennent l’étole violette.

6. S’il faut transférer plusieurs Ciboires, le même Célébrant (ou s’il y a un autre Prêtre ou un diacre, revêtu du surplus, de l’étole blanche et du voile huméral de même couleur) les transfère au Lieu prévu, avant le dépouillement des Autels, de manière simple, c’est-à-dire avec deux acolytes ou servants l’accompagnant, avec des cierges allumés et un autre portant l’ombrellino.

7. Ensuite, le Célébrant et les Ministres, ou les servants, vont devant le Maître-Autel, Lui font la révérence, et debout, commencent le dépouillement des Autels de cette manière : le Célébrant dit à voix haute l’antienne suivante :
Ps. 21, 19 : « Ils ont partagé mes vêtements et sur ma robe ils ont jeté le sort » : « Dividunt sibi indumenta mea, et de veste mea mittunt sortem », ajoutant le début du même psaume : « Dieu, mon Dieu, pourquoi m’avez-Vous abandonné ? » : « Deus meus, Deus meus, quare me dereliquisti ? »
S’il y a des clercs, ils poursuivent la récitation de ce Psaume, jusqu’à ce que le dépouillement soit fini. Autrement, le Célébrant dit l’antienne et seulement le verset du psaume avant le dépouillement du Maître-Autel. Le Célébrant avec les Ministres sacrés, ou les servants, dénude tous les Autels de l’église, excepté Celui sur lequel le Sacrement est solennellement adoré. Les Autels dénudés, ils retournent au Maître-Autel, et une fois répétée par le Célébrant l’antienne « Ils ont partagé mes vêtements et sur ma robe ils ont jeté le sort », ils retournent à la Sacristie.

8. Puis on dit Complies au Chœur, sans chant et les chandeliers éteint.

9. Au Lieu de la Reposition de la Très Sainte Eucharistie, on fait l’Adoration publique, de la fin de la Messe en la Cène du Seigneur jusqu’à au moins minuit.


Saint-Sacrement-St-Paul-en-Foret.jpg

Temps d’Adoration du Très Saint Sacrement dans le Tabernacle au Reposoir du « Jeudi Saint » 1er avril 2021 :


On pourra lire le Saint Évangile de Jésus Christ à Gethsémani selon Saint Matthieu (Mt 26, 36-45) et selon Saint Luc (Lc 22, 39-46), en L’entrecoupant de chants et de temps de silence.

Agonie-Gethsemani-J-C.jpg

Évangile de Jésus Christ selon Saint Matthieu (Mt 26, 36-45) :

« Alors Jésus parvient avec eux à un domaine appelé Gethsémani et leur dit : « Asseyez-vous ici, pendant que je vais là-bas pour prier ». Il emmena Pierre, ainsi que Jacques et Jean, les deux fils de Zébédée, et Il commença à ressentir tristesse et angoisse. Il leur dit alors : « Mon âme est triste à en mourir. Restez ici et veillez avec moi ». Allant un peu plus loin, Il tomba face contre terre en priant, et Il disait : « Mon Père, s’il est possible, que cette coupe passe loin de moi ! Cependant, non pas comme moi, je veux, mais comme Toi, Tu veux ». Puis Il revient vers Ses disciples et les trouve endormis ; Il dit à Pierre : « Ainsi, vous n’avez pas eu la force de veiller seulement une heure avec moi ? Veillez et priez, pour ne pas entrer en tentation ; l’esprit est ardent, mais la chair est faible ». De nouveau, Il s’éloigna et pria, pour la deuxième fois ; Il disait : « Mon Père, si cette Coupe ne peut passer sans que je La boive, que ta Volonté soit faite ! » Revenu près des disciples, de nouveau Il les trouva endormis, car leurs yeux étaient lourds de sommeil. Les laissant, de nouveau Il s’éloigna et pria pour la troisième fois, en répétant les mêmes Paroles. Alors Il revient vers les disciples et leur dit : « Désormais, vous pouvez dormir et vous reposer. Voici qu’elle est proche, l’Heure où le Fils de l’homme est livré aux mains des pécheurs ».


Évangile de Jésus Christ selon Saint Luc (Lc 22, 39-46) :

« Jésus sortit pour se rendre, selon Son habitude, au Mont des Oliviers, et Ses disciples Le suivirent. Arrivé en ce lieu, Il leur dit : « Priez, pour ne pas entrer en tentation ». Puis Il s’écarta à la distance d’un jet de pierre environ. S’étant mis à genoux, Il priait en disant : « Père, si Tu le veux, éloigne de moi cette coupe ; cependant, que soit faite non pas ma volonté, mais la Tienne ». Alors, du ciel, Lui apparut un ange qui Le réconfortait. Entré en agonie, Jésus priait avec plus d’insistance, et Sa sueur devint comme des gouttes de sang qui tombaient sur la terre. Puis Jésus se releva de Sa prière et rejoignit Ses disciples qu’Il trouva endormis, accablés de tristesse. Il leur dit : « Pourquoi dormez-vous ? Relevez-vous et priez, pour ne pas entrer en tentation ».